Les élucubrations de Bruno Le Maire !

Charles de Gaulle et Éric Zemmour ont en commun le même amour pour la France. Car au-delà de deux générations distinctes, ces deux écrivains considèrent le roman national comme indissociable.

C’est une Histoire faite d’hommes et de femmes qui relie l’ensemble des évènements tragiques ou glorieux de la nation française. Depuis bientôt deux millénaires, les clochers des cités et des villages illustrent le patrimoine culturel de la France et demeurent le lien indéfectible de notre civilisation. Voilà donc une réalité historique claire et sans équivoque.
Le président de la République est considéré comme le garant de l’unité nationale par la Constitution de la Ve République. Difficile, en effet, d’oublier la grille de lecture de l’Histoire du Président Macron à l’occasion de la cérémonie du 75e anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie.

En lisant la lettre d’adieu du résistant Henri Fertet, fusillé par les Allemands le 25 septembre 1943, le Président Macron avait supprimé d’un trait de plume la phrase « Dites-leur ma confiance en la France éternelle ». En s’accommodant de facto avec la mémoire des horloges historiques, cette phrase comme celles relatives à la foi chrétienne d’Henri Fertet, un jeune patriote de 16 ans condamné à mort, avaient disparu de la lecture du Président Macron.

Dans la mythologie grecque, les âmes justes, avant de sortir du royaume d’Hadès, devaient perdre le souvenir de leur vie antérieure. Elles buvaient ainsi les eaux du Léthé qui provoquaient l’oubli.
Que dire du Président Macron sur un tel oubli ? Lui qui fut dans sa jeunesse l’assistant du philosophe Paul Ricœur dans les dernières années de sa vie. Sur les références historiques oubliées, ce philosophe émérite disait : « Je reste troublé par l’inquiétant spectacle que donnent le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire des commémorations et des abus de mémoire – et d’oubli. L’idée d’un temps politique de la juste mémoire est à cet égard un de mes thèmes civiques avoués. »

Par ailleurs, lors de la cérémonie du 75e anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie, il est navrant de constater que le Président Macron n’avait pas invité Vladimir Poutine, président de la Russie, pays sans lequel rien n’aurait été possible pour se libérer en 1945 de l’emprise germanique. On pareille circonstance, on ne peut pas invoquer un oubli de la part des autorités françaises…

Maria Zakharova, directrice de l’information et de la presse du ministère des Affaires étrangères de Russie, avait vivement réagi suite à la non-invitation de Vladimir Poutine à cette célébration en dénonçant une « réécriture catastrophique de l’Histoire ».
De la même façon que Jean-Marc Borello, homme d’affaires et délégué général adjoint de LREM, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, vient de dénoncer récemment certains propos d’Éric Zemmour qu’il considère comme « outranciers » et « révisionnistes ». Décidément, ce défroqué du gaullisme n’a pas une bonne vision de l’histoire de la France [1].

Candidat à la primaire des Républicains en 2017, son slogan était : « Bruno, c’est le renouveau »… Il est toutefois regrettable de lui rappeler que pendant la campagne de François Fillon, il lui avait retiré son soutien ! N’est-ce pas dans la difficulté que l’on voit ses amis ?

En 2017, Bruno le Maire a préféré délaisser sa famille politique pour rejoindre Emmanuel Macron et Daniel Cohn-Bendit, surnommé « Dany le rouge » par les médias lors des événements dits de Mai-68. Ensemble, ils peuvent agir de concert vers un même but, en sautant sur leur chaise comme des cabris en disant : « l’Europe ! L’Europe ! L’Europe !… »

Alors même que le prix de l’électricité française va flamber après le premier trimestre 2022 du simple fait que la France n’est plus souveraine dans la fixation des tarifs de l’électricité, inéluctablement, un sérieux coup en provenance de l’Union européenne sera porté sur le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises.

Le pourfendeur des commerces non essentiels pendant la crise du Covid-19, Bruno Le Maire, souhaite demander une réforme du marché européen de l’énergie. Voilà donc deux sortes de « vérité » qui poussent le ministre de l’Économie à s’engager dans une voie révisionniste auprès de la Commission de Bruxelles… C’est vraiment ubuesque !

À entendre Bruno le Maire, la France a bien géré la pandémie… En réalité, la France se classe 26e sur 38 pays, selon le Conseil d’analyse économique (CAE) qui vient d’évaluer la gestion de la crise en 2020 par chaque pays, en centralisant les données économiques et sanitaires. Et le résultat est catastrophique pour la France qui se classe 26e sur les 38 pays analysés.
De cette étude, l’Irlande, la Corée du Sud et l’Australie arrivent en tête, suivis par la Norvège.
Il n’y a rien d’aussi tragique que de voir Bruno Le Maire s’engager dans des controverses improductives. Il devrait plutôt se soucier du bien-être de ses concitoyens.

Henri Ramoneda

[1] « Malgré tout, je suis convaincu qu’en d’autres temps, le maréchal Pétain n’aurait pas consenti à revêtir la pourpre dans l’abandon national. […] L’âge le livrait aux manœuvres de gens habiles à se couvrir de sa majestueuse lassitude. La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s’identifier avec le naufrage de la France. »

Charles de Gaulle, Mémoires de guerre : L’appel, 1940-1942, p. 60-61, Éditions Plon, 1954.

 

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. C’est un pro de la politique, donc tout est normal.
    A sa décharge, j’avoue que sa com est moins mauvaise que bien d’autres.
    Il a la neutralité bienveillante chevillée au coeur
    Il suivra après analyse d’une situation nouvelle….

  2. Curieux de s’indigner au nom du gaullisme des propos d’un Le Maire dénonçant la défense de Pétain par Zemmour.

    La vieillesse est un naufrage…

  3. Très bon avis sur la couardise de ce traitre à ses premiers engagements politique, qu’est ce Bruno Lemaire.
    On m’a toujours appris qu’en politique (et je l’ai à chaque fois vérifié); « Qui a trahi, trahira »

    Et pour finir sur le même thème que cet article de Henri Remoneda, il me reviens à l’idée les propos de ma mère qui avait entre 15 et 20 ans durant la guerre, et à qui je demandais : est ce que les Français à l’époque; alors que mon père était au Sénégal avant de débarquer en Provence, étaient petainistes ou gaullistes ?
    Sa réponse reste gravée dans ma memoire, les Francais étaient en grande majorité petainistes alors que ton père était chez les gaullistes et qu’il se faisait cracher dessus, justement par des partisans de Pétain.

  4. La brèèèèle puissance 10, le traitre puissance 100, le gamélard première classe, ce type possède tous les défauts du politique sans foi ni loi.

    • Et pour couronner le tout, c’est un écoeurant bellâtre puant la médiocrité.

  5. quand on voit tous ces gens vilipender monsieur z on ne peut qu’être déterminer à voter pour lui

  6. LE MAIRE 2 ca lui va comme un gant ! traitre a son parti et aux FRANCAIS . on espere que ce GAMELLARD n arrivera pas a se recaser en politique car il est nul a chier .

  7. Il y a plusieurs Le Maire. Celui qui soutenait Fillon en 2016, Le Maire « 1 ».
    Nous avons maintenant celui qui caresse Moumout’ Man, Le Maire « 2 ».

    Phonétiquement ça lui va bien….

Les commentaires sont fermés.