Les amalgames pour flinguer les vérités de Robert Ménard !

ménard

Robert Ménard est Maire de Béziers et il fait l’objet d’attaques ignobles de la part de la bien pensance fascisante. Celle-ci interdit la libre expression. Nous vivons sous la dictature de la pensée qui souhaite tout contrôler au nom des « droits de l’homme ».

Aujourd’hui, un de Gaulle serait condamné, un Coluche, un Le Luron, un Desproges seraient vomis par la bien pensance. Nos espaces de liberté se rétrécissent de jour en jour, au nom de la Liberté bien sûr ! Ô Liberté que de crimes commet-on en ton nom disait Madame Rostant à l’échafaud.
Olivier Picard de l’Obs, (l’ancien Nouvel Obs) a produit un article qui est le parfait exemple de cette volonté de faire taire un Robert Ménard, mais aussi tous les amoureux de la liberté d’expression. Il dicte, exige et manipule le vocabulaire qu’il sait être, en parfait gauchiste, la clef de la victoire. Contrôlez le vocabulaire et vous réduisez la libre pensée, vous interdisez l’argumentaire, vous interdisez la libre expression à la source en enfermant l’idée puis le verbe dans un carcan de convenance et d’expressions toute faites.
Quelques exemples dans cette logorrhée parue dans ce torchon de la bien pensance:
(…) douloureuse radiographie d’une France saisie par la peur de l’étranger la plus primaire ». – Ménard irait-il trop loin, donc ? Il a déjà dépassé les bornes de l’acceptable.
Ce Fouquier Tinville de la bien pensance a oublié les heures les plus sombres mais s’alarme et regrette: ses sorties de route volontaires, et de plus en plus scandaleuses, ne provoquent pas le rejet pur et simple qu’elles auraient suscité il y a encore quelques mois ! Ses petites horreurs égoïstes sont désormais recevables. (…) en toute impunité. Vivement la guillotine pour ceux qui pensent mal ?
Il parait qu’il fait plus fort que Marine Le Pen (suivez l’intention): Ainsi, l’homme qui s’était battu contre les dictatures du monde entier a tranquillement qualifié les réfugiés syriens de « déserteurs », voire de « complices », par abandon de poste, de l’avancée des bouchers de Daesh.
Dans cette vidéo,(ICI) vous trouverez un Robert Ménard pugnace, en but avec le représentant affligeant de « Terre d’asile » et deux journalistes bien pensants. Aucune interrogation sur le fait que c’est justement parce que Robert Ménard est parfaitement éclairé sur la question des réfugiés qu’il peut lui, le dire ! Oui, et c’est une évidence, ces hommes sont venus de Turquie, du Liban et avaient quitté la Syrie et l’Irak depuis bien longtemps, ils ne sont rien d’autres que des « déserteurs » alors même que des femmes syriennes, irakiennes, yazidies, chrétiennes, kurdes et même musulmanes, ont fait le choix de se battre les armes à la main. C’est quoi un clandestin qui n’était pas en danger en Turquie et qui fuit au lieu de prendre les armes chez lui, dans son pays? Les parents d’Aylan vivaient en Turquie depuis 4 ans. Ils n’étaient pas en danger. Aylan est mort et l’exploitation de sa mort est terrible, c’est une saloperie commise par des journalistes, aux ordres de qui ?
Monsieur Olivier Picard a une conception du courage plus proche de la mentalité des journalistes en 1940 que de celle des résistants « fuyant » à Londres, souvent seuls, pour établir les premiers embryons de la Résistance.
À sa démonstration il y ajoute la suspicion, une figure de la rhétorique classique communiste, façon stalinienne:
Il a vu, nous dit-il, des milliers de réfugiés crier « Allah Akbar » sur les quais de Budapest. Vu de ses yeux vu ? Non, à la télé… Pas de chance : la reporter de « L’Obs », Doan Bui, également présente sur le plateau de France 3, y était, elle, sur les quais de Budapest, et elle n’a pas entendu de tels cris résonner dans la gare… 
Il se trouve qu’il y a effectivement des vidéos qui démontrent que des Allah Akbar ont été proférés. Sa correspondante n’a rien entendu ! Auquel cas, il faudrait l’équiper en urgence d’un sonotone !
https://www.youtube.com/watch?v=S-ARmoP9nL8
Puis de nouveau une autre figure de rhétorique qu’est l’accablement compassionnel:
(…) triste épilogue, peu avant minuit, d’une journée particulièrement noire pour les humanistes de ce pays.
Vous êtes prié de sortir vos mouchoirs et de verser une larme sur ce peuple égoïste ou insouciant, basculant vers la noirceur de la bestialité. Il poursuit sur des parallèles qui sont des insultes au bon sens commun en utilisant la rhétorique de l’amalgame:
Ce n’est pas rassurant. C’est inquiétant. C’est terrible au regard de l’histoire. Aurions-nous oublié l’extraordinaire émotion collective que nous avions ressentie quand le rideau de fer s’était physiquement déchiré (…) La Hongrie, premier domino de la libération des pays de l’Est qui devient le premier domino de nouvelles murailles de barbelés. Quelle désolation !
Quelle parfaite ignominie que de comparer la libération des peuples sous le joug soviétique et celle de hisser des barrières pour éviter de se faire envahir par des clandestins furieux, prosélytes et exigeants ! Quel rapport avec l’histoire ? Aucun ! Ce sont deux faits qui n’ont aucun lien, mais qu’importe pour ce triste sire, soi-disant journaliste, puisqu’il faut culpabiliser le bon peuple, mettre au pilori les femmes et les hommes qui refusent ces diktats qui consistent à se laisser envahir par des clandestins composés à 75% d’hommes. Faudra-t-il ouvrir des bordels, si possible halal, pour que ce journaliste, qui ne voit semble-t-il,  pas plus loin que le bout de son ego, retrouve son calme et un peu de bon sens et de justesse ?
Concluons sur le bouquet final de son « feu d’artifice » qui dévoile le fond de sa pensée gauchiste ! Pas besoin de lui demander pour qui il a voté en 2012 !
Hélas, il y a beaucoup de Ménard dans la France tétanisée de septembre 2015. Jusqu’où pousseront-ils ce pays quand la classe politique, qui pisse de trouille dans son froc devant le FN, consacre beaucoup de sa parole à « comprendre » leurs élans d’égoïsme, leurs « ras-le-bol », leurs « inquiétudes » quand il faudrait les combattre. Sereinement, mais résolument. Et vous, vous allez jusqu’où ? Jusqu’aux mensonges, au non-dit, à la délation, à la mise au pilori, à la mauvaise foi ?
Voici un exemple de ces méthodes, de ces techniques pour déboussoler les lecteurs, les auditeurs, les téléspectateurs! Ce sont les mêmes méthodes qui, dans chaque journal radio-télé, associent compassion, émotion et condamnation. Des méthodes qui portent atteintes à nos libertés, à la libre expression, à la libre critique, à la libre pensée. Elles servent à réduire notre espace de réflexions et nous interdire de penser différemment sous peine d’être taxé de fasciste et autres « heures les plus sombres » ! Gardons les yeux ouverts, l’esprit attentif. Nous ne sommes pas des poissons à la mémoire de trois minutes ! Notre mémoire à 2000 ans !
Lisons, écoutons, regardons les informations sur nos radios-télévisions et gardons en mémoire que le but est de nous soumettre à la pensée unique, à la dictature de la pensée.
Gérard Brazon (Le Blog)
 

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. Il y a encore dans notre pays des « journaleux » de bas étage, qui se rendent compte que la pensée soixante huitarde entretenue à grands efforts, s’effrite voire s’effondre dans notre pays. Cette pensée qui nous a tiré vers l’abîme depuis 40 ans… Je crois que c’est Eric Zemmour dans « Le suicide français » qui en parle le mieux. Cette pensée qui a tétanisé le peuple et certaines élites au point de nous rendre muet, car tout était fait pour nous culpabiliser d’être tout simplement patriotes (oh le gros vilain mot..). Ce mot redevient à la mode car il y a le feu. Pour résumer, ce Picard ainsi que l’autre nain de Mouchard/Joffrin se rendent très bien compte que leur idéologie est en train de disparaître. Et….. ils rament tant qu’ils le peuvent pour l’éviter. Car ils y tiennent c’est ce qui leur a permis d’être invités sur les plateaux télé (ainsi que d’autres idiots utiles..) depuis des lustres. C’est ce qui leur a permis de faire régner autour d’eux leur « mauvaise influence ». Quand on voit le peu de lecteur de l’Obs on reste pantois… Et Mouchard/Joffrin continue à ouvrir sa gu… alors que la majorité des français ne l’écoute pas.. Ils sont pathétiques car ils n’ont même pas l’intelligence de se questionner et de se dire que finalement ce sont EUX les collabos d’aujourd’hui. Ils ne se rendent pas compte que lorsque la bataille sera gagnée (car nous la gagneront) ils devront s’expliquer sur leurs choix hasardeux et anti-patriote…
    Car le Peuple est de retour, ce n’est pas le « Retour du Jedi » c’est « Le retour du Peuple de France » …. Allez vous cacher Messieurs, vous avez perdu.

  2. @ Gérard Brazon et @ RL
    Entièrement d’accord sur tout avec vous M. Brazon, sauf sur un point :
    « Quel rapport avec l’histoire ? Aucun ! ». Mais si il y a un bien un rapport, et sans le savoir vous êtes vous-même victime, M. Brazon, du rabâchage bourrage de crâne évoqué plus bas car vous oubliez que dans cette histoire, les résistants c’est nous, et vous oubliez de traiter les émigrants pour ce qu’ils sont, nos agresseurs, qui nous menacent du joug islamique comme l’étaient les hongrois du joug soviétique, et non des fuyards des crimes de l’EI, puisqu’ils fuient Assad, c’est-à-dire la laïcité qui assure la paix et l’entente, et en passant par des pays où leur survie était garantie, mais où un retour chez eux était encore envisageable.
    Donc il n’y a pas de Hasard à voir ce même domino qu’est la Hongrie être le premier à résister contre l’un et le premier à résister contre l’autre, c’est juste logique. C’est dans cette argumentation là qu’il faut s’élever contre l’ignominie du journaliste de l’Obs. J’insiste, car on voit parfois ce piège se refermer sur les auteurs de RL et leurs commentateurs. Ne nous faisons pas avoir et remettons bien les choses à leur place : nous ne nous battons pas en tant que coupables qui cherchent des excuses, mais en tant que victimes !
    Enfin, plus, bas, d’autres commentateurs ont évoqué différentes méthodes d’endoctrinement des foules béates et serviles, j’ajouterais pour ma part que je rêve de voir un jour l’un des nôtres promettre avant d’intervenir qu’à la première coupure de parole, il arrachera le micro et cassera le mobilier. Parce que ça ne peut plus durer, ça fait 40 ans que ça dure, je n’en plus. Stop à l’impolitesse institutionnelle comme argument de fond. BASTA !!

  3. Monsieur Brazon, j’ai réagi sur votre blog ce matin. J’y décrit les phases de réaction sur l’actualité et l’invasion programmée merkelien des « français lambda », rien de bien nouveau, il suffira de replonger 70 ans en arrière.
    Je pourrais vous faire un copier/coller, mais je risque de déplaire fortement à beaucoup de « résistants du web de la dernière heure ». Ce soir une manif se déroulera pour savoir si nous sommes de vrais patriotes et si nous sommes décidés à dire aux élites que nous ne les suivrons pas dans ce »suicide français » qu’ils nous ont programmé depuis maintenant trop longtemps!
    Un patriote frontiste.

  4. Ami Gérard Brazon. C’est Mme ROLLAND et non Rostant qui a dit « liberté ! liberté ! que de crimes on commet en ton nom ! »

  5. les médias en général sont aux ordres ou sous la domination de la police de la pensée. comment dès lors s’étonner des critiques et mensonges envers ceux qui osent défier cette police ?

  6. Monsieur Robert MENARD est l’Homme providentiel dont la FRANCE a besoin ! Longue VIE à Lui et à ses Vérités qui ne dérangent que les salauds de français, collabos à l’ISLAM !

  7. La publicité en mode subliminale est interdite par la loi depuis très longtemps.
    La socialie « soucieuse de ne pas enfreindre cette loi use de la mé-
    thode du rabâchage . Méthode employée par les frères instituteurs à l’école libre et catholique que j’ai eu l’honneur de fréquenter durant ma scolarité et dont je me souviens parfaitement! preuve de son efficacité.
    Grace à son savant noyautage fait dans toutes les couches de la
    société au moyen d’associations, comités, syndicats, cercles de pensées médias et journalistes serviles et autres, grassement gavés
    par l’argent de nos impôts ayant pour mission de nous servir des
    vérités alhambiquées, dépolluées, et assaisonnées à la sauce Européenne, il se trouve que lorsque nous écoutons un Robert Ménard nous dire la sienne en très peu de mots percutants
    elle apparait comme étant trop simple pour être vraie à certains esprit habitués aux 20h00 des chaines de service public ou les journaleux sont devenus leurs vrais héros habillés en Chanel et Berlutti
    Alors on organise des « débats, des faces à faces » tout en respectant bien sur la parité du 3 ou 4 ou 5 contre un méthode
    toujours gagnante, (voir les agressions de rue ou du couloir de
    métros) la méthode est simple, on donne la parole à Ménard pour
    juger de sa forme mais pas trop longtemps, ensuite un « journaleux »
    récupère un petit détail dans la première phrase et donne la parole
    au contradicteur qui lui se lâche dans un temps de parole non comptabilisé, Ménard reprend la parole devant l’imbécilité de son contradicteur aussitôt coupé et pollué par un ou les deux journaleux
    de service.
    Même scénario avec Mr le maire Sanchez à la dernière réunion invité par le couple Valls Cazeneuve sur l’acceuil des migrants. Là
    comble du comble, c’est un préfet de la république qui s’y colle, sans doute était il le plus près de Mr Sanchez. pour arracher les notes de ce dernier.
    Bref, la seule information valable est celle de certains journaux en ligne qu’il faut promouvoir le plus largement possible.

Les commentaires sont fermés.