Les connes, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît…

Pour un homme normalement constitué – c’est-à-dire raisonnablement réactionnaire et subtilement misogyne à la Sacha Guitry – c’est un exercice à haut risque que de s’aventurer sur le terrain miné du néo-féminisme. De quoi se faire crever les yeux à coup d’ongles manucurés et de se faire émasculer en écriture inclusive. Comment nommer toutes ces blanches colombes à l’aspect de corbeaux dont le fatiguant ramage est à la hauteur de leur triste plumage ? Établissons un florilège de tous ces noms d’oiseaux :

Féroces harpies, furieuses féministes, pintades décérébrées, hystériques castratrices échappées des asiles, fiancées de Frankenstein, compagnes d’Homo Antipodus, amazones sanguinaires en chasse de mâles blancs hétérosexuels quinquagénaires, viragos ? Celui-ci, de par sa rareté, retient mon attention. Les mots en voie de disparition ont eux aussi le droit de vivre sous perfusion ; une question d’écologie culturelle.

Selon notre Grand maître Wiki, une virago désigne une femme qui a l’allure et les manières d’un homme ; ce qui pourrait très bien s’appliquer à madame Caroline de Haas comme à mademoiselle Alice Coffin.
Wiki poursuit en s’envolant dans les hautes sphères universitaires. Accrochez-vous : « dixitque Adam hoc nunc os ex ossibus meis et caro de carne mea haec vocabitur virago quoniam de viro sumpta es ». Ça ne vous parle pas ? Rassurez-vous, à moi non plus. Autant vous l’avouer, étant nullissime en langues étrangères même mortes, je n’ai pas consulté le fameux dictionnaire de latin « Gaffiot » mais me suis rendu, honteux, sur internet ! « Et l’homme dit : « voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On ‘appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme » ; tiré de la Genèse qui décrit la naissance d’Ève issue d’une côte flottante d’Adam. Ce qui prouve que la femme appartient à l’espèce humaine. Bonne nouvelle ! Comme nous, c’est une sapiens-sapiens, la fourrure en moins. Gentes dames et damoiselles, bienvenue au club des humains.

Le collectif #Noustoutes#, au lieu de louer notre complémentarité de toujours, s’acharne à agrandir le grand fossé dont elles rêvent en nous propulsant sur des orbites séparées ; l’homme venant de Mars et la femme de Vénus. Mues uniquement par la recherche du buzz dont elles se nourrissent, elles ont lancé un gravier dans la mare en conseillant aux adolescentes de se rendre à l’école en petites tenues.

L’association « Osez le féminisme » a encouragé cette initiative au bon goût de Mac’ Do : « venez comme vous êtes ». On sait que les Américains adorent nous exporter leurs folies progressistes tout comme nous adorons les adopter en tant que marqueurs de modernité. La porte-parole de cet organisme reconnu d’intérêt public (et donc subventionné par nos impôts) nous a asséné le verdict : « c’est le regard de l’homme qui sexualise la femme ». Fichtre ! Les femmes, et surtout les plus jeunes, n’ont-elles jamais joué de leurs appâts pour capturer dans leurs rets les papillons que nous sommes ? Si la femme n’avait jamais été objet de désir, nous ne serions pas là pour en débattre. Ressuscitons en miroir le bon mot d’Oscar Wilde (qui pourtant en était) : « Si Adam avait été homosexuel, personne ne serait là pour le dire ». C’était un temps où les homos, comme ils disent, avaient de la classe, de la culture et de l’esprit.

Alors, pour conclure cette diatribe, on ne peut résister au plaisir de paraphraser « l’odieux » Audiard « le ringard » en l’adaptant à l’écriture inclusive : « Les con-nes, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Elles voulaient de la parité ? En voilà : « et en plus c’est du lourd… y’a de la pomme (d’Adam) ! J’connaissais une Polonaise qui, le matin… »

En hommage à Michel Audiard ; le meilleur de ce qu’il reste de nous.

Frédéric Sahut

image_pdf
0
0

17 Commentaires

  1. Si la domination masculine les ont tuées, ces bécasses, comment se fait-il qu’elles se pavanent dans la rue en tortillant du cul ?

  2. @ Citoyenne 974
    La connerie aussi remonte à la préhistoire…et elle s’est aggravée…et pas par la faute seulement des hommes même si plusieurs n’y sont pas pour rien.

  3. – Ma mère était une femme, d’où sa supériorité sur de nombreux évènements de ma formation d’ homme civilisé.
    – La femme de ma vie dont je suis toujours amoureux 50 ans plus tard et à qui je fais toujours des concessions est toujours une femme.
    – Mon toubib, le pire de ma vie, est une femme.
    – Convoqué au tribunal le mois dernier (rien de grave, ne vous méprenez pas) : 4 bonnes femmes face à moi seul comme un con, dont 3 déguisées en noir et n’écoutant qu’elles.
    – 9 commerçantes sur 10 dans mon centre ville sont des femmes.
    – Les 3 rédactrices du journal local sont des femmes.
    Etc… Etc…
    Les Zommes sont vraiment dégueulasses de les laisser souffrir à ce point.

  4. moi ce qui me fait marrer chez ces hysteros atrophiées du clitoris, c’est leur incapacité à citer le type d’individu qui justement les agresse, leur manque de respect, leur envoie des propos salaces, des injures, etc etc…..ces furies en dentelles, preferent de loin, porter plainte ou dénigrer un blanc, jeune ou vieux, mais jamais elles ne diront s’etre fait traiter de sale put ou de chienne par un arabe ou un noir….ah ça non, jamais…..donc, pour moi, leur combat ne vaut rien !!!!

  5. Le paradoxe à décrypter est que sur les sites de rencontres traditionnels, elles sont des centaines à chercher à rencontrer un homme.. ???
    Par ailleurs elles sont nombreuses à se réclamer de la « gauche idéologique », cette même gauche qui soutient et encourage l’accroissement en France de populations africaines, arabo musulmanes et originaires de pays aux mentalités culturellement machistes et misogynes, chercher la contradiction !!!

  6. C’est l’homme qui sexualise la femme, bien sûr. Ce n’est pas la femme qui le matin devant son miroir, choisit telle tenue qui va la découvrir en partie, mais pas trop non plus, tout est calculé au centimètre près. Ce n’est pas la femme qui choisit un décolleté plongeant. Ce n’est pas la femme qui se rougit les lèvres pour attirer le regard. Ce n’est pas la femme qui met une minijupe fendue devant et « fermée » par 3 boutons devant, avec le tissu qui baille entre chaque bouton. Ce n’est pas la femme qui met une robe dotée d’une grande fermeture-éclair du haut en bas du dos et qui suggère qu’elle peut être déshabillée par l’homme. Ce n’est pas la femme qui met des bas, des strings, des talons hauts pour cambrer ses fesses. Ce n’est pas la femme qui se met seins nus ou en bikini.

  7. notre complémentarité de toujours…oh combien délicieuse et…sur tous les plans!!!

  8. la domination masculine vient des religions et ça personne n’en parle, messieurs regardez vous un peu en face, changez votre regard sur les femmes et tout ira bien mieux entre les hommes et les femmes qui ne veulent plus être considérées comme des objets sexuels, c’est vous même qui avez provoqués ce clivage, vous n’avez plus aucun respect ni pour les femmes ni pour les enfants qui sont l’avenir de l’humanité, tous les hommes ne sont pas trous pareils c’et sûr, mais voilà le résultat de plusieurs millénaires d’oppression et d’esclavage des femmes pour satisfaire vos bas instincts

    • Soit, quoi qu’il y ait des femmes beaucoup moins passives que d’autres, et mêmes certaines qui sont destructrices : La domination masculine est certainement un immense gâchis liée entre autre aux religions sémitiques établissant le patriacat comme norme indépassable, éliminant le polythéisme des occidentaux, beaucoup plus sain pour l’esprit. Les genders ont carrément zappé le « neutre » et les féministes travaillent contre elles dans le sens de l’excessif… Mais sans doute le mal vient de très loin, du temps où des peuples frustes vinrent envahir l’Europe, scénario qui se renouvelle actuellement.

  9. ces connes ne veulent plus copuler pour avoir un bébé , mais savent elles qu’une insémination artificielle c’est quand même avec du sperme (masculin, quelle horreur) et si c’est un garçon, elles avortent?

    • Quand on vous disait « la femme est l’avenir de l’homme », ce n’était pas des paroles en l’air…

      • C’étaient uniquement des paroles d’un coco de la belle époque qui ne brillait pas par ses actions de libération de qui que ce soit.

  10. « C’est le regard de l’homme qui sexualise la femme »
    Effectivement, c’est par pur narcissisme et pas du tout pour attirer l’attention de ces messieurs que d’aucunes accumulent maquillage, rouge à lèvres, rycil et autres attrape-couillons.
    Ce serait d’ailleurs superfétatoire, car la plupart des hommes, grands obsédés devant l’Éternel, commencent par regarder le postérieur de ces dames, lequel ne supporte
    aucun artifice.
    A prendre bien sur au 2ème degré.

    • C’est aussi le regard des femmes qui sexualise l’homme. Un beau petit cul bien moulé … Croyez moi les femmes n’ont pas les yeux dans leur poche et savent très bien partir à la chasse aux mecs uniquement pour s’envoyer en l’air !

      • mais oui….et c’est très bien comme ça. mais j’ai de la peine pour celles et ceux qui ne croient pas leurs yeux et leur ventre. La beauté intérieure les points communs, le désintéressement, tout ça normalement vient après ….ou pas (sourire)

Les commentaires sont fermés.