1

Les barbares sont déjà dans nos cités, nous risquons de disparaître

Pour Aristote, deux typologies d’humanité existaient : le citoyen qui vivait à l’intérieur des remparts d’une cité, régie par les Lois et le Progrès et les autres, qu’ils nommaient les « Barbares » régis par les Rites et Coutumes. Un de ses élèves s’en inspira et créa pas moins de 20 cités, de la Macédoine à l’Indus.

Alexandre Le Grand, de son empreinte conquérante, inscrivit les bases aristotéliciennes comme socle fondateur de notre civilisation. La civilisation occidentale était née.

Jusqu’à la fin de l’Empire romain, ce modèle, basé sur la cité et le progrès : des arts, de la médecine, des sciences humaines et scientifiques… fit l’essor de notre civilisation occidentale jusqu’à qu’il disparaisse complètement des mémoires et de l’Histoire jusqu’à la Renaissance, avec près de 8 siècles entre les deux périodes.

Comment une civilisation entière peut-elle disparaître après près de 10 siècles d’existence, d’Alexandre Le Grand à Constantin ? Si on fait le parallèle avec notre civilisation européenne actuelle et l’Empire romain du Ve siècle après J.-C., on trouvera des similitudes :
– Corruption de la classe politique,
– Arrivée massive de population que l’Empire romain n’arrivait plus à assimiler,
– Émergence d’un courant religieux autocratique au sein de l’Empire : le catholicisme.

Ces trois composantes firent s’effondrer l’Empire romain d’Occident, pour ensuite plonger l’Europe dans l’obscurantisme religieux, culturel et intellectuel. Il a fallu attendre la Renaissance et le siècle des Lumières pour enfin retrouver notre essence civilisationnelle.

Aujourd’hui nous en sommes là. Hier le catholicisme revendicatif n’hésitait pas à commettre des pillages, des meurtres au nom du Christ pour troubler l’ordre dans l’Empire romain. Aujourd’hui qu’en est-il ? Les pages de votre site sont remplies jusqu’à la nausée d’exactions commises au nom d’Allah.

Qui sera, en Occident, le Constantin d’aujourd’hui, qui se convertira à l’islam pour apaiser les ardeurs de nos salafistes ?
Macron ou la prochaine Merkel ? Les Barbares sont déjà dans nos cités, n’en déplaise à certains. Barbares, car ne reconnaissent que leurs rites et coutumes et non la Lex.

Il est temps que l’Occident ait un sursaut car au-delà de l’écroulement de notre civilisation, comme dans l’Antiquité, ce qui nous guette, c’est la disparition pure et simple du Caucasien. Il est temps de faire fi des joutes verbales (raciste, islamophobe…) dans lesquelles politiques et journalistes veulent nous enfermer.

Il est temps de citer Euripide : « Au Barbare l’Hellène a droit de commander. »

Siegfried de Dubhe