Les actes musulmans, ça commence par Allah akbar et ça finit par des massacres et du sang

Publié le 29 mars 2016 - par - 25 commentaires - 3 531 vues
Share

bataclanL’islamiste Salah Abdeslam, recherché depuis les attentats du 13 novembre dernier qui se sont traduits par un véritable carnage à Paris, a été arrêté le 18 mars en Belgique, à Molenbeek. Le 22 mars, soit, à peine quatre jours après, Bruxelles est frappée en représailles. A ceux qui n’ont toujours pas compris, ou qui ne veulent toujours pas comprendre l’objectif visé et la détermination de notre ennemi, commun à l’Europe et à tous ceux qui ne sont pas musulmans, il faut préciser que d’autres pays européens sont ciblés dans une planification élaborée depuis plusieurs mois, et que la France sera à nouveau frappée bientôt, probablement en réponse à la remise de Salah Abdeslam aux autorités judiciaires françaises. Car cet ennemi qui nous combat dans cette guerre asymétrique sait manœuvrer et riposter lorsqu’il est touché. C’est la dure réalité que nos dirigeants, par manque de lucidité et de courage, refusent de voir.

Cette réalité est d’autant plus menaçante que l’invasion migratoire que subit depuis de nombreux mois l’Europe, sans que ses dirigeants soient en mesure de réagir par incompétence et manque de vision, constitue la première étape de la guerre que mène l’Islam, à présent ouvertement, contre l’Occident et en particulier contre le continent européen. Car cette invasion migratoire a été planifiée et constitue une attaque sans précédent des pays européens visant à déstructurer de l’intérieur nos sociétés, sans compter l’infiltration par milliers de djihadistes rejoignant les réseaux et filières déjà présents et prêts à combattre et à mourir en martyrs au nom d’Allah.

Il semble cependant que cet ennemi ne soit toujours pas nommé précisément. En effet, que nous dit le Président de la République ? « Nous devons prendre conscience de l’ampleur et de la gravité de la menace terroriste… La guerre contre le terrorisme doit être menée dans toute l’Europe ». Hormis le fait qu’il énonce une évidence sur la situation et sur la nécessité de réagir – mais cela chacun est capable de l’énoncer – il ne nomme pas l’ennemi. Non, Monsieur le Président, il ne s’agit pas de terrorisme. Vous « confondez » à dessein le moyen et l’ennemi.

Le terrorisme n’est que l’instrument qui sert les intérêts de l’auteur qu’il faut nommer. C’est l’Islam qui a déclaré la guerre depuis longtemps d’ailleurs à l’Occident. Ce sont des islamistes qui tuent les citoyens européens. Car l’islamisme c’est l’Islam en action.

Pour le formuler autrement, l’islamisme c’est l’intégralité de l’islam. On pourrait affirmer également que l’islamisme n’existerait pas s’il l’islam n’existait pas. Et l’islam conduit naturellement à l’islamisme. Quant à son but de guerre, c’est l’imposition du califat mondial par la violence. Alors, si la guerre doit être menée dans toute l’Europe, quel est notre but de guerre ? Toute opération de guerre nécessite, en effet, de déterminer le but de guerre, c’est à dire le but à atteindre. A-t-il été fixé ? Sans quoi, nous ne sommes pas près de vivre en paix.

L’ennemi étant donc ici nommé, on ne peut que s’étonner que le Premier ministre puisse affirmer sans gêne que « lutter contre la radicalisation, c’est promouvoir un islam fort, républicain et professionnel, organisé ». Non, Monsieur le Premier ministre, ce n’est pas en promouvant et en installant un islam fort dans notre pays que vous lutterez contre la radicalisation. C’est le contraire qu’il convient de faire. Il faut stopper l’islamisation criminelle de notre pays et des pays européens et pour inverser le cours néfaste des choses il faut, dans un premier temps, stopper l’immigration extra-européenne. Et si, selon votre campagne « les actes anti-musulmans, ça commence par des mots, ça finit par des crachats, des coups, du sang », vous semblez ne pas vouloir admettre la réalité, à savoir que les actes musulmans ça commence par Allah Akbar et ça finit par des massacres, de la barbarie et du sang.

Car la campagne indigne que vous venez de lancer « Tous unis contre la haine », au-delà d’un racisme anti-blanc scandaleux qu’elle véhicule et de l’insulte qui est faite à la nation, confirme cette volonté d’occulter la vérité. Car qui prêche la haine en France et en Europe ? La réponse cinglante vient de vous être donnée par les islamistes à Bruxelles. Quant à notre ministre de l’Intérieur, pourquoi autant d’obséquiosité à l’égard d’une « religion » qu’il qualifie de belle religion alors que le fait d’évoquer les racines chrétiennes de la France serait faire une « relecture historique frelatée qui aurait rendu la France nauséeuse » ?

Par ailleurs, oser affirmer que l’arrestation de Salah Abdeslam a porté un coup sévère à Daesch est une farce qui doit faire rire l’État islamique. Enfin, notre ministre des finances reproche aux autorités belges leur naïveté et leur laxisme qui ont conduit au communautarisme. Mais qu’ont fait nos gouvernants depuis des années dans notre pays si ce n’est la même chose ? Des Molenbeek nous en avons une multitude sur notre propre sol, au sein des territoires perdus de la République. L’exemple de Saint-Denis, cité royale et nécropole des rois de France fille aînée de l’Église devenue cité de l’islam – conséquence de quarante ans de lâcheté – le démontre amplement.

Alors, devant l’aveuglement et le déni de réalité de nos gouvernants, il devient urgent de leur démontrer pourquoi l’islamisme est bien l’ennemi à abattre, le cancer à éradiquer, et pourquoi l’islam est incompatible avec la démocratie et constitue une menace pour les nations européennes.

En effet, en démocratie, ce sont les hommes qui font les lois. En islam, c’est Dieu qui a fait les lois, inscrites définitivement dans le Coran, et il n’est donc pas permis aux hommes de les changer. Et ces lois interdisent la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ce qui est incompatible avec notre conception du monde. Ensuite, la femme n’est non seulement pas l’égale de l’homme mais – des « savants » et théologiens musulmans viennent de le confirmer – ne peut être considérée au mieux que comme un mammifère, au même titre qu’une chèvre ou un chameau ! Cette conception de la femme est incompatible avec nos convictions.

Par ailleurs, la Charia qui représente la loi islamique et qui est donc le bras armé de l’Islam dans sa conquête du monde pour imposer le califat a été jugée incompatible avec la démocratie en 2003 par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH).
Il faut donc en tirer les conséquences. Car des millions de musulmans se réfèrent à une constitution politico-religieuse – le Coran – qui leur sert de guide suprême et qui prime sur tout autre livre, constitution, loi ou tradition.

Mais alors, ce livre est-il compatible avec la Constitution française, les lois, les traditions, les valeurs, les modes de pensée et la culture qui nous imprègnent ? A l’évidence, non. En effet, une analyse précise et objective de ce livre montre, non seulement à quel point il est en opposition frontale avec les fondements-mêmes de nos démocraties européennes, mais que nombre de ses versets, en complète opposition avec notre culture, sont – il faut le dire – susceptibles d’actions pénales dans la mesure où ils constituent une évidente provocation à la haine, à la violence, à la discrimination, au racisme, au sexisme, à l’antisémitisme.
La lecture attentive du Coran nous révèle donc bien son incompatibilité évidente avec la culture française et européenne. Alors, le chantage à l’islamophobie ne tient pas et doit être rejeté.

Il devient urgent que nos élites politiques et notamment nos gouvernants prennent conscience de cette incompatibilité de l’islam avec la démocratie et en tirent les conséquences. Il y va, en effet, de la vie des peuples européens. Car les musulmans connaissent le Coran, le considèrent comme supérieur à tout, et savent que ce livre n’est pas compatible avec la société française ou européenne dans laquelle ils vivent.

Mais la quasi-totalité de nos élites politiques n’a jamais ouvert un Coran et prétend, en l’affirmant doctement, que ce livre est en parfaite adéquation avec tout ce qui constitue notre pays aux racines chrétiennes. Un tel aveuglement est coupable et le peuple ne pourra pas accepter encore longtemps de se laisser massacrer et de compter ses morts sans réagir. Car, ne nous voilons pas la face, une guerre civile caractérisée par sa nature ethnoculturelle a commencé.

Devant l’évidence, il n’est plus temps de tergiverser. Un sursaut est obligatoire. Ce sont des actes forts qui sont à présent attendus. Dans cette guerre que nous a déclarée l’Islam, l’ennemi n’est pas seulement à l’extérieur; il est à l’intérieur, et cela concerne l’ensemble de l’Europe.
Une cinquième colonne est bien à l’œuvre sur l’ensemble du territoire européen. Les actions meurtrières planifiées, coordonnées et exécutées à Paris et à Bruxelles (mais demain à Berlin, à Londres, à Rome, à Madrid, à Copenhague, à Stockholm, à Vienne, de nouveau à Paris) sont le résultat de décennies de laxisme en matière d’acceptation sans contrôle d’une immigration qui véhicule une culture de mort hostile à la nôtre.

On ne peut pas envisager le vivre-ensemble avec le diable. La situation est aujourd’hui aggravée par le fait que les flux migratoires massifs et incontrôlés qui déferlent sur l’Europe sont infiltrés par des milliers de djihadistes plus radicaux encore que les nôtres.
Enfin, il faut être conscient qu’il existe sur notre sol, entre ces islamistes radicaux « français » ou pas (plusieurs dizaines de milliers d’individus dangereux aujourd’hui, il faut être lucide) et une population d’origine immigrée de confession musulmane respectueuse des lois car intégrée, un cercle intermédiaire composé de centaines de milliers de personnes, plus ou moins acquises aux premiers et prêtes à les aider de différentes façons lorsque le moment se présentera. Elles occupent les territoires perdus de la République vidés de ses autochtones et qui, comme Molenbeek pour la Belgique, n’ont plus rien de commun avec la France ou l’Europe. C’est de cette même aide ou « solidarité » islamique que Salah Abdeslam a bénéficié pendant quatre mois parmi les siens.

Alors certes, il faut développer les moyens de renseignement et la coordination entre pays européens, mais cela ne suffira plus. Si nous sommes en guerre comme l’a affirmé le Président de la République, il faut à présent frapper fort l’ennemi sur notre sol. Et l’état d’urgence n’est plus adapté à une telle situation ; c’est l’état de siège qui doit être décrété conformément à l’article 36 de la Constitution. C’est, en effet, l’équivalent de la bataille d’Alger (1957) qu’il faut aujourd’hui engager sur ces territoires perdus de la République pour neutraliser les islamistes et rétablir l’état de droit.

Par ailleurs, l’ennemi étant nommé il faut élaborer et mettre en œuvre une nouvelle politique globale visant (ce doit être le but de guerre) à enclencher un processus de « désislamisation » sur le long terme de notre société par l’adoption de mesures spécifiques qui doivent répondre à un principe de précaution (arrêt de l’immigration extra-européenne, suppression du regroupement familial, renvoi de tous les clandestins ou déboutés du droit d’asile, refonte complète de notre politique d’immigration, de notre code de nationalité, suppression de la bi-nationalité avec les extra-européens, fermeture définitive des mosquées salafistes, arrêt de la construction de mosquées, fermeture des abattoirs halal pratique immonde incompatible avec notre mode de vie, suppression de l’AME et des pompes sociales aspirantes, expulsion des familles polygames, refondation de l’école et de l’enseignement dispensé qui doit répondre à la transmission de notre héritage historique, spirituel et culturel qui n’a rien à voir avec l’islam…en un mot instaurer/rétablir une préférence nationale et, même, une préférence de civilisation).

Il faut, en fait, provoquer, faciliter, inciter par tous les moyens ceux qui ont des difficultés à s’intégrer ou qui refusent nos principes, nos valeurs et nos traditions à quitter la France. Il faut même les pousser à émigrer vers des terres musulmanes pour pratiquer leur islam comme le prescrit d’ailleurs le Coran. C’est à présent une nécessité.

Le cardinal de Richelieu affirmait que « la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire ». Alors, faisons-le pour le salut de notre nation et des peuples européens.

Général Antoine MARTINEZ

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Gummel

Votre fixation sur les musulmans sur l’islam vous empechent d’entrevoir la realité du probleme. Pendant que vous stigmatisez islam et musulmans, dans tout les domaines politique, finances, presse, tv, etc. vous n’avez plus le droit de d’emettre vos opinions sur les plateaux de tv. Bientot plus aucun droit. Ce ne sera certainement pas la faute aux musulmans.
Dormez, dormez mon general vous et vos semblables. Le reveil sera brutal.

jino

Dis moi, et les 200 morts, les centaines d’estropiés en 3 mois, c’est la faute aux musulmans ou non? Se battre contre l’importation de sauvages et l’islamisation de notre pays et de l’Europe n’empêche pas de lutter aussi contre l’oligarchie européenne ultra-libérale, contre la casse du service public, contre le chômage massif voulu par le MEDEF, contre la suppression des retraites et contre le détricotage du code du travail. D’ailleurs tout cela est lié.

Yves 54

D’accord! Toute chose qui n’est pas datée n’existe pas ! QUAND ? Mai ? Car à ce stade de déliquescence, hormis un putsch ? …… Faudra t il attendre la prochaine vague massive d’attentats ?

Adrien

Ce texte est en quelque sorte une version moderne de l’appel du 18 juin du général de Gaule et mérite d’être publié dans toute la France!

François Servenière

La phrase manquante du Gal Martinez dans mon texte est « Et l’état d’urgence n’est plus adapté à une telle situation ; c’est l’état de siège qui doit être décrété conformément à l’article 36 de la Constitution. »

François Servenière

Merci Général Antoine MARTINEZ pour votre magnifique texte. D’une sagesse politique, militaire, civile et morale exemplaire. Je voudrais cependant revenir sur un détail de votre texte, précisément sur la phrase . J’irai plus loin que vous. Je pense qu’il faut d’ors et déjà que la France (seule), ou l’Europe (ce sera plus dur, le consensus…), demande à l’ONU mandat pour se déclarer juridiquement en Etat de guerre. https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_de_guerre

François Servenière

Je ne comprends pas cette zone de non droit politico-adminstrative qui fait, d’un côté, déclarer par tous les observateurs et politiques européens que nous sommes réellement en guerre, (alors qu’elle ne fait qu’un travail de police) et cette situation d’attente juridique, comme dans une hall d’une gare, qui nous empêche de prendre le taureau par les cornes, de monter une armée de défense militaro-civile (une garde nationale qu’il serait facile d’armer) et d’éradiquer l’ennemi déclaré là où il se trouve, dans les 751 quartiers perdus de la République pour ce qui concerne la France. Cette situation d’attente est d’autant plus incompréhensible que ce ne sont que les centaines de morts supplémentaires dans la population civile française et européenne qui en retarderont l’échéance inéluctable. Mes enfants ou les vôtres seront-ils les prochaines victimes de cet atermoiement irresponsable ?

croquignol

Tres beau texte ,merci mon general !!

ANTON

Le vendredi 19 avril 2013, l’imam de la mosquée du Mirail, à Toulouse, Mamadou Daffé, avait été très clair dans son prêche. Il avait dit à ses ouaillesque l’islam est au-dessus de toutes les croyances et des autres modes de vie, après avoir dit que les non-musulmans devront être soumis de gré ou de force. Il n’avait pas du tout été gêné d’ajouter cette phrase qui lui parait toute naturelle, s’inspirant du message de son cher prophète : « quand vous tuez, tuez de la meilleure façon, quand vous égorgez, égorgez de la meilleure façon ». N’est-ce pas faire l’apologie du terrorisme ? Ces abrutis ne doutent de rien, et rien ne leur fait peur. Que personne, et surtout pas nos chers élus, si un de ces quatre le peuple se soulève ! Non, ce n’est pas de l’incitation à la haine, c’est une invitation au réveil…

BALT

Général Antoine Martinez, vous avez parfaitement raison. Pour diminuer considérablement les risques d’attentats, LA solution est d’interdire l’Islam en France et en Europe. Tout le reste est balivernes.

André Léo

Fort et clair, mon général!
Dans cette France avilie, piétinée, ridiculisée par le hollandisme, notre France dézinguée par le fascisme islamiste aidé, encouragé par ses supporteurs de gôche, dans notre belle Nation qui fut Laïque avant 68, ses lois Pleven, Gayssot et Taubira, dans la France de Chirac et Sarkozy qui ont organisé la liquidation de la Laïcité à grands coups de HALDE et de commissions Machelon, votre courage tranche singulièrement.
Puisque l’intérêt électoraliste des politiciens et le sectarisme quasi religieux des multiples « défenseurs » de la Laïcité n’aboutit à aucune fédération de patriotes, vous avez toute votre place dans le combat rassembleur.
« Tenez bon! Nous arrivons! » avait télégraphié Le Gl Leclerc aux résistants parisiens, un 23 août 1944. Des électeurs du FN exprimant leur ras- le-bol de l’UMPS aux électeurs du péhesse orphelins de Babeuf, il y a là 75% de Français qui « tiennent bon » en attendant » une proposition rassembleuse. Faites vite!
« 

Schaffner

A vos ordres Général !
Merci pour votre texte magnifique.
Que la bataille commence !
Signé : un Suisse aux bras noueux prêt à rejoindre la troupe.

jino

Il n’y a qu’un seul moyen de sortir de cette situation, c’est de faire avec les musulmans de France ce que les algériens ont fait en 1962 avec les français d’Algérie, les foutre dehors. Leur donner 6 mois pour quitter le pays. Nous avons fait énormément d’efforts et de concessions ces 30 dernières années pour essayer de vivre avec ces individus, mais eux ne veulent pas de nous dans NOTRE propre pays. Ils rendront ce pays exsangue après en avoir profité pendant des décennies, ils en feront un désert de cailloux et de désolation. Foutons les dehors si nous voulons vivre, mais pour cela il faudra évidemment passer par un changement de pouvoir radical, si ce n’est pas par les urnes, il faudra que ça soit par la force.

Josette Gazu

la dictature, ça commence par la télé et ça finit par l’autocensure et la soumission.

Josette Gazu

La dictature, ça commence par la télé et ça finit par l’autocensure et la soumission!

Filochard

Sauf votre respect mon Général, un simple (vieux) sergent chef, vous fera remarquer que vous reprenez ,tous les articles parus dans RL depuis un bon moment et vous en faites un condensé ;Certes très bien écrit, mais qui n’amène rien de bien neuf. Je me pose la question, sommes nous vraiment en guerre ? Si oui , il faut une mobilisation générale , et crever l’abcès les armes à la main. Certes une guerre amène des morts , il ne faut donc pas s’en étonner .Sinon si nous ne sommes pas en guerre alors laissons ce cancer se répandre, et fermons nos g…..

André Léo

Rien de neuf, écrivez-vous? L’ensemble du texte du Général n’est que propositions.
Il y a des milliers d’Antoine Martinez en France, indignés comme nous du laxisme bobo mondialiste. Des innombrables candidats à la « magistrature suprême », aux seules fins de se goberger aux frais du contribuable, on peut retenir deux ou trois hommes et femmes politiques véritables autour desquels il faut bâtir l’Union Nationale. François Fillon, le plus honnête, au programme le plus élaboré, Marion Maréchal la plus prometteuse de nos mariannes de France*, Laurent Wauquiez, le battant qui ose le discours patriotique, ils ne sont pas nombreux.
*Parallèle républicain avec la princesse Jehanne, (1407-1449) fille du duc Louis d’Orléans, qui s’était battue comme une lionne pour restaurer la royauté et pour faire recouvrer son duché d’Orléans à son demi-frère Charles.

lebreton

Bien vu Pilochard un autre S/Chef

Nico

Le seul renpart contre l’islamisation c ‘était la monarchie catholique mais depuis le coup d’état des républicains de 1789 , notre nation connaît une lente dégringolade jusqu’à sa mise à mort prévu et planifié pour bientôt par nos politicards franc-maçon.

Caroline C

De plus parler de crachats est une inversions accusatoire ridicule . Ceux qui vivent en zone infestées savent de quoi je parle . Celles surtout .

Sophie Noêl

Bravo à vous

ania

« Tous unis contre la haine »
Tous unis contre la haine ISLAMIQUE et leurs soutiens !

bithovan

mon génèral ; vous étes le éniéme qui venez raconter l’ histoire il y en n’a un ; qui doit méme ce présenter ; que devons-nous faire ,nous les sans dent; s’y les gégénes ne font qu’écrire pour continuer a ne pas agir.

henri ubeda

Hey mon General , vous dites il faut frapper fort . Oui je veux bien , mais avec quoi ? les francais ne sont pas americains , ils n’ont que des vielles petoires pour aller a la chasse n, 2 / le karcher du nain quelle plaisanterie , alors la seule solution C qu’un Monsieur ayant des C , et pas seulement des galons ,parle a certaines troupes non verolees par les muz , de faire un coup d’état au milieu de l’assemblee et du senat , immobiliser physiquement les têtes corompues et vendues aux Arabes qui tirent les ficelles , bref a votre age vous savez ce qu’il faut faire , votre experience ne doit pas se limiter a ecrire ce que tout le monde sait , les francais sont des moutons qui se dirrigent allègrement a l’abattage allal , mais parmi ces endormis il y en a qui n’attendent qu’un signal d’hommes forts pour foncer dans les tas .
Helas ne compez pas sur moi , j’habite a 20000 km de la France et sur mes 75 ans , toujours solide et aussi volontaire qu’a 19 ans en kabylie avec mes potes

pikachu

Sans vouloir ôter au mérite de l’article, le propos :  » des « savants » et théologiens musulmans viennent de confirmer [que la femme] ne peut être considérée au mieux que comme un mammifère, au même titre qu’une chèvre ou un chameau ! » est faux.
Cela provient d’un auteur canadien satyrique, Bob flanagan, dont l’article a été publié en anglais et français.
Il serait donc intéressant de corriger cette partie de l’article qui fait baisser sa crédibilité.

Les articles incriminés
http://www.journaldemourreal.com/arabie-saoudite-des-scientifiques-admettent-que-la-femme-est-un-mammifere-mais-pas-un-humain/

http://worldnewsdailyreport.com/saudi-arabia-panel-of-scientists-admits-women-are-mammals-yet-not-human/

On constatera que pour le même article, du même auteur, Jillian Birch devient Julie Cousteau quand on passe de l’anglais au français.