Les familles et les liens se brisent : cette folie n’a que trop duré !

Laissez-nous vivre !

Hier soir, mon beau-père est revenu très fatigué de l’hôpital.
Il s’est mis à me prendre la tête avec le vaccin.
« Il faut que tu penses à te faire vacciner. Tu pourrais attraper des formes graves. »
Cela a eu le don de m’énerver et j’ai bien fait comprendre que je n’en pouvais plus du Covid 24/24 sous Macron.
La situation est déjà assez difficile car je dois m’occuper de la maison, m’occuper de ma mère.
Alors il me dit que j’ai le choix mais qu’il faudrait que je me vaccine quand même.
J’ai eu la même pression venant de mon père en tout début d’année.
Mais cette situation devient insupportable. Je le vois avec mon grand-père qui passe nous voir chaque dimanche.
Et il n’y a pas un dimanche où le Covid et le vaccin n’ont pas été mis sur la table.
Alors je serais indulgent si mon beau-père et mon père avaient accordé la même réflexion avec mon frangin.
Mon frangin qui nous avait spécialement appelés pour nous dire qu’il avait eu le Covid.
J’ai eu 30 ans cette année. Et mon frère a trois ans de plus.
Mon beau-père qui m’a pourtant dit que je n’étais pas une population à risque.
Je me suis juste rappelé une chose : la mort, on n’y échappe pas ! On peut très bien mourir d’un accident de voiture en sortant de chez soi.
À croire que le Covid remplace la mort. Alors je reviens sur ce frangin qui a choppé le Covid et que l’on n’embête pas avec le vaccin.
Il était très fier de nous dire que grâce à son test positif, il a un QR code qui lui permet de prendre le train.
Franchement, je demande juste qu’on me laisse vivre tranquille.
Je n’ai pas envie de me vacciner et encore moins par défaut. On ne va pas vivre en fonction d’un seul virus.
Alors je suis persuadé que je ne dois pas être seul. Mais depuis que Macron est là, et son Covid, je suis redevenu plus anxieux. Cela s’était largement calmé jusqu’à fin 2019.
Et ça a empiré depuis 2020. Je me mets à nouveau à ronger mes ongles. Cette année m’a particulièrement fatigué.
Et comme déjà dit, cette si faible reconnaissance a tendance à me ronger, je dois dire que s’il n’y avait pas eu le mouvement de Florian Philippot, je ne sais pas comment j’aurais tenu !
Ce n’est pas pour faire de la publicité mais disons que cela m’a permis d’exister.
L’écriture est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour me libérer de cette sombre époque.
Il m’arrive d’avoir de mauvaises pensées mais je m’efforce de rester dans le droit chemin.
Il faut que cela s’arrête et le plus vite serait le mieux !
On ne peut pas laisser Macron imposer sa dictature et se laisser aller.
Cette crise a fait beaucoup de mal juste pour une histoire de vaccin. C’est dire l’absurdité.
C’est une information qui ne regarde que le médecin.

Les familles et les liens se brisent jour après jour. Cette folie n’a que trop duré !
Seigneur, libérez-nous !

Quentin Journeaux
image_pdfimage_print
16

7 Commentaires

  1. C’est comme sous la précédente occupation quand on trouvait dans la même famille des pétainistes passifs, des collabos actifs, des corbeaux, des gestapistes et des Résistants.
    Les réunions festives devaient être animées ou alors complètement atones quand la peur l’emportait.
    Un de mes anciens beaux-pères n’a avoué avoir du abattre un cousin qu’il aimait bien avant-guerre, pour éviter que ce salaud, collabo notoire, ayant surpris des parachutés, s’en aille dénoncer tout le réseau à la kommandantur.
    Avec le projet du varan d’instaurer des primes à la dénonciation des non vaccinés, ça risque de devenir rock’n roll !

  2. Il faut savoir qu’au 19ème siècle l’onychophagie était considérée au même titre que la folie. En ces temps de réelle folie il faut rester vigilants pour ne pas se faire interner par des fous, et avec de vrais fous. Tout est possible avec le retour en arrière causé par des gens qui se disent « progressistes » et que c’est pour eux une bonne occasion de faire taire les « réfractaires ».
    Prenez soin de vous. 😉

  3. pour moi, le vaccin n’est pas le problème, c’est le laissez-passer qui l’est. je ne montrerai jamais d’ausweis pour aller boire un café ou visionner un film. du coup, 6 mois sans resto, bar ou ciné, je fais des économies !

  4. Ah ben alors, si vous comptez sur PHILIPPETTE pour vous sauver, vous allez être très déçu, un soir d’avril 2022, quand vous apprendrez qu’il ne franchira même pas le cap du premier tour des présidentielles, faute d’avoir été capable de rassembler TOUTES les forces souverainistes en une seule, alors même que ces cons de Gauchistes sont capables, eux, d’organiser des primaires…
    Quand un quelconque mouvement politique met en danger le Système, Macron fait interdire leurs manifs et, si ça ne suffit pas, leur envoie les FDO, puis les Black-Blocs en renfort. Là -allez comprendre pourquoi- RIEN avec les manifs de ce guignol; à croire que Macron n’a pas / plus peur de lui…

  5. Votre témoignage m’émeut.
    Il faut aller voter, et encore plus aux législatives qu’aux présidentielles, car un président sans majorité est impuissant.
    Voter pour tout parti qui proposera clairement de rétablir la liberté de se soigner. Je demande à mon médecin ivermectine et azithromycine sur mon ordonnance semestrielle, et il accepte. C’est tout simple!

  6. Je ne suis pas vaccinée, j’ai 59 ans, je suis en bonne forme, je n’ai même pas eu un seul rhume depuis deux ans, courage, je vous conseille de dire « oui, bof » quand on vous bassine avec ces faux vaccins, de dire qu’ils n’empêchent pas d’attraper et transmettre le virus, que le omicron devient majoritaire et que c’est juste un rhume. Courage, ne renonçons jamais, essayez de garder le moral, vous n’êtes pas seul.

  7. Tout à fait d’accord avec Quentin. Que l’on nous fiche la paix. Et surtout aux jeunes comme mes enfants qui doivent pouvoir vivre leur plus belles années tranquillement.

Les commentaires sont fermés.