Les fous dangereux, les incohérents, les zélés et les hommes providentiels

Publié le 26 octobre 2020 - par - 10 commentaires - 580 vues

Attention : certains propos tenus ici relèvent de la théorie du complot.

 Les fous dangereux

Posons les bases.

Nos gouvernants n’ont pas le pouvoir. Même Attali le dit et c’est désormais une chose admise et connue. Le vrai pouvoir est détenu par quelques multimilliardaires qui peuvent, s’ils en ont envie, s’acheter une voiture de luxe chaque jour sans réfléchir.

Qu’est-ce qui motive ces gens ?

– L’argent ? Ils en ont à ne savoir qu’en faire.

– Le pouvoir ? Le leur est cent mille fois supérieur à celui de n’importe quel seigneur féodal.

– Le sexe ? Ils l’achètent. Du classique au plus pervers. L’affaire Epstein n’est en ce sens, que la partie émergeante de l’iceberg.

Alors, quoi ?

Lorsqu’on a tout, on veut encore plus d’ivresse, de plaisir. Ils ont goûté à tout. Ce pouvoir qui rend fou, ils l’ont, sur des millions d’êtres humains. Reste le plaisir de se prendre pour des dieux, à défaut d’en être vraiment. De considérer les humains comme des insectes auxquels un gamin déjà psychopathe arrache les ailes. Et puis, pour ces gens-là, qui connaissent la valeur – uniquement monétaire – des choses, les êtres humains, plus de sept milliards, ne sont pas rares, alors ils n’ont aucune valeur. Alors pourquoi n’avoir pas créé une pandémie véritablement létale, qui aurait vraiment décimé les trois quarts de la planète ?

Ils savent qu’ils n’ont pas encore franchi l’étape du transhumanisme – petit coucou à notre Laurent Alexandre préféré –  et qu’ils font encore partie de l’espèce. Alors peut-être la crainte d’être touchés eux aussi, de façon accidentelle ?

Ou alors l’envie de s’amuser encore mieux, d’avoir un maximum de mouches auxquelles arracher les ailes.

Ces encore humains sont des fous. Ils ont quelque chose en plus ou en moins, quelque chose qu’ils partagent avec les pires psychopathes tueurs en série de la planète : une absence totale d’empathie et de scrupules. Gageons que même s’ils devaient subir les mesures complètement à l’encontre de ce qui fait de nous des êtres humains : distanciation sociale, gestes barrières, masques, etc., ils n’en souffriraient pas. Il suffit de regarder les vidéos où ils figurent. Du moins ceux qui nous sont connus : Soros, Gates… si vous arrivez à lire chez eux la moindre once d’humanité non simulée, vous êtes fort.

Parmi ces êtres qu’il faut bien appeler des monstres, nous avons un cas d’école : Bill Gates.

Ce type considère le monde comme un ordinateur. Déjà accusé d’abus monopolistique aux États-Unis, déjà habitué à pratiquer le chantage par la vente forcée de son système d’exploitation Windows, ayant réussi à l’imposer pour tout achat d’un ordinateur neuf sur la majorité du marché, ayant intérêt également à vendre des antivirus qui ne fonctionnent que partiellement de façon à vendre ensuite des mises à jour qui s’avèrent obsolètes dès l’achat, et présidant sans doute à la conception de virus informatiques qui justement rendent ces antivirus obsolètes, il entend faire de même avec pas moins que l’humanité entière. Ce mégalomane taré veut vacciner la terre entière. Il est assez bien entouré pour savoir qu’un vaccin ne peut pas être efficace, que chacun est différent, certains sont allergiques au saumon et provoquent un œdème de Quincke s’ils en ingèrent, d’autres peuvent s’en gaver sans problème. Certains sont allergiques à un médicament qui soigne efficacement leur voisin. Alors un vaccin… Gates n’est pas idiot. Les psychopathes ne le sont pas. Il sait que les défenses immunitaires sont différentes d’un individu à l’autre, qu’untel supportera le vaccin quand tel autre subira des effets secondaires, tel autre encore restera handicapé à vie, tel autre mourra.

Mais justement : le but, une fois que ses camarades de jeu se seront lassés, est bien de réduire drastiquement l’humanité. Lui-même a évoqué une réduction de quinze pour cent, les documents l’attestant ne manquent pas. Cette oligarchie mondiale qui ferait pâlir de jalousie Hitler lui-même, a même son monument, que l’on appelle le Stonehenge américain, en Géorgie : une sorte de manifeste sculpté en pierre où en dehors des directives concernant un gouvernement mondial et celles sur le contrôle total de la population, est évoquée l’idée de maintenir la population humaine en dessous des cinq cent millions d’individus.

Pour l’instant, ils y vont en douceur (enfin, si l’on peut dire) : des vaccins qui tuent à plus ou moins long terme, l’autorisation de laisser crever les vieux, l’avortement autorisé jusqu’au neuvième mois de grossesse, et ultime trouvaille qui fonctionne en gouvernant par la peur : la « distanciation sociale » ! Même si tout le monde ne subit pas la propagande anxiogène des gouvernements (les larbins de cette oligarchie mondialiste, rappelons-le), il n’en reste pas moins qu’ils ont réussi à instiller une peur de l’autre inédite jusqu’à ce jour : gageons que cela fonctionnera en partie, et qu’un certain nombre de personnes s’interdira toute rencontre amoureuse, et par conséquent…toute opportunité de procréation disons traditionnelle ! Voulez-vous parier que lorsqu’on aura les statistiques, le nombre de naissances en 2020-2021 s’avèrera bien inférieur à celui des années précédentes ?

Les incohérents

Ne nous y trompons pas : les incohérents ne sont pas nos gouvernants. Contrairement à ce que dénonce naïvement le professeur Perronne dans son bouquin, ils n’ont commis aucune erreur, ils ont suivi leur feuille de route. Car enfin, pour ne parler que de l’exemple français, mais c’est partout pareil, vous croyez vraiment qu’un type issu de Rotschild, un Young Leader entouré, pour gagner les élections présidentielles, de spécialistes de la programmation neuro-linguistique, de la communication, des médias, de la finance, s’entourerait d’amateurs et de gaffeurs ?

Un patron sadique le sait : pour pousser à bout un employé, un cadre que l’on veut saquer, rien ne vaut l’utilisation des injonctions contradictoires : burn-out, dépression et démission assurés !

Ces injonctions contradictoires, vous les connaissez : masque inutile puis obligatoire, Véran évoquant la contre-productivité du confinement, puis l’appliquant, etc. On a suivi le feuilleton.

Non, les incohérents, ce sont des valets zélés et sans doute bien payés, dont on flatte l’ego également, sans doute, et qui lors de leurs interventions, dans leur fougue appliquée à faire ce qu’on leur demande, se laissent aller à des arguments contradictoires mal maîtrisés. Attention au coup de règle sur les doigts !

Mais bon, ce n’est pas très grave, la majorité de nos compatriotes ont choisi la muselière et la lobotomisation via BFM TV, et aucune incohérence ne saurait les sortir de leur léthargie. Nos braves rats de laboratoire sont désormais rendus à la sidération maximale, à ce que le professeur Laborit appelait « l’inhibition de l’action ».

Enfin bref, revenons à nos incohérents, avec deux exemples parlants :

À ma gauche : Raphaël Enthoven – philosophe à défaut de savoir exercer un vrai métier.

À ma droite : Martin Blachier – infectiologue de télé dont on ne trouve sur internet que des photos d’extraits d’émissions télé (serait-il un personnage virtuel comme autrefois Max Headroom dans les séries des années 80 ?)

Les deux ont en commun un discours très violent contre Didier Raoult, qu’ils considèrent et traitent comme un charlatan – le terme est même utilisé par Enthoven dans une diatribe véhémente.

Et tous deux contestent radicalement l’efficacité de l’hydroxychloroquine, pas plus efficace pour Enthoven que des fraises Tagada ou du café. Lorsqu’on leur rétorque que des hommes politiques connus se sont soignés avec le protocole Raoult, ils répondent qu’ils auraient guéri de toute façon, même sans avoir été soignés. Ah, tiens donc ? Ainsi on guérirait en quelques jours d’une maladie hyper-dangereuse et mortelle, hyper-contagieuse, en quelques jours, sans traitement ? Faudrait savoir, les gars !

Les zélés

On ne les présente plus : Présidents, ministres, préfets, journaliste, policiers… prêts à nous infliger une dictature comparable au totalitarisme chinois, à nous imposer l’enfer jusque dans notre sphère privée et familiale.

Quelques noms connus cependant : Arruda, Legault, Fauci, Veran, Lacombe, Salomon, Buzyn, Biden, Le Pen, Mélenchon, Lallement…

Les hommes providentiels

Il n’y a rien de tel qu’un homme providentiel pour faire un bon tyran. Ou une femme providentielle bien entendu. Il n’y a pas de raison, elle peuvent être aussi dégueulasses que des mecs.

Alors la méfiance s’impose.

Hitler était un homme providentiel

Lénine était un homme providentiel

Mao était un homme providentiel

Tous ont commencé par une révolution ou un coup d’État. Tous voulaient changer le monde rapidement.

On fait une révolution pour renverser un tyran. On arrive à le renverser. On gagne la révolution. Et que fait-on tout de suite après ? On se choisit un chef !!!!

Guevara, l’un des plus grands criminels de vingtième siècle, a eu le bon goût de passer l’arme à gauche avant d’accéder au pouvoir et de devenir Lider Maximo à la place du Lider Maximo qu’il aurait sans doute fait assassiner, voire qu’il aurait assassiné lui-même (en bon communiste, il ne répugnait pas aux travaux manuels). Il aurait figuré en bonne place dans la liste.

Donc, méfions-nous des hommes providentiels ou des femmes providentielles (ne comptez pas sur moi pour le langage inclusif).

Voyons ce qui nous sert d’opposition : Mélenchon, qui fut brillant, reconnaissons-le, lors de la campagne présidentielle, a bel et bien fait tomber le masque : juste capable de s’agenouiller devant le gang Traoré ou de demander la gratuité de la muselière. Dans les manifs, autrefois, on parlait de la très jaune CFDT en ces termes : « lorsqu’on rétablira l’esclavage, la CFDT négociera le poids des chaînes ». Mélenchon et LFI, c’est exactement ça.

Le Rassemblement National, par démagogie peut-être, pensant donner des gages à la majorité de nos compatriotes muselés qui en plus en redemandent, est pro-masques et pro-vaccins. Les cons ne se rendent pas compte que ce faisant, ils font le jeu des mondialistes qu’ils prétendent combattre ?

À moins, comme je commence à le penser, que le RN ne soit à ce pouvoir macroniste que ce qu’était Emmanuel Goldstein à Big Brother dans le roman 1984 : un leurre, l’ennemi officiel du régime, celui qu’il est bon de haïr, un rabattoir pour le pouvoir en place.

Et Philippot ? Je ne m’étendrai pas, accordons-lui au moins le bénéfice du doute et parions sur une honnêteté et une bonne foi qui n’empêchent pas l’ambition personnelle.

Maintenant, passons aux choses qui fâchent, et souvenez-vous que dès le départ j’ai revendiqué mon statut de théoricien du complot.

Raoult ! RAOULT !!!

Je sais, je sais, le bon druide, l’homme de l’hydroxychloroquine, le gars au tic verbal « si vous voulez », l’autocaresseur de barbiche, le sage marseillais.

Comme beaucoup, cet homme m’a rassuré, il est l’homme pondéré, celui qui nous fournit de l’espoir quand les autres nous l’enlèvent à coup de propagande anxiogène. Dame ! L’espoir, du moins pour l’instant, ça ne se commercialise pas. Pas rentable.

Enfin bref. Le type, armé de ses compétences et de son expérience, qui a trouvé un remède efficace et déclarant le vaccin inutile contre la pseudo-pandémie. En vérité une grippe ne faisant pas plus de victimes que celles des autres années. Et même moins car un grand nombre de décès est dû au fait qu’on a empêché les médecins de soigner, et qu’on a laissé mourir des vieux de solitude, de déshydratation et même qu’on les a aidés avec du Rivotril.

Le prof Raoult a donc acquis une popularité, une confiance de la part de nos compatriotes, qui a même dépassé les frontières au point qu’il est aujourd’hui le Français le plus connu et le plus populaire du monde.

Lorsqu’il dit quelque chose, ceux qui ne croient pas en l’odieux battage, l’odieux chantage, l’odieuse opération Covid-19, ceux-là le croient.

Alors imaginez que cet homme-là, cet homme providentiel s’il en est un, demain vienne vous dire :

«  Désolé, si vous voulez, je me suis trompé, nous avons réexaminé nos données, et si vous voulez, les choses apparaissent sous un nouvel éclairage : il y a bien une deuxième vague, le virus a muté et il faut s’attendre au pire, si vous voulez, mais un vaccin prometteur est à l’étude », ou quelque chose dans ce genre.

Sa crédibilité acquise nos ferait penser : « là, si c’est lui qui dit ça, bon, alors… »

Imaginez que la clique de criminels mondialistes ait imaginé une phase 2. Que leur perversité aille jusqu’à prévoir une fausse échappatoire d’espoir pour les citoyens encore récalcitrants et qu’au bout du compte même ces derniers seraient pris dans la nasse ?

Rien de tel alors qu’un type qui aurait auparavant donné des gages en tant qu’opposant au système : le fait qu’il se range à l’avis de la majorité au pouvoir nous enlèverait toute alternative.

Je me suis juste posé la question : un homme qui a facilement accès aux médias, un homme qui dirige l’un des plus grands IHU de France, qui obtient des financements, du matériel, tout en s’opposant, un grand professionnel réputé, un type sympathique que l’on aimerait avoir comme grand-père, un gars frondeur avec un look à la Johnny, qui pourrait inspirer plus confiance que lui, même lorsqu’il annoncerait le pire ? Et si c’était trop beau ?

Alors n’ayons confiance qu’en nous-mêmes et en notre système immunitaire, balançons notre téléphone mobile, et prenons le maquis. Ça s’est déjà fait.

Mais très très très franchement, j’espère sincèrement me tromper. Et que cette potentielle paranoïa complotiste soit sans fondement. Ça ne changerait rien au fond, remarquez, juste un adversaire en plus et du temps perdu : cette histoire de Covid-19 est un coup monté total pour satisfaire un gang de cinglés et d’assassins, parmi lesquels on trouve Soros. Le vieux sent peut-être qu’il va clamser et voudrait voir se réaliser sa dernière malfaisance avant de rejoindre le diable, alors ses amis de chez Bilderberg auront accéléré leur agenda morbide, pourquoi pas ? Souvenons-nous de Néron jouant de la lyre lorsque Rome était sous les flammes.

Je ne dis pas que tout ça est vrai. Mais j’ai le droit de l’envisager. Du moins encore pour l’instant, nous ne sommes pas encore dans Minority Report. Qu’à Dieu ne plaise !

Jean-Paul Bourdin

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
andre

Une sorte de “délire”, mais qui malheureusement risque de se réaliser!! si nous nous laissons faire !

Clovis

JPB, j’aime bien votre présentation sous “l’auteur” ; artistique, poétique !
Pour le reste, en un peu moins extrémiste que vous, je suis dans la même veine complotiste…

Fleur de Lys

DIIDER RAOULT RÉAGIT À L’INTERDICTION DE L’HYDROXYCHLOROQUINE À L’IHU DE MARSEILLE ET REVÈLE LA MAFIA GILEAD (VIDEO)

https://www.prechi-precha.fr/diider-raoult-reagit-a-linterdiction-de-lhydroxychloroquine-a-lihu-de-marseille-et-revele-la-mafia-gilead/

Jean-Paul Bourdin

Je vous l’ai dit, dans ce texte j’envisageais le pire du pire, en espérant me tromper…Et j’ai vu les dernières vidéos de Raoult qui me rassurent .

patphil

raoult !!! enfin son compte raoult/coronavirus a été fermé ! il ne pourra plus dire des sottises
raoult interdit de soigner , plus d’autorisation de prescrire de l’héxachloroquine
vous voilà rassuré?

François BLANC

compte aussitôt réouvert, ce qui prouve que ses détracteurs ne sont pas vraiment sereins

Jean-Paul Bourdin

Oui, je le suis, vigilant néanmoins, mais rassuré.

Theodore

Nos braves rats de laboratoire sont désormais rendus à la sidération maximale, à ce que le professeur Laborit appelait « l’inhibition de l’action »./ dixit

Absolument ! Une de ses reflexions de son livre remarquable : l eloge de la fuite… de 1976 je crois ?
Nous y sommes totalement en 2020 !

Bravo pour votre texte ! Raoult n a fait que mettre en application certaines idees de cette “fuite” de Laborit

kasual

.Merci Theodore de rappeler les travaux de Laborit qui ont 50 ans !”
Que se passe-t-il donc quand on ne peut ni fuir ni lutter face à une situation conflictuelle telle qu’elle a été fabriquée, imposée ?
L’inhibition de l’action peut être le facteur déclenchant de désordres neuro-psycho-immulogiques. La preuve est faite aujourd’hui des interrelations entre macrophages, hormones peptidiques et régulateurs du fonctionnement cérébral. Les trois réseaux qui assurent l’homéostasie du corps (système nerveux, immunitaire et hormonal) convergent et s’interpénètrent…Bref la COVID n’a pas fini de tuer et de provoquer une tres nette accentuation de maladies diverses dans les prochaines années. Notez que personne ne parle du chiffre des suicides par exemple..

Theodore

@kasual
merci pour lui, plus de 50 ans vous savez concernant l’introduction en 1951 de la 4560 RP chlorpromazine, le premier neuroleptique au monde…. !!! Cette molécule, commercialisée sous le nom de Largactil, est utilisée dans le traitement de la schizophrénie de nos jours….
il ne faut pas oublier que le prof. Laborit naît d’un père officier médecin des troupes coloniales en Indochine, c’etait un esprit curieux et anticonformiste !
« Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que jusqu’ici cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chances qu’il y ait quoi que ce soit qui change. »
Henri Laborit, “Mon oncle d’Amérique”

Lire Aussi