Les Belges devront-ils se convertir à l’islam pour adopter un enfant venant du Maroc ?

Publié le 10 mai 2011 - par - 846 vues
Share

Bien que les Peuples de la vieille Europe soient culpabilisés à outrance pour tous les malheurs du monde, ils sont parmi les rares à manifester régulièrement – et concrètement – de la solidarité envers les autres population du monde dans le malheur.

Il n’est de catastrophe – naturelle, industrielle ou « humanitaire » (souvent conséquence de conflits ethniques ou religieux) – qui ne les incite à envoyer des aides massives aux populations touchées. Inutile de citer des exemples, il y en a plus qu’assez que tout le monde a en mémoire.

Je n’ai pas souvenir, par contre, d’avoir vu d’autre nation du monde – à part le Peuple des USA lui aussi très souvent décrié – aider les Peuples européens à se relever des deux guerres mondiales, catastrophes au bilan humain et matériel d’une ampleur encore inégalée.

Ni lors de grands désastres plus récents – Fréjus, Sévéso, Toulouse, les grandes tempêtes ou le tremblement de Terre de l’Aquila.

Et lors du séisme de Haïti, ce sont encore les Américains, les Européens, les Japonais et les Israéliens qui furent les premiers et les plus nombreux à venir aider les victimes malgré la distance, très importante pour certains. De grands pays, qui pourtant croulent sous les pétro-dollars, n’ont guère été vus sur la brèche.

Au contraire, bon nombre de catastrophes qui ont frappé les Peuples européen ou américain depuis des lustres sont imputables bien plus au terrorisme islamique qu’aux colères de la Nature ou au risque industriel, même si dans certains cas on a préféré faire comme si – je pense à Toulouse, où on a très vite écarté la piste terroriste en dépit d’éléments plus que troublants.

De tous les geste généreux, l’adoption est celui qui engage le plus celui qui le pose : il devra assurer à l’enfant qu’il prend en charge une éducation et un avenir dont chaque parent sait ce qu’il en coûte. C’est un engagement très lourd, certainement le plus lourd de tous.

Il devrait donc être salué et reconnu par tous, et facilité tant que faire se peut dans l’intérêt de l’enfant.

Ce n’est pourtant pas ainsi que les musulmans du Maroc voient les choses. Le Maroc est sur le point d’être reconnu en Belgique comme nouveau pays pouvant intervenir pour une adoption. A l’heure actuelle, trois dossiers concernant des parents souhaitant adopter des enfants marocains sont traités à l’essai par la Région flamande. Lorsqu’ils seront finalisés, l’autorité centrale flamande en matière d’adoption procèdera à une évaluation et en cas de rapport positif, le Maroc deviendra un nouveau canal d’adoption.

Cependant, l’évaluation en cours fait apparaître que pour adopter un enfant venant du Maroc, les candidats parents devront être obligatoirement musulmans.

On ne peut rien y faire, estime le porte-parole du ministre flamand du Bien-être Jo Vandeurzen. “Nous demandons seulement à un pays proposant des adoptions de signer la Convention internationale de La Haye. Si un pays impose ensuite une restriction, nous ne pouvons rien faire d’autre que de la respecter”, estime-t-il.

Dont acte.

Reste à voir combien de Belges candidats à l’adoption iront jusqu’à se convertir à l’islam, et surtout combien de membres de la très nombreuse communauté marocaine en Belgique auront la générosité d’adopter un orphelin de leur pays.

Gageons que le MRAX – le pendant belge du MRAP – d’habitude si prompt à dénoncer toute discrimination basée sur l’appartenance religieuse, et spécialement l’islam, ne manquera pas de s’indigner de celle-ci comme il se doit.

Source : http://www.lanouvellegazette.be/actualite/monde/2011-05-04/seuls-des-musulmans-peuvent-adopter-des-enfants-marocains-870405.shtml#ancre_commentaires

Jean Thirion

de Belgique, Province de Liège (Département de l’Ourthe sous Napoléon 1er)

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.