Les dévoiements de Serge July, Luc Ferry et Daniel Cohn-Bendit

Depuis l’adoption du traité de Maastricht en 1992, la France ainsi que l’Union européenne nous amènent lentement mais sûrement vers une dictature ciblée. Si le totalitarisme désigne un mode de gouvernance à sens unique, faisant fi de la démocratie électorale, il n’en demeure pas moins vrai qu’une pensée unique européenne nous conduit inexorablement vers une dictature ciblée, générant par
voie de conséquence de nouvelles fractures éthiques, sociales et démocratiques.

En 2005, le traité constitutionnel européen, élaboré sous la houlette de Valéry Giscard d’Estaing, soutenu par Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit, avait été rejeté largement par le peuple français. Il convient de se souvenir de l’éditorial de Serge July, le lendemain du vote, traitant les électeurs du Non de xénophobes incapables de discernement…
Incontestablement, Serge July a une conception de la démocratie bien particulière.

Il n’en demeure pas moins vrai que le référendum de 2005 était conforme aux institutions de la Ve République, conçues par Charles de Gaulle en 1958. La voie référendaire est le processus démocratique par excellence. Si la République est bien le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », selon la formule d’Abraham Lincoln figurant dans la Constitution française du 4 octobre 1958, alors il est normal de demander au Peuple, seul souverain, ce qu’il souhaite pour son avenir.

Autrefois, Serge July avait fustigé sévèrement le résultat des élections législatives de juin 1968. Désireux de renverser à cette époque les institutions de la Ve République ainsi que Charles de Gaulle, Président élu en fonction, il s’en alla à Cuba s’inspirer de la démocratie cubaine… De retour de son pèlerinage révolutionnaire, après avoir rencontré le guide suprême du nouvel âge démocratique, il publia en
1969 un livre intitulé Vers la guerre civile.

Pas étonnant, qu’il se soit réjoui plus tard de l’annulation du résultat du référendum du 29 mai 2005, au motif que le peuple français, au même titre que le peuple néerlandais, se serait mal prononcé. Hélas, cette décision souveraine du peuple français fut annulée par la voie parlementaire lors d’un congrès à Versailles le 4 février 2008.

Contrairement aux affirmations de Serge July et de bien d’autres éditorialistes, les électeurs du Non en 2005 ne souhaitaient pas la fin de l’Union européenne, mais ils la voulaient plus fraternelle, moins soumise aux lobbys, plus sociale, moins orientée vers le libre-échange mondialisé, plus respectueuse de la santé des populations et de la souveraineté des pays qui la composent.

En parallèle, la majorité silencieuse de notre pays ne souhaite pas que l’Union européenne se mêle de toutes sortes de sujets, alors qu’elle a été incapable de bâtir une Europe de la Santé performante.
Un acte législatif de l’Union européenne ne peut être adopté que sur proposition de la Commission. Celle-ci détient ce que l’on appelle le monopole de l’initiative législative. Depuis l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, les élites françaises se plient indifféremment aux injonctions de la Commission de Bruxelles. Philippe Séguin avait bien raison quand il disait : « La droite et la gauche sont deux détaillants qui ont le même grossiste, l’Europe ».

En Allemagne, toute disposition modificative doit se soumettre à sa Constitution. Par ailleurs, la cour de Karlsruhe (Tribunal constitutionnel allemand) a estimé « qu’il n’existe pas de peuple européen ».
L’Union européenne, au lieu de s’ingérer brutalement dans les affaires polonaises et hongroises, devrait plutôt nous défendre face à l’hégémonie financière et juridique des États-Unis. Les élites françaises et européennes ont laissé les États-Unis infliger une lourde sanction à la BNP sans prendre aucune mesure lorsque Goldman Sachs, banque américaine, a aidé les autorités grecques à présenter des comptes insincères pour favoriser l’adhésion de la Grèce dans la zone euro.

Dernièrement, après sept ans de négociations, la Confédération helvétique vient de tirer un trait sur l’accord-cadre devant régir ses relations avec l’Union européenne, estimant sa souveraineté menacée. Il convient de souligner que les médias suisses ne disposent pas des éditorialistes comme Serge July, Luc Ferry et Daniel Cohn-Bendit pour considérer les autorités helvétiques comme xénophobes ou incapables de discernement…
Finalement, la Suisse a su dire son dernier mot ! Quel bel exemple de détermination, de lucidité et de dévouement.

Henri Ramoneda

image_pdf
1
0

20 Commentaires

  1. Plus on leur donne du Pouvoir, plus ils en veulent, sans oublier qu’ils sont démoniaques, c’est-à-dire des dangers pour nos vies, notre sécurité, nos libertés, notre santé mentale.
    Plus ils pourrissent nos vies, plus ils jouissent.
    Mais c’est logique tout ce qui nous arrive, car on ne doit pas donner les clés de notre voiture, de notre maison, de notre pays à des fous furieux, à des criminels.

  2. L’UE est devenue notre prison, notre enfer. Et avec le covid, nos charmants décideurs en ont profité pour nous taper un plus sur la gueule, nous imposer leurs décisions, leurs volontés.
    Faites-vous vacciner. Restez chez vous. Emmurez-vous. N’allez pas voir vos parents, vos enfants, votre parenté, vos amis. Danger d’attraper le covid. N’allez pas plus loin que 15km. N’allez pas à la plage, extrêmement dangereux, le covid y est très actif. Montrez vos ausweis aux gentils gendarmes. Obéissez aux ordres qu’on vous donne!

  3. Michel Rocard disait: «Si vous ne vous occupez pas de la politique, la politique s’occupera de vous»
    Ou: Si vous ne vous intéressez pas à la politique, la politique s’intéressera à vous»
    Si on laisse nos élus, nos élites, décider tout pour nous, le peuple, bah c’est sûr qu’ils vont passer à l’action et faire ce qu’ils leur semblent bon, mais comme ils sont tous fous ou tarés ou tordus ou corrompus, eh bien ils prennent toujours des mauvaises décisions, font toujours les mauvais choix.
    Ce sont eux qui organisent notre pays et maintenant l’UE, conséquence, ils organisent nos vies et on voit le résultat: immigration massive, islamisation, délinquance, vols, cambriolages, coups de couteau, viols pour les femmes, moins de travail, plus de pauvreté, plus d’oisiveté, etc.

  4. Ah bon! en 2005, les électeurs du Non ne souhaitaient pas la fin de l’Union européenne, mais ils la voulaient plus fraternelle, moins soumise aux lobbys, plus sociale, moins orientée vers le libre-échange mondialisé, plus respectueuse de la santé des populations et de la souveraineté des pays qui la composent.
    Wouah! où êtes-vous allé chercher tout ça? Dans vos rêveries!
    Bah voyons, je suis sûr que 99% des bouseux ne se sont posés toutes ces questions, qu’ils voulaient plus de fraternité, plus du social, plus de vacances, de congés, moins de libre-échange, moins de lobbys, etc.
    Selon moi, les Bouseux ne voulaient pas de l’UE, de Bruxelles, c’est tout.

  5. Ha!Ha! Henri Ramoneda revient sur le référendum de 2005, il l’a toujours en travers de la gorge.
    Eh! les Gaulois bouseux vous étiez priés de dire oui bande de cons, à cause de vous on perd du temps, maintenant il va falloir se gratter la tête pour trouver une solution, réparer vos conneries. Et en 2008, nos élites pouvaient respirer à nouveau et recommencer à manger des petits pains fourrés au pâté d’oie et de délicieux choux à la crème.

  6. Vous avez oublié de mentionner J. Chirac qui était président de la République en 2005. N’avait-il pas son mot à dire ou bien était-il consentant ?

  7. Serge July : une des plus grandes pourritures étiquetées à gauche avec Machin Joffrin et Edwy Plenel. Belle engengance. C’est July qui a amené la mère Marguerite Duras dans l’affaire « Grégory » avec son article délirant « sublime, forcément sublime » pour vendre son immonde canard…..

  8. SJuly, c’est celui qui voulait supprimer les voitures pour les pauvres, ces « bétaillères à cathos », disait-il, qui encombrent les voies de circulation de la nomenklatura de ses amis de l’islamo gauchisme. L’âge aidant July est devenu islamo-socialiste. En progrès!
    Il discute avec « l’honorable correspondant » cohn bendit, le don Quichochotte des éoliennes et des centrales au charbon. On est écolo ou on ne l’est pas.

    Mais que vient faire Luc Ferry, cet homme intelligent et cultivé, au milieu de ces deux là?
    Qu’il se reprenne vite et apporte son aide à la droite patriotique. Il ne manque pas de candidats, des généraux aux zemmouriens. Am-stram-gram?
    Non , de la réflexion et du bon sens cartésien et il trouvera le bon coursier. Bertrand ou Zemmour? Son choix est déjà fait, l’on suppose.

  9. Vous savez qu’il existe des journalistes imbéciles qui sont là que pour faire du papier:
    Serge July en fait partie, à chaque qu’il intervient dans un débat c’est pour ne dire que des conneries.

  10. le « con-bénit » en est resté au niveau de la braguette ! il n’a rien à foutre en France ! qu’il aille pédéraster les gosses dans son pays l’ Allemagne !!!

    • Vous ne trouvez rien à redire à la pédophilie si c’est en Allemagne ? Un pédophile mondialiste n’a pas de pays.

  11. « la cour de Karlsruhe (Tribunal constitutionnel allemand) a estimé « qu’il n’existe pas de peuple européen » ». Cette décision est conforme ce que l’ONU a décrété « L’Union Européenne » n’est une Nation, un Etat ni un pays ». A ce titre, elle n’est pas reconnue par l’ONU comme un peuple mais comme une administration financière, au même titre qu’une Banque n’est pas un peuple mais une masse salariale…

  12. Con-Bandit c’est un islamo-gauchiste de première. Son copain Luc Ferry, le dandy qui parle très vite, qui n’a rien fait quand il était ministre de l’éducation nationale, mais qui sait tout, qui a tout vu, qui connait tout.

    • D’après le dandy, la situation serait catastrophique en Suède. En plus de son copinage pédophilesque, ça permet de situer le personnage.

  13. comment ferry peut-il s’acoquiner avec con bendhit ..quand allons nous être débarasser de celui qui n’a jamais voulu être français …et qui n’a cesser de nous vouloir nous imposer sa soit disante « morale politique » …….qu’il dégage ……parler à ça devrait donner la nausée…

  14. J’étais content du résultat du référendum 2005….mais nous nous sommes faits….. !
    Et surtout…nous n’avons pas réagi lorsque le nabot …etc….!
    Épisode douloureux !

Les commentaires sont fermés.