Les héritiers des porteurs de valises défendent le traître communiste Audin

En 2014, 171 personnalités s’étaient adressées au président de la République, François Hollande par l’intermédiaire des journaux L’Humanité et Médiapart.

Cette année 2017, elles sont moins nombreuses, une trentaine dont je ne citerai que quelques noms : Benjamin Stora, Pierre Daum, Pierre Joxe, Jean-Pierre Mignard, Gilles Manceron, Edgar Morin, Edwy Plenel, Jacques Pradel, vous aurez ainsi une idée de leur appartenance idéologique et politique.

Il paraîtrait qu’il y a 60 ans, au mois de juin 1957, un ennemi de la France a disparu en Algérie.

Selon elles, il s’agirait d’un dénommé Maurice Audin, né en Tunisie, mathématicien, membre du Parti Communiste Algérien et militant engagé pour l’indépendance de l’Algérie.

Il avait été arrête le 11 juin 1957 par les parachutistes de la 10e division, commandés par le général Massu.

Ces personnalités, des patriotes très certainement, dénoncent le fait que ce général Massu qui avait été chargé par le gouvernement français de maintenir l’ordre dans la capitale de l’Algérie (Française à l’époque) et ses parachutistes ont pratiqué massivement la torture et effectué des exécutions sommaires et obtenu le résultat que quelques 3000 Algériens, qui combattaient la France, qui enlevaient, assassinaient et exécutaient des Français d’Algérie et des soldats du contingent, vos enfants, mères de France, ont disparu durant ces quelques mois.

Et il faudrait, toujours selon elles, avoir une pensée émue pour ces 3000 disparus et pour Maurice Audin leur complice ?

Qu’importe qu’il soit mort au cours de son arrestation, de son interrogatoire, de sa détention, de son évasion ou que le général Aussaresses ait donné l’ordre de le tuer, il était un ennemi de notre pays, de notre armée, il avait été arrêté 8 jours après l’explosion d’une bombe posée par ses complices au Casino de la Corniche, près d’Alger, bilan 8 morts et 92 blessés, j’y étais avec mon épouse, j’ai vu les cadavres, les jeunes femmes amputées, déchiquetées.

Les ennemis de la France, que Maurice Audin aidait, étaient les responsables du massacre d’El Halia, en 1955, de l’égorgement de 17 jeunes appelés, qui venaient de débarquer, retrouvés, à Palestro, les organes génitaux enfoncés dans leur bouche, et j’arrête là cette trop longue liste de victimes.

Moi, je m’adresse directement à ces personnalités : il est bien dommage qu’il n’y ait pas eu davantage de traîtres, d’ennemis de la France, disparus au cours de cette période et que les parachutistes n’aient pas éliminés davantage que 3000 terroristes car cela aurait sauvé la vie de milliers d’innocents civils et de jeunes militaires, des Français qui aimaient et défendaient la France, avant et après les « Accords d’Évian » et jusqu’au 5 juillet 1962 à Oran et même quelques centaines après cette date !

Maurice Audin méritait autant, sinon plus, le sort qui lui a été réservé, quel qu’il soit, qu’un Robert Brasillach ou un Paul Chack, exécutés uniquement pour leurs écrits par les communistes qui gouvernaient la France à l’époque.

Il est déjà assez répugnant et honteux qu’un maire de Paris, Bertrand Delanoë, ait rendu hommage à Maurice Audin, en baptisant une place de son nom dans le Ve arrondissement de Paris, le 26 mai 2004 et un parc à Argenteuil.

Maurice Audin est mort pour ses idées, qu’on le laisse reposer en paix aux côtés de ceux qu’il a, en partie, aidés à mourir !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

25 Commentaires

  1. n’oublions jamais que les pleins pouvoirs votés à l’armée (dont celui de torturer) l’ont été par le gouvernement socialiste sfio, les communistes et les LR de l’époque!
    aujourd »hui seuls les piednoirs et le fn en sont accusés

    • Mais non, la première accusée est l’armée alors qu’elle était aux ordres et que les politiques jouaient à l’autruche. Il faut dire et répéter que la torture était également allégrement pratiquée par ceux d’en face. Et ceux d’en face ont continué de plus belle après l’indépendance alors que le pays n’était plus en guerre. Mais seule la France est accusée de turpitudes. C’est ce qu’on peut appeler de l’ethno masochisme.

  2. Remarque : Il y a une erreur de ma part, au sujet d’Yveton, sur le lieu où il déposa sa bombe. Veuillez m’en excuser. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur Wikipédia.

  3. Je me rappelle d’un certain Fernand Yveton, communiste de son état, surpris alors qu’il plaçait une bombe à retardement dans le vestiaire où lui et ses collègues rangeaient leur tenue de travail, après le boulot. C’était, je crois, en 1956, à Alger. Je me souviens que cette affaire avait fait grand bruit… Le traître fut « raccourci » quelques mois plus tard. Si cela se passait maintenant, les autorités l’auraient fait libérer rapidement, sous les applaudissements des traîtres à notre pays…

  4. Très juste conclusion de Manuel Gomez.
    Audin à choisi son camp, sans doute conforme à ses idées, en sachant les risques qu’il prenait.
    Il est bien dommage, que son alter ego en pire, le sinistre Georges Boudarel, communiste français, qui torturait les piou piou en Indochine, quant il était commissaire politique, soit mort dans son lit sans le moindre regret, et fier de son œuvre de mort.

  5. Mitterrand le vichyste et Rocard son premier ministre porteur de valises ;cela faisait un beau tandem …quelle honte!

    • Une très large majorité de Français ont applaudi Pétain jusqu’en 1944 et Rocard n’a jamais été un porteur de valise. J’ai plutôt tendance à leur reprocher leurs idées politiques.

  6. Réhabilitons Joseph Darnand ;héros des deux guerres ,mais …devenu chef de la Milice de Vichy tant qu’on y est .

  7. Audin,un traitre à son pays ne méritait que les poubelles de l’histoire …

  8. Les porteurs de valises remplis de billets ne passent plus de la France à l’Algérie, mais des pays pétroliers du Golfe persique, vers la France.

  9. Bravo et merci à vous de rétablir la vérité à propos de Maurice Audin !

  10. Un bon communiste est un communiste mort pour ses idées…

  11. Les collabobos habituels qui toute honte bue, vont défendre les traîtres et les ennemis du pays.

  12. Brasillach n’est pas mort uniquement pour ses écrits !

    Il a amplement DENONCE des juifs à l’attention de la Gestapo.

    • Brasillach n’a jamais dénoncé de juifs à l’attention de la Gestapo !
      (Google)

      • Il est même plus que probable qu’il ait sauvé le mari de Colette qui avait des origines juives. Tout est terriblement compliqué. Brasillach méritait une condamnation mais ne méritait sans doute pas la mort.

    • Brasillach était certes un antisémite furibard ;mais il n’a pas dénoncé nominativement des juifs .Si il s’était barré comme Céline,il serait honoré aujourd’hui comme l’un des plus grands écrivains français et édité dans La Pléïade bien sûr .

  13. Avec les porteurs de valises au pouvoir depuis au moins 81 il n’est pas étonnant qu’ils vantent ces traîtres à la patrie ! Ce ramassis d ‘assassins qui dénoncent sans cesse les atrocités commises par la France (il y en eu) auraient plus de crédibilité s’ils dénonçaient celles de leurs amis terroristes mais ils s’en gardent bien car les français pourraient en savoir trop sur leurs turpitudes qui en d’autres temps en effet leur eut valu douze balles dans la peau ou la corde !

    • …/… car les français pourraient en savoir trop sur leurs turpitudes qui en d’autres temps en effet leur eut valu douze balles dans la peau ou la corde !

      1/
      Nombre de nos compatriotes, nés dans les années 40, ne peuvent ignorer les horreurs qui furent commises en Algérie par les fellagas dès le début de l’insurrection.
      Tous les Français vivant en Algérie ou en France lisaient le journal et écoutaient la radio, dès lors, ils étaient informés de ce qui se passait en Algérie.

      • ODIN, SINON LE PATRIMOINE D UN TRAITRE A LA NATION DE FRANCE.ET POURTANT NE FUT IL PAS SCANDINAVE.DE TOUT TEMPS PAR LE RICOCHET DES AGES, LA NATION DE FRANCE S EST EVERTUEE A CONCEVOIR BEAUCOUPS DE TRAITRES.QUALITES QU IL N Y A SI PEU DANS D AUTRES PAYS.la rale de la traitrise fait parti d un pays sur et dominant de se qu il est ,fut et sera.un très grand pays fait d abondances.la france un pays clé dans l histoire du monde.ainsi il en sera, la clé de la liberté ,de compassion et justice pour le monde.FRANCE TA RENAISSANCE EST TON SALUE.QUE VIVE NOTRE PAYS FUTURE LUMIERE DU MONDE.

    • 2/ Quand les Français allaient au cinéma pour voir Blanches colombes et vilains messieurs (1955), avec Marlon Brando, Frank Sinatra, ou Femmes d’un été (1958), avec Michèle Morgan, ou Le trésor du pendu (1958), avec Robert Taylor et Richard Widmark, ou Le tigre du Bengale (1959) de Fritz Lang….
      Avant la projection du film, étaient diffusées les Actualités.

    • 3/ Puis, vers la fin des années 50, la télé en noir et blanc (1 seule chaîne en 819 lignes) entra dans les foyers, que ce soit en France ou en Algérie et la vulgarisation du petit écran permit, dès le début des années 60, à un grand nombre de Français de voir les images des horreurs commises par le FLN de l’autre côté de la Méditerranée.

    • 4/ En plus des photos, en plus des images, en plus des reportages filmés en Algérie, TOUS les Français recevaient les témoignages des soldats originaires de l’Hexagone quand ils revenaient dans leurs familles pour prendre une permission.
      Quant aux parents et aux proches des jeunes gens tués dans le Djebel par les fellaghas, les tortures et les mutilations qui leur furent infligées à leurs fils suscitaient, chez une majorité de Français, la haine de leurs auteurs.

    • 5/ Seuls les porteurs de valises et les syndicalistes zélés de l’extrême gauche faisaient semblant d’ignorer les horreurs commises par le FLN ou, pire encore, ils justifiaient.ces massacres au nom de la guerre psychologique menée par les combattants de FLN : le FLN, faute de ne pouvoir gagner le combat par les armes avait choisi d’obtenir l’indépendance par la terreur.
      Pour les porteurs de valises et nombre de syndicalistes et de politiques de gauche, les atrocités commises par le FLN étaient pleinement justifiées.

    • Il faut bien faire la différence entre les vrais porteurs de valise… ceux qui ont aidé le FLN, en prenant des risques – le FLN était un parti, certes indépendantiste, mais également fasciste – et ceux qui étaient simplement favorables aux FLN et à l’indépendance (il y en avait également à droite comme Mauriac). Deux choses bien différentes. Il est à noter que la plupart des porteurs de valise tentaient par un pays nouvellement indépendant ont regagné la France au fil des mois et des années. Une preuve supplémentaire que l’islam est incompatible avec une démocratie laïque – voire avec des valeurs de gauche. Mais le plus fort, c’est que les gauchos n’en tirent aucune leçon. L’idéologie est plus forte que tout et elle conduit à des aveuglements coupables et irresponsables.

Les commentaires sont fermés.