Les idéologues de l’ultra-gauche au pouvoir de l’Éducation Nationale

SudEducation3.jpg

L’idéologie de l’ultra-gauche post-marxiste totalitaire reprend la théorie partisane complètement fausse de Bourdieu sur l’école avec le mythe de La Reproduction. Le but est de déconstruire l’école de Jules Ferry qui a été un ascenseur social pour les enfants des milieux modestes. Les idéologues de l’ultra-gauche ont tout fait pour qu’elle cesse de l’être. Il suffisait pour cela de déconstruire l’enseignement public de manière que ces enfants, que tous les enfants zélés et travailleurs, soient mis dans l’impossibilité de faire de bonnes études.

Le meilleur moyen d’atteindre ce but était de déconstruire l’enseignement public avec la fin des notes et le bac assuré pour tous les ignorants, les paresseux et les médiocres. Ils ont pu caser leurs enfants dans des filières protégées. Des militants de la courte pensée se sont donc emparés du ministère de l’Éducation nationale pour imposer le pédagogisme, une idéologie, à ne pas confondre avec la pédagogie (J.F. Revel).

L’application des méthodes inspirées par Bourdieu a rendu l’école conforme à la théorie de Bourdieu.

Elle a transformé en réalités les maux jusque-là imaginaires dénoncés par Bourdieu. Maintenant, comme on n’enseigne plus rien à l’école, elle ne peut plus servir d’ascenseur social aux meilleurs. L’Éducation nationale fabrique des générations entières en échec scolaire, des analphabètes inemployables et inemployés.

En même temps, les idéologues voient dans ces résultats désastreux les méfaits du néolibéralisme, alors que ce sont ceux de leur pédagogisme totalitaire. Il est frappant de voir à quel point le champ conceptuel de Bourdieu recouvre celui des intellectuels communistes des années 1970. Ainsi, le communisme retardataire a déteint sur le socialisme français de la fin du siècle beaucoup plus que le libéralisme.

L’action de Macron et de la Macronie vulgaire dans l’Éducation nationale Socialiste totalitaire vise à l’embrigadement collectif avec le bourrage de crâne idéologique engagé en France par les forces au service du Grand Remplacement. Il faut éliminer les bons élèves et supprimer la culture. Et même de la liberté !

Régis Debray établissait dans Le Pouvoir intellectuel en France (1979) une équivalence entre l’école et la répression policière ! Deux pouvoirs totalitaires parallèles ! Or, une telle cohabitation enfreint les lois de la charia révolutionnaire, qui dénonce le moralisme et le conformisme de la laïcité, imposée par la violence à travers l’école de Macron et de la macronie vulgaire dans l’Éducation nationale socialiste totalitaire.

Les idéologues de l’ultra-gauche au pouvoir de l’Éducation nationale sont les maîtres à penser de la misère intellectuelle digne d’un sociologue débutant stagiaire. Bourdieu n’est pas un sociologue scientifique, c’est un idéologue fanatique. Les faits sur lesquels reposent ses déductions ont un point commun qui paraît être ni l’effort ni le scrupule dans la collecte des faits. Là encore, on ne peut que déplorer un tel gaspillage de l’argent public consacré à financer les enquêtes de prétendus chercheurs oublieux de vérifier les faits.

Le marxisme s’est révélé le plus puissant destructeur de l’école et de la culture. Les idéologues opèrent comme si l’Histoire n’avait jamais existé tout en refusant de prendre en considération la réalité.

L’idéologie woke de l’ultra-gauche au pouvoir de l’Éducation nationale est une pratique délibérée du mensonge et de la falsification qui ruine les règles minimales de la déontologie intellectuelle.

Le ministère de l’Éducation nationale incarne la figure racialiste la plus désuète de l’engagement au sein du CRAN qui repose sur un pur argument d’autorité. Je suis la science de la vérité puisque je le dis. Tout le reste est de la mauvaise Histoire. Pas besoin de preuves, mais une pure assertion à bon marché, un diktat de la pensée unique : le monopole racialiste woke et la réduction au silence des contradicteurs.

Avec Macron, l’intolérance d’un groupuscule d’intellectuels indigénistes racialistes woke sert enfin de modèle pour l’Éducation nationale socialiste qui repose sur une inculture crasse et une ignorance flagrante.

Il faut imposer une censure de gauche, fût-elle contraire à toutes les lois de la République.

L’idéologue racialiste indigéniste woke ne perçoit le totalitarisme que chez ses adversaires, puisqu’il est sûr de détenir le ministère de la Pensée et de la Vérité absolue avec le monopole du Bien.

Les intellectuels racialistes indigénistes woke incarnent une même réalité : le totalitarisme intellectuel.

Avec Éric Zemmour : nous devons reprendre le contrôle de notre pays.

Thierry Michaud-Nérard

Source : Jean-François Revel, La Grande Parade, Essai sur la survie de l’utopie socialiste.

 

image_pdfimage_print

2 Commentaires

  1. Absolument vrai. J’ai enseigné 35 ans de la maternelle au lycée, dans les années 60 on ne sortait pas du CP, ou du CE1 sans savoir lire convenablement, maintenant on trouve normal que 25 % des élèves de 6e ne sachent pas lire… Et la lecture est le savoir qui permet d’accéder aux autres connaissances et à la réflexion.

  2. La situation de l’ecole publique aura été celle du débitant de boissons qui accueille des prostituees. Une faune interlope s’installe ,prend ses aises et « donne le ton». La clientèle honnête finit par partir, tout le monde attend la fermeture administrative et le changement de gérant.

Les commentaires sont fermés.