Les désastres sanglants des propagandistes de la République

Français et souvent ravi de l’être de par cette chance d’une naissance dans un pays qui permet à tous les Français de vivre en paix depuis au moins 80 ans grâce à la terreur nucléaire, et non pas grâce à l’Union Européenne.

Français est souvent en rage par l’inconséquence parfois, au regard de l’histoire, de beaucoup de dirigeants de France incapables de réactions saines, construites, pragmatiques.

Français est en colère de voir que des dirigeants de France ont trahi ce grand pays par pusillanimité, par procrastinité, par intérêt, par lâcheté, par stupidité le plus souvent.

Combien de Vercingétorix si l’on veut bien le considérer comme Français, lui le gaulois, le résistant d’avant les Francs. Combien de Geneviève, de Jeanne, de Duguesclin, de Bayard qui auront tenté, souvent réussi, à sauver cette France gouvernait par des rois souvent limités.

Combien de héros morts au combat pour leurs terres, pour la France et pour des clopinettes le plus souvent.

Que ce soit les Vendéens faisant face à une révolution sanguinaire. Aux soldats de Valmy faisant face à l’envahisseur étranger, à ces splendides grognards combattant contre la perfide Albion en Europe qui fomentait et finançait les coalitions de nos ennemis Prussiens, Autrichiens, Russes, etc. Des guerres de défense misent sur le dos d’un Napoléon 1er qui a, à son actif, que deux guerres voulues par lui, celle d’Espagne et celle de Russie, les deux ayant été désastreuses pour lui.

Cette France Impériale trahie par ces « élites républicaines » de l’intérieur qui se moquait bien de la France d’en bas, cette France qui plébiscitait les Empereurs.

La République peut tuer qui elle veut, quand elle veut, et où elle veut. C’est la remarque de Louis Philippe lors du coup d’état, appelé « révolution » de 1848. il y eut 1600 morts. (Source)

Barricades rue Saint-Maur, avant l’attaque des troupes du général Lamoricière, dimanche 25 juin 1848 à 7 h du matin. 

Du même genre que le coup d’état contre le second Empire de Napoléon III et qui aura fini dans le bain de sang de la Commune. Napoléon III ne voulait pas de cette guerre qui lui a été imposée par les élus issus de son Empire libéral,  y compris et surtout républicains.

Ce sont le sang de plusieurs milliers de morts que la République a sur les mains. 

La République, les valeurs de la République ont émergé sur une terre abreuvé du sang de ce peuple de France. Les « valeurs de la République » sont changeantes selon les périodes. Celles de la Troisième République n’ont plus rien à voir avec celles de cette Cinquième république de nos jours. Ces valeurs sont des couches d’enfants qui sont changées, au fur et à mesure, que ceux-ci ont fait leurs besoins.

Quel rapport entre un Gambetta trahissant la France Impériale en pleine guerre, un Jules Ferry, un Léon Blum, ces deux derniers appelant à la colonisation des peuples inférieurs, et celle d’Emmanuel Macron qui considère que la colonisation fût un crime contre l’humanité ? Qui peut croire encore que l’on parle des mêmes « valeurs de la République ».

Qui peut croire que la République soit la France. Que nenni mon brave. La France est millénaire, la République est un outil qui devait la servir, et qui sert aux dirigeants à se servir.

On ne peut vraiment pas dire que cette République a servi la France depuis qu’elle dirige les Français. J’en veux pour preuve, si ce n’est sur le plan économique, la chute permanente de cette France. Autrefois géante de l’Europe, première puissance économique en 1869 devant l’Empire Britannique, et l’Empire Allemand, elle n’est plus qu’un pays de seconde puissance, un nain politique incapable même d’assurer la sécurité interne des Français, et dont se moque le reste du monde civilisé.

Ce n’est que grâce à l’action du général Charles de Gaulle qu’elle a eu une place prédominante à l’ONU, un retour sur l’échiquier international à travers la puissance nucléaire, un retour en puissance incontournable dans les années 1960-70, qui lui permettait d’être entendue et écoutée par tous.

Aujourd’hui cette République quémande l’aval de ces anciennes colonies comme cette Algérie qui n’aurait jamais existé sans la France de Charles X et de Napoléon III.

La troisième République n’ayant fait que suivre le mouvement, sans aller jusqu’au bout du processus qui aurait consisté comme le pensait Napoléon III, d’en faire un royaume arabe sous domination Française, et à terme, un royaume indépendant.

L’Empereur Louis Napoléon savait, tout comme Charles de Gaulle, qu’il serait impossible de l’intégrer à la France. La République en fit trois départements. On connait la suite démographique et politique. On a continué à le faire à Mayotte, si peu Française, avec 98% de musulmans, sous Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui, le peuple de France est tétanisé non pas par les armées d’Autriche, de Prusse, de Russie, mais par un virus. « On est en guerre »!

Des Français se cachent derrière un masque, critiquent le passant qui n’en a pas, masquent ses enfants, les fera piquer demain à cinq ans. Le Français est tout content d’obéir alors même que le salut serait dans la désobéissance civile. Plus il devient zombie, en phase avec la foule de zombies, plus il est sûr d’avoir raison.

Qui se souvient de cette citation tellement d’actualité : si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues. Toute propagande doit être populaire et placer son niveau spirituel dans la limite des facultés d’assimilation du plus borné parmi ceux auxquels elle doit s’adresser. Si la faculté d’assimilation de la grande masse est très faible, son entendement petit, par contre son manque de mémoire est grand. (Mein Kampf)

Je me souviens d’une étudiante qui, à l’aide d’un graphique, soutenait que le passé comme l’avenir ne servait à rien et que seul le présent était important.

C’est à ce genre de demeurés que s’adressent aujourd’hui, les dirigeants de cette République Française. Assoir leur domination totale sur des cerveaux vides et animés uniquement par l’envie de consommer, d’aller au cinéma, et d’aller boire un coup.

Quand je regarde l’histoire de mon pays, je me dis que l’avenir de celui-ci est véritablement en danger.

Changeons vite de dirigeants en avril 2022. Ayons un Président qui saura utiliser les évènements du passé pour que nous n’ayons pas à les revivre en permanence.

Gérard Brazon (Adhérent « pionnier »)

image_pdfimage_print
12

6 Commentaires

  1. On dirait du « Zemmour », dans ce raccourci interprété, des « restaurations » et des empires qui ont suivi la République de 1789.
    Ami Gérard, nous sommes innombrables, Citoyens épris de Justice et de Liberté, (6 millions en 1945!), à avoir été trompés par les discours staliniens, puis par les discours de la SFIO, de Mitterrand, de giscard de Chirac, de Sarko, aujourd’hui de Macron.
    Si la France meurt des communautarismes mondialistes aujourd’hui, c’est parce que le franchouillard est abruti de télémensonges. Il n’écoute plus les voix de la Raison Républicaine, et il refuse de profiter de ce droit formidable; le droit d’aller voter contre ceux qui assassinent notre beau pays.

  2. Excellent Gérard BRAZON, comme d’habitude.
    Mais aujourd’hui, notre rôle principal, c’est de convaincre, un par un, chaque membre de notre entourage, à mettre dans l’urne, au mois d’avril, le bulletin avec le nom du seul candidat qui changera cela.

  3. Nous sommes victimes d’un universalisme que notre République a promu aux plans mondiale et européen. Mais cet universalisme est à sens unique. Comme les flux migratoires. Pour s’en sortir le citoyen français doit en appeler à la logique. Exiger la RECIPROCITé des obligations entre autochtones et bi-nationaux. Exiger l’Egalité en droits avec ces derniers : donc un Etat autochtone à NOUS. Le régime actuel n’est pas une Nation, c’est un Empire multinational, multiculturel. Un Empire marchand. Et les politiciens sont des marchands de suffrages, qu’ils collectent en échange de dépenses payées surtout par les autochtones.
    Pour ceux-ci point de Salut, sans prise de conscience identitaire, puis formation d’un communauté solidaire.

Les commentaires sont fermés.