Les complotistes sont des paranoïaques, mais l’histoire leur donne raison

Les complotistes sont accusés d’être des paranoïaques. En effet, nos contemporains imaginent peu que les dirigeants puissent être méchants. Avec une part de naïveté, ils reprochent aux complotistes de voir le mal. Eux voient des dirigeants qui veulent faire du bien. Karl Marx apprend pourtant que les capitalistes exploitaient des enfants jusqu’à ce que mort s’en suive dans des mines avec le soutien de chefs autoritaires. La domination des uns peut passer par la mort des autres. C’est du passé me direz-vous.

Pourtant, l’histoire apprend l’existence de cette méchanceté humaine. Les chefs peuvent être des « salauds ». Faites lire cet article à ceux qui vous accusent de complotisme. Ils découvriront que des chefs ont exterminé des populations. Ils utilisèrent des maladies pour faire la guerre, libérer des territoires et se les approprier. Les chefs de guerre et les capitalistes sont sans pitié. Arrêtons donc l’infantilisation. Depuis longtemps, on empoisonne les puits par des cadavres pour tuer ses ennemis. On offre des cadeaux infestés de maladies. On drogue, on aliène, on exploite sans vergogne, on tue. La guerre par la contamination ne date pas d’hier. Voyez.

La peste mongole en Europe

Les historiens relatent que les premières contaminations biologiques datent de 1500 avant Jésus-Christ. Les hittites déplaçaient chez leurs ennemis des victimes de la peste. Beaucoup plus tard, en 1344, les Tatars – armée mongole de la horde d’or – assiègent le comptoir génois de Théodosie, sur les côtes méridionales de la Crimée. C’est le siège de Caffa. Les mongols sont affaiblis par la peste qui ravage leurs troupes. Ils décident de catapulter des cadavres pestiférés sur la ville. La maladie se diffuse. A la fin des combats, les bateaux génois rejoignent l’Europe, emportant avec eux la peste. Elle sera la plus importante pandémie de l’histoire : peste noire de 1348 à 1350. Ces quelques cadavres ont donc joué un rôle dans une bataille puis le destin de plusieurs dizaines de millions de morts en Europe. Les historiens admettent le rôle du siège de Caffa dans cette large diffusion de la maladie en Europe.

La propagation de la variole aux indiens d’Amérique du Nord

Jeffery Amherst, officier anglais du 18e siècle, ordonna qu’on donne des couvertures contaminées par la variole à des émissaires amérindiens. Il demanda au colonel Henry Bouquet, son subalterne, comment transmettre la maladie aux Amérindiens. La petite vérole ou variole est une infection virale dont le taux de létalité est élevé. Les historiens relatent le fait que le commandant Simon L’Ecuyer remet le 24 juin 1763 deux couvertures et un mouchoir infecté, écrivant ensuite à Bouquet : « j’espère que cela aura l’effet désiré. ». Les correspondances entre eux attestent de leurs intentions.

Des historiens parlent plus largement d’un choc épidémiologique entre les colons et les autochtones. Ce choc s’explique du fait que les Amérindiens n’étaient pas immunisés contre de très nombreuses maladies introduites par les colons européens puis par les esclaves d’Afrique : variole, typhus, choléra, peste, etc. La dépopulation a été massive dans certaines régions, jusqu’à 80 % estiment des historiens, et cela dès le 16e siècle.

Frédéric Lewino, journaliste au Point, publia en avril 2020 un article intitulé : un missionnaire dénonce la contamination des Indiens avec la variole. Ce missionnaire baptiste décrit avec horreur la façon dont certaines compagnies américaines du XIXe siècle répandent le virus pour exterminer les Indiens. La libération des terres de leurs premiers occupants était un enjeu de conquête. Les compagnies ferroviaires ou les mines étaient prêtes à tout. Elles l’ont fait. Diffuser le virus fut donc intentionnel pour tuer les Indiens.

La guerre de l’opium, la loi du commerce de la drogue

Les occidentaux oublient très souvent cette guerre de trafiquants de drogue que les Anglais menèrent contre la Chine. Les faits sont les suivants. La Chine s’oppose au commerce de l’Opium sur son territoire. L’Angleterre produit de l’opium en quantité dans ses colonies. Elle mène une première guerre en 1842 pour briser l’interdit de la dynastie Qing. La seconde guerre de 1856 à 1860 associe Français et Américains au côté des Anglais. Les deux défaites obligent la Chine a la concession de Hong Kong assorti de traités inégaux de commerce. Les occidentaux soutinrent les révoltes jusqu’à la chute de la dynastie Qing au profit de la République de Chine en 1912.

Ce commerce de l’opium était un enjeu car les Anglais achetaient beaucoup de thé sans un produit d’échange rémunérateur en contre-partie. Le déséquilibre commercial était mauvais pour l’économie de la Couronne. Le libéral Lord Henry Palmerston était prêt à tout pour briser les protections douanières chinoises. Des trafiquants occidentaux corrompent alors les fonctionnaires chinois du port de Canton. L’empereur Daoguang demande à son gouverneur des provinces du Hunan et du Hubei Lin Zexu d’enquêter à Canton. Celui-ci confisque et fait bruler plus de vingt milles caisses d’opium. Le gouverneur écrit à la reine Victoria pour qu’elle interdise le commerce d’opium avec la Chine. Elle ne répondra jamais. Défait, les fumeries d’opium se multiplieront dans les ports chinois détruisant des populations devenues addictent à l’opium. Le capitalisme n’a pas d’âme et le trafic de drogue est un business de la Couronne.

Le capitalisme des addictions

Faut-il en rajouter quelques centaines encore pour éclairer les naïfs sur la réalité des comportements des dirigeants assoiffés de puissances et de richesses ? Ce n’est même pas de la paranoïa, c’est de la lucidité. Mais le capitalisme contemporain se fait lui le spécialiste de l’esclavage du consommateur en multipliant des addictions. Trois exemples :

  1. Addictions aux outils numériques (écrans, jeux) comme l’étudie magistralement le groupement Romand des addictions démontrant des effets psychiques nocifs : isolement, dépression, tendances suicidaires, épilepsie, etc. en utilisant des techniques mises à disposition par des psychologues et cogniticiens, spécialistes du fonctionnement cérébral. L’addiction numérique fait des ravages.
  2. Addictions alimentaires aux produits sucrés dont les sodas. De nombreux scientifiques voient dans ces sirops une source d’addiction gustative, voire psychique. Ils créent une dépendance induisant l’obésité avec des conséquences sanitaires majeures dont le diabète de type 2, les pathologies cardiaques et les AVC. Des rapports de l’OMS sont éloquents à ce sujet. Certains pays dont les USA ont plus de 40 % d’obèses et un accroissement du nombre de diabétiques fulgurant.
  3. Addictions aux médicaments contenant de l’opium, le scandale des opiacés. Aujourd’hui nous observons des addictions et dépendances à une vaccination annuelle ou semestrielle, par contrainte et peut-être par affaiblissement de l’immunité naturelle comme l’indique déjà de nombreux scientifiques. L’avenir va nous le dire assez vite.

Oui, le capitalisme n’a pas d’âme pour asservir son client, car son moteur est l’absolue cupidité. Il faudra bien agir pour changer nos sociétés, car se laisser-faire conduit à l’aliénation de tous par quelques-uns. Complotisme ou lucidité ?

Pierre-Antoine Pontoizeau

image_pdf
0
0

17 Commentaires

  1. “Moi, je dis qu’il existe une société secrète avec des ramifications dans le monde entier, qui complote pour répandre la rumeur qu‘il existe un complot universel.”…
    Umberto Eco De Umberto Eco / Le Pendule de Foucault ( j ai la meme reflexion qu umberto, je rajoute neamoins qu il existe aussi des societes secretes qui ne complotent que pour nous baiser aussi… pas vrai jacques attali ? )

  2. Quelle logique…

    Un complot massif pour éliminer plusieurs milliards d’individus sur Terre et de préférence la partie la plus éclairée, au plus haut pouvoir d’achat et produisant le plus de richesses.

    Si encore, l’auteur prétendait que c’était l’islam qui voulait éliminer l’infidèle, ce serait faux bien sûr mais ça tiendrait la route.

    Tandis que dire que c’est le capitalisme, c’est tout aussi faux mais de plus, c’est idiot.

    • Ou un complot de fanatiques ecolos. Mais la, c’est totalement illogique. Venant d’un ‘philosophe logicien’, ca craint.

    • Ai-je écrit quelque part ce que vous affirmez ? Non. La première partie rappelle que des chefs et dirigeants ont déjà pratiqué la guerre biologique. La seconde partie rappelle que le capitalisme développe des addictions jusqu’au décès (cas des opiacés). Ensuite, je crois que vous me prêtez à tort une intention, car cette maladie pose a minima deux questions : celle de l’origine et des conditions de la propagation, celle ensuite des stratégies de soin où l’intérêt peut prévaloir la sécurité sanitaire. C’est tout.

      • Donc expliquez moi pourquoi le capitalisme ferait une guerre biologique contre ses clients numero un, soit les occidentaux plutôt aisés. L’origine, bin la Chine, que ce soit accidentel ou naturel. Une de nos usines vient fermer 8 jours en asie, clairement ca aide en rien le monde capitaliste cette histoire…

        • En ce moment, ceux au pouvoir (les mondialistes) attaquent essentiellement les pays, les peuples occidentaux, qui sont aussi des pays de consommateurs, et leur imposent à déconsommer, à vivre de plus en plus pauvrement, ceci, sous prétexte de la fausse pandémie et aussi de l’écologie, en les endoctrinant dans ce sens pour qu’ils acceptent tout ce que ceux au pouvoir leur font subir.
          Et ils imposent aux populations occidentales, des injections géniques toxiques sous prétexte de la soi-disant « pandémie » pour les tuer plus rapidement…
          Et à côté de ça, les peuples d’Europe occidentale subissent l’invasion migratoire. organisée par ceux au pouvoir.

      • L’origine de la maladie est encore inconnue. Naturelle ou fuite de laboratoire, les deux sont possibles mais cela ne change rien, sauf penser que ce serait une fuite VOLONTAIRE de laboratoire, ce qui deviendrait pour le coup complotiste car personne ne saurait répondre de manière convaincante à la question : « Pourquoi ? ».

        Les conditions de propagation ? Elle s’est répandue de manière classique pour ce type de maladie dès lors qu’on ne parvient pas à la circonvenir dès le départ dans un monde hyper-connecté. On ne peut identifier un Grand Saint Antoine de la pandémie.

    • Réfléchissez : on élimine, justement, les plus productifs et comme cela, on économise des salaires « moyens » et on fait bosser les débiles de migrants à moindre coût.
      Pas compliqué tout de même !

      • Ah non, monsieur. Si vous éliminez l’élite intellectuelle du monde, cela va être difficile de faire tourner le monde…

    • Vous avez raison dans l’absolu, mais le communisme est moins actif aujourd’hui que des capitalistes pratiquant le cupidalisme, d’où mon propos

  3. je ne vois aucun complotisme dans vos exemples, juste des façons sournoises d’abattre son ennemie. Le capitalisme chercherait donc à abattre 50 millions de ses consommateurs en France par exemple en les empoisonnant avec un vaccin? Et vous voulez que j’y crois? Qui va acheter la dernière playstation, les voitures hybrides, les licences microsoft et j’en passe?

    • J’espère que vous êtes vacciné, ça nous fera des vacances.
      Le but du jeu est de réduire la population mondiale à 500 millions d’individus et africanisée de préférence. Alors les 50 millions de Français Blancs et de souches, donc instruits et lucides, ils s’en tamponnent.

      • haaa c’est les 500 millions d’africanisés restant qui vont acheter des tesla, des maisons, du coca cola, des ecrans plats, le dernier iphone et j’en passe. Comme dirait le pr raoult, « c’est intéressant ce que vous me dites ». Dommage que j’ai pas de barbe pour me la gratouiller en même temps 🙂

  4. « On  » a supprimé un anti-douleur le Di-antalvic, qui donnait de bons résultats.
    On l’a remplacé par les opiacés !
    Éviter de prendre ces trucs-la.

Les commentaires sont fermés.