Les dealers des Cités Marseillaises, vrais profiteurs de la politique immigrationniste de l’UMPS…

Publié le 21 octobre 2014 - par - 2 221 vues
Share

MarseillebonnemereUne fois n’est pas coutume : remercions « La Provence » de tenter une vraie enquête d’investigation pour montrer la réalité du trafic de drogue dans les cités Nord de Marseille, là où s’entassent les flux migratoires d’Afrique depuis 40 ans, et ceux de l’Est européen depuis peu, au point que les populations anciennes autochtones les ont fuies…(1)

Tenter, car il faut lire l’ensemble de l’enquête dans le « journal papier » du 20/10, le texte en ligne ne faisant que l’amorcer, et parce que, encore une fois, il nous faut compléter les manques et les non dits de l’effort (louable) des journalistes mobilisés.

Bien sûr, cette série d’articles n’apprendra rien au lecteur assidu de « Riposte Laïque », tant le sujet a inspiré  différents rédacteurs (2), mais elle permet de remettre sur le devant de la scène ce lien étroit entre l’immigration forcenée subie depuis 40 ans et la délinquance urbaine, ainsi que le gaspillage de l’argent public qui ne sert, ici, qu’à conforter l’économie illégale (et à assurer un apport de voix non négligeable aux potentats locaux, PS et UMP confondus) et la fonction de pompe aspirante de l’immigration sous toutes ses formes que représente l’assistanat social qui nourrit ces pratiques délictueuses, sans oublier la pression politico-religieuse du communautarisme islamique et des bandes de voyous réunis qui sous tend tout cela dans des quartiers où la loi républicaine n’existe plus.

Les 2 pages de « La Provence », sur ce sujet, pour incomplètes qu’elles soient, éclaireront chacun afin d’en finir avec la naïveté (feinte) ambiante et l’angélisme imposé par les politiciens socialistes (et alliés écolos ou « gauche de la gauche »!) et leur valetaille des media, aux ordres et à l’écuelle bien pleine, qui prétendent nous vanter les « bienfaits » de l’immigration et le positif du multiculturalisme!

Mais il convient aussi de dire ici tout ce qu’elles omettent, posture « bien pensante » oblige… et léchage gouvernemental à la clé!

Et tout d’abord que la grande majorité des populations de ces quartiers est issue de 2 ou 3 générations d’immigration, les enfants de la première ayant acquis, par droit du sol de type « cadeau Bonux » la nationalité française… le regroupement familial cher à Giscard, Mitterrand, Chirac, Jospin et Sarkozy, ajouté à l’immigration illégale et à l’application extensive du « droit d’asile » ayant fait le reste.

Dans un pays qui souffre depuis 40 ans d’un chômage chronique de plus en plus dense, accueillir de tels flux et les maintenir sur place nourrit toutes les formes de l’économie illégale, par un simple effet mécanique de « survie ».

Car, et c’est un autre oubli de l’enquête de « nos » journalistes, il n’y a pas que le trafic de drogue, il y a, aussi, le recel et le « tombé du camion », le travail illégal, la mendicité organisée, la prostitution « à la petite semaine », le vol et les infractions de toutes sortes : des réseaux, des bandes, des « ethnies » se partagent le « gâteau » et s’organisent, chacun son quartier et « sa spécialité »!

Chacun son quartier, sa spécialité, et donc « sa loi »: d’où l’accumulation des armes dans les « caves » des immeubles, et l’usage régulier de la « Kalach » (Pour 300 euros, tu l’as!)

Des sommes considérables circulent donc, qui excèdent, et de loin, les revenus du travail pour qui choisirait un emploi au lieu de la « délinquance patentée »… Il est ridicule et mensonger de prétendre qu’il faut proposer des emplois à ces gens là : outre qu’on se demande bien lesquels, quand le petit dealer du coin de la rue « se palpe » 8 à 10.000 euros chaque mois, et c’est un « petit », ça fait rigoler à La Castellane ou à Font Vert! (3).

D’autant que, et c’est là un autre oubli, toute la famille, tout le clan vivent sur le compte du trafic… et des aides sociales que l’Etat providence UMP-PS-Ecolo et les collectivités territoriales (Région, Département, Commune) dispensent allègrement à ces populations auxquelles aucune justification n’est demandée, et qui bénéficient, de plus, des rentes de la CAF (ce ne sont pas elles qui seront touchées par la réduction des allocations familiales!) et des faveurs de l’AME/CMU sans oublier les primes données chaque jour à chaque demandeur d’asile et à sa progéniture!

Si madame Marisol Réveyrand de Menthon, née Touraine, veut faire des économies sur les dépenses sociales, elle a là une vraie piste, et rentable : chiche?

Ajoutons encore, à cette manne publique qui engraisse des populations largement traversées par la délinquance juteuse des trafics en tous genres, les ressources de la « politique de la ville » dont la plus grande part va dans des associations plus ou moins « bidons », et qui fleurissent dans les Cités pour construire le clientélisme électoral dont se sert le Parti Socialiste, en particulier, pour se maintenir dans les différents pouvoirs, les exemples du sénateur Guérini ( actuellement devant les tribunaux) et de la députée Sylvie Andrieux (condamnée..) le montrant parfaitement  (et ils ne sont pas les seuls!) (4)

Etonnez-vous, ensuite, que les plus gros « dealers » du secteur, après avoir « commercialisé » la drogue venant du Maroc, y retournent (quel atavisme!) pour y investir dans l’immobilier, devenant ainsi de cossus propriétaires bien nantis. Remarquons qu’ils le font ici aussi, en France, au vu et au su de tout un chacun, à travers aussi bien des logements qui seront ensuite loués à des « nécessiteux » de la communauté (et ainsi ce sera la CAF qui paiera les loyers!) que dans de multiples commerces « orientaux » qui fleurent bon l’argent sale!

Et n’attendez pas que les représentants de la caste politicienne, les hordes d’inutiles du PAF comme du showbiz, les baveux de la presse et des media de toutes sortes, les « zélites autoproclamées » qui usurpent la parole publique  s’émeuvent de ces scandales ou  dénoncent ces illégalités: tous ces gens là tiennent trop à la troupe des gens de maison (immigrés) qu’ils emploient (souvent sans les déclarer) comme aux enfants de leurs employés qui leur fournissent les « adjuvants illicites » dont ils abusent dans leurs parties fines…

Il reste aux citoyens lucides, critiques, honnêtes, à accomplir le geste électoral qui les débarrassera de ces manipulateurs politiciens, qu’ils soient au PS, écolos, Centriste, UMP, MODEM ou autres « coocs dinosauriens » ou « mélenchoniens décrépits »… Tous sont les tenants de l’immigration tous azimuts, tous sont complices de la situation décrite ici des quartiers et banlieues de nos villes, tous sont soumis à la volonté mondialiste et européiste de faire sa  place  à l’islam, tous sont partie prenante de la décrépitude voulue de notre Nation , de son Peuple, de ses valeurs et principes historiques et fondamentaux.

Alors, citoyens de la vraie France, celle qui ne veut pas se suicider, rendez-vous en mars et en décembre 2015, puis en mai 2017 !

Empédoclatès

1 – http://www.laprovence.com/article/actualites/3090655/marseille-reportage-au-coeur-des-cites-de-la-drogue.html

2 – http://ripostelaique.com/marseille-la-realite-dun-quartier-ou-le-peuple-de-france-a-ete-remplace.html

http://ripostelaique.com/marseille-pendant-le-cinema-dayrault-et-de-sa-basse-cour-socialiste-les-assassinats-continuent.html

http://ripostelaique.com/marseille-les-faux-culs-de-lumps-sont-les-vrais-coupables-de-la-mort-dun-jeune-homme-de-23-ans.html

http://ripostelaique.com/des-racailles-daujourdhui-aux-taubiracailles-de-demain.html

http://ripostelaique.com/laxisme-taubira-le-traficant-kemissi-remis-en-liberte-et-abattu-des-sa-sortie-de-prison.html

3 – http://ripostelaique.com/economie-illegale-violence-criminelle-immigration-la-gangrene-des-cites-marseillaises.html

4 – http://ripostelaique.com/Les-reseaux-socialos-mafieux-de-l.html

http://ripostelaique.com/marseille-insecurite-le-carnaval-des-faux-culs-de-lumps.html

http://ripostelaique.com/marseille-lindecent-cinema-de-ces-politiciens-qui-exhalent-lobscene-le-rance-le-putride.html

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.