Les attentats Charlie : un assaut contre la France

Publié le 17 février 2015 - par
Share

soyez-patriotes-chaque-jourLes derniers attentats des 7, 8, 9 janvier dernier ont frappé la France au cœur. L’assassinat des journalistes, l’exécution des policiers, le massacre des juifs à l’hypercacher démontrent la haine totale des djihadistes à l’égard de notre pays, de nos valeurs. Sont-ils des étrangers en mission, des mercenaires ? Non des enfants nés en France, des Français de confession musulmane!

On est saisi d’effroi! Comment des Français ont-ils voulu détruire leur pays, nos valeurs séculaires? Si la liberté de la presse a été la cible des islamistes, ces attentats mettent en lumière les problèmes liés à l’intégration.

Curieusement les bonnes âmes promptes à citer Voltaire et la liberté de la presse n’ont pas parlé de l’intégration. On préférait mettre en garde contre …l’islamophobie et l’exclusion!

Mais qui crée l’islamophobie, qui refuse de s’intégrer en n’acceptant pas la minute de silence par exemple? « C’est à cause des ghettos, du racisme qu’on a créés « se plaisent à clamer haut et fort une gauche et une ultra-gauche passéistes.

Lors du siècle passé, la France a connu  des vagues d’immigration, d’exils divers et variés. Souvent ces arrivées se sont déroulées dans des conditions dramatiques. Mal reçus, en butte à une hostilité violente, Italiens, Polonais et Russes se sont accrochés, les enfants ont appris notre langue, accepté nos lois et servi notre pays… L’intégration s’est faite…

Que dire de ces espagnols  républicains dépenaillés,  fuyant le franquisme parqués dans des camps à Rivesaltes ou sur les plages, jetés quelques mois plus tard dans la seconde guerre mondiale et qui ont adopté la France sans retenue.

On pense alors à ces boat-people vietnamiens fuyant l’enfer communiste, récupérés, faméliques, au bord de l’épuisement en mer de Chine et qui se sont fondus dans notre société sans problèmes.

Car être Français c’est privilégier son appartenance à une entité nationale par rapport à ses origines ou à une religion.

On peut être musulman intégré. Les harkis en sont la plus belle et la plus passionnelle image. Du bachagha Boualam au Commando Georges en passant par les moghaznis, commandos de chasse et autres gardes-champêtres tous ont imprimé leur passeport français avec leur sang. Les quelques milliers ayant fui l’ignominie et la barbarie FLN, parqués dans des camps indignes à leur arrivée ont accepté sans retenue la France, leur pays avec ses traditions  et sa laïcité.

Alors… quand on entend que le chômage, l’ostracisme des Français musulmans  expliquent la haine des enfants issus de l’immigration contre la France est fausse. Les exemples que je viens de citer prouvent le contraire. Quand certains intellos fatigués nous prouvent qu’on n’a pas intégré ces enfants issus de l’immigration en leur refusant du travail ou une place dans notre société… c’est faux.

Je suis Français, fils de pied-noir, diplômé de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Paris  en recherche d’emploi… depuis 10 ans.

Tout ce qu’on m’a proposé sont des missions de manœuvres (jardinage, terrassement, nettoyage de caves et des balcons salis par des fientes de pigeon..). Pour exprimer mon mécontentement – d’aucun diraient mes frustrations, mon aigreur, ai -je  brûlé des voitures  et vomi ma haine sur la police, le drapeau  et autres  symboles de mon pays ? Non et je ne suis pas le seul dans cette situation loin de là.

Alors il est clair qu’on doit accepter d’abord les lois du pays auquel on appartient avant une quelconque coutume religieuse.

Il n’y aura pas d’intégration si des Français obéissent d’abord à des lois religieuses et n’acceptent pas les lois votées par leurs députés. Il est donc impossible de servir du hallal dans les cantines scolaires, d’aménager des lieux de prières sur les lieux de travail, ou aménager les heures de travail pour faire le ramadan ou des horaires décalés à la piscine…

La laîcité reste le garant de la coexistence et du bon développement social et humain de tous quelle que soit leur religion.

Etre Français n’est pas une attestation de présence sur un territoire mais une volonté de vivre ensemble, de se reconnaitre dans une Histoire commune pour bâtir un avenir commun intégrant toutes les composantes humaines et religieuses de ce pays qui est le nôtre, vivre et évoluer selon nos lois.

On est d’abord Français ensuite pratiquant ou athée. La fermeté dans la défense de notre laîcité sauvera la France… Pour le plus grand bien de tous.

Vive la FRANCE

Pascal FONTAINE

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.