Les fabuleuses aventures de Bob le têtard !

De reptation en reptation et de frétillement en frétillement, on le voyait venir de loin, gonflé à bloc, prêt à sauter dans la mare des grands, celle du pouvoir installé où se distribuent les plus belles sinécures. Ce n’était pas la peine de nous dire qu’il était prêt à travailler avec la majorité pour le bien du pays, on l’avait compris depuis longtemps, et Macron certainement aussi. Le maire de Béziers est sur le banc de touche de la République, en équipe B ou C, ou peut-être D, qui sait ! En attendant de faire don de sa personne à la France, Bobby doit se contenter d’un lot consolation : une chronique hebdo sur LCI… Tout ça pour ça !

Et pourtant, Bob le têtard, dit Robert. M, est un rusé, champion de la brasse en eau trouble. Ce qu’il est, il le porte sur son visage, avec le temps tout finit par parler : le ton de voix grinçant, nasillard et emphatique, le regard figé qui regarde l’autre de loin, mais animé d’une émotion surjouée et le sourire rare et retenu, lui donnent cet air de séminariste contrit qui fait son style de donneur de leçons poussif. Bob n’argumente pas, il prêche ; ses adversaires, il les morigène comme des enfants coupables, ils sont dans la faute morale, ils n’adhèrent pas à la vision juste et humaniste du gentil Robert. Ses meilleurs adversaires sont ceux (ou celle) qu’il appelle ses « amis ». Quand Bob vous appelle son « ami », méfiez-vous, car Bob, c’est sa marque de fabrique, soutient ses amis comme la corde le pendu !
Cette marche en crabe, ce sens de la dialectique moralisatrice est un don qu’il a peaufiné tout au long d’un parcours sinueux, de l’extrême gauche anarcho-trotskiste au compagnonnage avec le FN, en passant par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Qui peut dire au fond en quoi Ménard croit ? À son destin, assurément, car il exprime toujours une inébranlable confiance en lui, en dépit d’un charisme pour le moins peu évident. Rien ne l’arrête ; Bob, c’est la revanche du « Petit chose » dans un monde de brutes. La conjonction redoutable d’une éducation chrétienne à l’ancienne (il a voulu être prêtre, dit-on) et du cynisme opportuniste qui façonne les ex-gauchistes et les belles âmes de gauche en général. La morale « progressiste » a détrôné la religion en tant que surmoi du collectif et Tartuffe ne parle qu’au nom des droits humains qu’il trie selon ses humeurs belliqueuses ; éternel moralisateur sans frontières.
Il se repend en contrition larmoyante sur ces pauvres réfugiés qu’il n’a pas voulu voir dans sa bonne ville de Béziers, manipulation opportuniste du sentiment pour se refaire une virginité morale dans le camp des « gentils » qui détiennent le pouvoir. Il oublie bien vite les réalités qu’il dénonçait alors sur la submersion migratoire au détriment des autochtones. Il n’est pas si loin le temps où il demandait, au micro de Jean-Jacques Bourdin, « une réduction massive de l’immigration » : le propos d’un homme mûr, libre et responsable, qui l’engageait moralement dans un combat difficile auprès de ses électeurs en souffrance, et qu’il annihile d’un coup, d’un seul, en fonction des circonstances ! Quel crédit accorder à un tel revirement, qui, simple coïncidence, bien sûr, correspond à son intérêt du moment. « Je ne ferme jamais une porte à l’avance », affirme-t-il, une façon élégante de dire, je suis juste en attente de la bonne occase qui passe ! La chanson de Dutronc a été écrite pour lui.

Le roi des convertis…
Au fond, Bobby est resté ce qu’il a toujours été, un agitateur d’idées qui servent ses intérêts du moment, avec un sens réel du marketing et du lobbying qui lui permet de se mettre en avant, en surfant sur la vague des autres. Proche de Mitterrand dans les années 80, après avoir quitté les eaux troubles du gauchisme militant, il reçoit la Légion d’honneur en 2008 sur proposition de Bernard Kouchner, avant de se faire élire maire de Béziers en 2014 avec les voix du Front National, tout en prenant ses distances avec Marine Le Pen dans les médias, et la dézinguant dans les conversations privées, tout en insistant sur l’indéfectible amitié qu’il a pour elle. Toujours avec ce ton ampoulé et cet air contrit de celui que son exigence de sincérité force à livrer une douloureuse vérité !

Pas rancunière, Marine l’a récupéré dans sa campagne 2022, lui et son soutien distancié. Il faut l’admettre, la séquence électorale 2022 est le chef-d’œuvre politique de Bob, Bob et sa tendre moitié Emmanuelle, puisque les Ménardier ont travaillé en duo sur ce coup. Madame Bob a bénéficié, pour sa réélection de député, du soutien du RN qui n’a pas mis de candidat face à elle. Résultat des courses, elle est largement élue grâce aux voix du RN, dont elle s’empresse de ne pas rejoindre le groupe à l’Assemblée en prenant l’étiquette « Divers droite ». Dans le même temps, Bobby fait sa reconversion sentimentale sur l’immigration, tout en multipliant les appels du pied, de plus en plus appuyés, à l’égard de Macron. Il prend à revers les attentes des électeurs du RN sur l’immigration – électeurs auxquels lui et sa femme doivent leur élection – mais il se rend utile auprès du clan Bleu Marine en devenant un des principaux démolisseurs de son « ami » Éric Zemmour qu’il essaie, avec ce ton de frère prêcheur qu’il affectionne, de sauver de ses dérives extrémistes. Bob s’autoproclame le garde-barrière des limites qu’il ne faut pas franchir. Il se veut désormais roi du juste milieu et de l’ouverture consensuelle et dénonce les méchants extrémistes de tout bord, étant entendu que le gentil, c’est lui ! Autant de messages adressés à Jupiter – depuis son soutien inconditionnel au passe sanitaire et aux vaccins – qui devrait finir quand même par poser son auguste regard sur un serviteur aussi souple et dévoué ! Un joli coup de billard à 3 bandes, dont on attend quand encore le dénouement.

Quelles seront donc les prochaines formidables aventures de Bob le têtard, va-t-il enfin rejoindre le marigot du haut, où les grenouilles peuvent se voir aussi grosses que le bœuf ? Prenons le pari que Ménard peut encore nous surprendre par son habileté à frayer dans les courants porteurs.

Dany Boume

 

 

 

 

image_pdfimage_print
39

64 Commentaires

  1. Aucune confiance dans cette girouette !!!! ne jamais s’allier en politique avec un énergumene qui a si peu de conviction

    • 50 ans de Macron c’est beaucoup plus qu’il n’en faut pour transformer ce qu’il reste de France en territoire sous contrôle mahométan.

  2. 50ans de la tyrannie mondialistes de macrocescu ? Q’un ans de guerre civile ?
    Vraiment ? Ben ! Ils auraient donc fallu rester en monarchie plutôt que subir la guerre civile de la révolution prétendu française….se ménardier est un glaire particulièrement visqueuse !

  3. D’un notre côté…je comprend le ménardier une guerre civile de libération nation c’est l’exécution des traîtres
    Donc il commence a se chié dessus le ménardier !

  4. C’est bob le grenouilleur qui ne sent pas la colère du peuple qui monte ,ça lui fera tout drôle à bob le grenouilleur quand ça va péter ! Rien à attendre des deux baltringues pareil

  5. elle est la la grande différence entre les vrais francais et les collabos…..perso je préfére un an de guerre civile !! quand faut y aller ….faut y aller.

  6. Bob, C’est comme les perles pour lui, il les enfile les unes après les autres.Cela doit être le poste de maire qui veut ça, ou alors il devient écolo.

  7. Ménard s’il était une femme ferait le tapin aux ordres de son mac, mais apparemment il est de sexe masculin et a quand même son mac.

  8. C’est pas un homme çà! tout juste un gastéropode sans coquille qui bave pour avancer.

  9. Et il a soutenu qui le nanard ? macron et la marine lepen …..à fond ! C’est dire

  10. 50 ans de Macron mais ça serait 1000 FOIS PIRE que tout !!! Ce type est dingue au sens strict du terme…

  11. Il a fait comme pas mal d’hommes (et de femmes) politiques [mais plutôt des hommes, les femmes me semblent plus fidèles sur ce coup] . Seulement, pour lui, c’est tellement HÉNAURME que ça s’est quand même vu… peut-être un peu trop d’un coup pour être nommé ministre de suite, mais je ne désespère pas pour lui, au contraire.

    Lorsque vous pensez à toutes les gauchiasseries et droitards autoproclamés « ripouxblicains » qui ont fait pareil, et sont passés sinsitres, il ne détonne pas (dommage d’ailleurs 🙂 ) dans le marigot ou les grenouilles aspirent à se faire aussi grosse qu’un boeuf il aura sa place, sauf s’il détonne avant, ce qui est bien possible. (Cf Clémenceau.. pour un traître .. pour un demi-traître..)

  12. Rien qu’à voir sa tête à Robert Connard, on comprend qu’on a affaire à une pépite , un rescapé de la lutte anti-alcoolique, un intellectuel da bas-niveau , ou plutôt de caniveau !
    Les biterrois devaient être dans une sacrée mouise pour avoir élu maire un tel individu sans convictions, sans idées, et sans projet !

  13. … « Je préfère cinquante ans de Macron »… Le vaccin a vraiment des effets TERRIBLES sur le cerveau, LA PREUVE !

  14. Comment il m’a dècu ce type, a force de bouffer à tous le rateliers et dfe faire des ronds de jambes et des courbettes à tous les leaders de parties, il a perdu toute crédibilité, je l’ai rayé de ma mèmoire.

  15. 50 ans de macron ! mais c’est illégal, sauf coup d’état !
    aux commores et vite ces deux là

  16. Et puis vous dire Dany qu’en plus de la précision que vous faite du portrait de ce lézard votre prose est bien jolie et agréable à lire

  17. En ce qui me concerne je préfère 50 ans de guerre civile à la poursuite de cette farce qu’est la République.

  18. Je ne pensais pas, qu’il était possible de tourner si grossièrement sa veste,pauvre Ménard qu’elle honte, vraiment il se bat que pour lui, la France, ce n’est pas son problème, maintenant, il veut que la France entre en guerre contre la Russie,

  19. En parler c »est déjà faire de la propagande pour ce triste sire,après avoir fait le tour de tous les partis, il lui reste l’UMSS ( l’union des martiens sans soucoupe) 😃

  20. Déjà quand Robert Ménard, lors de sa première élection à la mairie de Béziers, ne voulait pas admettre que Marine l’avait beaucoup aidé. Déjà là, on voit tout le personnage.
    Le gars très ingrat et qui fait la morale. Très opportuniste. La phrase « je préfère 50 ans de Macron a un an de guerre civile », hélàs est partagée par beaucoup de personnes. C’est un roublard Ménard, et il a très bien compris la peur des gens.

  21. bob le salopard ne mérite même pas un article arrêtons de parler de tous ces étrons de plateau .

  22. Voilà quarante ans que la clique au pouvoir nous détruit avec l’assentiment de la majorité du peuple.
    Après les calamiteuses cinq années de frelucron accélérateur du délabrement national, nous ne sommes plus loin de la guerre civile ou plutôt d’une guerre de ‘Troie’, l’ennemi étant bien installé.
    Nous aurons donc eu la double peine et ménard n’aura pas à choisir.

  23. Il préfère surtout un poste ministériel à la sécurité pour les Français.Il ne cesse de pleurnicher pour cela.

  24. Je préfère 50 ans de macron à un an de guerre civile …..Mais ne vous y trompez pas monsieur Ménard ,vous aurez les deux ! ! ! !

  25. Voilà qui est fort bien torché ! Menard n’aura pas besoin de gaz cet hiver !!!

  26. Sa femme naguère Manif pour tous milite désormais contre l abrogation de Roe vs Wade aux USA, ce couple est spécialisé dans l ingérence extérieure ils ont un culot et un opportunisme sans bornes.

  27. Cette larve baveuse et rampante cherche toujours le consensus à tout prix même avec ses pires contradicteurs .
    Immonde rampant

  28. Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre. de Winston Churchill

  29. Et oui Bob ! Tu préfères 50 ans de Macron à 1 an de guerre civile ? Tu as peur qu’on te fasse la peau pendant une guerre civile ?
    Et oui !! 50 ans de Macron te permettraient de vivre jusqu’à 119 ans sans être inquiété. Crevure !!!

  30. Cette citation de Ménard signe sa défection du camp patriote.
    Il a dû se lasser d’être la tête de Turc pour les antifas de sa ville et les politicards de gauche dont certains, à Bordeaux, l’avaient molesté en quasi impunité, en prenant conscience enfin conscience qu’à notre époque trouble, pour survivre, il faut collaborer avec les dominants.
    Ainsi, il préfère 50 ans de mondialisme plutôt qu’un an de guerre civile ! Mais en 50 ans, l’équivalent des morts d’un an de guerre civile aura été dépassé !
    Tel Gribouille il préfère que les autochtones deviennent minoritaires et disparaissent plutôt que l’éventualité d’une guerre !
    Lui qui soutient Macron le va-t-en-guerre au risque d’une guerre nucléaire ! Au fou !

  31. Il y a bien trop d’idiots en France, pour preuve la réélection de Macron, cet opportuniste arriviste, « dictateur » carriériste et arrogant, traitre à la souveraineté de notre pays. Macron qui dans un jeu « pervers » qui sous entend une personnalité névrotique ne cherche qu’à rabaisser les français en nous rendant « responsables » de tout ce qui s’est passé il y a 140 ans en Afrique, alors que presque toutes les nations occidentales sont d’anciens pays colonisateurs, et qu’en même temps, il favorise l’extension du chaos et de l’effondrement civique dans notre pays.
    Les français adultes d’aujourd’hui dont une grande majorité sont dans le déni idéologique, préfèrent par lâcheté égoîste, léguer à leurs enfants et petits enfants le chaos sociétal qui est inévitable à moyen et long cours.

  32. Je n »avais pas compris, il y a quelques années, un de mes amis bittérois qui me disait peu avant sa mort: « Ménard c’est un jobard ». Je faisais quelque peu confiance à ce politicard malgré sa bobine de st Charles de Foucauld constipé.
    Maintenant j’ai compris.

  33. Bravo pour ce portrait bien envoyé, M.Boume.
    Mais soyez serein, le têtard finira dans une fosse à purin,
    à force d’en fréquenter les rivages…………..

  34. il reste des français intelligents pour comprendre que quel que soit le président,
    la guerre civile est commencée et va s’accentuer !!

  35. On a déjà la guerre civile de moins en moins larvée et on aura eu en principe 10 ans de Macron. Double peine quoi…Fin stratège ce mec.

  36. une tête de moine qui finalement a préféré le chemin matériel du politique car il n’a pas pu se faire interpénétrer Spiritualité dans le Mode matérialiste choisi pour l’imposer, et ensuite emprunter la formule ponce-pilate pour finaliser son parcours.
    dans la Baghavad-Gita au moins, Dieu, Krishna, a obligé son meilleur ami Arjuna qui hésitait à combattre dans la Bataille de Kuruksetra, d’engager le combat pour lequel il a été choisi. point à la ligne.

  37. Ménard et sa Donzelle ne sont pas vraiment des valeurs sûres. Couple à suivre pour s’initier à nager en eaux troubles. Il y a nettement mieux comme curiosité à BEZIERS. A commencer par les 9 écluses…

  38. Il y a aussi son côté bledard, sa gouaille qui sent la pisse de chameau, sa gestuelle se vendeur de malboros à la savette.
    On l imagine aisément en djellaba, assis tailleur, les yeux fixés en direction de la Mecque affirmant sans rire ‘ Woualah, j ai jamais trahi petsonne, mon frère ‘ .

  39. « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. » Winston Churchill

  40. Message à Bob Chamberlain: « Entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur. Et bien vous aurez la guerre et le déshonneur » (Churchill).

  41. C’est un punk dont les méninges sont rongées par la quadruple vaccination.

  42. La connerie serait une maladie grave, Ménard serait crevé depuis longtemps. Depuis sa naissance, en fait.

  43. celui-là c’est le roi des lopettes. Il navigue à vue,un coup à gauche un coup à droite puis extrême gauche puis extrême droite suivant le vent et suivant l’opportunité d’être choisi pour un bon poste. La vraie planche pourrie!!! Un salaud de 1ère classe une ordure en quelque sorte. Ne lui faite pas confiance car vous êtes sûr qu’il vous trahira. Rappeler vous , il était un des premier à suivre Zemmour et queques mois après il passait au RN et maintenant il va trahir Marine Le Pen pour s’acoquiner avec Macron. Plus trître il n’y a pas. Révolution

  44. C’est de la com car il aura ni l’un ni l’autre ! Par contre de l’autorité c’est une évidence grandissante de jours en jours et ça va bien se passer !😇

  45. Ménard et son air de chien battu ; il donne l’impression chaque fois de revenir de l’enterrement de sa grand mère ou d’aller à l’échafaud. Il est comme le sparadrap du capitaine Haddock, il change de doigt et même de main, de la droite à la gauche et inversement. Il finira collé sous une semelle comme souvent les mines de nos trottoirs…

  46. Le bon bob garde barrières de la morale est devenu sous nos yeux ébahis et interrogateur bob le bledards… a renvoyer au bled avec les autres dès que possible

  47. Il n’aura que la guerre civile que des sinistres individus de son espèce auront induits et fomentés avec espérons le la joie de les voir à la lanterne ha ça ira, ça ira …

Les commentaires sont fermés.