Les aventures de Manu et Brichel : premier chapitre

 

1er chapitre : 2 jours après le dimanche des rameaux

Notre grand reporter Dédé Rochebobine dit «risette « (lui aussi provisoirement emberlificoté dans une sordide affaire de harcèlement prestement balayée) a eu la chance de tomber par pur hasard sur Brichel, promenant, comme tout un chacun, son labrador pure race sur les bords de Seine. Vêtue, comme à son habitude, d’effets empruntés et de simples baskets Louis Fuyons.

Rochebobine (nous l’appellerons DR ) : Bonjour votre Grâce, quelle chance de vous rencontrer ainsi, par pur hasard !

Brichel : Oui, manu et moi, nous sommes fous de la nature.

(DR, prêt à lancer : « à propos de fou, se dit que…. » se retient juste à temps)

DR : puis-je vous poser quelques questions, votre Perfection : Nos lecteurs sont tellement friands de vos déboires ! Que dis-je, de votre destin tragique…Certains vous compareraient même à l’impératrice Sissi.

Brichel : mais oui, elle avait elle aussi une chevelure impressionnante.

DR :  Bien vrai, votre Courtoisie. Comment vous sentez-vous, après ce dimanche si tumultueux ? Il parait qu’il y avait d’interminables files devant les guichets !

Brichel : manu et moi, nous étions au Touquet, le berceau de notre amour !

DR : Tiens, je pensais que c’était Amiens ?

Brichel : ah bon ? J’ai dû oublier ! NEMO, au pied !

DR : oui, c’est normal, vous avancez en âge, votre Prodigalité

Brichel : C’est FAUX ! Un répugnant commérage ! Je reste jeune, d’ailleurs je porte des mini-jupes, mes jambes sont célébrées dans le monde entier ! J’ai des dents parfaites, une chevelure fournie…Et mon chirurgien est rompu à l’exercice ! Vous ne lisez pas GALA ?

DR : j’y penserai….et ces files ? Avez-vous dû attendre longtemps ?

Brichel : oh non, pas du tout, les Français aiment tant manu qu’ils nous ont laissé passer. Non. Le plus dur, c’est de n’avoir pas pu voter dans le même isoloir. Nous ne supportons pas d’être séparés un instant. Nous sommes en symbiose permanente.

DR (grand lecteur) : effectivement. J’ai lu que l’on peut souvent observer de telles relations entre un prédateur et sa proie, entre des parents et leurs progénitures et même des interactions que nous sommes incapables de comprendre.

Brichel : Je ne saisis pas…LÂCHE, Nemo ! (le chien mordillait le cabas à pompons Sonia Rykiel de Brichel)

DR : aucune importance, votre Béatitude. Une autre question qui captive nos lecteurs : quelle tenue porterez-vous le jour de la réinvestiture ?

Brichel : je ne peux pas penser à tout, j’en fais déjà tellement ! Un procès pour transphobie, le comptage des pièces jaunes, c’est toujours moi qui promène le cabot, je me tape la cuisine, la déco… je m’occupe également de Line, ma grande amie, on se téléphone tous les soirs ! C’est passionnel entre nous ! Mon cabinet de confection décidera. Manu a une préférence pour une tenue bleue avec des petites étoiles en or !

DR : C’est d’un goût parfait ! On dit que vous cuisinez divinement, que lui préparerez-vous le soir de la grande annonce ?

Brichel : j’ai prévu un lapin à la moutarde. ASSIS, NEMO !

DR : de la moutarde ? Mais n’y a-t-il pas une pénurie de cet ingrédient ?

Brichel : pénurie ? Que voulez-vous dire ? C’est un mot français ?

DR : mais, votre grande Pompe …(Dédé, se rendant compte qu’il a fait une terrible erreur, s’empresse de corriger) : votre Perfection, vous avez été professeur de français ?

Brichel : vous savez, j’avais autre chose à brasser que de m’occuper de ce genre de détail. Le président et moi, c’est à cette époque que nous nous sommes « rencontrés » ! J’aime autant vous dire que c’était chaud ! J’ai gardé ses lettres… il était si doué…c’est la littérature qui nous a réunis.  Vous aimeriez les lire ? Nous n’avons aucun secret au sujet de notre passé ! Un vrai livre transparent.

DR : une autre fois, peut-être…. quelques photos, peut-être ?

Brichel : nous n’avions pas d’appareil, vous savez, c’était rare, à l‘époque.

DR : certains français regrettaient que le premier tour ait lieu pendant les vacances, les privant de leurs seuls moments en famille !

Brichel : les Français râlent sans cesse. Regardez, le président et moi, nous y sommes allés, malgré les rares instants que nous volons aux paparazzi. RENDS, Nemo ! (La bête était en train de s’acharner sur la boucle du ceinturon Mini Constance & Cuir réversible Hermès 24 mm de Brichel). Ma mari a prévenu qu’iel ne céderait rien «ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes» et a même ajouté «les égoïstes» et «les pessimistes». Rien que des rouspéteurs.

DR : . En Roumanie, il les a traités d’une chose, en Angleterre d’autre chose, de même en Autriche… ils sont carrément réduits aux injures !

Brichel : ce sont ses célèbres «déclarations d’amour ». Il est tellement humoristique, mon chaton !

DR : il accusait les travailleuses de GAD d’être illettrées, les travailleurs du Nord d’être alcooliques. Il y a un message d’une extrême violence adressé aux Français. Certains affirment même que chez lui, l’insulte au peuple est une deuxième nature

Brichel : de nouveau un immonde racontar ! Le président et moi, nous aimons les Français ! Une vraie passion.

RB : c’est charmant, ce surnom de président que vous lui donnez !

Brichel : oui, manu adore….. mais parfois, je l’appelle « mon gorille «  Vous n’oubliez pas de noter ?

RB : Bien sûr…..pourrions-nous nous revoir, votre insondable Renommée ? J’aimerais vous parler d’Ursula, de Poutine, et d’autres personnalités qui vous sont proches !

Brichel : certes ! Uschi ? On s’adôôôre, toutes les deux…c’est très intense, entre nous ! J’ai hâte de vous en parler.

Anne Schubert

image_pdfimage_print
13

6 Commentaires

  1. Et pour compléter hier la porte paroles du gouvernement sur Cnews et ce matin sur BFM m’a fait penser à une expression qui définit une certaine population le mot «  tapette. «  oui j’ai enfin compris regardez écoutez cette fiotte passe sont temps à taper devant lui quand il parle d’où l’expression «  Tapette » 👨‍🏫🤠

  2. Hello. Merci pour cet article, ça fait du bien de rigoler en ce moment. J’attends impatiemment la suite. :))

  3. Je viens exprès pour vous ici, Anne.
    Merci pour cette nouvelle pinte de rire brichelois !

  4. Flanby le mousquetaire de Tulle nous avait bien gratifié de « sans dent »…

1 Rétrolien / Ping

  1. Les aventures de Manu et Brichel : premier chapitre.. excellent article  – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

Les commentaires sont fermés.