Les antifascistes « de théâtre » étaient bien peu nombreux…

Publié le 30 mai 2014 - par - 3 933 vues
Share

Manif-29-05-14-le-pen-retourne-ds-ton-pays

Environ 5 000 lycéens et étudiants manifestaient en France ce 29 mai pour clamer leur volonté d’être remplacés. Sachant qu’ils étaient plus de 300 000 en 2002, cela montre à quel point les Français ne sont plus dupes de la propagande consistant à diaboliser le FN, comme l’avouait Lionel Jospin le 27 octobre 2007 sur les ondes de France Culture : « Nous n’avons jamais été face à une menace fasciste, donc tout antifascisme n’était que du théâtre. Nous avons fait face à un parti, le Front National, qui était un parti d’extrême droite, un parti populiste aussi à sa façon, mais nous n’avons jamais été dans une situation de menace fasciste, et même pas face à un parti fasciste ». Et encore cela était-il dit du temps du père Le Pen !

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=9gwbHoQ7OE0[/youtube]

Mais cet aveu vieux de sept ans n’est sans doute pas parvenu jusqu’aux oreilles, soigneusement bouchées par des syndicats partiaux, des bienheureux étudiants et lycéens, lesquels ont sans doute préféré garder en tête cette anachronique énormité hidalguesque « c’est un parti qui a soutenu pendant la guerre la collaboration avec les Nazis ».

Les jeunes gauchistes, exaltés par leur élan et convaincus d’être du bon côté du manche, ont donc manifesté dans les grandes villes de France, à raison de quelques centaines par villes. Ils étaient 450 à Lille, 300 à Caen, 200 à Rouen, 500 à Marseille et à Nantes, un millier à Lyon et plusieurs centaines à Paris.

Un détail choquant marquait ces manifs pour la tolérance : aucun des garçons ne portait de jupe ! A se demander de quel côté étaient les réacs !

Réunissant des gens autoproclamés gardiens de la démocratie et des valeurs républicaines, qui n’avaient pas jugé utile de se déplacer pour voter mais quand même trouvent le moyen de se plaindre du vote de ceux qui se sont déplacés et contestent un parti qui ne gouverne pas, ces « marches citoyennes contre le F-Haine » étaient, très étonnamment, majoritairement composées de peuplades « souchiennes », à croire que la lutte contre le racisme ne soulève pas l’intérêt de nos pépites des banlieues. Comme à Nantes par exemple, où bien qu’une jolie banderole montre le visage d’une jeune femme noire, aucune personne de couleur ne fasse partie des porteurs de ladite banderole.

Certains arboraient des banderoles « France réveille-toi », ce qui est un comble puisque c’est précisément ce que la France a fait le 25 mai dernier.

Fachos-hors-de-nos-vies

10393731_10151865202997185_4712944477348295786_n

manif-anti-fn-2014-05-29

Manif-anti-FN-Strasbourg

A Strabourg

La-jeunesse-emmerde-le-FN

Dear-Europe-sorry

N’étaient sans doute pas présents non plus les élèves du collège Evariste-Galois d’Epinay, Matéo et Louisa, ces malheureux gamins livrés à des racailles et qui savent bien, eux, ce que veut dire le mot « racisme » . Pas présent non plus, pour cause de torture, ce jeune garçon de 16 ans séquestré et violenté à Echirolles par une bande qui en voulait à son argent.

Par contre, en guise de citoyenneté, les clandestins illégaux étaient plébiscités à Lille, grâce à l’initiative des Jeunes Communistes du Nord pour qui la citoyenneté consiste à prôner l’illégalité.

A Lyon, un couple se faisait photographier : une jeune fille en niqab et baskets du meilleur goût brandissait fièrement la célèbre main jaune de SOS Racisme, tout en se collant impudiquement à un gauchiste dans une attitude pas très halal. Nul doute que la polissonne va se faire remonter les bretelles ce soir…

Manif-contre-le-racisme-Lyon-niqab

A Nantes, un observateur témoignait de l’ambiance bon enfant qui régnait sur place « les « démocrates » sont dans la rue et 1/2 escadron de CRS doit protéger notre permanence de leurs ardeurs démocratiques ».

La vedette du jour, le jeune et frêle Lucas Rochette-Berlon, 17 ans, clone de Clément Méric qui avait agressé par derrière Esteban Morillo, a expliqué devant les caméras que le FN est anti républicain car il exclut une partie du peuple, alors que lui-même était en train de manifester en faveur de l’exclusion… d’une partie du peuple ! Il ne faut pas trop l’accabler Lucas, il est tout jeune… Et puis, la diversité, lui, il en est préservé puisqu’il a la chance d’être dans un lycée catholique très réputé. C’est clair que les wesh-wesh et le grand remplacement, le calvaire des habitants des quartiers condamnés à supporter les racailles, le petit chou, il ne sait pas que ça existe. Lucas c’est un peu Siddhârta enfermé dans son palais avec des grands murs protecteurs autour. C’est l’enfer dans la vie du vrai peuple mais encore faut-il sortir de son beau palais pour se prendre la réalité des choses en pleine face. Il est clair qu’on ne donnerait pas cher de sa peau s’il venait à déambuler dans les quartiers Nord de Marseille…

Ces manifestants, hostiles aux résultats de l’expression populaire, apparaissent plus choqués par le fantasme frontiste hallucinatoire que par les propos bien concrets du socialiste Dominique Raimbourg affirmant que les attouchements sexuels n’ont rien de répréhensibles dès lors qu’ils se déroulent au sein de la famille. Ils ne semblent pas davantage émus par l’augmentation exponentielle du nombre de chômeurs dont ils grossiront eux-mêmes, pour la plupart, les rangs, et ne s’interrogent aucunement sur les raisons pour lesquelles 46 % des ouvriers ont voté FN. Pour eux, c’est simple, c’est 46 % de racistes-fascistes. Surtout rester bien binaires et ne pas chercher plus loin…

« Nous, les vrais républicains, nous sommes majoritaires » a déclaré un responsable de l’Union Nationale Lycéenne, appelant même à une mobilisation permanente jusqu’en 2017.

On a dû oublier de leur dire à tous ces experts en démocratie que si le FN avait une existence légale en France et n’était pas interdit, c’était précisément parce qu’il était conforme aux valeurs républicaines. Affirmer que le FN véhiculerait des idées nazies et fascistes est donc un déni pur et simple de cette République qui autorise son exercice. CQFD. Manifester ou réfléchir, les gamins ont donc plutôt opté pour la manifestation.

A propos, savent-ils, ces jeunes gauchistes que L’Huma avait rendu un vibrant hommage à Staline lorsqu’il est mort ? Staline, l’homme qui a fait couler le sang de 43 millions de personnes en même pas trente ans ?

staline_humanite1

 

Caroline Alamachère

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.