Les imbécilités de Bayrou sur l’islam vont lui coûter mon vote, et la troisième place !

Publié le 20 avril 2012 - par - 2 498 vues
Share

Dans un précédent article ( https://ripostelaique.com/entre-deux-maux-sarkozy-hollande-il-faut-choisir-la-troisieme-voie-bayrou.html ) j’exposais la stratégie du vote utile en faveur du “troisième homme des bookmakers”, pour éliminer le deuxième des sondages au premier tour, et, potentiellement, éliminer le favori au deuxième tour.

Depuis le début de l’année, les cotes des bookmakers ( http://www.oddschecker.com/specials/politics-and-election/french-election/next-president/best-odds/ ) indiquaient François Bayrou comme troisième homme, avec Marine Le Pen quatrième.

L’intérêt des paris chez les bookmakers, donc des cotes qui en découlent, c’est que ces paris peuvent se faire jusqu’à la dernière minute. Les cotes évoluent donc jusqu’à la dernière minute également, mais avec une énorme inertie, contrairement aux sondages (car les parieurs investissent de l’argent, donc y réfléchissent à deux fois). Les fluctuations des cotes sont par conséquent très lentes, et très régulières, à ce point que deux couleurs ont été choisies par convention pour indiquer les mouvements : en rose les cotes (comprenez : “distances par rapport au poteau d’arrivée” puisque c’est un système dédié à l’origine aux courses de chevaux) qui augmentent régulièrement depuis longtemps (donc les candidats qui s’éloignent lentement mais surement de la victoire) et en bleu les “distances au poteau” qui raccourcissent (donc les candidats qui se rapprochent de la victoire).

Les déclarations imbéciles de François Bayrou favorables au halal, aux nounous voilées et aux horaires islamiquement corrects dans les piscines lui auront coûté très cher : à quelques jours du scrutin, Marine Le Pen pique un sprint et laisse Bayrou sur place, en compagnie de Jean-Luc Mélenchon (c’est dire…).

Pire : en ce jeudi 19 avril, les cotes de Bayrou et Mélenchon sont indiquées en rose, donc ces deux candidats s’éloignent de la victoire.

Cette inversion de position entre troisième et quatrième au détriment de François Bayrou et en faveur de Marine Le Pen montre que François Bayrou n’a pas su profiter de la bonne image d’homme providentiel face à l’UMPS qu’il avait pourtant commencé à faire admettre à une frange non négligeable de la population.

Ses faux pas totalement stupides sur l’islam dans la dernière ligne droite auront finalement eu raison de la confiance que les Français envisageaient timidement de mettre sur son nom.

Aparté : un autre candidat qui mérite l’oscar du faux pas dans la dernière ligne droite, c’est Éva Joly qui a voulu nous la jouer “intègre populaire bien de chez nous” en parlant de “nègres”, de “polaks”, de “ritals” et de… “bougnols”, comprenez : “bougnoules” ! Quand on ne sait pas parler français à ce point, on évite de briguer la présidence de la France sans quoi risque de vous arriver ce qui est arrivé à notre Norvégienne nationale : passer pour une gourde prétentieuse devant tous les Français et devenir la risée de la nation.

Le mouvement en faveur de Marine Le Pen pour le premier tour est finalement une lame de fond, qui n’en a rien à faire du résultat du deuxième tour.

Si j’ai milité pour le vote Bayrou à un mois de l’échéance parce qu’il était le troisième homme, les cotes des bookmakers montrent qu’il est désormais vain de miser sur lui.

La stratégie du “troisième homme” reste toutefois valable car le troisième homme des bookmakers est toujours le mieux placé pour défaire le deuxième.

Sauf que le troisième homme est devenu une femme : Marine Le Pen.

Et c’est pour “cette” troisième homme là que je voterai, non sans avoir une ultime fois consulté les cotes auparavant (nombreux sont les surfeurs de la vague bleu marine à redouter qu’à la dernière minute papy Jean-Marie nous lâche un gaz mortel sur son thème de prédilection…) Ce sont mes amis qui vont être soulagés, eux qui vont à peu près tous voter FN et qui étaient tous marris de m’entendre soudainement plaider en faveur de François Bayrou alors que je militais de longue date pour Marine.

Le revers de la médaille, c’est donc que la victoire de François Hollande se fait de plus en plus crédible. La victoire… que dis-je : le triomphe !

La victoire, sans plus, ce serait face à Nicolas Sarkozy, si Marine Le Pen n’était pas au second tour.

Mais en cas de “21 avril à l’envers”, le funeste “front républicain” va fonctionner à plein régime : l’UMP va appeler à voter socialiste (un comble…) et le triomphe de François Hollande sera total, un vrai plébiscite qui l’autorisera  imposer, avec l’inconscience tranquille de la bonne cause soutenue par “la majorité des Français ayant clairement indiqué leur rejet des thèses haineuses et xénophobes du Front National”, une dictature judiciaire bien pensante entièrement soumise  l’islam.

Nous nous dirigeons inéluctablement “tous voiles” dehors vers le scénario du Bobo Jocelyn, safaris aux islamophobes en prime.

L’horreur…

Notre seule consolation, car il faudra bien nous en trouver une pour supporter la situation, sera de voir l’UMP exploser. En montrant son vrai visage, celui d’une fausse droite qui n’est qu’un jardin d’acclimatation des ides de gauche, l’UMP sera enfin totalement, et définitivement, discréditée.

Maigre consolation.

Gilles Thibaudeau

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.