Les convictions laïques de la députée Valérie Rosso-Debord feront-elles école à l’UMP ?

Dans le cadre des élections législatives, avec Marie-Françoise Heuby, représentante régionale de Résistance Républicaine, nous avons eu un entretien avec la députée UMP de Nancy, Valérie Rosso-Debord. Il s’agissait en préambule de lui présenter Riposte Laïque et la raison d’être de Résistance Républicaine. En parallèle, l’objectif était donc de lui faire part de nos préoccupations concernant l’avenir de la laïcité en France, et particulièrement des déceptions ressenties, concernant des propos et des actes de responsables nationaux UMP, totalement éloignés de ces préoccupations.

Pour mieux connaître son opinion personnelle, nous avions en tête un argumentaire accompagné de questions. En fait celles-ci furent inutiles, tant la députée, bien informée des questions de laïcité, nous passa en revue la plupart des questions que nous voulions traiter. Il n’y eut aucune hésitation de sa part, pour affirmer clairement et avec des exemples concrets son attachement aux valeurs laïques. On a senti que ses affirmations ont dû être longuement réfléchies.

Valérie Rosso-Debord, députée de Meurthe-et-Moselle

Mme Rosso-Debord  a ainsi souhaité lutter pour établir une traçabilité certifiée de la viande afin que le consommateur soit informé si la viande vendue est halal ou non halal. Elle veut éviter une augmentation du communautarisme ; à cet effet, il est hors de question pour elle que les cantines scolaires rentrent dans une logique communautaire par la fourniture de repas halal ou de substitution. Elle a été consternée par le récit de Marie-Françoise sur  la distribution à des élèves, dans une cantine de Villeurbanne, de jetons dont la couleur détermine le repas religieux servi par les cantinières (1). Elle rejette également les pratiques communautaristes clientélistes d’une municipalité de la banlieue nancéienne.

Dans ce registre, nous l’avons informée de renseignements fournis par nos militants de la fourniture de viande exclusivement halal lors de la fête populaire organisée au quartier populaire du Haut du Lièvre et encadrée par la municipalité de Nancy, le 14 juillet dernier. Dans la volonté de vérifier la pertinence de cette information, elle nous a promis d’en parler au maire de Nancy, André Rossinot, pour que cela ne se produise pas le prochain 14 juillet.

Concernant la construction d’une mosquée éventuellement envisagée à Vandoeuvre, dans la banlieue de Nancy, la députée est opposée à l’édification d’un minaret, et elle refuse que des fonds publics y soient octroyés. De plus les fonds privés, mobilisés pour l’occasion, ne doivent provenir que de France. Elle nous a mise en contact avec quelqu’un qui pourrait nous renseigner sur le dossier.

Elle est opposée aux prêches en arabe dans les mosquées et aux rites en latin dans les églises. Rappelant qu’un responsable politique ne doit pas faire état de ses convictions spirituelles, elle souhaite qu’il s’abstienne de toute manifestation religieuse dans le cadre de son activité publique politique.

A ce titre, elle désapprouve les actes commis par des politiques UMP qui n’ont pas su faire preuve de cette réserve. Et comme nous lui soulignions plus précisément les propos choquants du chanoine Sarkozy sur le religieux supérieur à l’enseignant, en termes de morale ou du premier ministre Fillon, tout sourire alors qu’il se retrouve en compagnie d’une fillette enfoulardée, Mme Rosso-Debord a confirmé cette désapprobation. Cette capitulation devant les desideratas des responsables religieux irrite la députée qui rappelle que le responsable de la nation, entrant dans un édifice religieux, non pas en tant que croyant, mais en tant que représentant du peuple ne doit pas se soumettre à des caprices religieux ; ainsi a-t-elle refusé la place qu’on lui attribuait dans une synagogue, car elle se trouvait reléguée dans une position subalterne, dans un balcon avec d’autres femmes, placée à l’écart des hommes.

Quoique très prise par son occupation de députée, Mme Rosso-Debord lit parfois notre revue et comprend les raisons de notre activité. Elle a approuvé entre autres l’action que nous avions menée l’an dernier ayant permis d’empêcher la visite d’une mosquée par des élèves d’une école publique de Moselle, dans le cadre de la journée du patrimoine (2).

Sur le chapitre de l’immigration que nous avons abordé, Valérie Rosso-Debord ne comprend pas les hésitations et les atermoiements d’une aile de son parti à affronter la question de peur de stigmatiser. Elle a défendu le projet du candidat Sarkozy ramenant le nombre d’immigrés à 90 000 par an. Toute une réflexion est à effectuer pour réfléchir aux meilleures conditions d’un retour de certains des immigrés après quelques années de séjour en France. Opposée au droit de vote des étrangers aux élections locales, elle est partisane de l’assimilation pour ceux qui souhaitent devenir des Français. Dans ce but, elle souhaite augmenter la ritualisation et la solennisation de la cérémonie de naturalisation. Ainsi à Nancy, celle-ci s’achève par l’hymne français, puis l’hymne européen.

Enfin, elle est attachée à l’entretien du patrimoine religieux pour des raisons architecturales. Ainsi dans la banlieue de Nancy, deux églises sont en voie de désaffection, l’une se détériorant de façon importante ; elle souhaiterait pour l’une un financement public, puisque cette église Ste-Thérèse à Villers, construite dans les années 30 sur les dessins de Jules Criqui,  est un rare exemple d’édifice religieux de style art déco ; pour l’autre, la députée de Nancy espère éviter qu’elle devienne une zone commerciale, avec entre autres l’implantation d’un fast food KFC, avec la crainte de l’halalisation inhérente à cette chaîne. Un projet d’implantation de l’école de musique municipale serait préférable ; surtout que cette église St François d’Assise à Vandoeuvre  a été érigée selon un projet Art Total, qui fait écho au Bauhaus allemand. Sa forme est ovoïde, forme peu fréquente pour une église.

La découverte des idées laïques de Valérie Rosso-Debord a été une surprise fort plaisante pour les militants laïques que nous sommes. Sa franchise, ses convictions, sa liberté d’esprit tranchent si agréablement avec les propos convenus, langue de bois, fuyants ou méfiants de nos habituels autres interlocuteurs politiques. Espérons cependant qu’ils soient suffisamment persuasifs au sein de l’UMP, et qu’ils soient suivis prochainement d’actes concrets et efficaces.

Jean Pavée 

(1)    https://ripostelaique.com/dans-une-ecole-de-villeurbanne-on-donne-des-jetons-colores-aux-enfants-selon-leur-religion.html

(2) https://ripostelaique.com/Une-directrice-d-ecole-impose-le.html

image_pdf
0
0