Les collectivités favorisent les fournisseurs halal pour approvisionner les écoles

Publié le 19 octobre 2013 - par - 2 727 vues
Share

Début septembre nous découvrions que le Conseil Général du Nord avait passé un appel de marché pour servir de la viande halal au collège Lucie Aubrac de Dunkerque, ce qui avait été confirmé par le gestionnaire de l’établissement. « Certains élèves, de confession musulmane, demandent au cas par cas au chef de cuisine s’il a de la viande halal. Parfois, quand un fournisseur en propose, nous en commandons et cette viande est servie à la cantine ». Celui-ci s’empressait de préciser que le mot « halal » n’était jamais mentionné en toutes lettres mais seulement oralement, afin sans doute de ne pas laisser de traces écrites pour éviter les embêtements.

A Nantes, l’appel d’offres pour la fourniture de denrées alimentaires destinées aux écoles publiques indiquait ceci :

2.7 Absence de viande de porc
 Tous les produits autres que ceux expressément désignés comme étant à base de porc, devront être exempts de porc sous toutes ses formes (lardons, sang, gélatine…).

D’autres articles de cet appel d’offres insistaient lourdement sur le fait que les produits n’étant pas spécifiquement à base de porc devaient être impérativement exempts de toute trace de porc comme s’ils risquaient d’être contaminés par on ne sait quel poison hautement dangereux.

Il va de soi que l’électorat musulman doit être particulièrement chouchouté, quitte à en faire des tonnes, à prendre des précautions dignes d’une alerte à la pandémie, et quitte surtout à faire un gros bras d’honneur à la loi de 1905.

J’ai reçu il y a quelques temps des informations provenant d’un employé de cantine qui travaille dans différentes collectivités en Belgique, notamment dans des restaurants universitaires et des écoles. Ces collectivités, tant en Belgique qu’en France, sont approvisionnées par un marché régional commun à nombre de ces restaurants et autres unités scolaires, comme le confirme l’affaire de Dunkerque citée plus haut.

Lorsqu’on parle de halal c’est d’abord à la viande que l’on pense, à l’animal sacrifié à la divinité et abattu rituellement dans d’énormes souffrances. Mais le halal ce n’est pas que cela, ça touche tous les autres produits alimentaires, c’est une certification indiquant que l’aliment est bon à consommer par le musulman.

Je cite cet employé de cantine : « l’Etat achète halal, nos enfants mangent halal, Vous achetez halal, vous mangez halal car beaucoup des restaurants d’entreprise font de même, vous cotisez halal ».

Oui. Dès lors que vous (ou vos enfants) mettez vos pieds sous une table de cantine, vous êtes susceptible d’avaler des denrées halal certifiées par un imam, lequel est rémunéré pour cela (vous contribuez à financer un homme de Dieu même si vous êtes incroyant !), et ce, quelles que soient vos propres convictions. En clair, le halal du seul dogme islamique est devenu la norme référente appliquée à tous sur l’ensemble du territoire sans que vous en soyez informé, sans qu’on vous demande votre accord !

Il m’a donné en exemple les pots de mayonnaise certifiés halal de la marque belge Colona qui fournit en sauces de différentes appellations une quarantaine de pays, et dont plus de la moitié de ses exportations (90% de sa production est exportée) arrive en France. Les produits halal représentent 20% de la production de l’entreprise  qui s’implante de plus en plus dans les pays islamiques (Algérie, Arabie Saoudite…).

Cette marque est si prisée par nos collectivités que la France lui a décerné le prix de la Marianne de Cristal 2012 destiné à récompenser le meilleur importateur wallon. Colona fournit également des enseignes comme Intermarché, Carrefour, Leclerc, Auchan, Cora, Leader Price, Franprix, Promocash, etc.

Et l’entreprise a même tellement le vent en poupe qu’elle investit également les CHU et l’Armée…

Le prix attractif est évidemment le critère de choix lors des appels d’offres faits par les collectivités locales, régionales ou nationales. Comme je l’ai dit, les consommateurs finaux, dindons de la farce, ne sont pas informés de la particularité « halal » des produits qu’ils consomment, et encore moins sur leur participation au financement du dogme islamique. L’argent passera ensuite entre des mains dont nous ignorons tout mais qui travaillent pour l’instauration de la charia, voire pour la formation de réseaux djihadistes… Eh oui… Avis aux gentils humanistes de gauche…

Le site de Colona annonce clairement la couleur avec sa pastille « halal » bien repérable. Afin d’obtenir la précieuse certification, un imam de Constantine (il faut lui payer le voyage aussi ?) se rend en personne dans les ateliers de fabrication pour donner son aval.

Produits logo halal

 

Logo halal

Bidons 5kg

sauce algérienne

Mon informateur m’a en outre envoyé ces deux photos ci-dessous en m’indiquant que sur les nouveaux pots de 5 litres de mayonnaise pour collectivités le logo « halal » sans doute trop visible sur l’étiquette avait été remplacé par la phrase suivante « Produit conforme aux exigences alimentaires musulmanes », traduite en 5 langues et située désormais au dos du produit donc beaucoup plus discrète et visible seulement par un œil averti, histoire peut-être de ne pas s’attirer les foudres des islamo-résistants. Autrement dit, on peut acheter un produit dûment agréé par les instances islamiques en pensant qu’il s’agit d’un produit ordinaire. On peut donc financer le djihad sans le savoir, en toute discrétion.

Pot payonnaise Colona

 

Pot mayonnaise Colona mentions

En parcourant le site de Colona, j’ai même réussi à trouver une sauce spéciale halal pour la préparation de tartare, alors que seuls les « infidèles » mangent du tartare, les musulmans ne consommant pas de viande crue…

sauce pour tartare 10kg

Caroline Alamachère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.