1

Les Français savent ce qu’il se passe, mais ils ont peur de bouger

graffitis-qui-apparaissent-souvent-dans-les-banlieues-francaises.jpg

Beaucoup à droite ont des certitudes quant à l’interprétation à donner aux phénomènes actuels. Par exemple, le mariage homo. C’est selon eux du marxisme (culturel) appliqué. J’ai pourtant beaucoup de mal à y déceler un début de collectivisation des biens de production. À bien y regarder, ça ressemble plus à du libertinage : jouir de son corps et de celui des autres, régler sa conduite sur d’autres critères que ceux de la morale, rechercher le plaisir quoi qu’il en coûte…

Plutôt un comportement égoïste et libéral. Un autre exemple ? Les frontières, qui disparaissent résolument. Encore les socialo-communistes, paraît-il. Mais depuis deux siècles déjà, les libéraux nous bassinent avec leurs credos « laissez-faire » et « libre-échangiste ». Devinez qui gouvernent à Bruxelles (UE), eux qui n’ont que les mots privatisation, libre-concurrence et dérégulation à la bouche.

Mais il y a une interprétation tronquée qui surpasse toutes les autres, en gravité comme en constance : « les Français doivent se réveiller, sinon bientôt ils seront submergés par l’immigration ». Loin de moi l’idée de remettre en cause le Grand Remplacement. Mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi on répète inlassablement que les Français doivent se réveiller. Pourquoi suggérer qu’ils dorment ? Parce qu’ils ne réagissent pas quand on laisse les frontières ouvertes ? Parce qu’ils réagissent trop mollement ?

Même au sens métaphorique, ça ne colle pas : des naïfs, les Français ? Des idiots ? Sous Hypnose ? Et seuls les droitards seraient lucides, seuls ceux de la facho-sphère seraient éveillés ? Péché d’orgueil !

Je soutiens bien au contraire que les Français savent très bien ce qui se passe en France en matière économique (désindustrialisation, paupérisation, bradage de ses meilleures entreprises…), culturelle (normalisation du vice, de l’égoïsme, de la cupidité…) et politique (perte de souveraineté militaire, diplomatique, budgétaire… au profit de l’UE).

Je soutiens, dans le même esprit, que si les Français ne réagissent pas, c’est par peur de la violence et aussi par égoïsme : « si un malheur frappe mon voisin et m’épargne moi, tant mieux pour moi (…et bien fait pour lui) ».

Je soutiens enfin que continuer à dire que les Français doivent se réveiller, participe de ce même principe de lâcheté : plus tardivement la véritable raison de l’immobilisme des Français est actée, plus tardivement s’engagera le combat. Et qui sait ? Peut-être les problèmes de la France se résoudront d’eux-mêmes, sans avoir à s’y atteler. Tu rêves, Jean-François !

Accuser les communistes de tous les maux, c’est d’une part frapper un homme à terre, mais c’est surtout être fort avec un faible pour mieux dissimuler sa propre faiblesse face aux forts. Le seul ennemi de la France, capable de la terrasser, c’est le Grand Kapital, le Nouvel Ordre Mondial, la mondialisation. Et les Français en sont bien conscients.

Prendre l’ombre pour la proie… pour éviter toute confrontation inégale, c’est refuser le combat, se défiler, être lâche ! NON, les Français ne dorment pas, ils n’ont pas à se réveiller.

Les Français ont peur de se battre, voilà toute l’affaire.

3 raisons :

1) le risque de souffrir dans leurs chairs (cf les Gilets Jaunes éborgnés par la police, gratuitement…) – lâches

2) le risque de perdre leurs (petits) patrimoines : retraites, emplois, économies… – égoïstes

3) l’absence totale d’alternative solide : pas de stratégie de prise de pouvoir, pas de projet post-révolutionnaire, pas de chef pour porter le tout – orphelins

Y a rien d’autres à dire. Fin de l’histoire.

Fin de la France ?

Geoffrey Delavallée

neo-communiste gaulois belge