1

Les gauchistes, bandes armées du grand capitâââl

Dans ma jeunesse, on m’expliquait, reprenant les analyses des grands ancêtres, que les fascistes étaient les bandes armées du capital, pour préserver les grands patrons d’une révolution communiste qui menaçait les sociétés occidentales. On pourrait faire remarquer qu’elles n’étaient pas les seules bandes armées, et que du côté des communistes, on n’avait pas affaire à des Témoins de Jehovah…

https://www.monde-diplomatique.fr/2000/10/JACQUIER/2504

https://www.contretemps.eu/antifascisme-ligue-communiste-ordre-nouveau/

Mais les choses ont bien changé. La droite a abandonné la Nation, et la gauche a abandonné la défense des travailleurs.

Et pourtant, il demeure des bandes armées, en France et dans tout le monde occidental, mais elles sont totalement de l’autre bord. Elles se réclament de l’extrême gauche, et agressent ceux qu’ils qualifient de fascistes.

Ils n’autorisent plus, avec la complicité des autorités, un seul rassemblement de patriotes sans multiplier les contre-manifestations, et les agressions. Ce qui s’est passé à Saint-Brevin, ce samedi, est particulièrement révélateur, et ils ont été qualifiés par les manifestants, à juste titre, de “traîtres” et de “collabos”.

Quelques autres exemples de leurs agissements : agression d’un meeting de Jordan Bardella, près de Rennes, attaque des deux rassemblements de Callac, attaque du dernier rassemblement de Saint-Brevin, le 25 février, bombage de voitures lors de la venue de Lorrain de Saint-Affrique, intimidation à cent contre dix des militants de la Cocarde, à Lorient, blocage d’une salle réservée par Reconquête à Lorient, attaque d’une librairie à Nancy, coupable de faire signer Gilbert Collard, clous semés sur la route d’une initiative identitaire, dans le centre de la France, etc. Et jamais d’arrestations !

Sans oublier les agressions gratuites contre les forces de l’ordre, comme hier à Paris, où des cocktails Molotov ont été jetés contre des policiers, occasionnant un blessé gravement brûlé.

Mais aucun problème avec la manifestation de Florian Philippot et des Patriotes, et des mots d’ordre dont feraient bien de s’inspirer les prétendus opposants à Macron.

D’où forcément des questions légitimes. Pourquoi les autorités autorisent-elles des contre-manifestations, souvent pas déclarées, dès qu’un rassemblement patriote est organisé ? Pourquoi, à Saint-Brevin, depuis qu’il y a un nouveau préfet, Fabrice Rigoulet-Roze, les gauchistes sont-ils autorisés à aller au contact avec les manifestants, alors qu’avant ils étaient cantonnés à 800 mètres ?

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/le-nouveau-prefet-de-loire-atlantique-et-des-pays-de-la-loire-prend-ses-fonctions-ce-lundi-10f09aaa-a07a-11ed-be8f-4d2939631a03

Mais surtout est-il possible que les autorités ne connaissent pas l’identité des mille gauchistes, appelés Black Blocs ou antifas, qui viennent imposer leurs violences à chaque initiative, qu’elle vienne des syndicats, de la gauche parlementaire ou des patriotes. Pourquoi les autorités sont-elle capables d’opérer des interpellations préventives contre les Identitaires, et des Gilets jaunes, il y a trois ans, et sont-elles incapables de faire de même avec les Black Blocs ? Pourquoi pas l’obligation d’être sous contrôle judiciaire, pendant des manifs ? Et pourquoi la gauche traditionnelle ne condamne que très faiblement ces violences, et surtout accepte de manifester avec les gauchistes violents, contre les rassemblements patriotes, comme on l’a vu à Lorient, à Callac ou ailleurs ?

La réponse est simple : parce que la gauche des Insoumis, le régime de Macron, les casseurs gauchistes sont complices de ce qu’on appelait avant le grand capital, et qu’on appelle à présent l’oligarchie financière, et que, chacun à leur façon, ils veulent briser la France, et mettre hors d’état de nuire les seuls vrais résistants – qu’ils appellent les “fascistes” – que sont les patriotes.

CQFD