Les apports de la civilisation arabo-musulmane

Une thèse défendue par les intellectuels gauchistes affirme la splendeur de la civilisation musulmane. Surtout au Moyen Âge, la civilisation musulmane connaît un remarquable essor. « La civilisation arabe » est très brillante, par exemple en Espagne, en Andalousie. L’histoire officielle nous apprend que les grandes réalisations de la civilisation musulmane constituent un apport à la civilisation entière. Les mathématiciens arabes ont créé l’algèbre et les algorithmes qui ont permis l’avènement de l’informatique. L’histoire des mathématiques regorge des inventions arabes.Ainsi, on doit aux Arabes la désignation des inconnues par la lettre x. Le poète arabe O. Khayyam fournit la solution des équations du troisième degré.Ces recherches visent à résoudre des problèmes quotidiens, calcul de surfaces, aménagement urbain. L’astronomie est également étudiée à des fins pratiques : la prédiction.

En fait, de nombreux éléments de la civilisation arabo-musulmane sont empruntés aux peuples conquis, convertis ou assujettis. Sur la base de l’astrologie persane, de nombreux savants arabes établissent le calcul des longitudes, réforment le calendrier, critiquent Ptolémée avant Copernic, et construisent un modèle planétaire autour du soleil. Les savants arabes servent de traits d’union entre les sciences grecques, persanes, indiennes, et chinoises, jusqu’alors isolées. Des modes de calcul sont ainsi comparés, exploités et progressivement perfectionnés : les chiffres « arabes », les tables de logarithme, l’algèbre, la trigonométrie. Les bases fondamentales des mathématiques modernes sont établies des centaines d’années avant l’islam, par les Assyriens et les Babyloniens qui connaissaient déjà le concept de zéro, le théorème de Pythagore, ainsi que de nombreux autres développements.

D’autre part, la mathématique indienne se manifeste brillamment dès le Ve siècle avec Aryabhata (476-550), premier grand mathématicien et astronome indien, et apparaît indépendante de celle des Grecs. Son livre, l’Aryabhatïya, est divisé en quatre parties :
– les constantes astronomiques et les tables de sinus,
– les mathématiques nécessaires aux calculs,
– la division du temps et les règles pour calculer les longitudes des planètes,
– la sphère armillaire, les règles concernant les problèmes de trigonométrie et le calcul des éclipses.
Aryabhata donne une durée de 365 jours 6 heures 12 minutes, 30 secondes pour l’année.
Il calcule pi = 3,1416 à 10 puissance – 5 près.
Il estime un rapport astronomique fondamental :
nombre de rotations de la Terre : nombre d’orbites lunaires = 1 582 237 500 : 57 753 336 = 27,39646
Brahmagupta (628-665), un autre grand mathématicien indien, est sans doute le premier à user des nombres négatifs dans des calculs commerciaux, pour signifier les pertes et profits, le premier à utiliser ces nombres négatifs en algèbre en énonçant la règle des signes.
Il emploie dans ses calculs les chiffres décimaux, graphisme très proche de nos chiffres actuels dits « arabes », et principalement le zéro dont l’apparition en Inde est un pas de géant en algèbre.
Il définit lui-même le zéro comme le résultat de la soustraction d’un nombre par lui-même.
 Il décrit les résultats d’opérations avec ce nouveau nombre.
Il donne la solution de l’équation générale de degré 2.
Brahmagupta est le premier mathématicien à utiliser l’algèbre pour résoudre les problèmes astronomiques.
Il propose comme durée de l’année : 365 jours, 6 heures, 5 minutes, 19 secondes,
puis 365 jours, 6 heures, 12 minutes, 36 secondes.
La vraie longueur des années est d’un peu moins de 365 jours 6 heures.
Al Khwarizmi (783-850), crée le mot « algorithme », il est le père de l’algèbre, et l’auteur du Kitab al Jabr (abrégé du calcul par la restauration et la comparaison).
L’Inde subit les invasions musulmanes, et les Arabes adoptent les travaux des mathématiciens indiens. Les conquêtes musulmanes des Indes commencent en 711-712 avec l’invasion du Sind par les Arabes, se poursuivent aux XIe et XIIe siècles avec l’invasion des Turcs et des Afghans attirés par la richesse des hindous, et s’achèvent avec l’Empire moghol au XVIe siècle. Ces invasions musulmanes successives sont marquées dès le début par des massacres de grande ampleur et la destruction des édifices religieux hindous. Les Empires musulmans se maintiennent pendant près de six siècles. L’islamisation comme conversion des population est un échec relatif : elle touche une grande masse d’individus, mais reste globalement minoritaire.
Ainsi, les musulmans s’approprient les importants travaux indiens en mathématiques. Ces travaux sont transmis par les Arabes, les Maures, lors de leurs invasions en Andalousie.
Les chiffres de notre système décimal, 0 à 9, dits « chiffres arabes », sont introduits en Europe vers l’an 1000.
On pourrait dire la même chose pour tous les éléments de la civilisation arabo-musulmane.
L’architecture. La percée architecturale fondamentale a été faite par les Assyriens plus de 1300 ans auparavant, comme les sources archéologiques le démontrent.
La médecine. Les savants arabes ont étudié le corps humain, et ont découvert de nouveaux traitements, mais une écrasante majorité de ces médecins, 99 %, sont Assyriens.
La philosophie. Quand les Arabes et l’islam envahissent le Moyen-Orient en 630, ils rencontrent 600 ans de civilisation chrétienne assyrienne, avec un héritage riche, une culture fortement développée, et des établissements d’études avancés. C’est cette civilisation qui devient la base de la civilisation arabe. Avicenne, considéré comme le premier grand philosophe aristotélicien arabe (980-1037), n’est ni arabe, ni aristotélicien. C’est un philosophe musulman d’origine persane, c’est-à-dire un Perse converti volontairement à la religion des envahisseurs de la Perse, un collaborateur. Un naturaliste, un panthéiste, le premier philosophe illuminé. Averroès (1126-1198) est un Arabe, un vrai semble-t-il, un Arabe qui revient au monisme de Plotin : Dieu est un Tout cosmique. Averroès l’Arabe est aussi un kabbaliste. Maïmonide (1135-1204), présenté comme un musulman, est assurément un Juif : son vrai nom est Moïse ben Maïmon. Lui aussi est kabbaliste. Avicenne, Averroès et Maïmonide confirment que la gnose islamique est au service de la Kabbale.
L’astronomie. Les astronomes arabes ont étudié le ciel, les étoiles, et préparé le terrain à l’exploration de l’espace. En fait, ces astronomes ne sont pas des Arabes, mais des Chaldéens et des Babyloniens, savants réputés pendant des millénaires. Chaldée, région située entre l’Euphrate et le Tigre, Babylone, ville située sur l’Euphrate, en Mésopotamie, Irak actuel. Ces peuples sont arabisés et islamisés de force, tellement rapidement, que, dès le VIIIe siècle, ils disparaissent complètement.
La littérature. Les auteurs arabes ont produit une abondante et merveilleuse littérature. Mais à cette période, il y a très peu de littérature en langue arabe. Le Coran est le seul morceau littéraire significatif, tandis que la production littéraire des Assyriens et des Juifs est très importante.
La civilisation en général. La civilisation arabo-islamique a maintenu les idées vivantes, sauvant l’héritage des civilisations précédentes. Mais une recherche intitulée « Comment la Science grecque est passée aux Arabes » énumère les principaux traducteurs de la science grecque. Des 22 disciples énumérés, 20 sont assyriens, 1 est persan, 1 est arabe. Ce sont donc les Assyriens qui tiennent le rôle principal dans la formation du monde islamique en transmettant les connaissances grecques.
Une autre thèse conteste l’origine arabe de la civilisation musulmane et son influence sur la civilisation occidentale, dénie les racines islamiques de la civilisation occidentale. L’apport de la civilisation arabo-musulmane se résume à peu de choses. Les mythes de l’Âge d’or scientifique et de l’Âge d’or andalou sont remis en question. Un autre mythe de l’Âge d’or de la civilisation arabo-musulmane a la vie dure : le mythe de la transmission du savoir grec par les Arabo-musulmans, à l’origine du siècle des Lumières. En vérité, le rôle des Arabes dans la transmission du savoir grec n’est qu’un mythe.
Jean Saunier
image_pdfimage_print
23

18 Commentaires

  1. Vite envoyez à I Aberkane ce merveilleux texte !!! ça pourrait le calmer un peu……

  2. Les apports de cette civilisation ont été faits dans un passé lointain. De nos jours, elle n’apporte majoritairement que des problèmes de sociétés, de conflits ethniques et religieux et de problématiques sociales. Des sociologues, psychiatres et psychanalystes eux même issus de ces cultures, mais qui s’en sont émancipés, ont expliqué que ces mentalités généraient névroses, psychoses, schizophrénies et carences psycho-affectives et cognitives de manière exponentielle. Les pays du golfe quant à eux vivent et s’enrichissent grâce au pétrole et aux gaz, et ce sont les occidentaux qui les ont aidé à exploiter ces richesses, grâce auxquelles, ils manipulent tout l’occident.
    Dire que les français ne font toujours pas le lien entre l’immigration issue de ces cultures et le fait que la société française soit à présent en pleine régression sociétale, civique, et comportementale. Pauvre France dirigée par des ignares, des fous et des malveillants.

  3. Il ne faut pas oublier les nombreuses voitures et différents véhicules de marques arabo-musulmanes qui sillonnent les routes du monde entier, dépassant largement le nombre de renault, de peugeot et de citroën… sans compter les avions, les bateaux et les trains..

  4. Ben voyons ! Grâce à leur livre fondateur on sait que la terre est plate que le soleil s’éclaire chaque matin pour tomber le soir dans un lac de boue et surtout, oui surtout, qu’il faut égorger les incroyants… Il disait quoi Joseph Goebbels ? ah oui : répétez un mensonge un nombre suffisant de fois sans laisser à personne la possibilité de dire l’inverse et ça devient une vérité… et plus c’est gros mieux ça passe !!!

  5. Je résume tout cela en une phrase lapidaire : Ils ont colporté ce qu’ils avaient dérobé.
    Et une fois les sciences et cultures étrangères assimilées, ils ont été incapables de les faire progresser.
    Or sans génie créatif, c’est la stagnation inévitable.

    • Christian Navis Tout à fait d accord, ce sont des voleurs mais pas que …
       » Qu’ a apporté mahomet au monde ? la violence  » Voltaire C est à dire, la loi du plus fort On retourne à l age de pierre !

  6. Apport de la Secte dans la langue française :
    Flouze.,toubib, ramdam, barouf, gourbi, kiffer…
    Enfilade de trivialités dont on aurait aucun mal à se passer.

  7. Le seul motif de fierté pour les Arabes est la civilisation nabbatéene… l’islam est un monstrueux totalitarisme rétrograde qui maintient dans la pauvreté et l’intolérance depuis 14 siècles des centaines de millions de gens !

  8. Je recommande la visite du pavillon des Arts de l’Islam au musée du Louvre.

    • Quand on a vu l’art egyptien antique, puis la statuaire grecque et romaine, j’estime que les arabes peuvent aller se rhabiller… même s’il y a des jolies choses…

      • la calligraphie, la mosaique ou les fenetres et portes en bois, quelques bijoux, peintures de végétaux, tapis…De l art ? plutot de l artisanat Les musulmans ne sont pas des créatifs ( y compris scientifiques)car toute leur vie présente est orientée à gagner le paradis d allah en obéissant aux sourates ou haddiths de mahomet

    • Allez vous faire foutre, vous êtes un imbécile dénaTuré! vous n’avez rien compris à rien, et ça va vous retomber sur le nez comme à tous vos pareils.

Les commentaires sont fermés.