1

Les EHPAD ne manquent pas d’air

Tout le tintamarre au sujet des EHPAD commence à m’énerver sérieusement. Le tarif moyen de ces mouroirs est de 2.000 Euros par mois. Pour fournir une chambre de 12 mètres carrés, une demi-heure de ménage ou de soins par jour et une nourriture de moineaux. C’est probablement quatre fois ce que ça coûte à quelqu’un qui reste chez lui. Les maisons de retraite doivent donc se faire des marges énormes ! Déjà, au moment de la canicule de 2003, qui avait tué pas mal de vieux, le Gouvernement leur avait demandé d’installer des pièces climatisées. Leur syndicat professionnel avait alors exigé que ce soit l’Etat qui les finance. J’avais trouvé ça absolument indécent.

Quant au personnel, ils sont en moyenne 6 pour s’occuper de 10 pensionnaires, ce qui devrait faire environ 5 heures par jour à consacrer individuellement à chaque pensionnaire. Et pas le quart d’heure dont les aides-soignantes nous rebattent les oreilles, même si elles sont mal payées. En plus, et heureusement, les pensionnaires sont souvent en groupe et se distraient en jouant ou en bavardant entre eux, ou regardent la télé. Mais les soignants se plaignent sans retenue. Ils voudraient être 10 pour 10, soit un temps plein par pensionnaire. Comme on va vers 5 millions de vieillards dépendants, pourquoi pas 5 millions de soignants, c’est-à-dire le quart de la population active ? Du délire total ! Une société qui mettrait tant de ressources au service de vies sans but ni intérêt est foutue. Et on peut faire un parallèle avec le handicap. Tout le système politiquement correct plaide pour que la société fasse des efforts énormes pour essayer, d’ailleurs en vain, de compenser le handicap, avec auxiliaires de vie scolaire, éducateurs spécialisés et tutti quanti. Quand, dans une société, l’individu moyen est au niveau 100, ce n‘est pas en consentant des efforts fous pour faire passer des handicapés du niveau 50 au niveau 60 qu’on fait progresser cette société.

Mais l’époque veut qu’on s’épuise à essayer de nier le malheur, jusque dans le sport, avec les Jeux Paralympiques.

Eric Burnouf