Les faux vaccins facteurs de troubles psychiatriques

 Dans une étude publiée mercredi dans The Lancet Psychiatry,  des médecins chercheurs de l’université d’Oxford ont établi que le Covidus macronibus entraîne des séquelles à long terme sur le cerveau.

Une recherche inédite a été effectuée, portant  sur 1.284.437 patients à travers le monde, entre janvier 2020 et avril 2022.

De nombreux pays sont concernés, USA, Australie, Royaume-Uni, Espagne,  Bulgarie, Inde, Malaisie, Taïwan.

Les résultats concernant les infectés par le Covid ont été comparés à ceux de patients affectés par d’autres pathologies respiratoires, sur la même période. Une façon de s’assurer que l’étude prend bien en compte les séquelles spécifiquement covidesques.

D’un variant à l’autre, Alpha, Delta, Gamma, Omicron, on assiste à une augmentation significative des AVC, crises d’épilepsie, syncopes, déficits cognitifs, insomnies et  troubles de l’anxiété, combinés à un taux de mortalité plus élevé que chez les patients qui ont échappé au virus et aux faux vaxins favorisant la contamination.

Dans les pays libres, ces données sont accessibles au public. Au Francistan, c’est un secret d’État.

Et les toubibs, prudents, pour ne pas perdre leur droit d’exercer, évoquent seulement les personnes qui ont contracté le virus par contamination extérieure. Ceux qui lui ont permis de se développer grâce aux piquouses, ils préfèrent ne pas en parler en public.

Plusieurs semaines à plusieurs mois après l’infection, des patients développent des troubles cognitifs plus élevés que la normale. Certains comme les troubles de l’humeur, l’anxiété, la déprime, sont légers et peuvent disparaître.

D’autres sont plus graves et durables. Parmi ceux-ci,  un déficit cognitif appelé brouillard cérébral, la démence précoce ou sénile selon l’âge, les troubles psychotiques, l’épilepsie et des cas de syncope.

Le risque persiste, et parfois continue d’augmenter, par effet cumulatif de l’action de l’ARNm comme suspecté par feu le professeur Montagnier.

C’est un souci pour le patient et pour sa famille, mais à terme c’est un problème de santé publique, certains malades devant être pris en charge dans la durée.

La fabrique de crétins

Fièvres, fatigue, céphalées, allergies, quand la vaccination se passe à peu près bien.

Maladies cardiovasculaires, paralysies, embolies pulmonaires, phlébites, AVC… Autant de dégâts que les vaccinators mafieux de Big Pharma font tout pour minimiser, tandis que des diktats du despote interdisent d’en parler.

Parmi les troubles graves, le SGB ou syndrome de Guillain Barré, une affection neurologique qui conduit le système immunitaire à endommager ses cellules nerveuses avec  perte de la parole ou élocution difficile et paralysies parfois définitives.

L’ARN messager des pseudo-vaccins peut reformuler les neurotransmetteurs

Notre affect, et plus généralement nos comportements sociaux, sont la résultante de l’éducation et de la culture, mais dépendent aussi grandement du rôle des neurotransmetteurs.

Ces molécules biochimiques fabriquées par l’organisme en fonction de stimuli extérieurs permettent la transmission des messages d’un neurone à l’autre via les réseaux de synapses.

Ainsi y a-t-il des rétroactions permanentes entre les besoins de l’organisme d’équilibre, d’affection, de joie, de bonheur et les émotions négatives telles que peine, colère, déception, stress.

Un dysfonctionnement à un quelconque maillon de la chaîne produira des idiots, des inadaptés, des abouliques, des hyper-actifs, des énergumènes, des criminels.

Prenez des gens influençables, sans repères solides, leur personnalité et leur libre arbitre dépendront presque uniquement des dosages et mélanges de l’acétylcholine (mémoire, apprentissage) l’adrénaline, la noradrénaline (gestion du stress) la dopamine (énergie et récompense) la sérotonine (humeurs) l’histamine, le glutamate (interactivité des cellules) et les neuropeptides (traitement de l’information).

On peut donc orienter leurs réactions dans le sens général souhaité : servilité absolue à l’égard du pouvoir, conformisme des opinions, autocensure de toute critique, glorification de la délation, haine des dissidents.

Mais la manipulation ne s’arrête pas là. Les neurotransmetteurs inhibiteurs dits GABA acronyme de Gamma Butyric Acid empêchent le déclenchement d’un influx nerveux dans le neurone récepteur et peuvent le détourner vers un autre. Modifiant bien évidemment le comportement du sujet à son insu.

Plus besoin de délits d’opinion, de juges serviles, ni de virtuoses du tonfa pour le canaliser. La maîtrise des émotions de l’individu, non seulement le rendra docile, mais le détournera des « mauvaises pensées ».

Dans les années 1980 le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et de physiologie, avait entrepris une grande étude des prions.

Un prion est un  agent pathogène constitué d’une protéine dont la conformation est anormale et qui, au contraire d’agents infectieux tels que les virus ne dispose pas d’acide nucléique (ADN ou ARN ) comme support de l’information infectieuse.

Comme la nature a horreur du vide, le prion (acronyme de PROteinaceous INfectious particle ou particule protéique infectieuse) va se servir dans l’organisme hôte. Parmi les cellules saines ou les virus déjà en place. Provoquant des dégénérescences du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) liées à la propagation puis à la multiplication des prions chez l’hôte infecté.

On observe alors au niveau de l’encéphale la formation de « vacuoles » donnant un aspect spongieux au cerveau, d’où le nom de spongiforme, une mort des neurones et une déficience des glioses (cellules de soutien du système nerveux central) avec perte de contrôle des fonctions motrices et/ou intellectuelles.

Pour le grand public, c’est « la maladie de la vache folle ».

Une hypothèse inquiétante

Des sommités scientifiques s’interrogent sur le rôle probable des brins d’ARN messager trafiqué dans la création de prions ou de néo-prions.

On considère que les grandes fatigues et les comportements débiles-agressifs des piqués et multipiqués ne seraient pas provoqués uniquement par une réponse aberrante et aléatoire de l’ADN à l’ARN messager, via des neurotransmetteurs.

Il faut compter avec la protéine Spike qui ne se contente pas d’accroître la probabilité d’apparition des prions, mais provoque un taux anormalement élevé de micro-caillots qui affectent les tissus cérébraux, en plus de provoquer des myocardites et des AVC.

Selon Montagnier, la protéine spike des vaccins a ARNm été modifiée de telle manière qu’elle risque de se comporter comme un prion dit aussi néo-prion.

En Angleterre le « journal of Medical & Clinical Research », dans un article du 25 juin 2021 annonçait que les patients vaccinés avec Astra Zeneca sont 2,6 fois plus touchés par le Parkinson, qui est une maladie à prions.

Pour Alexandra Henrion Caude, neurobiologiste à la Harvard Medical School puis ex-directrice de recherche à l’INSERM, spécialiste de l’ARN, sommité mondiale,  mise à la retraite d’office à 50 ans par le paltoquet psychopathe, « Administrer des vaccins ARN à des individus sains est une pure folie».

La réponse fut immédiate : bannissement des médias, censure sur FB et YT, traitée d’« égérie des complotistes » avec toute la délectation perfide des journaleux pourris.

On lui reproche d’avoir évoqué une possibilité de transformation de l’ARN en ADN par l’action de la transcriptase inverse

Certains détracteurs lui ont opposé que l’enzyme utilisée pour cette transcription n’existerait pas pour le coronavirus, en théorie. Mais elle n’est pas la seule scientifique à avoir observé que des mutations induites peuvent créer cette enzyme.

En ajoutant que, si l’on a des raisons objectives, du fait des observations in vivo de ne pas douter du phénomène, on ignore pour le moment sa fréquence, sa répétition, l’étendue de son action et l’importance du rôle qu’il joue dans l’apparition de néo-prions dans un contexte multifactoriel. Mais les prions sont bien là. Avec les prétendus vaccins. Ce n’est pas le fait du hasard.

Quatre conclusions empruntées à ces 2 savants :

1/ Les effets secondaires des mixtures ne sont pas uniquement les réactions locales normales que l’on trouve pour n’importe quel vaccin, mais des réactions imprévisibles mettant en jeu la vie du destinataire comme le montre le test D-Dimère pour les caillots, ou les chocs anaphylactiques observés, ou une réaction auto-immune allant jusqu’à l’aplasie cellulaire (destruction des cellules cérébrales)

2/ Le manque de protection vaccinale est désormais patent puisqu’il est reconnu désormais que les vaccinés et polyvaccinés ne sont pas à l’abri d’une contamination et peuvent contaminer leur entourage. Pire, les anticorps produits par les pseudo-vaccins, fragiles et éphémères, peuvent annihiler les anticorps naturels, plus efficaces et durables, privant le sujet de toute défense.

3/ La production d’anticorps induits par la « vaccination » dans une population exposée au virus conduit à la sélection de variants résistants à ces anticorps, plus virulents et plus transmissibles que l’original. C’est ce que nous avons observé à chaque variant. Une course sans fin de virus-vaccin à vaccin-virus qui tournera toujours à l’avantage pour le virus.

4/ Contrairement aux affirmations des fabricants des vaccins à ARN messager, il existe un risque d’intégration de l’ARN viral dans le génome humain. En effet, chacune de nos cellules a des rétrovirus endogènes ayant la capacité de faire la transcriptase inverse de l’ARN dans l’ADN. On ne peut exclure son passage par l’ADN des cellules germinales et leur transmission aux générations futures.

Il ne vous reste plus qu’à prendre un billet à la loterie de la vache folle !

Vous pourrez y gagner des prions qui vous ramollissent le cerveau de suite, ou d’autres  en « stand by » qui ne se réveilleront que dans quelques années. Ou même jamais chez vous. Mais causeront des dégâts irréparables chez votre descendance.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

 

 

image_pdfimage_print
20

11 Commentaires

    • Vous avez probablement séché les cours de calculs de probabilités, à moins que par votre sarcasme, vous ne cherchiez à vous rassurer après votre 4 ème dose.
      Quoi qu’il en soit, je vous rappelle que lors de la peste noire, on dénombrait à peu près 1/3 de morts rapides, 1/3 de malades et handicapés, et 1/3 qui n’avaient rien, bien qu’ignorant tout des bases de la prophylaxie.
      Je vous souhaite donc d’être du bon côté de la statistique.

    • Sauf que les premiers, et c’est déjà le cas, vont contracter tout un tas de saloperies, à court, voir à très court terme, ou à plus long terme !! donc, ceux-là vont mourir bien plus vite que les non-vaccinés !! sans compter ce que la perte d’une bonne santé va induire dans leur vie …

      J’espère que tu t’es bien fait piquouzé au moins … !!?

      ABRUTI de muzz va !! quoi de plus con qu’un muzz, bin, 2 muzzs pardi !!! non, j’exagère, certains utilisent, contrairement à ce que leur mein korampf préconise, leur cerveau et refuse le poison …

      lls sont apostats dans ce cas-là, même si, hypocritement, ils le nient !! ou le cachent, car ils connaissent la « tolérance » dont leur secte fait preuve ; l’actualité vient nous le rappeler tous les jours qui passent …

    • ouais, c’est comme une journaliste black de cnn qui déclarait ; « quand c’était trump je ne me serais jamais faite piquer mais comme c’est biden, j’y ai couru. », comme quoi tout est politique et que le vrai sentiment de la vraie liberté individuelle ne concerne en fait qu’un 10% de toute société donnée, jugeant que sur ces 10% ds cette affaire il faut admettre 5% de droite et 5% de gauche ou mieux 8% pour les premiers et rien que 2 pour les seconds après tous les appels rénumérés à la sean penn qui ont défilé en faveur de cette soumission abjecte.

  1. Merci Christian pour ces explications-là !! très bon article qui résume bien le fait que ceux qui ont mis en oeuvre cette stratégie, sont des MENGUELE puissance 10000 !!! car ils l’ont fait SCIEMMENT, surement pas pour le « bien du peuple » !!

    C’est un NUREMBERG 2.0 qu’il faut, avec la PENDAISON en bout de chaîne, ou plutôt de corde, pour toutes ces ordures, politiques, « médecins », « ORDURES PATENTEES » dans les faits !!!

    Rappelez-vous bien tous, qu’ils SAVENT !! pour des gens comme le pédé µ, eux, ils n’ont eu que du placebo, si tant est qu’injection du poison « officiellement » j’entends, il y ait eu !!

  2. Pour la fabrique d’idiots les injections font le travail que l’éducation nationale a loupé.

  3. C’est vrai qu’en ville et dans tout le pays, on ne voit plus que des cassos dégénérés au QI à 2 chiffres, des tarés en tout genre, des drogués bobos LGBTQ et bien sûr les sempiternels barbares d’import aux casiers bien remplis!
    Ca fait des semaines que je n’ai pas croisé une seule personne dite normale…

Les commentaires sont fermés.