1

Les féministes militent contre la seule femme qui peut gagner…


Lors du réveil du féminisme en France, en 1969, Nous étions toutes d’accord pour nous libérer de la tutelle des partis et des groupes politiques. Nous voulions réfléchir et agir en toute liberté sans contrôle masculin, hors de la loi patriarcale et de ses idéologies. Malheureusement, cette indépendance affirmée et revendiquée a fait long feu. Nombreuses sont les féministes qui ont rejoint les tuteurs politiques avec parfois des résultats tangibles pour la condition des femmes, je vous renvoie à l’historique de l’ouverture de nos droits, notamment avec Françoise Giroud, Simone Veil et Yvette Roudy. Désormais, la plupart des féministes sont liées à des partis, notamment de gauche et rares sont celles qui osent se dresser contre leurs tuteurs. Par exemple, Anne Zélensky qui a eu le courage de dénoncer le danger que représentait l’islam pour les femmes, a été insultée, bannie et maudite avec une violence qui aurait fait couler son sang si les mots étaient des cimeterres, tout cela au nom de l’autre, ce pauvre immigré musulman exploité par les criminels contre l’humanité que sont les Français, comme dirait Macron, qui mérite le maternage absolu de toutes les femmes du monde, même lorsqu’il les viole et les égorge.

Les féministes, pour la plupart historiques, du site Re-Belles appellent à voter pour Emmanuel Macron comme tous les bobos de gôche, sous prétexte de changement (sic). http://re-belles.over-blog.com/2017/04/elections-libres.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

…On se demande d’ailleurs par quel dessin machiavélique le président de ces 5 dernières années a pu, cyniquement, laisser tomber des pans entiers de la population dans le chômage, la pauvreté, la difficulté immense de poursuivre une activité économiquement viable… un socialiste !

Il n’aime pas l’argent, il l’a dit au Bourget. C’est tellement sale et vulgaire l’argent que tout le monde peut bien s’en passer… on leur donnera juste un peu de brioche de supermarché pas chère de temps en temps et ils nous remercieront…

Et pour la démocratie, pour qu’elle avance, cela ne se fera qu’ensemble(s) car une société qui avance, ne laisse pas les gens sur le côté comme de pauvres idiots qui ne comprennent rien. Et pour avancer ensemble il faut que se confrontent les idées, les problèmes, les solutions, les désaccords.

Une politique du dissensus ouvert et assumé. Celle d’Emmanuel Macron !

…Une politique qui préserve les chemins de la liberté que le mouvement féministe connaît bien ; contre le fascisme et contre le totalitarisme.

Mesdames, qu’y a-t-il de plus fasciste et totalitaire que l’islamisme ? Qu’y a-t-il de plus patriarcal que les sociétés musulmanes ? Qu’y a-t-il de plus oppressif, misogyne et gynécidaire que l’islam ? Qu’y a-t-il de plus sexiste que les dictatures musulmanes ? Vous pensez vraiment que Monsieur Macron nous protégera, nous femmes, de l’application de la charia en France  quand  le jeune premier a encouragé les ventes d’armes à l’Arabie saoudite ?

Non seulement Macron n’a rien dit sur nos libertés et notre intégrité mais, après le énième attentat islamiste, tout de suite revendiqué par l’Etat islamique, il a osé rétorquer à une question de RTL Je ne vais pas inventer un programme de lutte contre le terrorisme dans la nuit »   et la marionnette  de Hollande d’ajouter avec impudence  Le prochain Président aura une responsabilité pour protéger les Français, j’y suis prêt. Tu parles, Charles, tu nous a donné des gages de protection contre la guerre que nous a déclarée Daech  ? Si ça ne figurait pas dans ton programme alors que nous sommes menacées depuis des années, nous nous permettrons légitimement de douter de tes compétences.

Tous les philosophes à travers les âges ont dit qu’il était impossible de construire sans sécurité. Or depuis des années, l’islamisation de la France nous a plongées dans une insécurité permanente, la preuve en étant que nos prisons renferment 60% de musulmans, selon Jack Lang. Aux détenus musulmans il faut ajouter ceux qui se convertissent à l’islam et ceux qui sont libérés avant la fin de leur peine pour bonne conduite comme le terroriste d’hier soir, Karim Cheurfi.

Un autre site féministe, 50/50 magazine publie les réponses données à ECVF (Elu-e-s contre les violences faites aux femmes) et relève que seule Nathalie Arthaud et seuls Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou ont répondu à ses questions sur l’engagement contre les violences. Le site présente également un résumé du Petit manuel économique anti-FN  réalisé par Ecolinks, un collectif de jeunes économistes de gauche. Souvent évoquée par Marine Le Pen, qui cherche à s’ériger en candidate des femmes, la question de l’égalité femmes/hommes est en réalité très peu abordée dans son programme et l’absence d’intérêt pour la parité flagrant. Comme le fait remarquer Ecolinks, les quelques propositions formulées reflètent à l’inverse une vision inégalitaire et très traditionnelle du rôle des femmes dans la société.  Je trouve assez ironique que ces féministes qui collaborent avec le PS et préfèreraient avoir un dictateur comme Mélenchon (plus macho, tu meurs) n’aient pas pris de distance avec ce parti lorqu’il a évincé Ségolène Royal qui aurait pu devenir la première femme présidente de la République française et se liguent désormais, au nom de leur idéologie de gauche, contre Marine Le Pen dont la victoire servirait de modèle à toutes les petites filles, contraintes aujourd’hui, faute d’exemple de réussite féminine, à rêver de devenir star, top modèle, Miss France ou épouse d’un homme riche et puissant. Marine Le Pen a su se montrer courageuse, tenace, compétente, digne et exemplaire lorsqu’elle a refusé le foulard qu’on voulait lui imposer pour rencontrer le grand mufti de Beyrouth. Cet acte de résistance féministe compte peu, il est vrai quand la gôche considère que les femmes ont le droit de s’habiller comme elles veulent (sic) même lorsque le foulard islamique les stigmatise et rappelle les lois du patriarcat.

Par ailleurs 50/50 fait l’éloge de Jean-Luc Mélenchon à travers un entretien avec l’une de ses collaboratrices. Benoit Hamon n’est pas oublié et boucle la liste des candidats de la gauche.

Faute de temps, je n’ai pas le loisir d’analyser toutes les positions de tous les groupes féministes mais je crois que Re-Belles et 50/50 sont assez représentatifs des tutelles de la plupart des féministes, pas de toutes…

Alice Braitberg