Les épurateurs du Syndicat de la Magistrature ne peuvent tolérer que des “cons” pensent autrement qu’eux

Publié le 25 avril 2013 - par

syndicatmagistraturemurdescons« Traiter son prochain de con n’est pas une insulte, c’est un diagnostic. » (Michel Audiard). Nos magistrats « chiens de berger mordeurs de tibias de brebis égarés » (Renaud Camus), déclarent donc malades ceux qui voient une réalité qu’ils ne devraient plus voir après des décennies de formatage de l’esprit, de bourrage de crâne médiatique, de lavage de cerveau Education nationale.

« La police des arrière-pensées » (Eric Zemmour), avec son mur des cons montre qu’elle ne se bat plus « que pour le plaisir d’interdire, de surveiller et de punir, c’est-à-dire de dominer » (Philippe Muray).

Ces épurateurs contemporains ne peuvent pas tolérer – parce qu’ils savent que cela menace leur domination – que des gens aient une vision du monde différente de la leur sur l’immigration, l’islam, l’art contemporain, l’écologie, les réformes scolaires, le progressisme en mouvement permanent, le mariage gay…

La société française va donc si mal pour que des abrutis décident qui est con et qui ne l’est pas ?

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi