1

Les baptêmes non genrés : la dernière des prélats français !


 La Conférence des évêques de France recommande les actes de baptême « non genrés »
On aura tout vu !
Le monde à l’envers !
Il vaut mieux lire cela qu’être aveugle !
Je n’en reviens pas.
C’est la Bérézina !
Les bras m’en tombent !
J’ai du mal à le croire.
C’est du délire !
On marche sur la tête !
C’est le comble !
On en reste bouche bée
On croit rêver !
Je ne m’étonne plus de rien.
(Extraits du « petit glossaire pour mémés ringardes »)
Dans la république de macron et philippe LGBT-friendly ’s, on peut s’attendre au pire.
LGBT et LGBTQI+ sont des sigles utilisés pour qualifier les personnes lesbienne, gay, bisexuelle, trans, queer, intersexe et assimilées pour désigner des personnes non hétérosexuelles et/ou non cisgenres et/ou non dyadiques. Le sigle LGBT est parfois complété d’autres lettres ou d’un ou de plusieurs « + » pour inclure d’autres variantes d’identité de genre, de caractéristiques sexuelles, ou d’orientation sexuelle, comme l’asexualité, la pansexualité ou la bispiritualité.
Les  non-binaires ou «  genderqueer » sont des personnes dont l’identité du genre ne s’inscrit pas dans la norme binaire, c’est-à-dire qu’elles ne se ressentent ni hommes ni femmes, estimant être entre les deux, un « mélange » des deux, ou aucun des deux.

Précision indispensable : je ne suis nullement « neutrophobe ». Suis assez contente que mon genre n’ait fait aucun doute à la naissance. Mieux encore : je n’en voudrais pas d’autre. Je n’écrirai pas non plus « je les plains », je serai accusée de racisme, de ségrégation, d’arrogance, mais je préfère être à ma place qu’à la leur.
Voir l’article du Figaro :  Mention « sexe neutre » à l’état civil : le Genre, dernier avatar de l’idéologie progressiste.
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/03/28/31003-20170328ARTFIG00116-mention-sexe-neutre-a-l-etat-civil-le-genre-dernier-avatar-de-l-ideologie-progressiste.php
Madame Machin vient d’accoucher. En aucun cas, elle ne veut « stigmatiser » son bébé, décide que « on ira à la mairie le déclarer de sexe neutre comme ça il pourra choisir lui-même quand il sera grand… » Il se pourrait bien que cette caricature ne soit loin de la réalité et que la théorie du genre et maintenant du sexe neutre ne soient pas des « idéologies progressistes » farfelues mais des réalités inquiétantes.
https://ripostelaique.com/apres-les-theories-du-genre-voici-maintenant-le-sexe-neutre.html
Les actes de baptême adaptés à la « nouvelle donne sociétale » française ? Entendez par là au progressisme ambiant.
Les actes de baptême seraient trop « conservateurs »?
Si la stratégie de la Conférence des évêques de France (CEF) souhaitait redynamiser la pratique du catholicisme, elle se sera surtout attiré une foule de critiques. Un beau matin, Monseigneur Episcopus s’est dit : tiens, c’est un peu empty ici, si on remplissait les églises, trouvons un truc. C’était bien essayé. Un article du Figaro rappelle un fait passé sous silence. Le lobby des princes de l’Eglise recommande de renoncer aux termes « père », « mère », « fils » et « fille » sur les actes de baptême. Un changement censé répondre à « la situation de plus en plus complexe des familles de France » selon l’expression exacte de la Conférence des évêques de France. De plus en plus complexe ? Vous voulez dire dramatique, désespérée ? Les « familles de France », elles sont en train de disparaitre, remplacées par des familles « issues de la diversité » nettement plus reproductives, ou alors « issues d’une éprouvette ».
 

La nature a prévu un système absolument fiable pour la continuité des espèces : la reproduction dite « sexuée ». Un mâle, une femelle, une botte de foin et c’est parti, même sans mode d’emploi. C’est très agréable, en outre. Tout le monde est d’accord sur ce principe. Même les escargots préfèrent se fier à un alter ego pour procréer plutôt que de s’inséminer eux-mêmes ! Mais le changement c’est maintenant : dès la maternelle c’est la fameuse théorie du genre qui sera enseignée. Vous n’êtes plus garçon ou fille, vous êtes genre garçon ou genre fille. Les enseignants confisqueront le camion de pompier de Paul pour le donner à Virginie et la poupée de Virginie pour l’offrir à Paul.
https://ripostelaique.com/quesako-la-theorie-du-genre.html
Théorie du genre : pour détraquer les enfants, il n’y a pas mieux
https://resistancerepublicaine.com/2019/08/06/theorie-du-genre-pour-detraquer-les-enfants-il-ny-a-pas-mieux/

Des écoles secondaires de toute l’Angleterre BANNISSENT les jupes pour faire un uniforme de « genre neutre » pour les élèves transgenres
https://www.vonjour.fr/des-ecoles-secondaires-de-toute-langleterre-bannissent-les-jupes-pour-faire-un-uniforme-de-genre-neutre-pour-les-etudiants-transgenres/
Une lettre incitant à l’utilisation de documents « non genrés » dans ce sens a été adressée à tous les évêques de France. Heureusement, de nombreux diocèses semblent ne pas être favorables à cette triste initiative. (Source : hommenouveau.fr)
À la lecture du courrier ci-dessus, nous apprenons également qu’aux dires de Mgr Joseph de Metz-Noblat (Président du conseil pour les questions canoniques), « de nombreuses chancelleries » diocésaines, chargées de tous les actes du diocèse (dont les actes de baptême), se sont trouvées confrontées à des « problèmes de vocabulaire ».
Si, pour l’auteur de la lettre, « les enfants ne sauraient être tenus pour responsables de la situation de leurs parents », il recommande aussi de recourir à des formulaires de baptême s’intéressant « principalement à la personne baptisée, en faisant le simple constat de sa situation familiale, sans porter de jugement moral ».
Dans la pratique, il serait alors question de reformuler l’état civil du baptisé « fils ou fille de et de » en « Noms et prénoms des parents ou autres titulaires de l’autorité parentale ». Le tout suivi des mentions d’état civil afin de disposer dans d’un formulaire « le plus approprié à notre époque », selon Mgrr de Metz-Noblat. Une proposition qui a été émise par « pragmatisme » et non par « idéologie », prétendrait sa seigneurie. D’autres y verront la preuve d’un recul supplémentaire de l’Église de France.
Anne Schubert