1

Les couards LR dénoncent Marion et ceux qui osent discuter avec elle !

Michel Janva le Salon beige : « Certains élus LR se sont indignés du sectarisme de LREM qui a exclu la députée Agnès Thill qui a eu le tort de penser (par elle-même) autrement sur la PMA. Mais cette indignation peut être retournée contre les élus LR, qui font preuve du même type de sectarisme. Les élus régionaux des Pays de la Loire vont statuer sur le retrait des délégations de Sébastien Pilard, en raison de la présence de ce dernier à un dîner privé (pas un meeting) en compagnie de Marion Maréchal. La présence de ce dernier à un dîner en compagnie de Marion Maréchal alimente en effet une crise au sein de la majorité LR-UDI-Modem du conseil régional. Faute d’explications, les groupes écologiste et socialiste réclament une clarification. » !!!

Le Point.fr (avec AFP) : « Marion Maréchal a dîné avec une quinzaine d’élus LR. Lors du dîner révélé par Le Figaro, il a été question d’actions communes sur des sujets ponctuels, comme la PMA ou l’immigration.

« Le renouveau de la droite se fera-t-il avec Marion Maréchal ? Pour certains élus Les Républicains, cela n’est pas exclu. Marion Maréchal veut réunir les droites pour défendre « le conservatisme ».

« Le député de l’Ain, Xavier Breton, assume dans le quotidien : « Pouvoir débattre des importants sujets d’actualité qui arrivent était une démarche intéressante. Dans le moment politique dans lequel nous sommes, ces échanges sont nécessaires. On ne peut pas continuer à se bunkeriser dans nos partis politiques. Se replier sur nous-même serait la pire des choses ». Même son de cloche du côté du secrétaire national du parti Sébastien Pilard, candidat aux dernières européennes : « Je préfère discuter avec Marion Maréchal qu’avec Macron. Lorsqu’on regarde ses interventions sur l’économie, l’Europe, l’identité, la famille ou sur la réforme de l’État, on constate qu’elle défend une ligne très proche de certaines personnes de notre famille politique.

« Pour reconstruire la droite, nous devons mettre tout le monde autour de la table. Marion Maréchal y a toute sa place. Après la décomposition politique, il doit y avoir une recomposition. Au fil de la soirée, les sujets qui font polémique parfois jusqu’à l’intérieur du parti des Républicains ont été abordés, comme l’immigration, la PMA ouverte aux couples de femmes, mais aussi la situation d’Alstom et la privatisation d’ADP.

« Marion Maréchal pourrait être l’un des points d’ancrage d’une nouvelle droite traditionnelle.

« C’est bien l’idée de cette « bande du Bacchus » et du sénateur du Val-d’Oise Sébastien Meurant : « Je revendique une liberté de parole, clame le sénateur LR du Val d’Oise. Il faut sortir de ce piège mitterrandien qui interdirait de parler à Marion Maréchal alors qu’elle n’est plus RN. Avec la PMA pour toutes : « L’enfant est devenu un objet de consommation« . Marion Maréchal n’était pas là pour parler de la création d’une nouvelle structure politique, ni d’une possible alliance électorale en vue des municipales de 2020.

« Selon François de Voyer, « l’objectif était d’ouvrir un dialogue, nous ne sommes pas dans une logique de fusion ou d’union, mais de compromis pour mener des combats communs. » Sur LCI, Marion Maréchal a dessiné sa ligne personnelle, dans laquelle certains ont dû se reconnaître : « Je me qualifie de droite nationale, souverainiste, populaire, conservatrice« . Le conservatisme tel que je l’entends, et dans lequel peuvent se retrouver les Français, est une disposition d’esprit qui consiste à vouloir conserver des héritages séculaires. »

Marion Maréchal courtisée par le Medef ? Marion Maréchal avait été « sollicitée » par le Medef pour participer à l’université d’été : la Rencontre des entrepreneurs de France (REF) avant un recul pro-Macron.

« C’est très grave » a tweeté l’ex-présidente nostalgique socialisante du Medef, la Laurence Parisot qui avait dénoncé le « piège bleu Marine », la menace qu’incarnait selon elle le Front national pour la France. (?)

« Son invitation est une provocation dangereuse. Ce sera le boycott pour ma part », a réagi la députée LREM Olivia Grégoire, rejointe par deux autres députés LREM, Roland Lescure, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, et Coralie Dubost… »

Le Point.fr, Jérôme Cordelier : « Éric Ciotti : « Arrêtons avec cette « cathophobie » qui conduit à des violences ! » « Une droite qui panique ne sera jamais attractive… pour une France « livrée aux narcos et aux islamistes ». « Seule une droite qui formule des propositions innovantes et courageuses réussira », affirme ce partisan d’une ligne dure qui a toujours refusé toute compromission avec le Rassemblement national.

« Tous les paramètres sont dans le rouge. Les coups et les blessures volontaires atteignent un record : plus de 700 agressions par jour ! L’immigration a fortement augmenté. Le trafic de drogue gangrène tous les quartiers. Le communautarisme se développe avec une passivité totale du gouvernement. À propos des cambriolages : à peine 1 sur 10 élucidé, 9 sur 10 dont les auteurs ne sont jamais arrêtés, une impunité ! »

« Depuis cinquante ans, l’État régalien est devenu squelettique quand l’État social est devenu obèse ! Cette tendance doit être inversée. Seule une droite qui formule des propositions innovantes et courageuses réussira. Il faut que nous soyons demain le parti de la baisse des impôts face à l’augmentation incessante des prélèvements renforcés par Macron, il faut que nous soyons le parti du travail en soutenant ceux qui prennent des risques, que nous soyons le parti qui arrête l’immigration nourrissant la montée du communautarisme, que nous soyons le parti de l’ordre républicain… » Mais les LR ont toujours menti aux électeurs !

« Comment réagissez-vous aux appels de Marion Maréchal, pour une union avec LR ? Nous avons toujours été clairs sur ce sujet. Aucun rapprochement n’est possible avec le Rassemblement national… » RIP !

Alexandre Boucher : « Les LR du Val-d’Oise digèrent mal le repas de Sébastien Meurant avec Marion Maréchal. Ses « amis » ??? politiques se sont désolidarisés du président de la fédération Les Républicains du Vald’Oise. Ce dernier se défend de toute alliance. Sébastien Meurant, ex-maire (LR) de Saint-Leu et sénateur Les Républicains du Val-d’Oise, assume pleinement son initiative. Un véritable tollé. Une quinzaine d’élus LR ont dîné à Paris en compagnie de Marion Maréchal. Parmi eux, le sénateur et président de la fédération Les Républicains du Val d’Oise, Sébastien Meurant (ce qui fâche) sa famille politique, opposée à toute alliance avec l’extrême droite, qui n’a pas manqué de fustiger cette initiative. Si Laurence Saillet, porte-parole des Républicains, a assuré qu’aucun des quinze élus de son parti « ne sera exclu », Jean Leonetti, président par intérim, a formulé « un rappel à l’ordre face à une situation qui pourrait être le début d’une dérive ». Mais c’est bien du Val-d’Oise et de Franconville, où il compte de nombreux amis politiques, que Sébastien Meurant, vivement taclé par ses « proches » (soucieux de ne pas déplaire à Macron ?) a essuyé les plus vives critiques.

Xavier Melki : « En tant qu’homme et secrétaire départemental, je ne peux en aucun cas cautionner ni soutenir cette démarche, écrit le maire de Franconville (la trouille pour les municipales de 2020).

« Le choix du pire n’est pas une destinée pour notre pays. » Francis Delattre, l’ancien sénateur et ex-maire de la ville, très proche de Sébastien Meurant, évoque sa désolation devant « cette initiative d’un collègue qui est en train de fossoyer sa famille politique et de trahir tout ce que nous avons en commun (la trouille pour les municipales de 2020) : les valeurs fondamentales du gaullisme et (la soupe électorale) de la République ».

« La présidente du conseil départemental et 1re adjointe à Franconville, Marie-Christine Cavecchi : « De telles initiatives ne nous aident pas à construire une alternative crédible pour l’avenir de la France ! » RIP !

« En octobre, le sénateur avait appelé « à la discussion avec le Rassemblement national, Debout la France ou le parti chrétien-démocrate », dans une interview accordée au mensuel de droite « L’incorrect », fondé un an auparavant par des proches de… Marion Maréchal. Sébastien Meurant n’est pas ébranlé et revendique sa « liberté de parole ». « Il y a des élus de droite qui ont encore le courage de parler avec qui ils veulent » !

« Marion Maréchal « n’est pas représentante du RN et n’a pas appelé à voter RN aux européennes… Je ne suis ni pour la fusion ni pour les alliances. Je n’ai jamais varié de parti contrairement à d’autres. Je ne suis pas une girouette. Je n’ai pas honte de ce que je dis ou fais. Il y a des sujets qui dépassent les logiques de parti : les questions de sécurité, d’immigration, le dossier Alstom à Blanquefort, la privatisation d’ADP… »

BFMTV : « Repas d’élus LR avec Marion Maréchal : « Je ne suis pas la police des dîners », réagit Éric Ciotti qui a appelé les LR à être eux-mêmes et à tirer « les autres, au lieu d’être attirés par les autres ».

« Soyons nous-mêmes. » « Je n’irais pas dîner avec Marion Maréchal, parce que naturellement il y a une connotation politique. Ce n’est pas neutre ». L’initiative a été peu appréciée dans les rangs de la droite (à la ramasse). Certains identifiés comme modérés, tel Gilles Carrez, se sont montrés compréhensifs à l’égard de leurs collègues qui ont choisi d’échanger avec Marion Maréchal. De même, Éric Ciotti a dénoncé les « procès d’intention contre les uns et les autres ». « Je ne me réfère pas à ce que pensent aujourd’hui mes adversaires. Mon souci, dans mon combat politique, (…) c’est la fidélité à des valeurs et à des convictions. »

« Sans reprocher à ses camarades de rencontrer l’ex-députée FN du Vaucluse, Éric Ciotti estime que LR est trop longtemps tombé dans le « piège » consistant à évoquer le besoin de faire des « alliances ».

« Un dîner autour de Marion Maréchal sème la zizanie chez LR : Marion Maréchal à la rencontre d’élus et de collaborateurs LR. Marion Maréchal : la rencontre qui va faire parler à droite (AFP). De Marion Maréchal à Patrick Buisson, les partisans d’une rupture du cordon sanitaire entre droite et extrême droite multiplient les initiatives pour bâtir des ponts, au risque de déstabiliser davantage le parti Les Républicains et la cheffe du Rassemblement national Marine Le Pen. Un dîner avec des élus et parlementaires LR, une rencontre avec des collaborateurs d’élus du même parti, désormais Marion Maréchal est de nouveau au cœur de l’actualité des résultats des élections européennes, marquée par la débâcle de la droite traditionnelle. Marion Maréchal, qui plaide pour une union des droites, est omniprésente depuis le fiasco de LR le 26 mai 2019 (8,48 %) !

« Marion reste une des incarnations possibles » de l’union des droites, souligne Paul-Marie Coûteaux, ex-président du parti identitaire Siel qui a rejoint le Parti chrétien-démocrate de Jean-Frédéric Poisson.

« La stratégie vise à faire sauter le verrou du cordon sanitaire » entre le RN et LR qui exclut de forger des alliances avec le RN, explique Jean-Yves Camus. « Mais tout cela reste dans la sphère des idées ». Reste que ces initiatives ont semé la pagaille chez LR, déjà plongé dans la crise. Le président par intérim de LR, Jean Leonetti, a jugé « inacceptable » la participation d’élus LR à ce dîner et leur a demandé de « clarifier leur position » sur leur appartenance au parti au nom d’une « totale étanchéité contre toute alliance avec l’extrême droite ». « L’héritage historique et la ligne politique de @lesRepublicains refusent toute compromission avec les partis extrémistes », a abondé Christian Jacob, candidat déclaré à la présidence du parti. » RIP !

« Les participants « se sont mis d’eux-mêmes en dehors de leur formation politique », a jugé le président LR du Sénat Gérard Larcher. Ce dîner « suscite des interrogations », a admis M. Pilard, membre du bureau politique de LR, en rappelant « la ligne » de son parti : « Des débats et des discussions oui, des alliances électorales non ». Mais LR n’est peut-être pas l’unique victime collatérale de ces échanges. »

« Marine Le Pen se dit prête à « discuter » avec des LR et des anti-Macron en vue des municipales. Et l’ancien ministre LR Thierry Mariani, eurodéputé RN, va relancer son mouvement la Droite populaire pour y accueillir des LR. « Tous ces protagonistes minorent la capacité de résilience de LR » et de son réseau d’élus locaux qui auront moins besoin du RN que du centre (?) pour se faire réélire aux municipales ». (M. Camus)

Moralité : Sectarisme mortel chez les LR qui ont la trouille de Macron pour les municipales de 2020.

Il leur faut donc dénoncer Marion Maréchal sous le prétexte d’un nouveau dîner de cons ! RIP !

Thierry Michaud-Nérard