Les Africains ont participé au trafic d’esclaves pendant des siècles

Je me suis permis, dans un récent article, de proposer un cours de l’histoire de l’esclavage à une partie de ce peuple noir qui semble, ou préfère, l’ignorer totalement afin de pouvoir accuser les Blancs de tous les maux et d’exiger d’eux une perpétuelle repentance ou, pour le moins, ce qui est la mode actuellement : des génuflexions de soumission.

Les Noirs n’apprécieront peut-être pas que ce soit un Blanc qui leur balance certaines vérités, alors, comme selon le dicton « on n’est jamais si bien servi que par soi-même », et qu’ils ont la chance, dans leur ignorance supposée, de posséder quelques lumières, je leur propose aujourd’hui de poursuivre leur apprentissage grâce à l’anthropologue sénégalais Tidiane N’Diaye et à son remarquable ouvrage « Le génocide voilé » (Éditions Gallimard – 2008).

En voici un extrait significatif : « Les trafics d’esclaves n’auraient pas été possibles sans la collaboration active des Africains et la collaboration des Arabo-musulmans.

Par lâcheté intellectuelle, ou opportunisme politique, souvent le voile a été jeté sur cette réalité incontestable : les États nègres d’Afrique ont participé et se sont enrichis grâce à ce commerce, à l’exemple de royaumes comme le Ghana ou le Bénin, au cours de plusieurs siècles de traite d’esclaves, tout d’abord avec la complicité des Arabo-musulmans puis, plus tard, celle des Occidentaux.

Ce sont là des faits historiques négligés, ou occultés par les principaux intéressés : les Noirs descendants de l’esclavage.

Les Africains ont participé à la traite transatlantique et au trafic d’esclaves durant des siècles.

Tout d’abord des razzias étaient organisées par des sultans arabes afin d’approvisionner les marchands qui vendaient les captifs africains. Par exemple celui du sultan de Bornou (actuel Nigeria).

Tous profitaient de ce trafic d’esclaves et notamment les monarques du Dahomey. Ils ont vécu du sang, de la sueur et de l’agonie de leurs peuples, qu’ils livraient aux Arabo-musulmans, puis ce fut l’arrivée providentielle, pour les débouchés de leur commerce, des « négriers blancs », qui leur ont permis une ouverture internationale, qui leur a permis d’écouler leur surplus de captifs.

La responsabilité de ces « roitelets » cupides ne fait aucun doute. Ils se souciaient peu de la destinée de leurs frères. Ils sont surtout, et même davantage, coupables que les premiers négriers arabes ou égyptiens puis, plus tard, européens.

Dès le début, afin de se procurer de la main-d’œuvre, les guerres tribales se font de plus en plus nombreuses et violentes. Les tribus victorieuses obligaient les vaincus à subir leur domination et à accepter une position de subordination : ils devenaient captifs des vainqueurs.

D’autre part, les famines étaient si fréquentes que même des hommes libres se vendaient directement comme captifs, ou vendaient leurs propres enfants.

Le système de caste a toujours existé, et existe toujours de par le monde, mais il est une constante dans les sociétés négro-africaines, et c’est ce système qui procure de nombreux asservis dans bien des civilisations. Il est appliqué depuis des millénaires en Afrique. Il a engendré une classe de seigneurs qui ont soumis au servage l’Afrique subsaharienne.

Ce sont eux qui devraient reconnaître officiellement leurs responsabilités dans le trafic des millions d’esclaves et auraient dû le faire bien avant les pays occidentaux qui l’ont fait.

Ils auraient dû reconnaître le rôle honteux qu’ils ont joué durant des siècles et qui se poursuit de nos jours dans certains États.

Les évêques africains, en octobre 2003, avaient réclamé « Le pardon de l’Afrique à l’Afrique ».

Ils s’exprimaient : « Commençons donc par avouer notre part de responsabilité dans la vente et l’achat de l’homme noir, hier et aujourd’hui. Nos pères ont pris part à l’histoire d’ignominie qui a été celle de la traite et de l’esclavage noir. Ils ont été vendeurs dans l’ignoble traite atlantique et transsaharienne. Les Noirs n’ont pas le droit d’ignorer leur immense responsabilité dans le trafic de l’esclavage ni d’écarter les siècles de complicité intéressée des Arabo-musulmans, dans l’organisation et l’exploitation des Noirs africains.

Ce sont eux les premiers et principaux responsables de ce commerce juteux car quand il n’y a rien à acheter, on n’achète pas. »

** Que tous les Noirs issus de l’esclavagisme accusent les vrais responsables et non pas ceux qui ont aboli l’esclavage : les Blancs.

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

27 Commentaires

  1. Si tu veux inverser une accusation, tu es prié de contacter RL. Ce sont des professionnels. L’esclavage des noirs africains, c’est la faute des africains Ha Ha, Ha. Plus le mensonge est gros mieux il passe.

      • Ce qui me plait c’est la vérité et elle n’est jamais faclle à regarder en face!

    • Et à part les sarcasmes du sot convaincu que son ignorance lui donne la science infuse et qu’il n’a pas besoin d’aller ouvrir un livre, que la seule force de son esprit suffit, vous avez des arguments, des éléments historiques, pour réfuter?

      Allez, je suis charitable, pour vous éviter de perdre du temps, pas la peine de chercher : la vérité est que ce sont les Noirs eux-mêmes qui ont organisé le commerce négrier.

    • si tu ne veux pas admettre, c’est ton droit mais sache qu’il n’y a que la vérité qui est difficile à croire

  2. Concernant l’esclavagisme, les Africains furent les pires salauds car ils vendirent leurs frères, voire leurs enfants… et leurs descendants se posent encore en victimes.

    • Dans « Confessions d’un négrier » de Théodore Canot il raconte un achat de captifs d’un roi du Bénin , ou ce roi leur fourgue aussi son neveu parce qu’il le soupçonne de comploter contre lui .
      (c’est un petit bouquin interessant parceq que très factuel , le gars raconte son vécu , moralement c’est dég… mais au moins on sort des fantasmes , c’est le réel)

  3. D’autant plus que les descendants en ligne directe de beaucoup de roitelets africains responsables de ces trafics ont encore pignon sur case en Afrique…

  4. Toutes ces manifestations, revendications ne sont en rien de l’anti racisme, mais une remontée en puissance d’une mentalité de revanche et de rancune haineuse, savamment distillé par des groupements et militants cherchant à saper les sociétés occidentales. La gauche mondialiste, anti républicaine et anti nationaliste, est complice de cette montée de haine revancharde, encouragée par les militants communautaristes et ethniques et les délinquants et les caïdats des banlieues qui s’en servent pour affaiblir la justice, les forces de l’ordre et les règles et lois de notre société, pour mieux appliquer les leurs.
    Les médias plus ou moins conscients et manipulateurs sont devenus des vecteurs et amplificateurs de ces tensions, avec en plus l’effet accru des réseaux sociaux pernicieux.

  5. La propagande manipulatrice gauchiste ainsi que celle faite par les dirigeants des nations africaines évitent d’aborder les faits et réalités historiques d’avant la période coloniale. Ils éludent les faits réguliers de pirateries et les razzias sur les côtes européennes commises par les barbaresques qui pillaient les villages et ports, enlevant des habitants pour en faire des esclaves. entrainant l’intervention des nations occidentales au 18 ème siècle, pour faire cesser ces agressions.

  6. 1) qui a vendu les noirs aux blancs ? les noirs et les arabes.
    2) en France, nous les blancs de souche, sommes chez nous et ce n’est pas les traoré ou similaires qui nous ferons partir comme je l’ai entendu plusieurs fois; POINT FINAL

    • ce n’est pas les traoré ou similaires qui nous feront partir………………

  7. Et le personnage noir qui était sur Sud Radio pour débattre avec notre amis Jean Messiha,il faut lui expliquer cela pas lui faire lire(je pense qu’il ne c’est pas lire)pour lui la traite des noirs c’est exclusivement fait que par les Blancs,encore et toujours un suprèmaciste noir.

  8. Quand on y réfléchit , ça s’appelle « marcher sur la tête » .
    La traite transatlantique est la seule décriée , alors que les négriers étaient des commerçants achetant les captifs des rois africains .
    Et on ne dit rien de la traite arabe , alors que souvent ils faisaient eux-mêmes des razzias dans les villages de l’Afrique de l’Est (les mémoires de Livingstone sont éloquentes)
    Comme toujours le récit de la gauche est pro islam et anti occident.
    Le plus grave là dedans , c’est que ce récit rentre dans la tête des Noirs . ,et ils viennent nous faire ch… jusque chez nous avec leurs manifs à la c…

  9. Voila tout est dit a la fin du texte. Il serait temps de remettre les pendules à l’heure !

  10. Excellent article qui vient de filer 20 kg d’hémorroïdes à taubira.
    Rappel :
    Il ne faut pas trop évoquer la traite arabo-musulmane, afin que les « jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes ».
    taubira 2006.

  11. jamais aucun blanc n’a été capturer d’esclaves, ils les achetaient dans les ports d’afrique
    en revanche les arabes allaient faire des razzias ,

  12. He oui pauvre blanc vous êtes les victimes de tout ça si il n’y avait pas eu des fils de p…. pour vendre leur frère l’esclavage n’aurait jamais existé. Le blanc c’est propre.

    • Le blanc n’est pas mieux ni moins bien!!!
      Par contre l’histoire est inaltérable! Ce qui s’est passé,ne peut être nie.

  13. Vous connaissez la différence entre la traite des noirs par les blancs sur le nouveau continent et celle promue par les arabo musulmans dans la péninsule arabique et l’empire ottoman ?

    Celle des arabo musulmans n’a fait aucun survivant.

    Alors que celle par les blancs a peuplé un continent d’esclaves… devenus libres…à la demande des blancs.

    Allô Diallo ?

  14. Merci pour ce bel article. Il est évident que ceux qui agitent le thème rebattu de l’esclavage savent très bien à quoi s’en tenir, mais la question n’est pas là. La vieille histoire de la traite et du racisme sert à jouer avec un sentiment de culpabilité bien développé et soigneusement entretenu en Occident. En affirmant que l’homme blanc est coupable (et en oubliant que seuls les Occidentaux ont aboli l’esclavage) les agitateurs et les provocateurs justifient simplement leurs revendications communautaristes, leurs discours haineux et leur racisme maladif.

  15. Non seulement les noirs africains ont pratiqué l’ esclavage des noirs mais ils le pratiquent toujours encore aujourd’ hui avec les arabes et les mahométans dans la plupart des pays de l’ OCI. Mieux encore, ils implantent l’ esclavage au cœur des capitales européennes en le qualifiant pudiquement de moderne.

  16. Un superbe cas d’école à ne pas ignorer : Antonio devenu Anthony Johnson (1600/1670) cf wiki « Anthony Johnson (colonisateur) »

Les commentaires sont fermés.