Les cents intellectuels sont-ils vraiment des courageux ?

Publié le 22 mars 2018 - par - 29 commentaires - 1 384 vues
Share

Encore une fois, Jules Renard donne le “La” ; L’un de ses aphorisme célèbre sert de titre au présent article. Une centaine d’intellectuels courageux vient en effet de découvrir ce dont une grande majorité de Français a une conscience aiguë depuis longtemps. Divers sondages (voir les liens en fin d’article) le confirment. Ils sont à ajouter à ce que la “Réinfosphère” écrit et publie depuis au moins dix années… Cette découverte, c’est la nocivité de l’islam. mais attention, dans la langue française, le mot “islam” est “haram” – interdit – et il faut du courage pour le mettre en cause d’un grand nombre des maux dont notre pays souffre aujourd’hui.

Il semblerait donc que cette pétition soit, un peu comme les “Je suis Charlie” ou “Not in my name”, une courageuse prise de position médiatique qui s’affranchit pourtant de la seule position qui lui vaudrait de figurer dans les anales de l’Histoire contemporaine : en effet, nos chers intellectuels tournent autour du mot fatidique “Islam” pour ne pas le prononcer ! Ils nous disent « leur inquiétude face à la montée de l’islamisme. » tempérant en utilisant le mot “islamisme” qui, tout comme “islamiste” ou encore “islamique” ne sont que les adjectifs d’une coquetterie sémantique pratique pour ne pas stigmatiser cette religion qui [aurait] un avenir dans la République française, en étouffant un peu plus chaque jour nos institutions et nos règles sociétales pour “faire de la place” à la charia. Une “Charia douce”, en quelque sorte, qui s’accommoderait bien avec nos institutions. Ou plutôt une “Charia douce” qui imposerait à nos institutions de faire une place grandissante à de nouvelles règles constitutionnelles au nom de la tolérance, de la laïcité et de je ne sais quel humanisme bon marché qui trouve essentiellement sa justification dans la dégustation jusqu’à plus faim de la tarte à la crème nommée “Le vivre ensemble”.

Les signataires s’interrogent : « À quoi peut donc servir ce ségrégationnisme nouvelle manière ? » … mais à faire de la place à l’islam, que diable, à établir les frontières, clairement définies par le coran, du “Dar al-Islam” ou “domaine de la soumission à Dieu”. Pas à la République ! Nous y sommes déjà depuis longtemps, comme le dénonçait déjà un groupe de professeurs bien en avance sur nos “Intellectuels” dans un livre choc, “Les Territoires perdus de la République”, qui racontait – déjà – à l’automne 2002 l’antisémitisme, le sexisme et l’islamisme qui déferlaient dans les collèges et les lycées de la région parisienne.

Il y a dans cette opération de récupération médiatique plusieurs points qui dérangent. Le vocable d’“intellectuel”, en premier lieu, qui laisse penser que, pour se soucier du bien de notre pays, de notre société, de notre démocratie et être écouté, il faille être un “intellectuel”, « … une personne dont l’activité repose sur l’exercice de l’esprit, qui s’engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs, qui n’assume généralement pas de responsabilité directe dans les affaires pratiques, et qui dispose d’une forme d’autorité. » Passons ici sur la quasi majorité de cette liste, inconnue du grand public et soulignons ce qui rassemble tout ce beau monde dont nous, modestes Français, n’avons point l’honneur d’être comptés parmi : pas une fois le mot “Islam” n’est prononcé, comme cela a été souligné, notamment, par Christine Tasin. C’est donc encore une fois le courage qui manque.

Par ailleurs, durant toutes ces années, que faisaient ces “Intellectuels” pour dénoncer la montée inexorable de cette religion hégémoniste ?

Il y a également une forme de complaisance qui semble viser à tempérer les prises de positions objectives, saines et salutaires de certains acteurs majeurs de la Réinfosphère. Je lisais ce matin un article, un peu pontifiant, paru dans Riposte Laïque, terminé par une énormité : « Voyez-vous, camarade Cassen, l’islam a sa place en France. Mais avec le statut de “dhimmi”. » L’auteur utilise ici un mot dont, apparemment, il méconnaît le sens exact. Par essence, l’Islam n’a que deux états : il domine ou il est inexistant. Jamais il ne se soumet. Être “dhimmi”, c’est ce soumettre et c’est mal connaître l’Islam que de penser qu’il en soit capable. L’islam n’a pas de conscience, juste la force de sa foi d’un autre âge et lui demander d’accepter d’autres lois que les siennes est impossible. Bien sûr, on vous fera croire que la voie d’une concorde est ouverte si la force n’est pas encore constituée (et en attendant qu’elle le soit), mais ce sera alors juste pour ruser et tromper. C’est exactement ce qui s’est passé au septième siècle lors de la conquête de l’Andalousie qui ne fut pas un acte de bravoure, mais une victoire par ruse et tromperie avec l’aide de quelques seigneurs félons locaux. L’Histoire se répète…

Revenons à nos courageux “Intellectuels”. Il y a cinq ans, un certain Waleed Al Husseini, tout juste “libéré” de ses geôles palestiniennes, demandait des liens d’amitié sur de nombreuses pages Facebook. Il est aujourd’hui le premier sur la liste des cents ! Pratique, il a un patronyme qui sonne bien dans ce genre d’opération médiatique. Mais le personnage garde son mystère et son histoire est loin d’être claire quand il critique vertement les religions chrétienne et juive ; restons vigilants…

Quant aux autres, une bonne dizaine de “Têtes connues plus ou moins favorablement” du grand public qui voisinent avec de parfaits inconnus – par ailleurs certainement gens de qualité comme David Duquesne, un infirmier ou encore Claudine Gamba-Gontard, professeur de lettres à Marseille… Inconnus dont on aimerait pourtant savoir ce qu’ils ont bien pu faire durant toutes ces années pour combattre la lente islamisation de la société française, comme le font par exemple, Pierre Cassen ou Eric Zemmour… Tiens, il n’est pas sur la liste, l’Ami Zemmour ; il faudra nous expliquer cette absence importante. On pourrait lui demander, d’ailleurs. Son analyse serait des plus intéressantes à connaître ! En revanche, la LICRA y est représentée, celle-là même qui poursuit les lanceurs d’alerte sur les dangers irréversibles de l’Islamisation rampante de la France, dont les deux personnes – mais ils ne sont pas seuls – dont nous venons d’évoquer les noms… Que dire ?

Ah, si, un commentaire, un autre, qui m’a frappé dans cet article. Je le cite : « Il faut lire la lettre jusqu’à la fin. « Avec le statut de dhimmi » y est-il écrit. Voilà qui devrait rassurer les ratiocineurs et autres coupeurs de cheveux en quatre. Rayski a raison : tout combat sérieux implique l’unité. Cela dit, il est incontestable que nous avons ouvert, ici, une porte que d’autres franchissent à leur tour. Et c’est très bien ainsi. » La seule porte à ouvrir, pour prendre la juste mesure des dangers de l’islam est celle de la mosquée. Que vous soyez dans celle-ci, dite “salafiste” ou dans celle-là, taxée de “modérée”, il n’existe qu’un seul discours, guidé par un seul et même livre, le coran. Et tant que ce livre restera le fondement de la religion, de la pensée “universelle” et de l’éducation des musulmans, il sera impossible de les intégrer dans une société laïque occidentale. Cela n’est tout simplement pas dans la nature de leurs gènes et dans les fondamentaux de leur religion. Les exemples dans le monde sont nombreux. Sauf à manquer de courage pour les dénoncer. Ou a en attendre quelques largesses… Suivez mon regard !

Alors je vais ratiociner : c’est bien d’avoir ouvert une porte ; mais est-ce une preuve de courage alors qu’il en faudrait justement beaucoup pour en fermer une autre, certainement plus lourde ? Est-ce pour sortir de cette ambiguïté d’un “vivre ensemble” impossible qui commence à se faire (trop) mal voir ou bien pour laisser entrer le loup dans la bergerie, déguisé en “dhimmi” que cette porte a été ouverte ?

Jean-Louis Chollet

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/07/03/01016-20170703ARTFIG00256-l-immigration-et-l-islam-crispent-de-plus-en-plus-les-francais.php

http://www.valeursactuelles.com/societe/60-des-francais-pensent-que-lislam-est-une-menace-pour-la-republique-92864

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
DURADUPIF

Courage, fuyons avant de rechercher La Vérité de la dire et de l’écrire.

Ulysse 67

(suite) L’attitude même de ces intellectuels est en soi un signe aussi de ce changement d’état d’esprit: car il y a peu ils se faisaient eux aussi enfumer par le discours antiraciste immigrationniste et le reproduisaient, eux-mêmes ont changé de camp, ils ne sont plus soumis à cette poignée de fanatiques exerçant leur terrorisme intellectuel, et plus obligés de prendre des postures imposées par la doxa gauchiste, genre « 99,99% des musulmans ne posent AUCUN problème »

[selon ce chiffre fantaisiste totalement inventé et martelé à l’époque de Charlie-Hebdo et du Bataclan, il n’y aurait donc en France que 300 musulmans qui « poseraient des problèmes ». Comme les 200000 condamnés par la Justice, les 50000 en prison, les 30000 radicalisés? On ne l’entend plus, heureusement]

Ulysse 67

(suite 2) Voilà qui prouve que l’air du temps est en train de tourner. La raison revient face à la déferlante idéologique hystérique irréelle et incantatoire qui a sévi pendant 30 ans, face aux slogans et aux mantras simplets inlassablement ânonnés qui ont tenu lieu de « pensée » politique.

D’ailleurs d’autres signes le démontrent: lentement la doxa médiatique s’infléchit, les ayatollahs de l’islamo-gauchisme journalistique si prompts à tancer et admonester les « déviants » et à accuser de racisme à tort et à travers se font moins virulents et commencent à douter de leurs certitudes d’autrefois, sûrement aussi ébranlés sous la pression des auditeurs excédés par ce biais systématique et qui le leur font savoir.

Ulysse 67

(suite) par toutes la associations « humanistes », humanitaires, « antiracistes » (à sens unique), aux méthodes de propagande et de combat bien rodées, MRAP, LICRA, tous ces petits marquis de la bien-pensance agressive qui font croire par leurs vociférations et leur occupation méthodique de l’espace médiatique qu’ils sont l’opinion publique dominante lors qu’ils ne sont qu’une poignée.

Et ne parlons pas des associations (partis?) islamisto-musulmans comme le CCIF, tous les faux-nez des salafistes et des Frères Musulmans

C’est déjà un énorme progrès qu’ils puissent s’exprimer contre l’islam et le dénoncer dans un journal qui lui ose leur ouvrir ses colonnes, et de voir qu’en face ils en rabattent de leur caquet, qu’ils n’arrivent plus à faire taire et commencent à être sur la défensive

Ulysse 67

Vous êtes trop critique et négatif, comme on dit du genre à voir la bouteille à moitié vide.

Mais il faut voir le côté positif: nous voyons qu’enfin des dizaines d’intellectuels réputés et ayant un grand poids d’une part se rallient à la cause de la lutte contre l’envahissement islamique, d’autre part osent prendre la parole face à l’Inquisition islamo-gauchiste, qui contrôle les médias et infeste la Justice.

Cela aurait été inenvisageable il y a cinq ans: ils se seraient fait lyncher et ostracisés par la déferlante de condamnations morales des sous-intellectuels gauchistes à la Guénolé ou Viktorovitch, chez Bourdin, Ruquier, Cohen, Demorand, Aphatie, etc. etc., par les politiques de gôche et de droite molle genre Parti de Gauche (Insoumis), frondeurs, et évidemment

Arthur Gardine

rejoindre la

Arthur Gardine

Jean Louis tous ceux qui ont l’islam en horreur sont des alliés objectifs et même de amis.
Ne perdons pas notre énergie en querelles de chapelles . Les 100 ont osé, bravant le regard sans doute réprobateur de leurs collègues regardant ailleurs lorsqu’ils entendent prononcer le mot islam

Granger

Merci pour votre article très qualitatif, pour autant, j’ai une interrogation : je ne peux établir de lien entre tître et texte !
Vouliez vous ici évoquer l’aphorisme de Jules Renard « N’écoutant que son courage, qui ne lui disait rien, il se garda d’intervenir » ?
Dans ce cas, pourquoi ne pas l’avoir utilisé comme tître … pour moi, sa place était ici, donnant ainsi plus de puissance au texte !

quiditvrai

OUI !!! QUI NE LE VOIENT PAS QUE LES CENTS SONT COURAGEUX ?
Que ces cents signataires sont braves de dénoncer le « politiquement islamiquement correct » point de vue de ces traites politiques er médiatiques qui ont réussi jusqu’à aujourd’hui à conditionné et amener l’opinion à leur point de vue déniant la réalité.
CE N’EST QU’UNE ÉTAPE TEMPORAIRE ET CIRCONSTANCIELLE DE TRANSITION VERS LA VISION DE L’ISLAM QUE PROPAGE SI DIFFICILEMENT RIPOSTE LAÏQUE.
NOUS DEVONS DONNER NOTRE APPUI STRATÉGIQUE À CETTE INITIATIVE.

Jean-Louis Chollet

« N’écoutant que leur courage… Qui ne leur disait rien… » Jules Renard (Aphorisme mentionné au début du chapô)…

Patrick Granville

À la manière de l’avocat courageux dans Z de Costa Gavras de deux choses l’une : soit les 100 intellos se sont réveillés de leur torpeur médiatique et conscients de leur silence ils font leur aggiornomento et nous leur disons bienvenu au Club des militants de RL; soit on leur demande de décliner pour chacun leur nom adresse et qualité avant de les condamner puis jeter en prison pour tacite collusion avec l’occupant. J’ajouterai pour leur silence complice avec la justice et les associations anti-Rats.

dufaitrez

Zemmour est trop intelligent pour signer ce brouet !
Finkie me déçoit un peu…
Chantal Delsol s’est abstenue ! Un signe !
Ces « intellos » … vivent ensemble ! Pas pour Nous !

André Léo

Assez de divisions!
Hier, Mr Raisky s’en prenait à Pierre Cassen, « coupable « de ne pas aimer certains des signataires et, plus insultant, de ne pas avoir le courage de ses opinions, ce qui est un comble.
Tous ces signataires ou à peu près font partie de ce que l’on nomme les bobos parisiens, une communauté de nantis, de bien en vue… de ces NIMBY qui ne craignent pas l’immigration.
Tous et toutes, cependant, ont fait un pas vers la Laïcité, vers le retour à la liberté d’expression assassinée.
Ils sont majoritairement européanistes, voire mondialiste.. et alors?
La plus petite avancée vers ce que fut notre Nation d’avant 68 est un progrès.
Alors, osons avec Lénine, ce personnage honni de la bien-pensance:
« Si Kouchner te donne un fusil, prend-le! »

wika

Mais pourquoi cent « intellectuels » sont-ils nécessaires pour dénoncer « l’islamisme » ?
Il suffisait d’écouter les 11 millions d’électeurs qui ont voté Le Pen

patphil

oui à l’application de la charia! pour les voleurs, la main coupée, pour les violeurs le zizi coupé! il n’y aurait plus grand monde à la réclamer ensuite!

Parlervrai

zizi coupé sauf pour les violeurs de non musulmanes.
Tu veux la charia ? exile toi !!!

JILL

Dans les années 40,ils auraient dénoncé les SS et non le nazisme …Aujourd’hui,ces belles âmes,dont certaines sont fort honorables dénoncent l’islamisme,tout en se faisant un cache sexe de l’islam …modéré,ça va de soi .Or islam et islamisme,c’est kif kif ;l’islam a été fondé sur le djihad guerrier et n’existe pas en version light .

Edmond Richter

Il faut SALUER l’initiative des 100, REGRETTER qu’ils n’osent pas nommer l’Islam ET LE FAIRE À LEUR PLACE.

le Franc

la caste autoproclamée des « intellectuels » est une caste qu’il faudrait éradiquer à la maoiste……….aux champs ou à l’usine.

Verdammt

Les 100 finirons mal car idiots utiles de l islam.
Je les plains mais un peu.
Ils sont des dimmis et l islam n aime pas les lâches.
Leur sort est entre les mains d Allah. Ils sont finis, les pauvres.

jones

tous ces intellectuels qui squattent les medias mainstream ,qui n’ont cesse de vomir sur les identitaires ,et les nationalistes ,font rire les islamistes,,a la premier menace des islamistes a leur encontre ,ce sera la debandade,,,les uns vont se cloitrer chez eux et se taire a jamais ,d’autres fuiront vers l’europe del ‘est jadis meprisè,d’autres fuiront vers israel,d’autres se convertiront a l’islam ou se dhimmiseront,,,et regretteront l’epoque ou on pouvait insulter jmle pen et le FN sans craindre quoiquece soit sous les applaudissements d’un peuple cocui,des elites politiques et mediatiques,,

Bharata

Pourquoi critiquer quand il y a quelque chose de positif ? On peut toujours critiquer, c’est très facile. L’union fait la force, alors pourquoi critiquer et empêcher l’union au lieu de n’avoir qu’une seule voix ? L’ego, toujours l’ego, qu’il soit individuel ou collectif !

bernard

Que sont des ‘intellectuels’ qui n’ont pas compris avant les ‘non-intellectuels’ forcément bêtes et vulgaires que l’islam était un danger mortel? Qu’ils viennent demander pardon à JMLP ce ‘non-intellectuel’, réactionnaire, poujadiste, antisémite, raciste, pétanisite, etc.. qui eut raison bien avant eux avec Enoch Powel en Angleterre…en récompense de quoi aucun des deux n’eut jamais de réussite politique majeure car bannis à jamais par le système…

didile

En se définissant eux-mêmes comme « intellectuels « ,ils nous font penser immanquablement à notre grand Fernand Raynaud et à son célèbre « j’peux pas être bête puisque j’suis douanier. »
Ils comprennent ce qu’il se passe dix ans après leur concierge mais ce sont eux qui s’écrient « eureka ».
Quant à émettre la plus petite miette d’une solution ,messieurs ,mesdames ,on attend .

Colonel de Guerlasse

Ils ont surtout la trouille d’y passer en cas de califat.

Parlervrai

« en cas de » ? Mais on y va tout droit !

butterworth

Pour avoir combattu, en son temps, le stalinisme en mode Beria comme en mode Sollers (col Mao…), je sais qu’il faut, à seule fin d’efficacité, que les consciences longtemps sommeillantes, ou occupées ailleurs, se réveillent et se penchent sur le problème en cours. J’ose espérer que c’est le cas actuellement. Les gens de médias et de pouvoir politique sont veules et opportunistes. Ils retourneront leur veste si leur intérêt le leur conseille. Mais pour cela, il faudra que la réaction soit du même ordre que celle des années 80, qui vit les thuriféraires béats du goulag en devenir les contempteurs ulcérés. C’est ainsi que les choses se passent dans les démocraties à haute teneur « intellectuelle ». On peut le regretter, comme on peut s’en accommoder.
JS