1

Les familles et les liens se brisent : cette folie n’a que trop duré !

Laissez-nous vivre !

Hier soir, mon beau-père est revenu très fatigué de l’hôpital.
Il s’est mis à me prendre la tête avec le vaccin.
« Il faut que tu penses à te faire vacciner. Tu pourrais attraper des formes graves. »
Cela a eu le don de m’énerver et j’ai bien fait comprendre que je n’en pouvais plus du Covid 24/24 sous Macron.
La situation est déjà assez difficile car je dois m’occuper de la maison, m’occuper de ma mère.
Alors il me dit que j’ai le choix mais qu’il faudrait que je me vaccine quand même.
J’ai eu la même pression venant de mon père en tout début d’année.
Mais cette situation devient insupportable. Je le vois avec mon grand-père qui passe nous voir chaque dimanche.
Et il n’y a pas un dimanche où le Covid et le vaccin n’ont pas été mis sur la table.
Alors je serais indulgent si mon beau-père et mon père avaient accordé la même réflexion avec mon frangin.
Mon frangin qui nous avait spécialement appelés pour nous dire qu’il avait eu le Covid.
J’ai eu 30 ans cette année. Et mon frère a trois ans de plus.
Mon beau-père qui m’a pourtant dit que je n’étais pas une population à risque.
Je me suis juste rappelé une chose : la mort, on n’y échappe pas ! On peut très bien mourir d’un accident de voiture en sortant de chez soi.
À croire que le Covid remplace la mort. Alors je reviens sur ce frangin qui a choppé le Covid et que l’on n’embête pas avec le vaccin.
Il était très fier de nous dire que grâce à son test positif, il a un QR code qui lui permet de prendre le train.
Franchement, je demande juste qu’on me laisse vivre tranquille.
Je n’ai pas envie de me vacciner et encore moins par défaut. On ne va pas vivre en fonction d’un seul virus.
Alors je suis persuadé que je ne dois pas être seul. Mais depuis que Macron est là, et son Covid, je suis redevenu plus anxieux. Cela s’était largement calmé jusqu’à fin 2019.
Et ça a empiré depuis 2020. Je me mets à nouveau à ronger mes ongles. Cette année m’a particulièrement fatigué.
Et comme déjà dit, cette si faible reconnaissance a tendance à me ronger, je dois dire que s’il n’y avait pas eu le mouvement de Florian Philippot, je ne sais pas comment j’aurais tenu !
Ce n’est pas pour faire de la publicité mais disons que cela m’a permis d’exister.
L’écriture est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour me libérer de cette sombre époque.
Il m’arrive d’avoir de mauvaises pensées mais je m’efforce de rester dans le droit chemin.
Il faut que cela s’arrête et le plus vite serait le mieux !
On ne peut pas laisser Macron imposer sa dictature et se laisser aller.
Cette crise a fait beaucoup de mal juste pour une histoire de vaccin. C’est dire l’absurdité.
C’est une information qui ne regarde que le médecin.

Les familles et les liens se brisent jour après jour. Cette folie n’a que trop duré !
Seigneur, libérez-nous !

Quentin Journeaux