Les indigénistes aux mains des islamistes

Publié le 3 juillet 2020 - par - 5 commentaires - 905 vues

Les indigénistes de la négritude anti-Blancs sont manipulés et passés aux mains des islamistes !

Les indigénistes de la négritude défendent le droit des Noirs à militer anti-Blancs en exposant à quel point les Blancs sont étrangers aux mouvements révolutionnaires comme ceux des indigénistes en folie. Les indigénistes de la négritude anti-Blancs sont une minorité révolutionnaire au sein de laquelle les islamistes qui ont pris le pouvoir font la loi. À la question : Un Blanc a-t-il le droit d’être anti-raciste ? On doit substituer la véritable question qui est plutôt de savoir si un Noir a encore le droit de ne pas être un indigéniste militant, sans être aussitôt accusé d’être réactionnaire. Chacun sait que les indigénistes sectaires de la négritude anti-Blancs accusent tous les Blancs d’être racistes à l’égard des Noirs. C’est pourquoi ils nient que les Blancs, qui ont aboli l’esclavage contrairement aux musulmans, sont les véritables inventeurs de la laïcité républicaine.

La presse collabo de la macronnerie vulgaire n’a publié les réponses des Blancs aux indigénistes de la négritude anti-Blancs qu’après mille hésitations, en dernière page, bien qu’elle exprime la position la plus modérée que puisse adopter un journal de grande diffusion. Au contraire, la propagande des indigénistes de la négritude anti-Blancs passe toujours aussitôt, signalée en première page, comme un éditorial du journal.

La différence de traitement médiatique, le souci de tenir compte de la susceptibilité des indigénistes, sont visibles dans l’iniquité du traitement médiatique. Mais cela ne suffit pas à convaincre les indigénistes de la bienveillance des médias. Le glissement est classique : on réclame d’abord pour certains Noirs le droit d’être des indigénistes, puis on exige et l’on obtient neuf fois sur dix que les Blancs qui ne sont donc pas Noirs cessent d’exprimer leur opinion sur les indigénistes de la négritude anti-Blancs aux mains des islamistes.

jforum.fr : “Brakni lui chuchote à l’oreille son message de haine“. La sœur d’Adama Traoré serait influencée par un certain Youcef Brakni, un indigéniste islamiste, porte-parole du comité La vérité pour Adama et militant racialiste. Depuis la mort de George Floyd aux États-Unis, l’affaire Adama Traoré a resurgi pour devenir le symbole du mouvement antiraciste français. Aux commandes, le comité La vérité pour Adama, piloté par Assa Traoré, sœur du défunt, qui multiplie les manifestations à Paris et les discours anti-flics.

Mais d’après Le Point, la jeune femme pourrait bien être influencée dans l’ombre par un idéologue nommé Youcef Brakni. Originaire de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), cet homme est un ancien membre du Mouvement islamique de libération, proche des indigénistes et porte-parole du comité La vérité pour Adama.

La ville de Bagnolet est gangrenée par les indigénistes. “En écoutant parler Assa Traoré, je reconnais les mots de Youcef Brakni”, confie au Point Hélène Zanier, une militante laïque, républicaine et écolo, bien connue à Bagnolet. “C’est lui l’idéologue et il lui souffle à l’oreille son discours stéréotypé répété en boucle à Bagnolet depuis des années, sur la discrimination, le racisme et l’oppression dont seraient systématiquement victimes les personnes issues de l’immigration”, analyse-t-elle expliquant que “cette posture est pour lui un moyen de servir ses ambitions politiques“. En 2015, Youcef Brakni a été condamné pour diffamation à l’encontre de Marie-Laure Brossier, une ancienne élue locale de Bagnolet, rapporte Le Point.

Cette dernière explique que les indigénistes mènent, depuis plusieurs années, un travail de terrain dans sa ville : “Cet homme cumule plus de dix années d’un activisme forcené avec une obsession de la thématique racialiste et indigéniste. Il se sert du comité La vérité pour Adama comme d’un marchepied pour diffuser son discours”, dit-elle. Rachid, un jeune qui a vécu dans la même cité que Youcef Brakni, dresse un tableau plus sévère. “Son combat, il le mène d’abord pour lui-même. Il est fan des médias, fait beaucoup d’esbroufe et de bruit, mais peu d’actions sur le terrain. […] Il est l’homme de tous les combats et finalement d’aucun”, regrette-t-il. “Il s’est façonné un parcours de persécuté, de discriminé qu’il n’a en réalité jamais vécu. Il est toujours dans la victimisation. Si on s’oppose à lui, c’est toujours forcément du racisme“, ajoute-t-il.

Rachid se souvient d’un événement organisé par les indigénistes en 2012 à Bagnolet, au cours duquel Youcef Brakni a pris la parole en commençant par une invocation religieuse. “On est tous là pour parler des problèmes dans les cités et lui y impose la religion pour manipuler l’opinion et le public et tenter de fédérer autour de l’islam”, déplore le jeune homme. Même son de cloche du côté de Martin, engagé auprès de la jeunesse des quartiers difficiles, et qui a lui aussi grandi en Seine-Saint-Denis.

Brakni, c’est simple. Ce qui l’intéresse, c’est sa gueule. Comme Assa Traoré, il ne veut rien d’autre que sa tronche sur le poster en noir et blanc pour créer son propre mythe“. Martin évoque l’influence de l’indigéniste sur la sœur d’Adama Traoré. “Elle a besoin d’un discours tout prêt et Brakni lui chuchote à l’oreille son message de haine qu’elle répète comme un perroquet“. Et de conclure : “Il n’y a qu’à écouter son débit lors de ses interventions. Il est mécanique parce qu’elle apprend par cœur son texte. Tous deux ne sont motivés que par l’envie de briller comme dans un show de télé-réalité. Elle se prend pour la nouvelle Angela Davis et lui rêve d’un destin politique“. Youcef Brakni et Assa Traore du Comité La vérité pour Adama apportent leur soutien à Khaled Barakat, arabe palestinien victime d’une interdiction politique en Allemagne.

La thèse des indigénistes est extrêmement claire : pour les Blancs, contrairement aux islamistes, le racisme serait comme une religion. C’est cette superstition qui doit être combattue par les indigénistes pour qui le racisme anti-Blancs est pleinement justifié par la religion anti-raciste des indigénistes anti-Blancs.

Vous refusez aux Blancs le droit d’être anti-raciste ! Mais on a beau relire la presse collabo, on n’y lit nullement qu’elle refuse aux Noirs le droit d’être anti-Blancs, dont les indigénistes ont usé sans retard et sans discrétion. Par contre, on constate que les indigénistes nous soumettent régulièrement au chantage suivant :

II y a des Noirs indigénistes donc, si vous attaquez les indigénistes, vous attaquez les Noirs !

Pas besoin de démontrer la combine de ce raisonnement spécieux. En fait, personne ne refuse aux Noirs le droit d’être indigénistes, on demande seulement que les Blancs aient le droit de ne pas être d’accord.

Or, ce droit, la presse collabo le refuse. Et il ressort de ses articles que les Noirs indigénistes ne sauraient être que des victimes persécutées, que le refus de la propagande anti-Blancs ne peut être qu’une nostalgie de la colonisation et de l’esclavagisme. Sur ce dernier point, le concept d’ambiguïté, dont toute une génération d’intellectuels de gauche a fait ses choux gras, vole au secours de la propagande anti-Blancs.

La presse collabo, qui parle de civilité, ne peut pas comprendre combien les Français sont écœurés et peu impressionnés par cette vieillerie, selon laquelle ne pas se soumettre à la propagande des indigénistes sous la coupe des islamistes, ce serait être hanté par la nostalgie de la colonisation et de l’esclavagisme !

C’est pourquoi l’athéisme des Blancs est un défaut dénoncé par les islamistes comme un manque. Où est le racisme en l’occurrence ? Il faut être aveugle pour ne pas percevoir l’omniprésence des indigénistes dans la presse, à la radio, à la télévision, dans la politique, dans les programmes et les manuels scolaires.

La presse collabo s’emporte parce que l’on parle d’impérialisme des indigénistes. Mais pour qui n’est pas Africain, cet impérialisme est évident et explicable. Si l’on ne peut prouver, on doit chercher à envahir !

C’est pourquoi il est douteux que les Noirs indigénistes passés aux mains des islamistes puissent être tolérants. Les islamistes disent dans les quartiers islamisés perdus de la république : “Laissez-nous croire et faire ce que nous voulons et traitez-nous comme les autres membres de la cité qui sont libres d’agir comme ils veulent”. Mais Macron et la presse collabo ne demandent pas mieux que de les laisser faire !

On se réjouit que les indigénistes soient anti-racistes, mais s’ils le sont, ce qui reste à prouver, ils le sont en tant qu’ils sont des concitoyens, en tant qu’hommes, pas en tant que Noirs. Ce sont eux qui assènent sans arrêt leur religion anti-Blancs. Ce ne sont pas les Français qui leur demandent d’être anti-Blancs !

Ils sont libres de pratiquer entre eux leur culte raciste anti-Blancs, que leur faut-il davantage ? Mais ce n’est pas comme cela que les choses se passent, et la force de pression des indigénistes est telle qu’ils ne se tiennent pas tranquilles tant que la vie publique ne s’est pas alignée sur l’enseignement indigéniste, sur la morale indigéniste, sur le culte raciste anti-Blancs. Vous demandez aux Blancs de n’exprimer aucun point de vue anti-indigéniste, mais comme vous continuez d’exprimer votre propagande raciste anti-Blancs, chacun peut comprendre que ce sont les seuls points de vue indigénistes qui sont exprimés dans la presse collabo.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
cosmopolites dégagez

Quand Tu luttes pour l’Indigènat mais que tu vis en Gaule.

BUTTERWORTH

les chats ont un comportement de chats les chiens de chiens AUCUN RACISME

philpat

l’important c’est de détruire le male blanc, d’abord de plus de 50 ans, puis sans notion d’age, ils y arrivent petit à petit

Marc Lucien Sampaix

Ca fait un bail, en fait, ca remonte des annees 80/90, ils ont toujours base leur ideologie sur le racisme anti-occidental, anti-blanc, anti/metissage, antisemite, puis se sont attaches a infiltrer les partis de gauche, y-compris le PCF et les Insoumis…

philpat

pc et “insoumis” n’ont plus d’avenir comme en témoigne l’élection de trois maires islamistes dans la région parisienne

Lire Aussi