1

Les enfants tueurs de Daesh sont devenus grands…

Déjà en 2016, Robert Langlois lançait une alerte sur le danger des vidéos virales des enfants tueurs de Daesh et sur les conséquences quand ces enfants auraient l’âge d’agir et de tuer de leur propre chef.

L’épouvantable vidéo de tueries dans son article de l’époque n’est heureusement plus accessible dans son intégralité, pourtant, partout dans le monde et particulièrement en France, elle a tourné sur les smartphones des jeunes musulmans pendant des mois et des mois. Et elle n’était pas la seule, Daesh a inondé les réseaux sociaux de vidéos montrant des enfants assassinant des prisonniers irakiens ou syriens.

2016 – 2020, les lions du calfat ont grandi. Ils ont maintenant 18 ans et plus, et ils parviennent à maturité pour accomplir ce pour quoi ils ont été programmés. C’est exactement ce qui est en train de se produire, nous commençons à récolter les effets de ce semis de haine et de mort. Le Tchétchène de 18 ans qui a décapité le camarade Paty, puisque c’est ainsi que l’a interpellé son ami et collègue lors de l’hommage à la Sorbonne, le Tchétchène de 18 ans n’est rien d’autre que le produit de la propagande de haine répandue par Daesh avec la complicité passive des Gafa et des pouvoirs publics français qui ont laissé courir ces vidéos. Dès qu’il est arrivé à maturité, Anzorov, le sicaire de Daesh est immédiatement passé à l’action, avec le résultat qu’on a vu. Programmé pour tuer, il a été déclenché par Sefrioui, et par le père de l’autre élève du collège. Sans doute ne le connaissaient-ils pas. Simplement, il était un soldat dormant qui a été activé par un simple signal lancé par les deux autres ; comme une mine entre deux eaux, en réaction à la vibration produite par une hélice à proximité.

Voici ce qu’écrivait l’auteur de cet article à l’époque : « Ce genre de vidéos virales a pour objet d’imprimer sur ces enfants encore immatures, incultes et de toute manière massivement décérébrés, la haine absolue, le nihilisme et la morbidité des dérives de l’islam. Surtout, elles ont pour objet de fanatiser les enfants musulmans chez nous, de leur donner un permis de tuer. Un permis de NOUS tuer ».

« Le modèle, le héros que Valls et Cazeneuve laissent ainsi se propager parmi cette jeunesse musulmane, c’est l’enfant-tueur, celui qui décapite, celui qui abat de sang froid. Ce sont des centaines de milliers, voire des millions d’enfants et d’adolescents musulmans qui regardent aujourd’hui ces vidéos à longueur de journées en FRANCE, se les transmettent, se les « likent », se les « retweetent », se les commentent, se les approprient et en font leur modèle. »

Qu’ont fait les politiques, qu’ont fait les pouvoirs publics, qu’a fait l’Éducation nationale pour lutter contre cet endoctrinement ? Manifestement, rien d’utile. Voici donc maintenant qu’advient ce que les lanceurs d’alerte de la  fachosphère avaient annoncé. Dûment fanatisés et dotés de ce permis de tuer au nom du Prophète, les sicaires de Daesh ont commencé à se mettre à l’œuvre et l’assassinat du camarade Paty n’est que le premier d’une longue série qui s’annonce et, pour aussi symbolique qu’il soit, qu’un cas abouti sur les 120 attaques au couteau journalières. 

Combien d’enfants tueurs devenus adultes en France ? Une classe d’âge, ce sont 750 000 naissances, garçons et filles, dont en gros 30 % de musulmans, dont 50 % de garçons, dont 74 % placent la charia au-dessus des lois de la République. Si on compte a minima 9 classes d’âge contaminées depuis 2016, ce seraient donc 750 000 adolescents, devenus adultes ou en passe de le devenir, qui seraient potentiellement porteurs du message de mort que leur a inculqué Daesh par ses vidéos virales. Combien seraient potentiellement des combattants en cas d’embrasement ?

Des masses comparables à celles de la guerre d’Algérie.  Par comparaison, l’effectif combattant de l’ALN était en gros de 70 000 hommes sur une population globale de 9 millions de musulmans en Algérie. Actuellement, la population musulmane en France doit s’établir à peu près au même niveau. Ce seraient donc des conditions numériques à peu près analogues. Or, il a fallu 8 ans, 500 000 hommes et 30 à 40 000 morts pour gagner la bataille d’Alger.

La communauté musulmane passive face à l’endoctrinement de sa jeunesse. Qu’ont fait les autorités et les représentants de la communauté musulmane de France pour lutter contre ce phénomène ? Qui chez les musulmans de France a alerté ? Qui a saisi les autorités de ce problème ? Personne. Qui dans la communauté musulmane a prêché pour contrecarrer les vidéos virales de Daesh ? Comment les leaders, les intellectuels, les commentateurs, les modérés de la communauté musulmane ont-ils fait pour occulter ce que nous dénoncions et qui se produisait sous leurs yeux, souvent même dans leurs propres familles ? Comment ont-ils fait pour ne rien dire ? Pourquoi se sont-ils tus ? Pourquoi sont-ils restés passifs, sinon parce qu’au fond ils n’avaient rien à y redire, tant cela est au fond banal pour eux et conforme aux prescriptions de leurs textes sacrés ? Enfin, ceux qui auraient voulu parler se sont tus, probablement sous la menace des fanatiques qui dominent leur communauté.

Voici encore ce qu’écrivait l’auteur en 2016.

« À partir de maintenant, c’est une génération entière de plusieurs centaines de milliers, voire millions d’enfants-tueurs fanatisés qui est en train d’émerger, la génération VALLS-CAZENEUVE. Cette génération a été fanatisée par ces vidéos et par les salafistes que l’on couve dans nos banlieues et partout dans le pays. Elle est prête à passer à l’action. On n’est pas dans la fiction, certains mineurs de 15 ans viennent déjà de le faire. Combien dans cette masse qui progresse de manière inéluctable voudront s’identifier à ce nouveau héros qu’est l’enfant-tueur, porter eux-mêmes les armes, nous sauter à la gorge ? Combien de tueurs fanatiques issus de ces générations dans les années qui viennent ? Sérieusement, qui peut croire qu’on va les déradicaliser ? Combien dans cette masse formeront le cercle ethnique qui soutiendra, abritera, financera, fera disparaître en clandestinité les katibas des plus furieux et leur permettra d’opérer dans notre pays comme des poissons dans l’eau ? Qui peut dire qu’avec les adultes déjà fanatisés, la menace potentielle n’est pas de plusieurs millions d’individus ?  C’est à dire à l’échelle de ce que représentait par exemple l’insurrection en Algérie à l’époque (1954-1962).’’

Triste présage qui se trouve aujourd’hui confirmé.

Le temps de la récolte est venu, nous allons récolter ce que nous avons laissé semer.

Après les humoristes, les journalistes, les enseignants, les prochaines victimes seront les élus, déjà menacés de décapitation.

C’est désormais inéluctable, qu’on le veuille ou non, il va nous falloir faire face à la guerre qui nous est faite.

L’alerte lancée par Robert Langlois en 2016 :

enfants-tueurs-de-daesh

Sur la vidéo complète chacun des enfants mis en scène liquide son prisonnier.

Celui-là sait à peine marcher, blond caucasien, probablement tchétchène comme Anzorov.

Ceux-là parlent aussi le russe, et sont probablement tchétchènes, comme Anzorov

Martin Moisan