Les guignols écolos favorables la surpopulation africaine

Les politiciens français mais pas que, de toute la planète également, sont des guignols.

Les écolos français mais pas que, les écolos de toute la planète sont aussi des guignols, excepté ceux qui lorgnent du côté de la décroissance.

Le monde financier et économique est aussi composé de décideurs aux mêmes caractéristiques guignolesques.

Tous les quelques mois désormais, on a droit à ces grands raouts :  COP 21, COP 22, COP de ceci et de cela avec en prime un défilé d’écolos jeunes bien nourris gras comme des moines pour certains avec le portable à la main pour le selfie en manifestation.

Prenons un exemple emblématique de l’activité humaine vitale, l’agriculture.

« Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les filières de l’élevage émettent 14,5 % des gaz à effets de serre émis par les activités humaines. Cela représente environ 60 % des émissions de gaz à effets de serre du secteur agricole et forestier ».

https://www.celagri.be/quel-est-limpact-de-lelevage-sur-les-gaz-a-effets-de-serre/

Le ministère français chargé de l’Environnement nous apprend que l’agriculture occupe le deuxième poste d’émission de gaz à effet de serre dans notre pays.

On y apprend également que « L’agriculture est aussi un outil de réduction des émissions de GES. Les espaces entretenues en prairies favorisent le stockage de carbone, tout comme certaines pratiques culturales. Le projet « 4 pour 1000 » initié par la recherche française vise à augmenter de 0,4 % de stockage de carbone dans les sols (l’équivalent à l’échelle mondiale des émissions de CO2) grâce à l’agroforesterie, la restauration des sols, les techniques sans labours, les rotations de cultures, les plantations de légumineuses,… ».

https://ree.developpement-durable.gouv.fr/themes/defis-environnementaux/changement-climatique/emissions-de-gaz-a-effet-de-serre/article/les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-de-l-agriculture

Ainsi l’agriculture peut être l’antidote à son propre poison si on développait les surfaces de prairies et pratiquait la restauration des sols qui passe par la jachère.

Il faut donc agrandir les surfaces à vocations agricoles et forestières au sens large, réduire l’utilisation des engrais et de l’agriculture intensive, donc aussi réduire les surfaces artificialisées en villes, zones commerciales et infrastructures urbaines.

Or les guignols politiques français sont en train de détruire tout l’espace agricole de l’Hexagone par une immigration forcenée qui conduit à terme à la perte de l’autosuffisance alimentaire :

https://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/la-france-a-perdu-l-equivalent-d-un-departement-de-terres-agricoles-en-dix-ans-7049455

https://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20111221trib000672707/chaque-seconde-26m-de-terres-agricoles-disparaissent-en-france.html

Mais puis-je argumenter pour mettre le drame écologique agricole national sur le compte de l’immigration et par quel argumentaire ?

Tout simplement par le taux de natalité et l’évolution de la population française sur les quarante dernières années.

Prenons les chiffres de l’INSEE : « En 2019, la France métropolitaine compte 65 millions d’habitants contre 53 millions en 1975, soit 12 millions de plus ».

Ainsi de 1975 à 2019 ce sont douze millions d’habitants en plus qu’il a fallu loger, pour cela agrandir les surfaces dédiées au logement, soit accroître les périphéries de villes, augmenter l’artificialisation des sols, tracer de nouvelles routes, de nouveaux ronds-points, créer de nouvelles zones commerciales, etc.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/:~:text=Un%20point%20sur%20la%20d%C3%A9mographie%20fran%C3%A7aise%20depuis%201975,1975,%2052%20600%20000%20personnes%20r%C3%A9sidaient%20en%20m%C3%A9tropole.

La suite de l’analyse de l’INSEE est discutable qui met le compte de la hausse de la population sur le solde naturel et le vieillissement : « Environ 80 % de cette hausse est due au solde naturel, différence entre le nombre des naissances et celui des décès. Depuis 40 ans, la population française a vieilli et le vieillissement s’accélère compte tenu de l’avancée en âge des baby-boomers : en 1975, 13 % de la population avait 65 ans ou plus, contre 20 % en 2019 ».

En effet, dans une autre analyse l’organisme nous apprend qu’il y a 2,5 millions d’immigrés qui ont acquis la nationalité française :

« En 2020, 6,8 millions d’immigrés vivent en France, soit 10,2 % de la population totale. 2,5 millions d’immigrés, soit 36 % d’entre eux, ont acquis la nationalité française ».

On y prend aussi qu’ « En moyenne, quatre immigrés entrent sur le territoire lorsqu’un en sort » et que de 2006 à 2019 « 41 % des immigrés arrivés en France en 2019 sont nés en Afrique et 31,9 % sont nés en Europe. Les immigrés arrivés en France en 2019 sont plus souvent nés au Maroc (9,5 %), en Algérie (7 %), en Tunisie (4,5 %), en Italie (4,5 %), en Espagne (3,3 %), au Royaume-Uni (3,2 %), en Chine (3 %) ou en Roumanie (2,8 %) ».

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3633212

Le Figaro, qui a analysé les statistiques de l’INSEE avec ses critères de détermination immigré/non immigré, sachant que l’organisme statistique ne compte plus la troisième génération dans la catégorie « immigrés », nous livre le chiffre réellement plausible du résultat de l’immigration depuis 40 ans sur la population française :

« Si l’on observe à la fois les immigrés et les descendants directs d’immigrés, on en arrive pour l’année 2018 au chiffre de 14 millions de personnes, soit 20,9 % de la population ».

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/19/01016-20180619ARTFIG00310-les-chiffres-de-l-immigration-en-france.php

Ainsi on peut raisonnablement poser que la hausse de la population française (12 millions de 1975 à 2020) n’est ni due au vieillissement de sa population comme l’affirme l’INSEE, ni au taux de fécondité des Françaises de souche qui ont continué à faire souche justement depuis 1975, mais est bien la conséquence d’une immigration forcenée qu’a engagée la clique politique française qui s’est partagé le pouvoir depuis 1975.

Simplement les naturalisations tout aussi forcenées depuis 40 ans ont servi à gommer la réalité statistique aux yeux des Français historiques afin de masquer le Grand Remplacement que les chiffres  ci-dessus pourtant démontrent, et que corroborent de petits tours dans les métros et banlieues de grandes villes : ce ne sont pas ici des « chiffres et des lettres » mais bel et bien des « chiffres et des faits ».

En effet, le taux de fécondité est resté stable depuis 40 ans, certains avancent même l’idée d’un baby crash :

https://www.observationsociete.fr/population/donneesgeneralespopulation/evolution-de-la-fecondite.html

https://www.francesoir.fr/politique-france/le-baby-crash

Mais si le taux de fécondité tiré des statistiques nationales parait rester globalement stable sur les quarante dernières années, on aimerait tout de même bien avoir le taux ventilé par Françaises de souche et leur descendance depuis 1975 et celui des différentes communautés qui ont fait souche depuis même date au moins par continent : Europe, Asie, Afrique, Océanie, Amériques.

Curieusement ces chiffres ne semblent pas accessibles, c’est donc que l’on empêcherait les chercheurs de chercher, à moins que j’ai moi-même mal cherché auquel cas je m’en excuse, un lecteur nous en apportera donc.

C’est pourtant ce que déplore madame Tribalat qui considère que les statistiques ethniques sont un outil indispensable à la connaissance, et on partage ce point de vue : comment voulez-vous gouverner ce que vous ne connaissez pas et si vous ne savez pas ??

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/26/31003-20160226ARTFIG00378-michele-tribalat-les-statistiques-etniques-sont-indispensables-a-la-connaissance.php

Bien entendu nous n’avons ici que les chiffres de l’immigration officielle.

Or un rapport sénatorial nous apprend que l’immigration illégale représenterait 8 % à 20 % de la population de la Seine-Saint-Denis, ce qui extrapolé à la France entière donnerait une population totale de 67 millions * 1,08 = de 72 millions au bas mot.

https://francais.rt.com/france/52161-entre-8-20-dimmigres-illegaux-seine-saint-denis-rapport-parlementaire

Or nous avons vu que l’écologie, la vraie, pas celle des COP ni de nos écolos Greta, devrait reposer sur une utilisation raisonnée des terres et des nappes phréatiques : l’immigration forcenée de ces quarante dernières années est donc totalement anti-écologique et une hérésie pour le développement durable d’un pays, qui mène à la ruine toute l’agriculture française par manque de terres, par appauvrissement des sols puisque la surpopulation française conduit à l’intensivité et l’utilisation d’engrais, pesticides et plus généralement le recours à la chimie de productivité.

Et ici nous n’évoquons que la pollution agricole, il faut y rajouter la pollution de consommation, portables, automobiles, routes, logements, chauffage, habillement, zones commerciales, artificialisation des sols avec les corollaires en inondations, etc.

Non, la seule écologie première serait de commencer de réduire la population française, car au rythme de perte d’un département de terres agricoles tous les dix ans, je ne donne pas cher de la viabilité du pays dans vingt ou trente ans, dont l’auto-suffisance alimentaire se réduit de jour en jour.

Et en cas de conflit, qui va nous donner à manger ???

Les guignols politiques et écologiques français ont creusé et continuent de creuser la tombe des Français par l’immigration infernale qu’ils encouragent, et ils en sont encore contents.

Il en va de même de tous les pseudo-spécialistes de nos COP ou du GIEC : jamais la surpopulation mondiale n’est évoquée clairement comme le mal numéro un à combattre pour rester dans le credo du développement durable, et ils sont encore contents de parader à laisser des taux de fécondité criminels prospérer dans certaines parties du monde et laisser les surnombres s’entasser sur les zones côtières alors qu’ils savent que la mer monte.

Oui, je le sais comme vous, c’est à ça qu’on les reconnaît….

Jean d’Acre

Pour en savoir un peu plus :

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/cop26/bilan-de-la-cop26-par-rapport-aux-autres-conferences-les-pays-ont-discute-de-choses-concretes-salue-une-chercheuse_4843767.html

https://www.natixis.com/natixis/fr/cop-26-des-avancees-reelles-mais-le-sort-de-la-planete-reste-dans-la-balance-lpaz5_134068.html

https://grame.org/cop26-le-dernier-rapport-du-giec-en-8-points-cles/

image_pdfimage_print

18 Commentaires

  1. les écolos devenus adeptes de Bayrou qui dans son rapport propose d’importer dix millions d’immigrés (surtout bien jeunes et bien virils) pour repeupler la france;

  2. Dans le Quatrième Cavalier – l’ère du coronavirus, j’ai répondu à la communication 381 de la Commission Européenne selon laquelle « l’agriculture est responsable de 10,3% des émissions de gaz à effet de serre », en soulignant qu’elle est aussi responsable de 100% de l’alimentation de la population (et irremplaçable dans cette fonction), et en concluant aussi que l’agriculture est donc l’activité humaine la moins nuisible par surface occupée et par volume d’atmosphère : et de très loin puisqu’elle occupe bien plus de surface que toutes les autres activités ensemble, et ne produit cependant qu’un dixième des gaz réchauffants.

    • Moins de monde sur la Terre = moins d ‘ agriculture = moins de pollution = CQFD !!

  3. S’il n’y avait pas eu cette immigration folle depuis les années 1970, nous serions peut-être moins de 55 millions aujourd’hui.
    + la population s’accroit, + il faut produire d’électricité, et importer davantage de pétrole…
    À ce rythme, nous sommes en danger !

  4. Dans ma région, l’artificialisation des sols est devenue un véritable génocide contre notre terre mère. Chaque fois que je me promène dans cette campagne qui rétrécie sous les coups de butoir de l’urbanisation débridée, et en voyant les panneaux d’autorisation d’urbanisme de particuliers et de futurs lotissements : je suis outré ; outré de voir que des gens ne considère la terre que comme une zone d’urbanisation planifiée.
    Sur ces panneaux épitaphe, on pourrait presque lire des messages subliminaux : « Ci-gît, la terre de tes ancêtres » ou « Grande braderie, Tout doit disparaitre »

    • « Or les guignols politiques français sont en train de détruire tout l’espace agricole de l’Hexagone par une immigration forcenée qui conduit à terme à la perte de l’autosuffisance alimentaire » : Ce n’est pas parce que des individus supplémentaires arrivent sur notre territoire que ce sont eux qui sont responsables de l’étalement urbain et de l’artificialisation des sols. Ces immigrés logent dans des quartiers déjà construits et/ou très denses, donc ils sont aucunement responsables de l’artificialisation car soit elle a déjà eu lieu (quartiers déjà construits) soit elle est faible par individu (quartiers très denses). L’artificialisation due à l’étalement urbain est issue majoritairement des français aisés qui s’installent dans des pavillons neufs en banlieue.

    • Il y a aussi d’autres facteurs qui impactent notre perte d’autosuffisance alimentaire : hyper spécialisation des régions et des pays, concurrence internationale déloyale car les prix sont bcp plus faibles car les normes environnementales de production ou les salaires sont plus faibles à l’étranger…

    • « Ainsi de 1975 à 2019 ce sont douze millions d’habitants en plus qu’il a fallu loger… » : Même argumentaire. Le meilleur indice pour connaître l’impact environnemental individuel de quelqu’un c’est son salaire (https://wid.world/document/climate-change-the-global-inequality-of-carbon-emissions-1990-2020-world-inequality-lab-working-paper-2021-21/). Or, les populations immigrées sont plus pauvres que le français moyen et ont donc un impact environnemental bien plus faible que la moyenne des français ou les plus riches d’entre nous

    • « Simplement les naturalisations tout aussi forcenées depuis 40 ans ont servi à gommer la réalité statistique aux yeux des Français historiques afin de masquer le Grand Remplacement que les chiffres ci-dessus pourtant démontrent… » : C’est évident que si on fixe aucune limite de génération à partir de laquelle un immigré n’est plus considéré comme un immigré, on observera un « Grand remplacement » quoiqu’il arrive. C’est un gros biais méthodologique. Aucun français actuel n’a des ancêtres français jusqu’à l’infini… tout le monde est issu d’un immigré tôt ou tard dans son arbre généalogique. Et d’ailleurs c’est quoi un français historique ? A partir de quelle date on définit qu’un français est vraiment issu d’autres français ? Ca n’a aucun sens, la question est plutôt de savoir quel taux d’immigration – induisant quel taux de renouvellement – nous acceptons.

    • « Or un rapport sénatorial nous apprend que l’immigration illégale représenterait 8 % à 20 % de la population de la Seine-Saint-Denis, ce qui extrapolé à la France entière donnerait une population totale de 67 millions * 1,08 = de 72 millions au bas mot » : Pourquoi généraliser ce chiffre de ce département sur tous les autres puisqu’il est propre à ce département ? C’est un des départements avec le plus haut taux d’immigrés… donc le % serait bcp plus faible dans les autres départements de la France…

    • « la surpopulation française conduit à l’intensivité et l’utilisation d’engrais, pesticides et plus généralement le recours à la chimie de productivité » : Non, c’est la libéralisation du marché sans réglementation environnementale qui permet de faire que de tels produits soient moins chers que des produits biologiques non intensifs. A cela on peut ajouter la non éducation des individus à ces problématiques environnementales.

    • « Il en va de même de tous les pseudo-spécialistes de nos COP ou du GIEC : jamais la surpopulation mondiale n’est évoquée clairement comme le mal numéro un à combattre pour rester dans le credo du développement durable » : C’est normal car il y a peu de marges d’erreurs sur la démographie à l’échelle planétaire, c’est une science assez fiable concernant les prévisions sur plusieurs décennies. On sait donc à plus ou moins 10% quel sera la population mondiale en 2100 et nous allons devoir faire avec… Il va donc TRES GRANDEMENT falloir réduire notre consommation individuelle (faire son bilan carbone et atteindre moins de 2 tCO2/an ici : https://nosgestesclimat.fr/tutoriel).

    • Cela n’empêche pas que l’on doit limiter l’augmentation de la population future mais ce n’est pas le facteur 1er de nos problématiques environnementales : si 4 milliards d’humains vivaient comme un américain nous serions plus dans la merde qu’aujourd’hui alors que si 20 milliards d’humains vivaient comme un somalien nous serions moins dans la merde qu’aujourd’hui…

Les commentaires sont fermés.