Les croisades chrétiennes n’ont rien à voir avec le djihad musulman

Quand on parle du jihad, la guerre sainte de l’islam, on rencontre souvent deux sortes de réactions :
D’abord il y a ceux qui rétorquent que jihad signifie « effort » en arabe, et qu’il s’agit donc d’un simple effort sur soi-même sur le chemin spirituel. On parle alors de « grand jihad », le « petit jihad » étant le combat (qital). Les deux existent bien, mais ne s’excluent nullement. Tous les musulmans savent que le jihad armé est encouragé ainsi bien dans le Coran que dans la sunna. « Combattre dans le sentier d’Allah » est la façon la plus sûre d’aller directement au paradis pour un musulman, et le jihad est même une obligation jusqu’à la fin des temps.

Ensuite il y a ceux qui comparent immédiatement le jihad avec les croisades chrétiennes pour essayer de nous culpabiliser. Mais là il n’y a pas photo, et pour vous en convaincre, je vous invite à regarder cette carte interactive qui répertorie les batailles ininterrompues des conquêtes de l’islam sur 14 siècles, avec ses centaines de milliers de morts et d’esclaves européens. Comparez ensuite avec les croisades qui dureront moins de deux siècles.

Ne figurent sur cette carte que les batailles qui se sont déroulées en Europe et autour de la Méditerranée. Nous ne parlons pas ici de la guerre sainte islamique qui a touché l’Afrique, l’Inde et l’Afghanistan, engendrant des millions de morts.
Voyons maintenant la carte des croisades.

Les croisades ont duré de 1080 à 1260, soit moins de deux siècles. Il s’agissait de guerres défensives dont le but était la libération de la Terre Sainte conquise par les musulmans et surtout le rétablissement à l’accès aux lieux de pèlerinages chrétiens interdit par les Turcs, nouveaux maîtres de Jérusalem à partir de 1071.
La première croisade est lancée en 1095 par le pape Urbain II, mais il s’agissait alors plus d’un pèlerinage que d’une croisade. Quelques centaines de chevaliers encadraient une multitude de pèlerins hommes, femmes et enfants qui parcouraient ensemble des milliers de kilomètres pour atteindre Constantinople puis Jérusalem.
Mais de tels pèlerinages, de moindre ampleur, existaient déjà et n’avaient jamais cessé depuis des siècles.
Au fil du temps, les croisades suivantes prirent une tournure plus complexe mêlant des motifs religieux, politique et économique.
La mort de Saint Louis, le roi Louis IX, en 1270, mit fin à la huitième et dernière croisade.
Le Royaume latin de Jérusalem disparut définitivement 20 ans plus tard, en 1291, avec la chute de Saint-Jean-d’Acre.

Je vous conseille à ce sujet le livre du grand historien Jacques Heers, disparu en 2013 : Histoire des croisades, éditions Perrins, de 2014, dans lequel il nous explique que l’usage du terme de « croisade » n’a commencé qu’à la fin du XIXe siècle, avec des historiens animés par l’intention de noircir cette période, comme ils l’ont aussi fait avec le Moyen Âge.

Louis Davignon

image_pdfimage_print

26 Commentaires

  1. La pire des croisades est celle dite « des Albigeois ».
    Elle est toujours en cours, le niveau actuel étant celui de l’éradication culturelle définitive.

    • «  »La pire des croisades est celle dite “des Albigeois”. » dans le genre éradication des déviants potentiels, et s’inscrivant dans la politique de destruction des temples, bibliothèques, statuaire antiques Païennes, rien de nouveau sous le soleil…

      • Réaction complètement hors contexte; de plus les Albigeois ou Cathares sont une totale déviance de l’enseignement de Jésus. Mais chacun peut prendre n’importe quelle voie de croyance pourvu qu’il soit guidé vers la Vérité en finale, cela le regarde.

        • Si les Albigeois avaient été laissés libres de pratiquer leur déviance, la terre serait aujourd’hui dépeuplée, car les Albigeois étaient contre tout rapport sexuel, y compris dans un but de procréation. En résumé, ils avaient planifié l’extinction de la race humaine.
          L’Eglise catholique aurait dû rester neutre face à cela ?

      • Ils n’ont pas dû en détruire beaucoup, vu le nombre de livres et de statues antiques qui nous restent.
        Ce sont les musulmans qui font table rase de tout ce qui a précédé l’islam.

  2. Il faut le faire…
    Décrire comme une guerre « défensive » une expédition pour aller conquérir une ville Jérusalem située à quelques milliers de kilomètres et massacrer tous ses habitants juifs et musulmans (et sans doute pas mal de chrétiens parce qu’ils ressemblaient aux autres), il fallait oser.
    Louis Davignon a osé.

    • Il n’y avait plus beaucoup de juifs en Palestine… mais que faisaient donc les muzzs à Jérusalem, interdisant l’accès aux lieux saints chrétiens.

    • Et les 781 ans d’occupation de l’Andalousie… c’était aussi une guerre défensive ? La conversion par la force de la moitié de la Méditerranée (du Maroc jusqu’à la Turquie) c’était aussi une guerre défensive ? C’est curieux ce qui est permis aux musulmans ne l’est pas aux Occidentaux. Le but des Croisades n’était pas que sordide. Les lieux saints chrétiens étaient bien antérieurs à l’islam. Et c’est bien l’islam qui a fait main basse sur ces lieux.

      • Il n’y a rien de sordide à vouloir s’installer dans une terre qu’on a réussi à libérer de l’islam meurtrier et conquérant.
        La venue des Croisés sur ces terres a été demandée par les chrétiens d’Orient, qui ont appelé le Pape à leur secours pendant 4 siècles, dans l’espoir qu’il enverrait des soldats chrétiens à leur secours.
        Et si ces soldats chrétiens veulent créer un royaume franc en Orient, ils sont les bienvenus.
        Entre être gouverné par Baudoin de Bouillon ou par Bédouin du désert, le choix d’un chrétien d’Orient est vite fait….

    • Les musulmans méritaient leur sort, car ils étaient les envahisseurs de terres chrétiennes, et massacreurs de chrétiens qui étaient chez eux, sur leurs terres, et qui ne leur avaient jamais cherché noise.
      Les Juifs furent chassés par les Croisés car ils s’étaient alliés avec les envahisseurs musulmans, comme ils l’ont fait par la suite en Espagne.
      Des siècles avant les Croisades, en 613, les Juifs de Jérusalem s’étaient alliés avec les Juifs de Perse, qui avec l’aide de l’armée persane (zoroastrienne) sont venus détruire Jérusalem, à l’époque peuplée en majorité de chrétiens.
      Ils ont massacré les chrétiens, brûlé leurs maisons, volé leurs biens, et détruit le Saint Sépulcre, bien avant que les musulmans ne le détruisent pour la deuxième fois.

      • Les Croisés savaient également que les Juifs, dès la mort de Jésus, avaient livré au pouvoir romain, pendant 3 siècles, ceux des juifs et des non-juifs qui se convertissaient au christianisme.
        Les Romains ne parlaient ni hébreux ni araméen, ils n’étaient pas en mesure de savoir qui célébrait des messes en cachette ou organisait des réunions secrètes dans les caves.
        Ce sont donc les Juifs qui informaient les romains, qui se chargeaient de faire châtier les chrétiens, en les torturant, en les brûlant vifs, ou en les jetant aux lions. Ceux des chrétiens qui venaient du judaïsme pouvaient être suppliciés par leurs coreligionnaires juifs, après permission du pouvoir romain, par jet du haut d’un mur, et lapidation à mort si la chute ne suffisait pas à tuer l’apostat juif devenu chrétien.

        • Donc en sachant tout cela, vous auriez voulu que les Croisés traitent les Juifs avec mansuétude ?
          Soyons réalistes !

    • Cette expédition était en effet défensive, car demandée à cor et à cri depuis 4 siècles par les chrétiens d’Orient, qui contrairement à ce que vous dites, n’ont pas été tués « par erreur » par les Croisés, mais qui se sont au contraire alliés aux Croisés (surtout les chrétiens d’Orient de rite catholique).
      Une célèbre lettre du roi Saint Louis témoigne de sa gratitude envers les chrétiens d’Orient qui se sont alliés aux guerriers Francs pendant les Croisades.
      Et non, il n’y avait pas moyen de se tromper entre un musulman et un chrétien d’Orient, car ils ne s’habillaient pas du tout pareil, les musulmans interdisant à leurs dhimmis chrétiens de s’habiller comme eux, afin de pouvoir les distinguer des musulmans, et de leur imposer les humiliations que les musulmans imposaient aux chrétiens

  3. Merci pour cet article, qui remet les pendules à l’heure.
    Jésus n’a jamais provoqué à la guerre, et n’a jamais pris les armes contre quiconque.
    Mais il a demandé à ses disciples de s’acheter des couteaux pour assurer leur légitime défense. Il a exhorté à ceux qui n’avaient pas d’argent à vendre leur manteau pour s’acheter un couteau.
    Les Croisades n’étaient qu’une réaction à l’islamisation forcée de terres initialement chrétiennes. Les chrétiens d’Orient avaient à maintes reprises appelé le Pape à leur secours, pour les délivrer du joug musulman dont l’Empire Byzantin, qui gouvernait cette région du monde, n’avait pas réussi à les délivrer.
    Comparer le jihad musulman (voulu et pratiqué par Mahomet) et les Croisades (rendues nécessaires par les exactions musulmanes) n’a pas de sens.

    • «  » n’a pas de sens. » » ha bon???, c’est pas une occupation forcée d’une zone géographique donnée pour y imposer ses croyances ???

      • Imposer ses croyances ou plutôt les garder ? Qui a converti de force la moitié de la Méditerranée (du Maroc jusqu’à la Turquie) ?

          • Quel rapport avec les Croisades en Orient ?
            Vous avez dû beaucoup dormir dans vos cours de géographie, vous.
            Les Croisades pour délivrer l’Orient chrétien n’ont rien à voir avec la christianisation en Europe.

      • Mörback Elle n’a aucun sens votre réponse. Les turcs se sont bien emparés de cette partie du monde en délogeant leurs prédécesseurs. Il s’agit bien d’une islamisation forcée.

      • Non, pauvre ignare, car ce ne sont pas les Croisés qui ont imposé le christianisme en Orient, ce sont les apôtres qui sont parti de l’Orient déjà chrétien pour christianiser l’Occident.
        Vous ne saviez que Jésus est né en Orient, et que le christianisme s’est répandu en Orient des siècles avant de s’enraciner en Occident ?
        Pour vous, Jésus est né au Vatican, et sa langue maternelle est l’italien ?

        A partir du 7ème siècle, les musulmans commencèrent à envahir des terres chrétiennes en Orient. Les chrétiens d’Orient n’eurent de cesse d’appeler le Pape à leur secours, ce qui généra les Croisades, pour libérer des terres initialement CHRETIENNES du joug de l’islam.

  4. Quand on parle d’histoire, et, notamment des croisades, il est préférable de choisir les bonnes cartes géographiques. La Turquie n’existait pas au moment des événement dont vous parlez. C’était l’empire romain d’orient qui a été colonisé par les Turcs en 1453. C’est le seul colonialisme qui n’a pas été remis en cause et qui a été légalisé. On admire dans l’histoire des turcs ce qu’on vomit dans notre histoire. Quand on ne sait pas on s’abstient d’écrire. Cela sème la confusion historique dans les esprits et actuellement, nous avons besoin de clarté historique.

    • Wikipedia : La première croisade est lancée en 1095 par le pape Urbain II pour rétablir l’accès aux lieux de pèlerinages chrétiens en Terre sainte, autorisé jusque-là par les Arabes Abbassides, mais interdit par les nouveaux maîtres de Jérusalem à partir de 1071, les Turcs Seldjoukides, de nouveaux venus provenant des steppes de l’Asie. À l’époque, Jérusalem n’était plus aux mains des chrétiens depuis de nombreux siècles. La croisade répond aussi à une demande de l’empereur d’Orient, inquiet de l’expansion turque qui menace son empire[2].

    • Les Seldjoukides, Seljoukides ou Saljûqides sont les membres d’une tribu turcique qui a émigré du Turkestan vers le Proche-Orient avant de régner sur l’Iran, puis sur un vaste domaine comprenant l’Irak actuel et l’Anatolie orientale entre le milieu du XIe siècle et la fin du XIIIe siècle. À la fin du XIe siècle, l’Empire seldjoukide comprenait l’Asie mineure, le Levant, le Moyen-Orient, ainsi que la Perse.

    • Voici une réponse bien méprisante ! Les Turcs n’occupaient pas alors toute la Turquie actuelle mais l’ Empire byzantin rétrécissait comme peau de chagrin sous la poussée des Turcs.

Les commentaires sont fermés.