Les 60 derniers jours avant l’élection américaine : le sort du monde est en jeu

 

 Nous voici à deux mois de l’élection essentielle, la présidentielle américaine. Que constate-t-on ? Un amoncellement de ruines, une division onthologique du peuple américain, une classe politique en état de guerre.

Donald Trump, en se portant candidat en 2015, déroula pendant un an et demi un programme révolutionnaire pour la technostructure acquise à un gouvernement mondial. Les hommes et femmes qui la constituent vivaient déjà cette réalité au travers des innombrables conférences, conventions et institutions qui quadrillent le monde et auxquelles nombre d’entre eux participaient.

Depuis 1945, l’Occident a fabriqué un « golem » qu’il a nourri croyant le maîtriser et qui lui a échappé dans les années 60 et plus particulièrement après la conférence de Bandung en 1955.

Là où il eût fallu, éventuellement, une organisation des belligérants de la Seconde Guerre mondiale pour tenter de régler leurs conflits par la voie diplomatique, on a inventé un cénacle mondial, total et bientôt totalitaire, qui, actuellement étend ses métastases dans tous les domaines : le climat, le droit de produire, l’éducation, la santé, et bien sûr, les « droits de l’homme » et une justice internationale qui nie les souverainetés. Ces institutions onusiennes donnent la parole à des peuples et États qui vouent une haine inexpiable à notre civilisation.

Les États-Unis, qui furent à la racine de cette épouvantable perte de liberté, après les lubies de Woodrow Wilson en 1918 puis de Franklin D. Roosevelt en 1945, ont pris conscience du danger. L’émergence de Donald Trump en fut la concrétisation.

Le Président fut aussitôt mis sur écoute et surveillé comme un malfaiteur pour avoir vaincu sur ces deux notions : « Make America Great Again » et « America first ».

Rendre sa grandeur à l’Amérique n’est pas lui rendre sa candeur. Il n’y a jamais eu en Histoire de grandeur qui fut candide. Le destin d’une nation ou d’un empire ne peut s’accomplir sans devoir débroussailler, ratisser, puis tracer des allées qui permissent au jardin d’être intelligible. Et cet ordonnancement du monde ne peut être exempt de destructions ordonnées, de restauration, puis d’embellissement. Mais quels dégâts entre le sauvage et le civilisé !

Quant à « l’Amérique d’abord » cette formule déclare l’ordre des priorités. Et celle d’un gouvernement est d’assurer la prospérité du peuple qui l’a élu et celle du territoire dont il a la garde, ce dont il ne peut s’abstraire. Dans ces conditions, il affirme qu’il y a un « Urbi », la nation,  et un « Orbi », le reste du monde. À l’intérieur on fait des lois, avec l’extérieur on négocie puis conclut des traités, on commerce mais on se garde.

Devant cette résurgence du bon sens et de l’honnêteté du gouvernant envers ses mandants, c’est-à-dire le peuple, les notables qui avaient déjà fait leur deuil de la nation prirent peur et entrèrent « en résistance », c’est-à-dire en rébellion.

Les Démocrates, mais aussi, on le dit du moins, les chambres de commerce, les grandes entreprises et les agences gouvernementales peuplées de fonctionnaires apatrides et se croyant propriétaires de l’État, établirent que les votes qui avaient porté à la présidence Donald Trump étaient ceux des « déplorables » (En français : les débiles), qu’ils portaient atteinte à l’ordre des « sachants » non élus et que, de ce fait, le Président était illégitime et donc devait être destitué par tous les moyens.

Le coup d’État de ce qu’on appelle « l’État profond » contre ce cornac qui voulait faire changer de direction le pachyderme américain s’est mis en place avant même l’inauguration de Donald Trump le 20 janvier 2017, lors d’une réunion dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, sous la présidence d’Obama et de Joe Biden, le Vice-Président sortant et candidat officiel des Démocrates en 2020, en présence de tous les patrons et agents de première ligne des agences de renseignements : FBI, CIA, NSA.

On connaît maintenant les notes manuscrites de ce cénacle de comploteurs, les courriels qui relatent la réunion, et les mots qui y furent prononcés par Obama lui-même (on devait – le mot est dans les textes – « piéger » le général Flynn, membre du Conseil national de sécurité nommé par Trump). Porter atteinte à cet homme, c’était tenter de charger Trump de la pire des accusations : intelligence avec l’ennemi (la Russie) et donc de trahison.

Une enquête de 2 ans et demi, conduite par des procureurs choisis pour leur engagement anti-Trump (Weisserman) et leur appartenance au parti démocrate, sous la houlette de Robert Mueller, aboutit à un non-lieu qui déchaîna la fureur des élus et partisans de la gauche mondialiste et incita la chambre des représentants à majorité démocrate, sous la présidence du speaker Nancy Pelosi et du président de la commission du renseignement Adam Schiff, à lancer une procédure en destitution du Président qui échoua lamentablement devant le Sénat qui l’acquitta.

Le temps perdu jusqu’à fin janvier détourna le gouvernement de la vigilance nécessaire face à la pandémie du coronavirus, commencée depuis près de 6 mois en Chine et qui avait déjà atteint les USA et l’Europe.

On confina, en dépit de la résistance du Président qui mesura très vite que le danger économique d’un confinement était pire que le danger sanitaire. On refusa les traitements, et si de nombreux médecins ont pu utiliser la chloroquine pour soigner leurs malades, ce fut au Président qu’on le dut. Mais les officiels de la santé, et les « maîtres de l’univers (Google, Facebook, Twitter et leurs filiales) ne permirent point qu’on étendit l’information ni qu’on facilitât l’obtention des médicaments. Un épidémiologiste réputé de Yale put déclarer il y a quelques jours que 100 000 vies auraient pu être épargnées si l’hydroxichloroquine n’avait pas été bridée dans son application.

Alors, comme rien n’y faisait et que l’opinion (malgré des sondages manipulés) ne lâchait pas le Président, on profita de la mort accidentelle de Georges Floyd pour lancer l’insurrection des marxistes-léninistes de Black Lives Matter, qui mirent le feu à l’Amérique, s’attaquèrent à son histoire en abattant les statues d’hommes politiques et de chefs militaires (et pas seulement ceux de la Confédération du Sud), et allèrent jusqu’à programmer des occupations de ville par la force. Il est aussi nécessaire de dire que les autorités démocrates sont des partisans des émeutiers et refusent l’aide de la garde nationale. Il en est ainsi en Oregon, à Portland en particulier, mais aussi dans l’Illinois où tout a commencé, et au Wisconsin, à Kenosha où les habitants armés montent la garde pour ne pas subir les ravages d’une faune criminelle lancés à l’assaut de leurs biens (les trois émeutiers de Kenosha, deux tués et un blessé, atteints par le jeune Kyle Rittenhouse, 17 ans, lors de sa fuite devant leur groupe ont des casiers judiciaires lourds et sont des Blancs).

Georges Soros avait appelé à ce soulèvement bien avant la mort de George Floyd, et annonça, il y a un mois, une dotation de 220 millions de dollars faite à BLM pour que l’insurrection se poursuive. Mais le plus impressionnant est l’empressement des grandes entreprises à alimenter les caisse de BLM global network par centaines de millions de dollars, ce qui prouve qu’une coalition souterraine lie les marxistes renouvelés aux milliardaires et aux partis communistes au pouvoir dans le monde.

L’hydre des manifestants a un corps ou un cerveau en sur-moi, même si ses têtes nombreuses portent des revendications diverses : racisme, justice sociale, féminisme. Ce dogme nous est bien connu depuis des décennies, et certains le croyaient mort en 1989, c’est le communisme dont les derniers gouvernements connus siègent en Asie (Chine, Vietnam, Corée du Nord) mais dont les cellules malignes ont infesté l’Occident après la chute de l’Union soviétique. Cette idéologie mortifère prétend toujours empêcher l’homme libre et créateur d’exister. Devant les demeures élevées dans certains quartiers dits populaires de Seattle par des bourgeois épris de mixité, une foule d’antifas et BLM n’a-t-elle pas réclamé que les Blancs qui les habitent les rendent aux Noirs qui en faisaient le siège ? À ce propos, le front de rage qui s’est prétendument élevé contre le meurtre de George Floyd est composé d’une majorité de Blancs dont l’idéologie est claire : le totalitarisme socialiste.

Et telle est en effet la ligne sur laquelle Donald Trump se bat, celle qui sépare les hommes libres des insectes sociaux qui voudraient prendre leur revanche de la chute de l’URSS en 1991.

Dans l’immédiat, les dernières nouvelles de cette bataille sont à la fois rassurantes et très inquiétantes.

Sur le plan électoral, les sondages s’améliorent pour Donald Trump malgré leurs méthodes biaisées. C’est dire ! Les sondages sont faussés de deux façons : les échantillons représentant les démocrates, les républicains, et les indépendants minorent ces deux derniers groupes par un coefficient non négligeable, ce qui dope les pourcentages obtenus par Biden. Mais une autre cause de nullité des sondages est le refus des pro-Trump de dévoiler leurs intentions de vote ; ceci vient d’être mesuré par deux études qui l’estiment à 12 % des votants. Malgré ces distorsions, Trump a rejoint Biden et sa popularité mesurée par le taux d’approbation des Américains pour le travail accompli a atteint 51 %.

Cependant, la bataille autour du vote par correspondance voulu par les Démocrates pour « cause de coronavirus » atteint des sommets de hargne et la présidente de la commission électorale a déjà annoncé que le nom du Président ne sera pas connu le 3 novembre au soir car les dépouillements de ces votes n’auront pas pu être entièrement réalisés, et pire parce que des millions de votes ne seront pas parvenus dans les bureaux de vote auxquels ils auront été adressés. À cela s’ajoute bien entendu la fraude assurée puisque déjà appréhendée lors des primaires et élections partielles qui se sont déroulées depuis le printemps. Se pose donc la question de l’acceptation de sa défaite par le vaincu, qui, si elle n’est pas publique, repousse toutes les opérations « ad vitam æternam » ? Certains parlent de non-nomination du Président avant le 20 janvier 2021 ! Dans cette hypothèse, un débat se déroule entre les uns qui attribuent l’intérim au Speaker de la Chambre des représentants, c’est-à-dire Nancy Pelosi, l’instigatrice de la parodie d’impeachment du début 2020, ce qui augure mal de la paix civile, et d’autres qui considèrent que le Président sortant conserve son pouvoir jusqu’aux résultats définitifs. Et comme les Démocrates ont déjà déclaré que si Trump demeurait à la Maison Blanche après le 3 novembre, il faudrait l’en sortir par la force, et qu’une lettre a même été envoyée au Pentagone pour demander l’aide de l’armée dans cette occurrence, on devine combien la situation risque d’être chaotique.

Mais il y a plus. Depuis deux semaines, les agressions physiques contre les pro-Trump se multiplient et ont abouti au premier mort par balles d’un partisan du Président à Portland il y a deux jours.

Enfin, les citoyens armés se sont montrés dans leurs quartiers pour garder entreprises et domiciles menacés par les émeutiers. À Kenosha il y eut confrontation et donc deux morts comme relatés plus haut.

Nous ne pouvons que constater que le sort du monde est en jeu, et particulièrement celui de notre pays car toute absence de l’Amérique libèrera les jeux géopolitiques  avec des conséquences graves. Et ceci, sans que les citoyens des pays européens ne puissent, à l’instar de leurs cousins des États-Unis, recourir à leur droits à l’autodéfense.

Georges Clément

image_pdfimage_print

73 Commentaires

  1. Monsieur TRUMP n’a pas fait la guerre contrairement à ObamaPedo et son mari Mickael. Ps: Obamagate

    • wwwg1wga,,,, ici in u s a, ca a mis du temps mais Tous les americains ont decouvert obamapedo et Micktransanger etaient des enemis de l’amerique et Vous Vous avez vu Juste . Bravo et merci a Vous wwwg1wga.

    • Mort de rire ! La Russie est tellement influente que c’est un pays sous développé comparé aux États Unis. C’est plutôt Poutine en définitive qui est une marionnette des américains. En revanche on vous l’accorde la Russie a de l’influence chez les musulmans.

  2. Ne vous inquiétez pas. La place de biden le bidon n’est pas à la Maison Blanche mais sur son bidet pour faire à dada !……

  3. Incroyable histoire ! Quelle imagination ! On hésite entre le retour du maccarthysme ou l’apocalypse. En tout cas vous gobez bien la mythologie américaine, en fait une mythologie chrétienne : la bataille du Bien contre le Mal. Mort de rire !

    • Denis Qui rira bien rira le dernier Trump sera reelu . Le Bien fini toujours par gagner.

      • Oui Trump sera réélu mais ça n’a rien à voir avec le Bien, juste avec de la propagande comme savent si bien le faire les américains en période de campagne présidentielle. Vous devriez aussi rajouter : l’Amour est plus fort que tout. Mort de rire ! La lobotomisation chrétienne opère parfaitement au pays de l’oncle Sam.

    • Tiens Denys, tu parle plus de Raoult, ce n’est plus à l’ordre du jour du service propagande de l’ UE ? C’est au tour de Trump dorénavant … Tu met bien ton masque ? En tous cas , voilà un métier qui a le vent en poupe : servile laquais. MDR

      • Ne sois pas ridicule. Tu m’as lu ? Je suis pour le principe de précaution bien compris. Masque 1) porté de manière provisoire 2) dans les lieux clos 3) quand la distanciation physique n’est pas possible dans la durée. A mon boulot on nous impose le masque. Tu veux que je fasse quoi ? Que je donne ma dem. Toi tu es probablement à la retraite. Tu as la belle vie en somme. Tu parles, tu parles, tu parles mais tu ne fais rien. Comme dirait ma mère, les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Et en plus, tu fantasmes sur Trump qui ne lèvera pas le petit doigt quand la Turquie continuera à agresser l’Europe en Méditerranée orientale. La Turquie a bien plus d’importance pour lui que la France. Moi je souhaite la souveraineté de la France pas son asservissement à l’UE ou à l’OTAN. Pas toi.

  4. Beaucoup de blabla. La réalité: combien de personnes restent ils de l’equipe Trump du début? Quasi personne. Ils desertent les uns apres les autres en voyant le comportement du Président, John Bolton, un bon gros conservateur pur jus, etant le plus fracassant.

    • Monsieur TRUMP est un pacifiste et Chrétien. Joe, lui conférence renifle les enfants.

    • Bolton a été mis dehors et a voulu se venger avec son livre déjà oublié.

      • 1 millions d’exemplaires en 1 jour la niece, 780 000 pour celui de Bolton, plus les interviews, les émissions, etc… déjà oublié oui mdr

        • Mais c’est normal, il y a 50 millions de Démocrates. Mais ce n’est rien car nul, y compris à gauche n’en fait plus état. J’avais une opinion non défavorable de Bolton, dont j’avais suivi les déclarations lors de son ambassade à l’ONU. Et Pamela Geller avait eu son soutien avant qu’elle ne fût condamnée à mort par les islamistes. Bolton a même supplié Trump de l’écouter. Mais c’était un Néoconservateur, c’est à dire un universaliste mondialisé. Il voulait la guerre en Syrie au risque d’une confrontation avec la Russie. Ce que ne veut pas Trump.

          • Bolton a toujours été un va-t-en-guerre qui n’a jamais été aimé des électeurs de Trump

  5. L’avenir de Trump et de notre civilisation occidentale selon C. Combaz… je n’ai pas personnellement d’avis, mais c’est intéressant à écouter et pas dénué de fond ni de sens.. Nous verrons donc bientôt.
    –https://www.youtube.com/watch?v=8UTxcvacYtU–

  6. Une défaite de Trump serait un désastre pour le monde occidental et une victoire pour l’islam conquérant…

  7. Sans vouloir vous offenser, je ne crois vraiment pas que le mouvement  » Black Lives matter, » soit d’obédience communiste, pas plus qu’ en l’existence, comme vous le dites d’une  » coalition « entre les Marxistes, les communistes et les milliardaires américains.

  8. Espérons que TRUMP assèchera Robinette ainsi condamné au bide pour les décennies à venir.

  9. 1/2
    Il faut remplacer la segmentation droite/gauche, communistes /libéraux , nationaux/mondialistes par la vraie segmentation :

    – la Christocratie : l’Homme est fils de Dieu
    – la Satanocratie : l’Homme (initié) est dieu contre ses semblables et Dieu lui m^me.

    Trump est christophile
    les démocrates christophobes

    le mondialisme n’est que le nouveau costume de la Tour de Babel et la Tour de babel la version terrestre et humaine de la révolte de Lucifer dans les Cieux contre Dieu : leur mot d’ordre est le même, « Non serviam ! »

    • Regarder le bâtiment du parlement européen à Strasbourg .une réplique de la tour de Babel .

      • Aliette : et dans le hall d’entrée le buste de Coudenhove-Kalergi ( voir son plan) . Ca veut tout dire .

        • Finance, oui ce plan est bien appliqué , en marche depuis des décennies.Regardez, la vidéo de Sarkozy sur le métissage ,un discours prononcé en France et un autre à l’étranger , et un discours sur le NOM prononcé en France et à l.ONU.
          Des Prix Kalergi attribués à des personnalités.
          Toute cette caste fonctionne par symbole caché et méconnu par la grande majorité.

  10. 2/2

    Les satanocrates veulent revenir à l’état du monde AVANT le Golgotha : l’Etat est dieu, seuls quelques initiés l’incarne, et tous les hommes sont les choses sont la propriété des précédents.

    Il faut que tout l’Etat appartienne à quelques uns
    Que toute la terre appartienne à l’Etat
    Et que l’Homme devenu chose au service des détenteurs de l’Etat n’ait plus ni identité ni propriété

    C’est cela qu’ils détruisent, bien avant notre liberté qui n’en est que le résultat :

    – notre identité
    – notre propriété

    Pour l’instant, ils réussissent à moitié
    Qu’à moitié
    Une moitié de trop.

  11. Excellent résumé .
    Cette élection sera lourde de conséquences pour le reste du monde .
    TRUMP 2020 !!!

  12. puisque les sondages américains prédisent que biden sera élu…
    j’ai vu une video de biden disant qu’il battrait « biden » la sénilité !!!

    • Oui, et il a aussi tendance à se mélanger les pinceaux avec les chiffres … millions, milliards … mais quand on est aussi riche que lui, ça peut se comprendre ! Espérons simplement que s’il est élu président, il ne confondra pas le bouton des chiottes avec celui du lancement des missiles stratégiques !

  13. Petite confusion concernant l’affirmation selon laquelle les démocrates feraient appel à la force pour déloger Trump de la Maison Blanche après le 3 novembre.
    Le mandat du Président se termine officiellement le 20 janvier 2021 à midi, et non pas le 3 novembre 2020 jour de l’élection.

    Voir le 20e amendement de la Constitution :
    XXe amendement, Section 1
    Les mandats du président et du vice-président prendront fin à midi, le vingtième jour de janvier […] ; et les mandats de leurs successeurs commenceront à partir de ce moment.

    • Nous sommes d’accord mais c’est un fait: dit par Pelosi et Hillary et écrit au Pentagone

      • L’armée américaine a répondu a « Nasty Nancy » qu’elle n’interviendra pas dans un tel cas.

  14. 3 novembre le Président Donald Trump sera réélu pour le bien être du Peuple et pour la réussite de l’économie des Etats Unis !
    Donald Trump, vous êtes un génie de l’Empire Américain !
    Toutes mes Félicitations et excellente continuation…

  15. Dans les deux cas ça va partir en vrille, et l’occident va s’embrasé pour le pire mais surtout pour le meilleur, on va pouvoir se débarrasser de l’état illégitime corrompu bolchevique français et de toute son armée de colon allogènes, une pierre deux coups comme on dit dans le jargon du peuple autochtone français 😉

    📯⚔️🇫🇷⚰️🧳

  16. Au lieu de toujours tout miser sur les Etats Unis, nous ferions mieux de réfléchir à ce que l’on peut faire ici, sur notre territoire pour faire le ménage.

    • On ferait mieux de réfléchir à la raison qui Nous empêche de faire le ménage !!!

  17. Trump: C’est une révolution, Biden est contrôlé par le « Dark shadow » que personne ne connaît

    Interview de Donald Trump par Laura Ingraham, FoxNews

    Par Charles Creitz | Fox News:

    Trump suggère que « certains riches très stupides » financent des groupes de protestataires et des émeutiers – à la Convention nationale républicaine et à travers les États-Unis

    Le président affirme qu’un participant à la Convention nationale républicaine lui a dit avoir voyagé dans un avion à destination de Washington avec « des voyous portant ces uniformes sombres ».

    lien : https://lesobservateurs.ch/2020/09/02/trump-cest-une-revolution-biden-est-controle-par-le-dark-shadow-que-personne-ne-connait/ )

  18. Donald Trump pour son bon-sens et son sens de la Liberté.
    Contre les ordures mondialistes occidentalicides.

  19. Faut être sourd et aveugle pour ne pas se rendre compte de ce qui s’est passé depuis les 50 dernières années aux States où le cancer Bolchevique s’est métastasé et a tenté de s’imposer depuis l’ére du hippie Clinton, et plus particulièrement sous la gouvernance du muzz Obama.
    Seulement le peuple Américain ne ressemble pas aux veaux Français, les descendants de l’oncle Sam savent rebondir et ne s’en laissent pas compter, ce grand peuple s’est développé par son intelligence, son courage, son abnégation et sa détermination à vivre libre et sans aucune entrave.
    La seule chose que doit faire Trump désormais, c’est de nous libérer des marxistes en Europe.

  20. maintenant que les gaffas controlent une grande partie de la population,elles montrent leurs ambitions politiques en pratiquant la censure et en ayant l’ambition de creer une monnaie,les etats sont un obstacle a leurs ambitions.Il est vrai qu’elles font d’enormes profits n’ayant pas le probleme de faire du social

  21. Bravo pour cet édito ! malheureusement la France est en tête des traitres à leurs peuples avec des politiciens pourris jusqu’à la moelle dont pas un, hormis Phillipot, ne dénonce les mensonges. Vivement que Trump gagne et nettoie ces merdes immondes.

  22. Que ce soit Trump ou Biden qui soit élu, la situation ne fera qu’empirer. Les deux camps sont irréconciliables.

  23. Le président Donald Trump le moins mauvais depuis Ronald Regan !!!
    Les démocrates ont des casseroles de pédophilie, lorsque cela va éclater ça va faire mal….Manu Macron ce n’est pas mieux au niveau mœurs ….

  24. Tout est explosif…révolution 1789 maçonnique, puissance 10 (atomique)…
    Français de souche et français de cœur prenez soin de vous…survivre à tout prix.

  25. c est sur M Trump est 1 immense president dont les etats-unis avaient grand besoin. tout ce qu il fait respecte l ordre naturel des choses. il defend l emploi, la nation, la vie, et il pense a son peuple. Pas comme la mafia de franc mac qui dirige ailleurs et qui pousse mariage omo, euthanasie, LBGTQI+++pipikk etc, GPA, PMA, avortement au 9e mois (pour liberer les femmes bien sur), et tant d autres regles scelerates. Plus personne ne se leve ici et il faut dire que ces mafieux ont buen verrouille le systeme de l interieur avec plus de flics par habitant que partout ailleurs dans le monde ( chine comprise). Que faire sinon fuir…merci a M Trump. C est grace a lui et a d autres qu une lueur d espoir subsiste.Prions pour que M Trump repasse et l autre camp de detraques ne l emporte pas.

  26. Une grosse majorité de français n’est pas consciente de ce qui est en train de se passer et de ce qui leur pend au nez. Ils sont préoccupés par un virus moins dangereux que la grippe, ils pensent à la prime de rentrée, ils se demandent déjà s’il y aura de la neige à Noël ou pendant leurs vacances de neige. Dormez brave gens, comme dans la chanson, « c’est ici et maintenant et d’autres gens en ont décidé autrement ». Ils le comprendront très vite.

  27. Si Trump n’est pas élu c’est la 3éme guerre mondiale avec l’aime l’atomique, peut de temps après.

  28. Biden est complètement a l’ouest,il est sénile,dans un interview a la TV américaine il a déclaré j’ai 40 ans d’expérience et je vais battre joe Biden !!

  29. Mille mercis pour votre article extrêmement important et très bien documenté. Il y a énormément d’événements qui nous sont cachés et que je découvre à votre lecture.
    Apparemment ces salopards de socialos et de communistes fichent le binz partout !

    Je suis bien contente de ne pas avoir eu d’enfants lorsque je vois la folie qui s’empare du monde aujourd’hui. Tout cela fait très peur parce qu’il n’y aura nulle part où aller se réfugier loin de tous ces fous ! Si seulement SOROS pouvait crever d’une crise cardiaque !!

    Il n’y a que TRUMP qui soit d’envergure à tenir tête à tous ces monstres. J’espère qu’il est bien soutenu et entouré par ses proches.

  30. Merci pour l’article.L’Amérique a perdu sa liberté depuis la loi créant la réserve fédérale ,la banque américaine. Bizarre toujours les banquiers.Un film d’Aaron Russo « De la liberté au fascisme «  révèle cette situation. Trump lutte contre l’Etat Profond ,Robert Steele en parle « vidéo » C’ est une guerre.Trump à libéré des centaines d’enfants enfermés dans des cages trouvées dans des tunnels .Une lutte contre les réseaux-pedocriminels.Des révélations suivront certainement. Trump à été censuré sur les réseaux sociaux ,c’ est surréaliste.En France ,cela n’arrivera jamais,car les merdias et le pouvoir ne font qu’un.

  31. VOTE FOR DON !!!!
    ne serait-ce que parce qu’il prend MACRON pour un nul et que sa femme n’est pas notre morue !
    sinon car il DERANGE !!!!!

  32. Avez-vous remarqué que c’est assez symptomatique des gauchos de nous trouver le fond du caniveau ?
    Biden , Hollande voire Macron ……………….Le moins-disant comme ils disent ?
    on torpille les meilleurs par une belle magouille et on gagne car on est le seul en lice.
    le courage version gaucho.

  33. BIDEN c’est un peu comme avec notre Vioque , le risque qu’il claque avant la fin du mandat , ou les risques d’AVC voire d’Alzheimer.
    Pour Brizitte , le cercueil est déjà commandé.

  34. Les ricains ayant été capables de nous mettre un nègre dont j’avais parié que le KKK ou les Texans lui auraient fait sa fête ou 3 fois les Bush n’augurent rien de bon…..

  35. Superbe synthèse de la situation aux USA qui préfigure ce qui pourrait se passer en France, pas tout de suite, mais à vue de nez, dans quelques années. Dès son investiture, j’ai été enthousiasmée par le panache de ce POTUS hors normes. En effet, cette élection est décisive pour le monde occidental. Si Trump n’est pas réélu, ce sera la Kamala Harris qui gouvernera, tirant les ficelles de la vieille marionnette Biden, incapable majeur qui sera sous sa tutelle de fait. Ce sera bienvenue en enfer pour les USA et un coup d’accélérateur pour Bienvenue dans la dictature mondialiste pour laquelle il faudra attendre toutefois, la Chine et les pays d’Asie occidentalisés, n’étant pas très intéressés, sans parler de la Russie. En tout cas, même s’il n’était pas réélu, Trump entrera dans la légende.

Les commentaires sont fermés.