Les innombrables Français de souche n’ont pas à avoir honte d’exister

Publié le 21 mars 2015 - par - 2 482 vues
Share

Etre Français de souche n’est pas une insulte aux gens qui ne le sont pas, mais un fait. Certains (comme Aurélie Filipetti) font semblant de ne pas savoir ce qu’est un Français de souche et pour eux c’est un gros mot puisque c’est une extrême violence, selon Cécile Duflot :

D’autres, comme Didier Raoult, disent que le Français de souche n’existe pas : http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/le-francais-de-souche-n-existe-pas-23-08-2012-1498404_445.php et que la France est un mythe. A souhaiter que M. Raoult n’existe pas non plus. Mais Taubira, elle, a droit à ses Guyanais de souche :

http://www1.rfi.fr/fichiers/MFI/PolitiqueDiplomatie/2068.asp

deux poids, deux mesures.

Même François Hollande s’est pris les pieds dans le tapis et la main dans le pot de confiture. Trop nier revient finalement à reconnaître ce qu’on voudrait cacher.

Bravo à Finkielkraut qui remet les choses en place :

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/02/07/31003-20140207ARTFIG00274-alain-finkielkraut-une-partie-de-la-gauche-a-perdu-la-raison-et-la-memoire.php

Mais voilà, ce 19 mars, la justice a nié l’existence des Français de souche : http://www.leparisien.fr/politique/racisme-anti-blanc-la-justice-rejette-le-concept-de-francais-de-souche-19-03-2015-4618383.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

d’après elle, nous n’existons pas !…

Selon Michèle Tribalat, un Français de souche est un Français né en France de parents Français tous les deux. En ce qui me concerne, je suis française de souche . Devrai-je me cacher ? Changer d’identité ? Mentir ? Fuir très loin ?…Comment peut-on être persan, comment peut-on être français de souche ?…C’est pourtant bien simple : dans mon cas, comme dans celui de millions (encore) de Français de souche, il a suffi de faire des recherches généalogiques et de tirer le fil : tout est venu avec, très facilement, et bien plus que mes deux parents !… Ma famille est française depuis plusieurs siècles et sans contribution étrangère. C’est un fait. Je le dis haut et fort, non par fierté (encore que…), mais tout simplement parce que je tiens à être reconnue comme existante, et même, goûtant la vie (française) à belles dents, et prête à continuer.

Et, l’immigration de masse étant récente quoi qu’on nous raconte,  tellement de Français sont  « de souche » !… Presque tous, même si certains ignorent encore comment. Ce n’est pas une définition, c’est une réalité, comme la pluie et le beau temps. Ils sont presque tous de souche lointaine car n’ayant que peu bougé, contrairement à ce qu’on veut leur faire croire. Les Auvergnats, les Bretons, etc, sont montés à Paris, on le sait. Mais ils sont bien enracinés dans leurs provinces d’abord, et dans Paris ensuite. Il suffit de faire une étude sur les patronymes et les régions pour s’en convaincre. Pourquoi, si c’était faux, y aurait-il cette coqueluche pour la généalogie ? Pourquoi les Français hanteraient-ils massivement les archives de l’état civil, s’ils devaient ne rien y trouver ? S’ils étaient Patagons ou Javanais il n’y aurait pas ces salles bondées aux archives départementales. Mais ils sont Français, ils sont d’ici. Et ils n’en ont pas honte. Ils n’ont pas à s’excuser de ce qu’ils sont. Leurs familles ont contribué au cours de l’histoire à construire la France, de manière plus ou moins visible, plus ou moins cachée. Elles ont cultivé la terre, construit les routes, les maisons, les églises, les édifices communaux. Elles ont pris part à la vie politique depuis bien avant le suffrage universel, en choisissant leurs édiles locaux, en payant ou en refusant de payer leurs impôts, en manifestant contre les potentats locaux, en sortant leurs fourches ou leurs fusils, en faisant les guerres locales ou lointaines, et en s’y faisant tuer. Et en faisant des enfants. Les Français de souche récente eux aussi participent à la France dès lors qu’ils l’aiment et qu’ils acceptent ses règles.

Les tenants de la fable selon laquelle nous serions tous métissés seraient comiques s’ils n’étaient pas aussi mensongers. Métissés de régions françaises proches les unes des autres, oui, mais c’est tout. Le Français est suffisamment typé, physiquement et moralement, pour qu’on le reconnaisse à l’oeil nu et qu’on ne le confonde pas avec un Finlandais ou avec un Andalou. Nulle trace de métissage dans ma famille, mes voisins, mes amis : ils sont Français, c’est tout et c’est comme ça. Nous sommes un nombre écrasant dans ce cas et encore une fois, nous n’avons pas à nous en excuser.

Certains, croyant légitimer ainsi l’immigration, disent que nous descendons tous de Clovis qui était un envahisseur franc. Peut-être, mais c’était un curieux envahisseur dans ce cas : il avait adopté à l’avance nos coutumes et pour parachever, il a épousé Clotilde, une femme de la contrée envahie, et s’est converti à sa religion : qui dit mieux ?… ah, si nos envahisseurs actuels en faisaient autant, il n’y aurait plus de problème.

Les Français récents sont aussi de souche, mais d’une souche autre, ils ont construit autre chose, ailleurs, ou du moins en ont eu l’opportunité. Il n’y a aucune comparaison à faire, aucune fausse honte à avoir. Mais pour leur faire visiter la maison France, avec ses règles, ses coutumes, il n’y a que les Français de souche qui puissent le faire, de même qu’on visite beaucoup mieux une maison accompagné des gens qui y vivent. Et qui savent par exemple pourquoi à tel endroit il y a une lame du parquet qui craque, et comment telle poignée de porte tourne. C’est pourquoi seuls les Français de souche peuvent communiquer les caractéristiques de la France aux nouveaux venus. A conditions que ceux-ci le veuillent. Or la volonté n’y est plus, ni d’un côté ni de l’autre.

La volonté n’y est plus du côté des Français parce que les « autres » sont trop nombreux et commencent à se montrer menaçants pour l’ identité française. Du côté des « autres » elle n’y est pas non plus parce qu’on leur fait croire qu’il n’y a tout simplement pas de Français de souche : la boucle est bouclée. Il suffit d’aller sur le site internet « oumma » pour s’en convaincre en lisant des commentaires d’une sottise alarmante. On leur a dit que la France était récente, qu’elle appartenait à tous, que c’était une sorte de no man’s land, de terrain vierge, de friche inculte (malgré ses champs à perte de vue, ses voies romaines, ses clochers romans ou autres, ses châteaux-forts…), et qu’on pouvait en faire ce qu’on voulait et qu’on n’avait donc pas à être documenté sur des lois, des us, coutumes et traditions n’existant pas et que si par hasard il y en avait, ces lois, us et coutumes pouvaient être transformés au gré des arrivants et remplacés par les leurs !… La vérité, c’est qu’on veut supprimer ceux qui étaient là « avant » et faire de la France une terre quasiment vierge pour mieux laisser la place aux nouveaux venus. Une sorte de nouveau monde où il y aurait à peine quelques vieux Indiens honteux, dépravés et consanguins, à parquer dans des camps, pas d’Histoire, et pas de monuments, pas de culture, pas de patrimoine.

Puisque nos gouvernants prétendent mensongèrement qu’il n’y aurait « que » 5 à 6 % d’immigrés en France (il y en a bien plus certainement), prenons les au mot : que sont les habitants de France autres que ces 6 % s’ils ne sont pas «Français  de souche » c’est à dire nés en France avec deux parents français ?… On aimerait bien avoir une réponse là-dessus. Nos gouvernants, piégés par eux-mêmes, se taisent et interdisent les statistiques. Oui, qui sont ces 94 % autres que les immigrés  : des zombies ? Des fantômes ? En effet nous risquons à terme de le devenir si on continue avec cette immigration aussi massive.

Pourquoi cette flagrante contradiction qui consiste à nier l’existence des Français de souche  tout en essayant de nous faire croire qu’il y a très peu de nouveaux venus ?… Et quel est ce « vivre ensemble » qui exclurait les Français de souche ?…Quel est ce pays dans lequel seuls les étrangers pourraient être fiers de ce qu’ils sont et où il vaut mieux être Congolais ou Malien que « banalement » Français ?…Quel est ce génocide qui ne dit pas son nom ?…Et qui est un non-sens, car tout Français récent a vocation a donné le jour à des Français de souche…( du moins s’ils ne sont pas « de papier »)…qui seront génocidés à leur  tour.

Or, manque de chance, les Français de souche ne sont pas prêts à se laisser éradiquer comme cela et même, comble de l’impertinence, ils lèvent la tête quand par exception on parle d’eux et ils disent : « nous sommes là ». Et ils y sont. La France n’est pas une « terra incognita » à prendre (terra incognita : territoire qui n’a jamais été exploré par l’homme). La France existait bel et bien et même remarquablement bien, bien avant le début de l’immigration de masse.

Mais puisque nous, les Français de souche (récente ou ancienne, peu importe), encore largement majoritaires dans ce pays, nous n’existons pas, nous allons commencer par ne plus jamais voter pour des gens qui ne reconnaissent pas notre existence. Ne leur donnons pas non plus d’existence. Ce sera la moindre des choses. Et le début de la reconquête.

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.