Les assises de la Citoyenneté, avec SOS Méditerranée et Thuram…

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/vivre-ensemble-migrants-les-riches-auraient-le-droit-de-voyager-et-pas-les-pauvres-6180022

Participants :
– Francis Vallat, président SOS Méditerranée ;
– Agnès Vibert-Guigue, avocate ;
– Lilian Thuram, paire de pieds.

– Agnès : Ben voilà, on a encore réussi à leur faire le coup de « les migrants prennent le job que les Français ne veulent pas faire » !!! Décidément, certaines vieilles plaisanteries sont inusables.
– Francis : Ceci étant, comme il n’y a pas un mot de vrai dans toutes les conneries qu’on a pu balancer, il faut s’attendre à une réaction des fachos, et donc préparer la riposte.
– Lilian : Effectivement, on a du boulot. Bon, on commence par quoi ?
– Agnès : D’abord, les mal-pensants vont faire remarquer que les étrangers non européens sont déjà trois fois plus nombreux au chômage que les nationaux…
– Lilian : Ben yaka dire que c’est à cause de la ségrégation à l’embauche !
– Francis : Certes, mais on nous rétorquera que ce racisme va concerner aussi les nouveaux arrivants…
– Lilian : Justement, faut retourner l’argument ! Exigeons que chaque étranger régularisé soit automatiquement naturalisé français, comme ça les immigrés bons à rien et fainéants deviendront instantanément de sales français paresseux !
– Agnès : Ah ça c’est carrément pas con.
– Francis : Ils vont aussi soulever les conditions de travail et les salaires. T’accepterais, toi, de faire un boulot de merde pour un salaire de misère ?
– Lilian : Ah parce que non seulement les Français veulent un boulot, mais en plus ils ont la prétention de pouvoir en vivre ?
– Agnès : On est tous les trois d’accord sur ce point, mais c’est pas plaidable.
– Lilian : OK. Disons qu’ils ont perdu le sens de l’effort. Ça va faire plaisir à Macron, on va ramasser quelques subventions en plus.
– Francis : Lilian, tu dis « Les riches auraient le droit de voyager, et pas les pauvres ». Tu te places donc du côté des riches, c’est gênant.
– Lilian : Mais moi c’est parce que je le mérite ! Parce que suis intelligent !!! La preuve, je chausse du 44.
– Agnès : Tu connais beaucoup de Français qui font le voyage inverse, vers le Mali ou la Guinée ?
– Lilian : Qu’est ce que tu veux qu’ils aillent foutre dans ces shit holes ?
– Francis : Putain mais parle moins fort ! En plus, tu confonds liberté de circulation et d’installation.
– Lilian : J’ai prévu la parade. On raconte qu’ils sont là juste en attendant que la paix revienne dans leur pays ; d’ici là ils auront tous quatorze gosses bien français, et seront inexpulsables.
– Francis : Mais s’il n’y a pas la guerre dans leur pays, comme c’est très majoritairement le cas ?
– Lilian : Ben on dira qu’ils ont anticipé sur les problèmes à venir. Vous vous compliquez la vie pour rien.
– Agnès : On a raconté qu’à cause du prix réclamé par les passeurs, les familles ne pouvaient payer le voyage qu’à un seul, en général un enfant, en attendant le regroupement familial étendu à la fratrie, à la cousinerie et à la voisinerie. Très bien, mais ça va prendre du temps. Francis, toi qui avec ton ONG travailles main dans la main avec les esclavagistes, tu peux pas leur demander d’instaurer un truc genre carte famille nombreuse SNCF ?

– Francis : Difficile. Dans les bétaillères qui assurent la première partie du trajet, ils travaillent exclusivement à la pièce.
– Lilian : Demande-leur de calculer le prix au stère plutôt qu’à l’unité.
– Francis : Je vais faire de mon mieux, sans garantie. Agnès, tu dis que ces jeunes « font preuve d’un courage incroyable ». Tu pourrais développer ?
– Agnès : Ils sont prêts à baiser tout ce qui bouge ! En me regardant, ils bavent de liqueur séminale ! Ce sont des boules de vitalité et de désir d’intégration. Comme ils sont timides, cette intégration se résume pour l’instant à celle de leur sexe, mais c’est un sacré bon début, vachement encourageant.
– Lilian : Bon, je crois que sur ce coup, on a réponse à tout. Si vous n’avez rien à rajouter, on s’en tient là. Je dois rentrer pour me trouver une nouvelle femme de ménage en remplacement d’Aïcha, qui a eu le culot de me demander 12 euros de l’heure.

Jacques Vinent

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. Le « citoyen » Thuram, c’est bien celui qui tabasse les femmes et contre qui Karine Lemarchand a porté plainte ?

  2. On s’y croirait ! Sans doute en dessous de la Vérité !
    SOS « Mais dis, t’es rincé » ?
    Et toi, Lilian ? « Tu rames » ?

  3. « Thuram, paire de pieds » : c’est à ce moment-là que je me suis pissée dessus ! Merci pour le fou rire, Jacques. Excellent article à l’humour décapant sur une situation désespérante.

  4. Ces gens qui eux mêmes voyagent aux frais des con tribuables qui leur font des dons par naïveté c’est l’hôpital qui se fout de la charité. A la niche les cadors.

  5. Bien sûr qu’ils ont le droit de voyager aussi. Le problème, c’est que quand ils trouvent un endroit comme la France où tout est gratuit et à volonté, ils ont tendance à s’arrêter de voyager comme les roms.

    • Joël
      Je vais régler ma mutuelle et je vous assure que sur ma modeste retraite elle n’a rien de gratuit (mdr)

  6.  Les riches auraient le droit de voyager… et pas les pauvres
    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
    Celui là il en tient une sacré couche !!! comme çi la France etait l’Albanie des années 60 avec interdiction de pénétrer sur le territoir . La France reçoit des millions de visiteurs chaque années sans demander le montant de leurs comptes en banque . Si monsieur thuram veut inviter du monde a sa table je ne vois pas ou est le probleme

Les commentaires sont fermés.