Scandale d’Etat : les clandestins majeurs déguisés en mineurs

©Nicolas Liponne/Wostok Press/Maxppp
France, Lyon
13/06/2015
Manifestation a Lyon contre les tests osseux realises sur les mineurs isoles refugies et etrangers devant l hopital Edouard Herriot 2015.06.13. Photo via MaxPPP]

Un rapport d’information du Sénat du 28 juin 2017, établit qu’une majorité de ce que l’on nomme des Mineurs Non Accompagnés, ou administrativement des Mineurs Isolés Etrangers ne sont pas des mineurs.

La France est prisonnière de ses traités, de son droit, de son administration, avec cette perte de souveraineté orchestrée par nos présidents passés et présents.

Le nombre de clandestins mineurs pris en charge par l’aide à l’enfance devrait passer de 13 000 fin 2016 à 25 000 d’ici à la fin 2017.

https://www.google.fr/amp/s/www.la-croix.com/amp/1200860994

Il s’agit d’une véritable bombe à retardement sociale et sociétale !

Le Gouvernement sera dans l’incapacité de tenir ses engagements en matière d’éloignements forcés.

Je ne parle même pas de l’abandon des missions régaliennes qui lui incombent, et dont il se défausse sur les collectivités locales pour masquer son  incurie.

Un article de Breizh-info résume très bien la situation… Dans les faits, cela signifie que des milliers d’individus sont pris en charge financièrement par la collectivité (en l’occurrence le Département) et protégés (inexpulsables), alors qu’ils ne devraient pas l’être :

https://www.breizh-info.com/2017/10/16/79438/immigration-majorite-de-mineurs-non-accompagnes-realite-majeurs

Ce rapport parlementaire qui contient pas moins de 30 propositions, ne mentionne nullement le placement de ces dits MIE en familles d’accueils.

C’est pourtant ce qui est prévu et innové en Ardèche pour 120 clandestins :

https://www.google.fr/amp/s/www.francebleu.fr/amp/infos/societe/le-conseil-departemental-de-l-ardeche-recherche-des-familles-pour-accueillir-de-jeunes-migrants-1510947225

Le placement dans des familles d’accueil ardéchoises comme au niveau national, est tout simplement dangereux, je dirais même irresponsable, ne serait-ce que pour la sécurité personnelle de chaque famille accueillante.

D’autant plus irresponsable que personne ne connait réellement l’intention de ces  » MIE » sur notre sol, pas plus d’ailleurs que sur l’examen de leur mental.

Sans compter le coût journalier de 14€/jour par MIE soit 5.110 €/an et qui coûtera 613.200 €/an aux Ardéchois pour les 120 MIE pris en charge par leur  département.

Ce département, je le rappelle, a la plus grande difficulté à boucler le financement du RSA qui entre également dans son domaine de compétence. Il faudra donc trouver l’argent pour financer cette nouvelle gabegie d’argent du contribuable… Et nous savons très bien qui va payer les pots cassés !

Comment peut-on confier à une association, la responsabilité, le placement, le devoir de contrôle, et de vérification en lieu et place de l’Etat ?

En l’occurrence, il s’agit de l’association Pluriels, dont le président est Pascal Mathieu.

Le Président Laurent Ughetto va être interpellé de manière officielle sur cette décision prise sans aucune concertation.

De manière générale, où en est le contrôle des liens du mineur et de l’adulte lors de l’établissement du visa pour le placement en famille d’accueil ?

La question de l’entrée sur le territoire ne se pose a priori que pour les mineurs isolés étrangers en zone d’attente. Comme pour les adultes, les conditions d’entrée imposent qu’un mineur puisse présenter un passeport et un visa.

Si le mineur ne remplit pas ces conditions, il ne pourra donc accéder au territoire et sera maintenu en zone d’attente !

Pour rappel de constat de la réalité de minorité : « – La preuve par les « papiers »

La première preuve de la minorité  résulte de la détention de documents d’identité  et en particulier d’un acte d’état civil.

L’article 47 du Code civil dispose que « tout acte de l’état civil des Français et des étrangers fait en pays étranger et rédigé dans les formes usitées dans ce pays fait foi, sauf si d’autres actes ou pièces détenus, des données extérieures ou des éléments tirés de l’acte lui-même établissent, le cas échéant après toutes vérifications utiles, que cet acte est irrégulier, falsifié ou que les faits qui y sont déclarés ne correspondent pas à la réalité́ ».

Les documents d’état civil présentés par un mineur isolé étranger, s’ils ne constituent pas manifestement des faux, doivent être pris en compte pour déterminer son âge.

Ce principe est soumis à la fiabilité et à l’organisation d’un service d’état civil dans le pays d’origine. On peut donc concrètement en douter ! Mais est-on également certain de son pays d’origine ?

De surcroît, aucune vérification sérieuse n’est mise en place pour légitimer le classement de ces clandestins en « mineurs ».

Un article sur Boulevard Voltaire résume très clairement l’hypocrisie ambiante et nationale en ces termes :

« Le migrant est un être sensible. Pour le Conseil de l’Europe, la procédure visant à déterminer l’âge de celui qui affirme être mineur « ne doit pas être imposée », car elle peut être « effrayante et déstabilisante pour un enfant ». Un examen dentaire, une radiographie ou un test de maturité sexuelle traumatisent l’enfant de 28 ans, c’est connu… http://www.bvoltaire.fr/migrants-mineurs-linvitation-mensonge/

La procédure d’évaluation de l’âge est même contestée par certaines associations.

Le comité national consultatif d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, dans son avis du 23 juin 2005, a considéré́ que les techniques médicales utilisées aux fins de fixation de l’âge étaient inadaptées.

L’Académie nationale de médecine, dans son rapport du 16 janvier 2007, affirme que la méthode de Greulich et Pyle ne permet pas de distinction nette entre seize et dix-huit ans et recommande la double lecture par un radio-pédiatre et un endocrino-pédiatre.

La réalité est là, et en exemple sur la Loire-Atlantique : En cinq ans, le nombre de mineurs étrangers isolés a été multiplié par 12 !

« Les mesures de transfert prises sur le fondement des accords de Dublin connaissent de graves difficultés, tant au niveau européen qu’au niveau national.» Ainsi, «seuls 23 % des franchissements irréguliers d’une frontière extérieure de  l’Union font* l’objet d’un prélèvement d’empreintes digitales.»

Il faut savoir que 62% des clandestins refusent la prise d’empreintes !

Nous devons dénoncer ce scandale d’état étouffé volontairement par l’élite dirigeante, et la complicité servile de l’élite locale…

Alain Barnier

image_pdfimage_print

16 Commentaires

  1. Le président du conseil départemental des Deux-Sèvres a indiqué publiquement que ces MIE coûtaient 2 millions d’euros pour le département au titre de 2017. Les agents de l’ASE de ce département dénonçaient récemment leurs conditions de travail et étaient en grève. Des individus paraissant plus de 20 ans sont dans des classes de 5ème !
    Pauvre France !

  2. En réalité, un mineur n’est pas considéré comme un étranger pour la loi française et coûte au pays, 60 000 (soixante mille) euros par an.

  3. article web en suede 75/100 des migrants mineurs sont majeurs et nouvelle methode evaluation de l age civilwarineurope

  4. D’abord , on ne dit pas clandestins , on dit envahisseurs ; ensuite on ne dit pas mineur , ça fait travailleur de la mine , il pourrait y avoir confusion ; soyons clair

    • Ils viennent du continent le plus riche de la planète, au lieu d’exploiter leurs ressources et se développer ils préfèrent venir piller ce que nos ancêtres ont mis 1700 ans à construire.
      On dirait Oncle Picsou qui ferait la manche pour ne pas entamer son pactole.

      Avec l’Africain ce n’est pas compliqué, si on lui achète des matières au prix du marché international « on pille l’Afrique », si on ne lui achète pas « on laisse crever l’afrique ».

      Si on va chez-eux à moins de 8% d’occidentaux « on les colonise », si ils viennent chez-nous à 30% d’Africains « ils nous enrichissent ».

      Les Chinois ont essayé de monter des usines ultra-sociales en Afrique c’est un échec, pour l’Africain travailler pour un salaire = esclavage, mieux vaut piller les prestations chez le sale blanc !

  5. IL n’y a pas à tergiverser, les clandos soit disant mineurs doivent être remis à leur ambassade. Point à la ligne;

  6. Moi je suis un mineur de 42 ans , je voudrais avoir toutes les aides qui vont avec . La chose a savoir comment de ces envahisseurs connaisse ci bien ce que moi même je me connais pas a moins qu’il sont aider pour cela , sinon tout les envahisseurs il faudras les virer tres vite il vas avoir une haine racial contre nous

  7. Quelle profonde tristesse. À qui doivent normalement rendre des comptes (dans tous les sens) ces associations ?

  8. un mineur qui arrive en France sans ses parents! qui lui a payé le voyage? qui s’en est occupé ? la place d’un mineur c’est auprès de ses parents!
    à Mayotte, la police ne revoie aux Comores que les adultes, la mère dépose son enfant à terre et le tour est joué;

  9. Les associations, toujours elles, ont fait valoir qu’il était illégal de procéder à des examens osseux. Logique elles profitent du système.
    De toute façon, la France n’a aucune volonté de lutter contre les « migrants » qui arrivent sur notre sol après s’être débarrassés de leurs papiers d’identité.
    S’il y avait une réelle volonté, elle adopterait le système biométrique qui permet de ficher les gens et permet de façon infaillible d’identifier ceux qui reviennent sur notre sol après avoir été expulsés.
    La France, c’est comme notre métro : il n’y a aucun système efficace pour en empêcher l’entrée et ensuite, on paie des gens pour faire une inutile chasse aux fraudeurs

  10. Tout est bon pour profiter de l’assistanat français: je suis un chrétien de la mecque, j’aime les garçons et c’est mal vu chez moi, je suis un pauvre petit enfant de 1,90 et 110 kilogs, pas de problème puisque mes intérêts convergent avec ceux de mes importateurs subventionnés

  11. Quel est l’âge mental de nos Dirigeants ? Bonne première question !
    Les « jeunes » importés resteront toujours des « djeunes » à vie ! Incapables assistés…

    Autre domaine lié ? Acte sexuel consenti à 13 ans !!! CHEZ NOUS !
    Quand devient-on adulte ?
    Serments d’Hypocrites !

  12. Un mineur, un enfant, doit rejoindre ses parents. C’est inhumain de le garder en France loin de sa famille…

  13. Je veux raconter cette histoire en rapport avec le texte:
    Je connais un algérien qui est arrivé en France il y a plus de 30 ans.Pour pouvoir rester en France il s’est rajeuni d’environ 7 ou 8 ans. Maintenant il a presque 70 ans et il doit continuer de travailler pour avoir droit à sa retraite car ses papiers ne lui donnent que 62 ans !!!!!

  14. Aujourd’hui la raison, la justice n’a plus sa place, l’idéologie machiavélique des politiciens, de la justice est leur nouveau code pénal. Illusion de la démocratie et bienvenue dans la crasse dictatorial mondialiste. Je veux croire en un avenir, malgré cette chienlit et toute cette injustice voulu par Macron. J’attends avec impatience que tous ces traitres (politiques, médias, juges rouges, showbiz ) soient jetés à la vindicte populaire et fassent face à l’ignominie dans laquelle ils nous jettent, nous humilient et nous culpabilisent.

Les commentaires sont fermés.