Les idéologues du Parti des Indigènes de la République (PIR) appellent au djihad pour changer la France !

Le lecteur se souvient sans doute que nous avions dénoncé une campagne bobocrate, qui, par une pétition intitulée « Touche pas à ma nation » signée par les bien-pensants de tout poil, appelait à la promotion d’un immigrationnisme des plus délirants… aux nom de prétendues valeurs nationales résolument xénophiles et angélistes.
Quelques temps après, le chanteur Raphaël bricolait un mondial-patriotisme tout aussi délirant, réclamant l’extinction de tout esprit patriotique… au nom même de la patrie. J’avais d’ailleurs vu le coup venir.
http://www.ripostelaique.com/Petition-SOS-Racisme-Libe-a-bout-d.html
Mais il ne s’agissait alors que de bobos, ou de « collabobos », pour employer une expression qui circule un peu partout à présent sur la Toile.
Aujourd’hui, c’est bel et bien différent. Ce ne sont plus les bobos qui parlent, mais l’idéologue le plus influent du Parti des Indigènes de la République (P.I.R.) : l’historien Youssef Boussoumah. Au travers d’un long article, dont la rhétorique sucrée n’est pas sans rappeler malgré tout celle des bobos, mais d’une manière insidieusement plus menaçante, il se déclare insatisfait de la campagne « Touche pas à ma nation » promue par SOS Racisme et le PS, considérés comme des tièdes, et nous propose des positions bien plus radicales. Fini l’antiracisme (je devrais écrire « antiracisme » entre guillemets) feutré d’un Julien Dray, il faudrait passer à un antiracisme beaucoup plus mordant… C’est-à-dire, soyons lucides, à un contre-racisme, de nature fort théocratique, nous allons le voir.
http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1123
Qu’on en juge par un florilège de citations.
Tout d’abord les slogans de l’affiche : « Touche à ma nation, Campagne nationale contre l’islamophobie et la négrophobie, Rebeus, Renois tous solidaires, et vous ? » Le tout appelant à une marche… Ce qui m’interroge le plus dans cette affiche, c’est le jeune « renoi » coincé entre un homme et une femme « rebeus », qui semblent tous les deux musulmans (pour la femme en tout cas, le voile est des plus explicite).

Que penser de cette « solidarité » entre une religion à visée universelle et impérialiste, comme l’islam – qui transcende toutes les ethnies – et les populations noires, dont beaucoup ne sont pas du tout musulmanes ? Quel rapport existe-t-il entre la négrophobie (si elle existe) et l’islamophobie ? Pourquoi n’a-t-on pas dessiné un jeune indonésien musulman ? Ou un blondinet converti ? Bizarre pour une affiche qui se veut fédératrice, et s’adresse même au céfrans avec le « Et vous ? »…
Ensuite un clip vidéo DailyMotion du groupe Iam (rap) dénonçant de manière très gauchiste la dictature de l’argent en alignant des images de populations, le plus souvent noires ou musulmanes, frappées par la pauvreté ou le malheur. Le titre du clip est significatif : « La fin de leur monde »… Certes, ce slogan vise officiellement les oligarchies financières, mais comme il se trouve dans un article consacré à la destruction programmée de la nation française, on se demande vraiment si ce sont bien les oligarchies financières transnationales qui sont l’ennemi.
http://www.dailymotion.com/video/x18ru2_iam-la-fin-de-leur-monde_music#from=embed
S’ensuit alors un argumentaire imposant en trois partie un peu comme dans une dissertation, qui consiste à louanger l’affiche pour ses qualités de forme et de fond, dans le but explicite de faire passer une idéologie victimaire à la fois classique et novatrice : en gros a) les Français sont
impérialistes, b) cet impérialisme nous a poussé à émigrer chez eux contre notre gré, et, c) nous, les « issus de », une fois en France, nous allons vous libérez de vous mêmes et de vos vieux démons colonialistes, car enfin d) nous, les « issus de », sommes les seuls vrais patriotes. Après le nationalmondialisme de la gôche et des bobos, voici venir la politique du P.I.R. : le xéno-patriotisme.
On appréciera la rupture avec les bobos jugés trop tièdes1, et souvent suspectés d’impérialisme colonial :
« Nous disons aux impérialistes français « nous sommes ici parce que vous étiez là bas et d’ailleurs vous y êtes encore ». Nous n’avons pas choisi d’être ici alors maintenant nous allons rester et vous devrez bien vous en accommoder. Que l’on nous laisse nous définir comme bon nous semble, nous et nos descendants car nous sommes une force. Terminé SOS racisme,
NPNS, et autres Malek Boutih ou Fadela, ces créatures étranges sorties du labo de Julien Dray, l’homme du P.S. qui voulait boxer Tariq Ramadan. Fini ces « Maghrébins laïques » et « musulmans républicains », à la sauce des demi soldes Rachid Kaci et autres Abderahamane Dahmane, les conseillers très spéciaux de Sarko et de l’UMP ! Pourquoi pas les « musulmansen-
voie-de-guérison », les « Algériens-c’est-pas-ma-faute » ou les « Marocains-jerecommencerai- plus », pendant qu’on y est ! Nous sommes majeurs, nous avons notre propre parti et c’est seulement comme ça que vous comprendrez. »

On appréciera aussi l’allusion à peine voilée à la résistance patriotique française, dont Riposte Laïque :
« Nous savons qu’actuellement des groupes racistes radicaux se préparent au clash, à l’affrontement violent, à la guerre civile ethnique. Nous ne les craignons pas mais l’interrogation « et vous » sur l’affiche est une invitation, une main tendue fraternelle à tous ceux, en dehors des principaux intéressés, qui refusent justement ce clash des civilisations décrit par Samuel Huntington et désiré par l’impérialisme. »
On aimera encore la taqiya sucrée qui consiste à condamner Al Qaïda tout en encensant les chrétiens arabes. Cela rappelle étrangement le discours de l’excité de Limoges qui jugeait ses frères musulmans trop
« embourgeoisés »
« Je pense particulièrement aujourd’hui à cette officine de la guerre des civilisations qu’est Al Qaïda en Irak qui hier vient de provoquer la mort de 50 frères chrétiens, après un assaut contre une église syriaque. Un massacre épouvantable et inacceptable. Ces chrétiens rappelons le sont de vrais patriotes arabes qui avaient refusé de partir aux Etats Unis et qui
étaient sous la protection de l’Islam depuis 14 siècles. C’est là un exemple du jeu étasunien pour dégouter les Irakiens de la résistance nationale en instrumentalisant certains groupes obscurs. C’est ça le jeu impérialiste reproductible partout pour créer le chaos. »

On observera tout particulièrement l’injonction à la guerre civile, travestie en appel à la fraternité universelle (musulmane ?) :
« Nous proclamons « Touche à ma nation » et même secoue là comme un cocotier ou comme un couscoussier comme tu veux et bouleverse la ! C’est à ce seul prix que nous créerons les conditions de la fraternité tant recherchée. »
Et pour terminer la meilleure de toutes :
« Que Dieu aide tous les résistants. »
Le lecteur aura compris. Il s’agit bel et bien de la tactique de la « résistance musulmane » promue par des groupes tels que les « Frères Musulmans » : la religion de paix, d’amour et de tolérance va remettre de l’ordre dans nos bonnes vieilles nations occidentales perverties par les méchants oligarques impérialistes. D’un point de vue islamique, c’est d’ailleurs parfaitement cohérent.
Audelà de la taqiya fraternitaire de Youssef Boussoumah, qui a le mérite, même si elle ressemble à la sophistique angéliste des bobos, de contenir des menaces bien plus explicites, et donc nettement plus franches, se profile un concept islamique bien connu : le DJIHAD.
Jacques Philarcheïn

image_pdfimage_print