Les Français ne supportent plus l’immigration ni l’islamisation de leur pays

Publié le 26 mai 2014 - par - 4 437 vues
Share

champagneLe Front national à 25 %, avec une abstention de près de 60 %. Problème pour les abstentionnistes à la Chevènement ou Mpep, on ne parle pas du nombre de votants, mais de la première place du parti de Marine Le Pen. Donc, fiasco pour eux.

Nous avons droit, bien évidemment, avec des trémolos dans la voix, à tous les discours de circonstance. On nous fait le coup de l’Europe sociale, de l’Europe de l’Energie, d’une autre façon de faire de la politique. Chacun règle ses comptes en interne. Mélenchon dit qu’il faut aller plus à gauche, sinon Valls et Hollande vont emmener tout leur camp dans le mur. Juppé et Fillon nous préparent une nuit des Longs Couteaux à l’UMP, mais on ne comprend pas bien où cela va mener, une fois Copé viré, s’ils y arrivent. Les Verts nous disent qu’il faut encore plus d’Europe. Et on laisse fort peu parler les vainqueurs de la soirée, quand ils sont sur les plateaux, que cela soit Louis Aliot ou Florian Philippot. Quant à Valls, il dit qu’il faut surtout ne rien changer, mais accélérer les réformes !

Curieusement, deux mots ne sont jamais prononcés par la clique des vaincus : islam et immigration. Ce sont pourtant les deux sujets principaux qui, liés à la politique de l’Union européenne et à la perte de nos frontières, préoccupent le plus nos compatriotes, quoi qu’en disent les sondeurs, les journalistes et tous les faiseurs d’opinion.

agressionracailles2En effet, au-delà des dogmes, la réalité frappe cruellement nos compatriotes. Il suffit de regarder notre quotidien, d’aller sur les sites de la réinformation, de passer un après-midi au tribunal, de visiter une prison, pour constater les terribles conséquences que la politique irresponsable et criminelle de Bruxelles, soutenue par toute la clique politicienne française, de Hollande, Valls, Placé, Duflot, Mélenchon, Bayrou, Copé, Fillon, les associations et les syndicats. Le changement de population et de civilisation qui se met en place constitue l’agression la plus violente subie par notre peuple depuis l’occupation allemande. Elle mine le quotidien des Français, vide les caisses, tire l’école publique vers le bas, et met en danger, dans trop de quartiers, la sécurité et parfois la vie des habitants, souvent les plus modestes. Ceux qui continuent, pour obéir au dogme européen, à prôner davantage d’immigration, voire une préférence étrangère, dans ce contexte, sont des traitres au pays, qui devront être jugés comme tel, quand les choses changeront.

Que dire de la dramatique islamisation de notre pays ? Au lendemain des assassinats de Bruxelles, et des agressions de Créteil, qui font suite aux assassinats de Merha, au supplice d’Illan Halimi, et aux attentats de Khaled Kelkal, comment peut-on ne pas faire le parallèle entre la montée de l’islamisation de notre pays, et la haine contre les juifs, mais aussi contre la France, qui se traduit par une multitude d’agressions ? Comment croire Manuel Valls, qui nous fait tout son cinéma contre Dieudonné, quand dans le même temps par dizaines de milliers, tous les ans, de nouveaux musulmans, dont certains sont forcément des futurs Merha en puissance, arrivent sur le territoire français ? Comment la France laïque peut-elle accepter que le 9 juillet prochain, on célèbre le stupide ramadan dans la mairie de la capitale du Paris, à cause d’Anne Hidalgo et de ses complices ?

Tout cela, c’est le fruit de la perte de nos frontières, mais aussi de toute la trahison de nos élites politiques, d’une gauche ouvertement francophobe, et d’une droite européiste. C’est pour cela que Marine Le Pen arrive en tête, et qu’avec Dupont-Aignan, crédité de plus de 3 %, le camp des patriotes frôle les 30 %.

C’est pour cela que nos compatriotes ont fait, ce dimanche 25 mai, un formidable pied de nez à l’ensemble du système, et à l’Union européenne. Le retour de notre souveraineté ne peut qu’être lié à la sortie de l’UE, à l’arrêt de l’immigration, à la reconduite aux frontières de tous ceux qui n’acceptent pas nos valeurs, même quand ils ont la nationalité française… mais aussi à la mise en place du principe de précaution avec l’islam, qui ne peut passer que par l’interdiction de sa visibilité sur le territoire national.

C’est ce message, dont personne ne veut parler, que nombre de Français ont délivré ce dimanche.

Paul Le Poulpe

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.