1

Les clandestins de Saint-Denis hurlaient avec Coquerel : On est chez nous !

« On est chez nous », « On est chez nous »…Ils hurlaient cela en envahissant la basilique Saint-Denis, dérangeant ainsi le repos éternel de 43 Rois et 32 Reines de France, qui incarnent la mémoire monarchique de notre pays.

Sont-ils des « migrants » ? Sans doute, mais sont-ils responsables ? Pas tout à fait et certainement pas les seuls !

Ils sont venus, ils sont tous là, du fin fond de l’Afrique ou du proche Maghreb.

Ils ont fui la misère qui les a accompagnés depuis la décolonisation.

Certains l’ont payé de leur vie en Méditerranée. On les a laissés rentrer. On en a même aidés quelques-uns.

Ils sont dans l’illégalité.

Ce sont des clandestins mais on ne les expulse pas.

Ils ne peuvent plus faire marche arrière, ils sont donc « chez eux », et, pour certains, malgré eux.

Ce qu’ils ne comprennent pas c’est qu’on les manipule, que l’on se sert d’eux, de leur situation, de leur misère.

Ils sont « l’alibi » pour obtenir des subventions et exploiter des situations à des fins uniquement politiciennes.

On les a entraînés, accompagnés, encouragés.

Il fallait réaliser un bon « scoop ».

Que les médias en parlent.

On aurait pu les aider à envahir un autre lieu, mais non, il fallait que ce soit très médiatique, alors ce sera la Basilique Saint-Denis, ou le Sacré-Cœur, ou Notre-Dame.

Pourquoi n’ont-ils pas essayé l’Assemblée Nationale ou le Sénat ? Trop dangereux, trop de flics, les organisateurs ne sont pas des « courageux », ils préfèrent affronter quelques chrétiens qui tendent la joue gauche quand on les frappe sur la droite.

N’est-ce pas le cas de Monseigneur Delannoy, responsable de la Basilique ? On attend toujours un dépôt de plainte de sa part.

Ou cautionne-t-il cette intrusion ? A l’exemple du Pape, qui encourage et ouvre les portes à cette invasion… mais pas celles du Vatican !

Mais au fait, qui sont-ils, ces courageux « patriotes » qui ont organisé cette « démonstration » ?

Des « gauchistes » bien sûr : Un Éric Coquerel, député de la France Insoumise, soutenu par Clémentine Autain, autre députée de cette même France et encouragés par leur président, Jean-Luc Mélenchon, qui assume cette responsabilité. Tous trois dignes héritiers de ces traîtres français qui armaient et finançaient le FLN lors de la guerre d’Algérie.

Puisque je viens de citer l’Algérie, que l’on me permette de signaler que durant les huit années de cette guerre, de 1954 à 1962, pas une seule mosquée n’a été envahie, ni aucun cimetière arabe profané ou saccagé, ni par les Français d’Algérie, ni par l’OAS, que l’on se plaît à accuser de tous les maux, de tous les crimes, alors que, depuis plusieurs années en France, les profanations et les saccages de cimetières juifs ou chrétiens se produisent hebdomadairement.

La France Insoumise ! Non, plutôt la France outragée, salie, trahie dans ses valeurs, ses principes, son histoire, par l’anti France soumise aux envahisseurs et à leur religion.

Le délit de profanation existe en France, il est puni de 1 an de prison et de 15.000 euros d’amende.

Cinq jeunes « identitaires » qui, accompagnés de quelques partisans, avaient occupé durant quelques heures la mosquée de Poitiers (Vienne), le 20 octobre 2012, ont subi cette condamnation : 1 an de prison avec sursis et plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amende.

L’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) s’était portée partie civile.

Est-ce qu’il y aura une partie civile pour l’occupation de la basilique Saint-Denis ? Le diocèse, le Parquet ou les autorités se manifesteront ils ?

Est-ce qu’Éric Coquerel, député, sera poursuivi et condamné ?

S’il y avait une véritable justice dans notre pays les coupables, les meneurs, seraient déjà appréhendés.

Si demain des militants du Front National avaient l’idée d’envahir la Grande Mosquée de Paris, ne les entendrait-on pas hurler leur indignation et réclamer des sanctions exemplaires ?

Prenez garde, vous avez jeté la première pierre, méfiez-vous car, tel un boomerang, elle pourrait bien vous revenir très rapidement sur vos gueules !

Manuel Gomez