Les Bébés OGM, c’est pour bientôt !

Publié le 29 août 2018 - par - 10 commentaires - 858 vues
Share

Améliorer génétiquement les bébés n’est pas un problème aujourd’hui pour la plupart des Américains. Tout dépend si l’intervention est médicalement motivée. (???) (Peggy Sastre, source Pew Research Center)

Selon une enquête du Pew Research Center fin juillet, une majorité d’Américains sont favorables à la modification génétique d’un bébé à naître, tant que l’intervention promet un bénéfice médical. À l’inverse, selon le sondage mené entre le 23 avril et le 6 mai derniers, les Américains sont aussi nombreux à considérer que l’édition génomique d’un embryon pour améliorer les capacités intellectuelles de l’humain qu’il deviendra relève d’un usage excessif et dès lors non approprié de biotechnologies. Par contre, pour l’amélioration du QI, alors que l’on sait cette mesure très solidement corrélée à la longévité ou à la survenue de maladies, les individus interrogés ne sont que 19 % à soutenir l’édition génomique, contre 80 % à estimer que c’est aller trop loin dans l’usage de la science. (Mais) ces moyennes varient selon les catégories envisagées.

Si 46 % des personnes interrogées se déclarant très religieuses sont favorables à une édition génomique des embryons, le pourcentage grimpe à 73 % chez les personnes se considérant peu religieuses.

On note des fluctuations entre les sexes, si 43 % des hommes sont favorables à la recherche sur des embryons humains, les femmes ne sont que 24 % à l’approuver selon cette enquête. (source Slate.fr)

Les chercheurs OGM et les bienfaits pour la marchandisation GPA-PMA. Les scientifiques estiment que le système génétique modifié peut avoir un impact considérable sur la reproduction d’une population.

Depuis des années, des chercheurs OGM seraient très officieusement intégrés dans des groupes de recherche spécialisés dans la création d’organismes humains génétiquement modifiés, les fameux OHGM.

C’est pourquoi, les critiques des anti-GPA-PMA risqueraient de mettre sérieusement en danger les budgets de la recherche scientifique et ses bienfaits pour les labos OGM dans le monde. Des jeunes chercheurs témoignent des nombreuses possibilités d’emploi dans la recherche OGM, au même tire que pour l’imposture du réchauffisme anticapitaliste révolutionnaire. Les chercheurs OGM ne doivent pas renoncer à la recherche sur ce sujet des OHGM qui doit assurer les bienfaits de la recherche scientifique dans le monde.

La thèse selon laquelle la recherche GPA-PMA et OGM est solidaire et identique sur le plan éthique est probablement une étape importante de la mystification scientifique. C’est une union rituelle qui comporte des solidarités politiques et budgétaires, mais aussi des éloges pour la gloire future des universitaires.

Vouloir mettre dessus un chapeau éthique fantaisiste et fabriqué doit pouvoir conforter les budgets et les politiques de la recherche scientifique OGM et ses bienfaits pour les labos faiseurs de miracles.

Les apprentis-sorciers idéologues GPA-PMA LGBT sont médiatisés quand les résultats espérés du vote LGBT favorable à la soumission GPA-PMA LREM sont annoncés dans les couloirs du pouvoir LREM. Le chapeau éthique fabriqué pour la recherche OGM doit présenter des références à la technologie très coûteuse des labos pour créer des embryons humains génétiquement modifiés destinés à la GPA-PMA. Si l’homme n’est qu’un animal comme les autres, alors le fœtus n’est qu’un « produit animal comme les autres ».

Grâce à la PMA pour tous, on assiste à la croissance du business prometteur de la marchandisation du ventre des femmes qui ne travaillent pas. Les progrès de la science mettent enfin le corps féminin, grâce à sa fonction reproductrice, sur le marché de la PMA pour tous. La reproduction artificielle est devenue une bonne affaire rémunératrice vraiment humaine avec des perspectives de croissance remarquables et des enjeux financiers très rémunérateurs. La fonction de reproduction est devenue une fonction rémunératrice du corps humain qui se développe selon les perspectives du nouveau marché du corps humain.

Et de constater que l’irruption de la technique de la procréation médicalement assistée dans le domaine de la PMA relève inévitablement des lois du marché. Le désir de se payer un enfant est le désir le plus naturel de l’homme de la société de consommation qui est un animal comme les autres. La PMA est une activité rémunératrice comme les autres dont l’acceptabilité sociale est conditionnée par les lois du marché.

La marchandisation du corps humain est un business comme les autres. Alors le désir d’enfant LGBT ne peut pas se heurter à un prétendu droit réactionnaire à connaître sa généalogie paternelle par l’enfant.

Les scientifiques veulent être prudents et ils préfèrent utiliser les termes d’organismes génétiquement modifiés et contrôlés, ou transgéniques, plutôt que OGM. Malgré cela, la recherche sur les OGM et la création d’organismes humains génétiquement modifiés a été contrariée et il a fallu faire face dans les médias aux réactions négatives que les organismes humains génétiquement modifiés suscitent chez tant de gens.

C’est pourquoi, la crainte obsessionnelle des contestataires catho-réactionnaires veut tout faire pour empêcher et même pour détruire ces recherches. Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs OHGM souhaitent œuvrer dans une semi-clandestinité dans des nouveaux laboratoires pour travailler sur les OHGM qui sont devenus les questions les plus fondamentales de la recherche en biologie humaine.

La question est : comment les chercheurs OGM peuvent-ils manipuler sans limite les niveaux d’activité des gènes humains ? Malheureusement, les premiers embryons humains génétiquement modifiés disponibles sur le marché destinés à la GPA-PMA ont été développés dans des laboratoires financés par des fonds secrets aux États-Unis. Dans les années qui ont suivi, les Européens ont arrêté leurs programmes de recherche sur les OGM en raison d’une perte de financement et parce que les scientifiques ont quitté la recherche des OGM, lassés par les critiques et les craintes obsessionnelles des contestataires catho-réactionnaires en France. C’est le nouvel enfer des croyances anti-OHGM des catho-réactionnaires !

À l’occasion d’une émission à la télé sur la brevetabilité des OHGM, on a essayé d’expliquer que les OHGM sont parfaitement sûrs politiquement pour répondre à demande LGBT de la GPA-PMA humaine.

Mais les contestataires catho-réactionnaires ont rejeté ces arguments sur la brevetabilité des OHGM par l’effet d’une croyance conspirationniste. Cela a montré à quel point les efforts des chercheurs en matière d’organismes humains génétiquement modifiés pouvaient être entravés. Des groupes de militants soi-disant catho-réactionnaires sont convaincus que certains scientifiques corrompus par l’idéologie LGBT sont prêts à manipuler génétiquement les enfants de la population, et rien ne semble pouvoir les faire changer d’avis.

Les militants soi-disant catho-réactionnaires sont très troublés à l’idée que des apprentis-sorciers chercheurs OGM peuvent  manipuler des organismes humains génétiquement modifiés pour la GPA-PMA.

C’est pourquoi, il y aura toujours des gens qui penseront que les recherches sur les OGM nuiront à la population et cela suscite un profond sentiment de réprobation. Pendant ce temps, les chercheurs sur les OHGM tentent de défendre la science sous le couvert de la neutralité de la recherche fondamentale. En dehors de la réprobation des activistes anti-OHGM, le fait est que, trop souvent, les autres scientifiques se méfient de la question sulfureuse des OHGM, ou la traitent comme une technologie d’apprentis-sorciers.

Chacun sait, au sein de la communauté scientifique en Europe, que les propositions des chercheurs pour les OHGM ont peu de chances d’obtenir des financements publics. Cela en dépit du fait que plusieurs études financées par des agences américaines ont jugé que les OHGM sont parfaitement sûrs et même qu’ils sont un outil précieux pour lutter contre la discrimination anti-GPA-PMA dans le monde. Un résultat de la diabolisation des OHGM est que les chercheurs s’orientent dans des nouveaux domaines du génie génétique financés secrètement en Amérique. Les forces armées américaines tentent d’abolir les frontières entre des objectifs militaires non scientifiques et la recherche sur les OHGM. Ainsi le secret de leurs propres recherches militaires permet de couvrir la création d’organismes humains génétiquement modifiés, les fameux OHGM.

Les scientifiques travaillant avec de nouvelles technologies d’amélioration des êtres humains à naître font exactement la même chose. Pour tenter d’éviter des critiques des OHGM, ils ont commencé à établir des distinctions absurdes entre différents types de produits du génie génétique dignes du docteur Folamour, y compris transgéniques, pour répondre à demande de produits LGBT transgenres pour la GPA-PMA humaine.

La recherche dans la création d’organismes humains génétiquement modifiés, les fameux OHGM, a été conçue pour mélanger des gènes de la même espèce et ceux d’une espèce voisine, ou même des gènes d’une espèce différente. C’est scientifiquement un non-sens qui peut justifier la peur de l’appellation OHGM.

Pour contrer le phénomène, des scientifiques commercialisent leurs produits pour la GPA-PMA en déclarant qu’ils sont non-OHGM, même s’ils savent que les OHGM sont propres à la consommation.

Depuis sa création, la recherche dans la création d’organismes humains génétiquement modifiés, les fameux OHGM, qui a passé avec succès tous les tests de sécurité sanitaire, n’est toujours pas disponible pour la GPA-PMA humaine et notamment pour la demande élitiste des LGBT qui en auraient le plus besoin.

Malgré cela, les contestataires catho-réactionnaires ont rejeté les arguments de la marchandisation du ventre des femmes et les perspectives rémunératrices du nouveau marché du corps humain.

Qui pourrait le leur reprocher ? Si l’homme n’est pas la mesure de toute chose dans la spiritualité judéo-chrétienne, alors l’homme de la civilisation judéo-chrétienne n’est pas qu’un animal même rationnel !

Le livre : « La tentation de l’homme-Dieu », de Bertrand Vergely, a paru aux éditions Le Passeur.

« L’homme moderne refuse la notion de limite, prétendant s’affranchir de la différence des sexes. C’est la tentation de l’homme-Dieu qui se caractérise par le refus des limites, le règne sans partage de l’illimité. »

« L’homme-Dieu, c’est le contraire de Dieu fait homme. C’est l’homme qui se prend pour Dieu, qui prétend prendre sa place, qui refuse toutes les contraintes liées à la nature humaine. C’est l’homme qui se prend pour la mesure de toute chose, selon l’expression du sophiste grec Protagoras. Cette démesure quasi délirante, signe de déclin, correspond au phénomène que les Grecs désignaient sous le nom d’hybris ! »

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Yves ESSYLU

Si on peut les formater par le marxisme et les rendre homo dés la conception, cela mérite le Nobel (comme Obama)

DUFAITREZ

Usines à gosses, bleues (garçons), roses (filles) dans le Tiers Monde.
Nos Féministes au Pouvoir gèreront les assortiments de couleurs !
GAP et Benetton pour tous !
Plus « d’Exposition de Blanc » en janvier ! United Colors !

Charles DALGER

Et en prime, pour tout achat de bébé blanc, trois bébés beurs gratuit ! Profitez en !

Sergueï

Et quand je pense qu’on a reproché aux nazis l’eugénisme et les Lebensborn !

Wolf

Excellente piqûre de rappel, Sergeï…

Spipou

« Les forces armées américaines tentent d’abolir les frontières entre des objectifs militaires non scientifiques et la recherche sur les OHGM. »

Heu, j’ai pas trop compris… C’est réel ou c’est un scénario catastrophe que vous imaginez dans un avenir plus ou moins proche ?

Wolf

Ces recherches sont une réalité, pas un vague scénario catastrophiste. Et, ce qu’il se profile, est dans le droit fil de ce qu’explique le Docteur Michau-Nérard. Aldous Huxley en avait déjà constitué la trame, en 1931, dans son ouvrage « Le meilleur des mondes ». Orwell l’a remis au goût du jour. Ce n’est pas fini…

La Mécréante !

c’est ce que faisait, aussi, Josef Mengele…

Yohann le debattant

Je suis très partagé sur cette question. Si ces recherches permettent de mettre fin à des tares génétiques sur les bébés comme la trisomie, pourquoi être contre? Les OGM ont mis fin à la famine dans beaucoup de pays du monde à commencer par l’Inde ou plus personne ne meurt de faim depuis la « révolution verte » mise en place à base d’OGM en 1966. Maintenant, le risque en jouant avec les’genes est de créer un « individu mutant » avec tous les risques que cela présente…

le Pote

non les OGM ne réduisent en rien la famine dans le monde , car le blé produit est vendu hybride avec le traitement phito et lié à l’interdiction aux paysans de produire leur propre semences ; les OGM ont tués dans tous les sens du terme l’ indépendance des petits paysans .