Les bobos et les trente violeurs

Je viens de lire les articles de Caroline Alamachère et Christine Tasin.
Comme le dit Christine, on a vraiment touché le fond. Cette histoire n’a pas dû être relayée par les média ou alors, je dormais.
Une gamine, en fugue, fragile, tombe sous la coupe d’une bande de tarés, aux testicules, tenant lieu de cerveau… qui ont exercé « leurs talents » pendant plusieurs jours..
Et bien, tant pis pour elle, elle recherchait de l’affection, on vous dit. Ils se sont dévoués voilà tout, les braves garçons, et , en plus, sans trop bien savoir ce qu’ils faisaient …Ais je cru comprendre….. Alors là je tombe par terre.
Au fait ces adorables bambins, ont été élevés par qui ? Ce serait intéressant de le savoir. Ce sont leurs géniteurs et génitrices selon moi, qui devraient également être en taule aujourd’hui, mais, c’est vrai je suis une vieille facho, réactionnaire, nauséabonde, et j’oubliais, connasse, depuis peu.
On peut se demander si les protagonistes de cette sinistre affaire dorment la nuit. Je ne parle pas de « mes » ? tarés, mais des juges avocats, associations féministes ou autres , bobos qui se sont inclinés devant ce verdict. Seul, le criminologue M. Raufer aurait osé cracher le morceau et dire la vérité toute crue. La trouille est bien mauvaise conseillère, on cherche tous les prétextes pour minimiser, expliquer et justifier l’injustifiable. Aurait on eu peur d’avoir à renouveler le parc automobile du coin ? d’ être obligé de reconstruire des écoles, des bibliothèques, et autres bastions de cet abominable service public ? Voire.
Mais maintenant, on fait quoi ? On continue à laisser se développer sur notre territoire des « systèmes d’éducation » (?) incompatibles avec la démocratie et la République ? à savoir les filles « de chez nous » protégées, et les autres, les salopes, à la casserole, pour distraire nos coqs ? Ceux-ci ne savent s’exprimer que par leur zizi bon et alors ? On est en démocratie , non ? Entre parenthèse je me souviens d’une autre affaire, disons dans le grand sud , où une génitrice pleurnichait car son « garçonnet » partait en prison : « regardez c’est un bébé » disait elle devant la caméra. Oui mais il avait violé une copine de classe. C’est celà que veulent les bobos apeurés qui parlent et décident pour nous ?
Ils le prouvent tous les jours, les politiques se foutent totalement des fragiles, pauvres, ouvriers, travailleurs, ils ne veulent plus s’en occuper c’est trop compliqué et pas du tout tendance. Il vaut mieux les laisser galérer dans le malheur, un jour les extrémistes, de tout poil viendront mettre de l’ordre dans tout ça ma bonne dame, vous allez voir ce que vous allez voir. Pendant ce temps on pourra continuer à vivre, parader sur les plateaux télé, déblatérer des inepties et des mensonges, tranquillement.
Bref, la nausée, totale.
Monique Vigneau

image_pdfimage_print