Les complices du Hamas osent accuser Trump d’antisémitisme

Publié le 30 octobre 2018 - par - 9 commentaires - 749 vues
Share

Propager une fausse information est devenu aujourd’hui l’instrument infaillible commun à tous ceux qui cherchent à porter atteinte à la renommée de tout individu dont la présence dérange leurs projets et, dont nul doute, le président américain Donald Trump est la cible principale.

L’antisémitisme s’est réellement renforcé durant la présidence de Barak Obama qui a nettement favorisé les Arabes en dénigrant les juifs d’Israël au point de les abandonner lors de la prise d’une décision anti-israélienne à l’ONU. Barak Obama a vu et constaté durant son règne la recrudescence de l’antisémitisme dans la majorité des campus des universités américaines, sans qu’il lève le petit doigt face à cet outrage. Les pro-Palestiniens ont acquis la libre parole dans des forums publics où ils avaient l’excellente opportunité de donner libre cours à leur haine du juif… et rien n’a été fait pour contrecarrer cette situation. Aucun décret, aucune loi, aucune sanction.

Cette mascarade ridicule se perpétue de nos jours et enfle comme un abcès suppurant sans que personne n’ose intervenir… Ainsi, nous avons aux USA et en Europe – devenus l’exemple à suivre – des universités qui se déclarent complètement antisémites dans leur  majorité. L’invasion islamique a incontestablement contribué au renforcement de l’antisémitisme. N’oublions pas que l’Europe et l’Unesco en particulier ont été les premières à accorder tous les lieux saints du judaïsme aux Palestiniens.

Les juifs en ont pris plein la gueule avec la France et l’Europe lorsque la tombe des patriarches juifs a été reconnue comme patrimoine palestinien.

Il y a de quoi s’arracher les cheveux.

Les administrations française, anglaise, suédoise, allemande, et tant d’autres se sont alignées effrontément aux côtés des Palestiniens, piétinant Israël et tout son passé dans cette contrée du monde, favorisant un peuple fabriqué de toutes pièces par le KGB russe.

Jérusalem n’a jamais été arabe – il vous suffit de jeter un coup d’œil sur le recensement même sous l’occupation ottomane de Jérusalem pour comprendre la malfaçon de l’Histoire :

Extrait de mon étude « L’origine du peuple juif hors du contexte biblique » :

Quant au statut de Jérusalem, les archives de l’empire ottoman nous fournissent son recensement réel :

– En 1844, Jérusalem comptait 15 510 personnes dont 7 120 juifs, 5 000 musulmans et 3 390 chrétiens.

– En 1860, Jérusalem comptait 18 000 personnes dont 8 000 juifs, 6 000 musulmans et 4 000 chrétiens.

– En 1876, Jérusalem comptait 25 030 personnes dont 12 000 juifs, 7 560 musulmans et 5 470 chrétiens.

– En 1896, Jérusalem comptait 45 420 personnes dont 28 112 juifs, 8 560 musulmans et 8 748 chrétiens.

– En 1910, Jérusalem comptait 73 700 personnes dont 47 400 juifs, 9 800 musulmans et 16 500 chrétiens.

Jérusalem Mandataire (Archives britanniques)

– En 1922, Jérusalem comptait 52 081 personnes dont 33 971 juifs, 13 411 musulmans et 4 699 chrétiens (baisse de la population chrétienne due à la Première Guerre mondiale).

– En 1931, Jérusalem comptait 90 451 personnes dont 51 222 juifs, 19 894 musulmans et 19 335 chrétiens

– En 1948, Jérusalem comptait 165 000 personnes dont 100 000 juifs, 40 000 musulmans et 25 000 chrétiens.

Au vu de ces chiffres officiels, n’est-il pas surprenant de voir les musulmans réclamer la souveraineté de la ville alors que même sous la direction de l’empire ottoman musulman, ils étaient minoritaires ?

Comment ne pas assister alors à la recrudescence de l’antisémitisme partout dans le monde ? Un monde qui, en ces récents jours, marche sur la tête.

Honte à tous ceux qui osent blâmer ou accuser le président Donald Trump d’être la cause de cette recrudescence…

C’est faux et c’est diabolique – Israël a repris ses couleurs avec la montée au pouvoir de Donald Trump, et nous tous ici, le bénissons pour toutes ses extraordinaires initiatives.

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

http://theresedvir.com/ (Copier-coller sur Google Chrome)

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Clamp

L’un des paradoxes de cette affaire est que la majorité des juif américains vote sans doute démocrate, pas forcément toujours une écrasante une majorité mais quand même, notamment par exemple lors du vote de l’élection présidentielle ( sondage = 61 / 19 ) : http://www.actuj.com/2016-11/moyen-orient-monde/4230-elections-americaines-pourquoi-le-vote-juif-reste-acquis-aux-democrates# et comme les gens qui votent démocrates sont rivés à des médias qui racontent n’importe quoi, on peut leur faire gober n’importe quoi, et même que Trump serait anti-sémite, ce qui est un contresens énorme. Il faut dire aussi que tous les juifs américains ne sont pas forcément sionistes et ne savent donc rien des liens tissés entre Trump et Israël, qui s’attire même aussi la sympathie des chinois dernièrement ….

Ulysse 67

Et tant pis si les gauchos bobos « antiracistes » accusent Israël et les sionistes de tous les maux, appellent au boycott, manifestent avec les musulmans et les Palestiniens en criant « A mort Israël ». Tant pis si les journalistes gauchos ne cessent de passer des « infos » où les Palestiniens sont systématiquement présentés en martyrs et les Israéliens en bourreaux et comparés aux nazis La haine antisémite des islamo-gauchistes ne saurait en aucun cas avoir attisé celle du tueur.

Car ceci est en réalité un cri d’amour (à la mode du coran, le fameux livre d’amour, de paix et de tolérance) et n’a rien à voir avec la « haine distillée par l’extrême-droite » et encore moins avec l’antisémitisme.

L’art du gaucho, c’est surtout de prendre les gens pour des cons en racontant des balivernes.

Ulysse 67

Selon ces conn…rds de gauchos, l’attaque de la synagogue, c’est la faute à Trump, selon un de ces « raisonnements » surpuissants sans queue ni tête et complètement inconsistants, en contradiction avec la réalité la plus criante et le simple bon sens, dont ils ont le secret.

Car voyez-vous, c’est à cause du climat « raciste », « homophobe » et de « violence » que le « populiste » Trump a « imposé » que le tueur s’en est pris au juifs, « libérant » les « racistes blancs d’extrême-droite » (guillemets pour toutes les expressions toutes faites du prêt-à-penser gaucho, martelées jusqu’)

Et tant pis si Trump a toujours manifesté son soutien aux juifs et à Israël, et n’a jamais tenu de propos racistes, seulement anti-immigration…

DUFAITREZ

Le « propre » des muzz est de toujours revendiquer, et de vouloir imposer.
En tous temps, en tous lieux.
Soutenons Israël et ses 8 M d’habitants, face aux centaines de millions d’envieux !

Dubreuil

Le petit peuple des Juifs le sait bien : Trump est son ami , ami d’Israël aussi , et il n’a que faire de cette  » élite  » gaucharde qui est plus faite pour lui empoisonner la vie !

Allonzimollo

Allah rend fous ceux qu’il veut perdre. À en juger par le nombre de « déséquilibrés » qui courent la planète, il fait plutôt du bon boulot ! Accuser Trump d’antisémitisme, il faut oser…

Dr Sheldon Cooper

Pas que Allah

Ulysse 67

L’argument est plus « subtil »: devant l’évidence que Trump n’est pas antisémite, « on » (les journaleux rantaplans) nous explique « savamment » que c’est le « climat » créé par Trump qui inciterait le antisémites à passer à l’action…

Quant au climat antisioniste instauré par les gauchos, il n’y est strictement pour rien, bien évidemment. Surtout pas les propos antisémites tenus par le socialiste américain Sanders ou le socialiste britannique Corbyn…

patphil

et les médias aux ordres de reprendre en boucle l’infox :
donald trump n’est pas le bienvenu à la synagogue de pitsburg