1

Les accusations contre Netanyahou sont bidon, j’espère qu’il sera réélu

Le peuple d’Israël est, en sa grande majorité, pour la sécurité, donc de droite

Depuis très longtemps, environ 13 ans, les Israéliens renouvellent leur confiance au Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Mais comme à travers pratiquement toutes les démocraties, des forces occultes, de gauche, tentent d’imposer leur loi aux peuples.

En Israël, ces forces occultes sévissent au niveau juridique.

La cour suprême du pays a inculpé le Premier ministre, dans trois dossiers.

Le premier de ces dossiers est une accusation de fraude et abus de confiance.
Netanyahou est accusé d’avoir reçu des cadeaux ; du champagne pour 57 000 shekels, soit environ 14 900 euros, des cigares pour quelques centaines de milliers de shekels, cela en 8 ans, ce qui fait environ un peu plus de 2 000 euros par an, ces cadeaux venant d’un homme d’affaires américain du nom d’Arnon Milchen.

Arnon Milchen aurait demandé de rallonger la période à 10 ans durant laquelle les nouveaux immigrants seraient exemptés d’impôts sur leurs revenus de l’étranger.
En réalité, la loi n’a pas été modifiée, la période n’a pas été rallongée.

L’accusation est sans fondement.

Le deuxième de ces dossiers concerne encore une accusation de fraude et d’abus de confiance.

Il est accusé d’avoir conspiré avec le propriétaire d’un journal, Yediot Aharonot, afin de limiter un autre journal, Israël Hayom, qui est distribué gratuitement.

La proposition de loi prévoyait l’interdiction de distribuer ce journal gratuitement, cela en échange d’une couverture médiatique positive en sa faveur dans Yediot Aharonot.

Israël Hayom est toujours distribué gratuitement.

Le troisième dossier porte encore sur une histoire de couverture médiatique non défavorable pour le Premier ministre.

Un Premier ministre critiqué en permanence par les médias n’a-t-il pas le droit de travailler à l’obtention d’une plus juste couverture médiatique ?

Il est sûr que la mise en examen, par la cour de justice de l’État, n’a pas permis au Premier ministre d’obtenir une majorité pour constituer son gouvernement.

Nous voyons bien que ces accusations sont bidon.
Mais la mise en accusation est intervenue au moment des législatives.

Le système électoral israélien est basé sur la proportionnelle intégrale, il est très difficile d’obtenir les 61 sièges nécessaires à la constitution d’une majorité à l’Assemblée nationale.

C’est comme cela qu’en moins d’un an, les Israéliens retourneront aux urnes pour la troisième fois pour les législatives, cela au mois de mars 2020.

Ce qui vient étayer la malhonnêteté des accusations, c’est qu’il aurait été promis au Premier ministre que les accusations le concernant seraient abandonnées s’il ne briguait plus le poste de Premier ministre.

Profitant de ce qu’il pensait être une faiblesse du Premier ministre, un député de son parti, le Likoud, a proposé l’organisation de primaires au sein du parti.

Les militants du parti ont été appelés à voter. Malgré un temps de chien, ce qui est rare en Israël, ils se sont mobilisés en masse et ont accordé une majorité écrasante pour le Premier ministre qui a engrangé plus de 72 % des suffrages.

Pour le prochain scrutin, les choses seront à mon sens plus simples.

Le parti Bleu Blanc formé tout dernièrement par ce que l’on fait passer pour des centristes, qui avait obtenu un nombre de députés honorable lors de la dernière consultation, verra son score baisser. En effet, il a été question à un moment donné de former, pour ce parti, un gouvernement soutenu par les députés arabes. Des députés arabes qui profitent de leur position au parlement pour critiquer Israël, son armée, sa démocratie et travaillent à la destruction du pays. Les électeurs ne vont pas manquer d’intégrer cela dans leur analyse. Et le parti Bleu Blanc, tel un oiseau, risque d’y laisser des plumes.

Voila pourquoi j’espère qu’en mars, les partis de droite obtiendront une belle majorité. Et que le système électoral de la proportionnelle intégrale sera révisé. Tout comme le pouvoir des juges de la Cour suprême limité.

Voila pourquoi je suis persuadé que lors des élections du mois de mars, les Israéliens, largement informés, sauront choisir le bon camp, celui de Bibi et de ses alliés de droite, hors Avigdor Lieberman.

Bernard Atlan