Les arguments de ceux qui ont enfoncé Fanny Truchelut

Il est intéressant et instructif d’examiner, deux ans après le début de cette affaire, les arguments des médias, personnalités laïques ou féministes, et des organisations qui ont condamné l’attitude de Fanny Truchelut. Ce récapitulatif, rapide, n’a pas pour but d’entretenir des polémiques stériles, mais d’approfondir un débat aujourd’hui incontournable pour tous ceux qui se réclament du féminisme et de la laïcité, face à l’offensive politico-religieuse des islamistes, en France et en Europe.

LA PRESSE LOCALE

Dans le sordide, on peut difficilement égaler le journal local « L’Est Républicain ». Jean-Baptiste Bize y donna le signal de la campagne de lynchage avec un article dont le titre indique la teneur : « Discrimination raciale dans un gîte de vacances vosgien ». (1) La chasse était ouverte, les télévisions locales relayèrent sans vergogne cette information.
Egal à lui-même, ce quotidien se distinguera, le 17 août dernier, par un texte haineux, intitulé « Pétition », signé Paul Aubriat, qui pratique l’amalgame entre Fanny Truchelut et l’extrême droite. En sonnant la charge contre une femme seule, l’édition vosgienne de « l’Est Républicain » ne fait pas honneur à ce si beau métier : journaliste.
(1) http://www.ripostelaique.com/Chronologie-d-une-provocation.html

LE MRAP

Défenseur inconditionnel de l’islam depuis des années, multipliant procès et intimidations contre tous ceux qui s’inquiétaient de l’offensive de la « religion de pauvres » contre la laïcité et le droit des femmes, comme le signale notre ami Jocelyn Bézecourt dans un récapitulatif accablant, (2) l’organisation présidée par Mouloud Aounit ne pouvait pas manquer ce rendez-vous. C’est donc la présidente locale, Claude Gavoille, qui a accompagné Horia Demiati dans ses démarches pour porter plainte contre Fanny Truchelut. L’avocat de cette association, le socialiste Gérard Wetzler, se montrera, lors du procès, particulièrement ignoble, mais surtout incompétent, qualifiant Fanny Truchelut, qui n’a fait baptiser aucun de ses quatre enfants, d’intégriste catholique !

L’ancien président du Mrap, Alain Calles défendra, lui, la position de Fanny Truchelut (3)
(2) http://www.atheisme.org/mrap-islam.html
(3) http://www.ripostelaique.com/J-apporte-tout-mon-soutien-a-Fanny.html

LA LDH

Depuis plusieurs années, cette association s’est régulièrement retrouvée aux côtés des islamistes, y compris dans les prétoires. Parmi les titres de gloire de l’organisation longtemps présidée par le colérique Michel Tubiana, le fait d’avoir plaidé, main dans la main, avec la Ligue islamique mondiale pour obtenir (vainement) la condamnation de l’écrivain Michel Houellebecq (4). Bien évidemment, la LDH combattit de toutes ses forces la loi contre les signes religieux à l’école, et découragea de nombreux militants laïques et féministes qui quittèrent ses rangs, écœurés par la complaisance de sa direction à l’égard du port du voile (5). Le jour du procès, l’avocat Michel Tubiana se montrera haineux et injurieux avec l’accusée, mais surtout avec Anne Zelensky et Annie Sugier, féministes respectées, à qui il osera dire « Vous êtes la honte du pays ». (6)

A noter la prise de position en faveur de Fanny Truchelut de la section de Nancy qui a réagi immédiatement après le verdict du premier procès.(7)
(4) http://www.atheisme.org/houellebecq.html
(5) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2005/06/08/310-lorientation-problematique-de-la-ldf-confirmee
(6) http://www.ripostelaique.com/Nous-etions-au-proces-de-Fanny.html
(7) http://www.ripostelaique.com/Militante-de-la-LDH-je-soutiens.html

PROCHOIX et CAROLINE FOUREST

Avec la directrice de cette revue de qualité, les débats furent vifs, et le demeurent. Sans doute soucieuse de sa respectabilité et d’une carrière qui s’annonce brillante, Caroline Fourest a tout de suite enfoncé Fanny Truchelut. Prenant d’abord le prétexte que celle-ci était défendue par Alexandre Varaut, membre du Mouvement pour la France, pour estimer la cause indéfendable, elle reprocha ensuite à Riposte Laïque son soutien à Fanny, occasionnant une réponse de notre revue. (8)

Elle indignera de nombreux laïques et féministes en signant un article, au lendemain du verdict scandaleux d’Epinal : « Un jugement sévère, qu’il faut accepter ». (9) Elle essaiera laborieusement de justifier sa position sur des plateaux de télévision, où elle est un peu la voix officielle du courant laïque. (10) Victime de son obsession à défendre le « bon islam » qu’elle oppose aux méchants islamistes, Caroline va au bout de son recentrage et tient dorénavant des discours innocentant systématiquement l’islam, en noyant son offensive dans des amalgames invraisemblables (elle défendra pendant trois jours le verdict de Lille sur l’épouse non vierge, aux côtés de Rachida Dat, avant de basculer de l’autre côté). (11) Elle ne rate pas une occasion, sur les ondes ou sur les plateaux, de stigmatiser les « ultra-laïques ».
(8) http://www.ripostelaique.com/Reponse-de-Riposte-Laique-a.html
http://www.ripostelaique.com/spip.php?article168
(9) http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,1705,,,,,_Affaire-des-Vosges-un-jugement-severe-qu-il-faut-accepter.htm
(10) http://fr.youtube.com/watch?v=M6ZwRDmNGI0
(11) http://www.ripostelaique.com/Mais-qu-arrive-t-il-a-Caroline.html

L’UFAL, SON PRESIDENT, SES PHILOSOPHES

Lors de la campagne pour une loi contre les signes religieux, cette association, avec peu de militants, s’était fait connaître par un activisme et une détermination qui avaient forcé le respect. Mais sa conception étriquée de la séparation de la sphère privée et de la sphère publique – pour la direction de l’Ufal, la rue, c’est la sphère privée (12) – l’amènera à se retrouver du côté des détracteurs de Fanny Truchelut, créant une crise grave en son sein. Bien sûr, certains sites firent des gorges chaudes de l’attitude du président, Bernard Teper, qui se permit d’envoyer une lettre recommandée aux dirigeants ufaliens qui avaient signé un texte en faveur de Fanny. (13)

Mais ce furent surtout les philosophes Marie Perret et Catherine Kintzler, qui tentèrent de justifier leur position. Ainsi, selon Catherine Kintzler, qui, par ailleurs, défend le voile à l’université, la laïcité serait menacée par deux fléaux : les communautaristes, et les ultra-laïcistes, renvoyés dos-à-dos (14). Marie Perret, qui nous qualifia élégamment de « villiero-compatibles », ne craint pas le ridicule en voyant dans l’affaire du gîte des Vosges un traquenard de l’extrême droite chrétienne (15), voire une nouvelle résurgence du mc carthysme ! (16) Manifestement, ces arguments ne durent pas convaincre beaucoup de responsables de l’Ufal, il suffit de regarder le nombre, et le titre, des premiers signataires de la pétition demandant la relaxe de Fanny. A noter que le journal en ligne « Respublica », aujourd’hui totalement aligné sur les positions de la direction de l’Ufal, propose, sur son site, un intéressant dossier où est recensée une variété de positions intéressantes. (17).
(12) http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,1708,,,,,_Affaire-du-gite-des-Vosges-il-faut-raison-garder.htm
(13) http://grouik-grouik.org/8/2007/10/laffaire-du-gte-des-vosges-rvle-une.html
(14) http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,1711,,,,,_La-laicite-face-au-communautarisme-et-a-lrultra-laicisme.htm
(15) http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,1744,,,,,_Le-traquenard-tendu-par-l-extreme-droite-chretienne.htm
(16) http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,1785,,,,,_A-propos-de-l-affaire-Truchelut-nous-disons-non-a-la-politique-du-soupcon.htm
(17) http://www.gaucherepublicaine.org/index.php?idPage=12

CEUX QUI BRILLERENT PAR LEUR SILENCE

On n’entendit pas beaucoup, sur ce dossier, les mouvements féministes traditionnels, comme le Collectif National du Droit des Femmes (CNDF). Pourtant, ce texte d’Anne Zelensky est limpide quant aux enjeux de ce procès (18). On n’entendit guère, non plus, les républicains de gauche, ni les philosophes médiatiques, par ailleurs brillants contre Sarkozy et ses discours antilaïques. C’est sans doute plus confortable de prendre position contre la venue du pape.
On n’entendit pas davantage ceux qui se trémoussaient devant Ayaan Hirsi Ali, à Paris. Considérant la manière dont ils traitèrent Geert Wilders, qui vit sous protection policière, et son film « Fitna », leur silence était peut-être préférable.
(18) http://www.ripostelaique.com/L-arbre-et-la-foret-du-Gite-des.html
Lucette Jeanpierre

image_pdf
0
0