Les « Insoumis » ignorent ce que penser veut dire

Penser à faire les clowns à l’Assemblée Nationale, ce n’est pas penser. Caresser des fantasmes de la gauche révolutionnaire contre la Strême Droite fantasmée, ce n’est pas penser. Les LFI pensent à ce qui leur traverse l’esprit. Ils parlent avant de penser. Penser est un travail. C’est le travail de la pensée que de penser la nature de l’homme, penser l’essence du politique et le sens du moment historique !

Ce travail de la pensée n’est pas donné à tout le monde. Qu’on veuille ou non changer le monde, il faut d’abord le comprendre. Or, la simple médiocrité politicienne ne permet pas de comprendre les faits.

Comprendre, c’est saisir clairement le sens de ce qui existe. L’homme est un animal rationnel. Pour que le monde soit compréhensible, il faut qu’il soit représenté. Cette représentation peut être convaincante ou non. Mais elle est indispensable. Quand on dit que les LFI parlent mais ne pensent pas, cela ne veut pas dire que les LFI sont totalement dépourvus de raison, mais que l’activité de penser demande un effort de réflexion.

Mais les LFI se bornent à énoncer des anathèmes. Quelles conditions devraient être réunies pour que les LFI pensent de manière adéquate ? C’est la question la plus importante. Parce qu’en questionnant la nature de la pensée des LFI, on questionne aussi l’homme. Et si la pensée des LFI ne pense pas par elle-même, et si la pensée des LFI reste proprement idéologique, n’est-ce pas la réalité elle-même qui reste pour l’essentiel impensée ? La forme de pensée purement idéologique des LFI est différente de la pensée logique ou de la pensée ordinaire. L’accès à la vérité est ce qui est soustrait à l’ignorance. Mais ce n’est pas ce qui est important pour les LFI. À toutes les époques, des essayistes et des écrivains se sont consacrés au travail de la pensée. En voulant penser le monde, ils ont proposé des idées permettant de mieux le comprendre.

L’historien des idées doit examiner ces théories et ces doctrines, en comprendre la signification, pour en évaluer la cohérence et la portée, et en exposer les filiations. Les LFI n’ont pas tous la même importance, ni le même calibre. Ils n’ont évidemment pas tous l’ambition de penser juste et encore moins d’apporter leur contribution à l’histoire des idées politiques. Les LFI, en s’attaquant au fétichisme de la cravate pour dénoncer le machisme de l’homme blanc élu à l’Assemblée Nationale, croient lutter contre l’essence du capitalisme.

Ils ont tenté de jeter les bases du totalitarisme afin de révéler la véritable nature autoritaire des LFI.

Les LFI ne sont pas faits pour penser. Ils sont plus faits pour parader à la télévision que pour l’Histoire des idées. Témoin, le portrait de Lénine en bonne place dans le salon de Raquel Garrido insoumise, et de son époux, Alexis Corbière. La chose fut révélée dans un reportage people de Paris Match. C’est vieux comme le monde. Il n’y a pas de raisons qu’en politique ce tropisme people ne se manifeste pas, puisque c’est un monde dans lequel une cervelle de moineau suffit pour faire une carrière politique. On s’en doute, les LFI n’ont pas détaillé les modalités de leur récupération politique. Quand on fait un coup politique, la plupart du temps on efface les traces de son forfait. Avec les LFI, nous assistons à la même entreprise que celle du PS : les parasites de la politique politicienne sont sortis de leurs routines avec pour objectif de sucer le sang du peuple afin de pouvoir être élus comme habituellement le cas des politiciens parasites.

Les législatives, pour les partis politiques de gauche, ont réuni la France insoumise, le PCF, les verts et les séquelles du Parti socialiste. La Gauche unie, même combat, toute à son amour de l’idée de Peuple en même temps qu’à sa haine du peuple de France concret. Les cervelles de moineau ne connaissant que deux boutons, bien et mal, gauche et Strême droite, les moineaux dits de gauche ont estimé que Zemmour et le RN faisaient partie du camp du mal, de la droite, donc de l’extrême droite, et des nationalistes nauséabonds.

La Gauche unie pourvue d’une seule tête fait semblant d’être de gauche et d’être unie.

Mélenchon, qui fit carrière en apparatchik du Parti socialiste comme sénateur, se voit au plus haut de l’affiche en compagnie de ses héros : Robespierre, Lénine et Castro. On a les héros qu’on peut…

Le patron de la France insoumise se voulait président de la République. Il n’a pas digéré de ne pas l’être et il estime que sa 3ème position lors de la dernière présidentielle, après Macron et Marine Le Pen, est illégitime. Il préfère l’illusion sur lui-même qui le sécurise à cette réalité qui lui renvoie de lui une image qui ne lui convient pas. L’aspirant président de la République n’aime pas constater que le peuple ne veut même pas de lui comme sous-fifre. Vexé et battu, hargneux et revanchard, il a opté dans les mois qui ont suivi l’élection présidentielle pour une stratégie de premier opposant à Macron. Lui qui voulut s’asseoir là où siégeait Jaurès à l’Assemblée nationale, pour poser ses fesses où furent celles du député de Carmaux, a le goût fantasque.

Ensuite, il a fantasmé sur la convergence des luttes. Une mayonnaise politicienne qui n’a pris que le temps des législatives. Au PCF, on avait besoin de lui pour ne pas disparaître. Pour les observateurs les plus avertis de la chose politique, les signes n’ont pas trompé. Pour gagner les législatives, l’union de la gauche a exigé de se soumettre aux islamo-gauchistes. En clair, ignorer ou nier les conséquences des flux migratoires en regard de ceux qui en font les frais les premiers : les plus pauvres, les plus modestes, les plus socialement exposés, les plus déshérités des citoyens. Choisir cette ligne islamo-gauchiste, c’est reprendre les appels à la haine de la France qui sont enrobés dans le drapeau vert de l’islam politique.

Les LFI ont opté pour la ligne islamo-gauchiste de Clémentine Autain contre les plus pauvres, les plus modestes, les plus socialement exposés, les plus déshérités des citoyens.

Avec Éric Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays !

Source : Michel Onfray, Grandeur du petit peuple.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

9 Commentaires

  1. Pas beaucoup de Noirs, chez LFI. N’y aurait-il pas là un soupçon de racisme ?

  2. Pour penser il faut avoir de la matière. Les insoumis ont une gastro du cerveau. Dès qu’ils ouvrent leurs bouche c’est de la merde.

  3. penser…..peut être qu’ils y pensent, mais ne le peuvent pas….ils sont le résultat du laxisme scolaire et du bac à 2 sous…..

  4. A propos de l’imam expulsable en l’an 7972,le jeune Guiraud a déclaré que Darmanin ne voulait pas du mariage entre deux hommes ou entre deux femmes. ET l’imam ,il était pour ?Lui qui estime que le mariage civil ne compte pas?

  5. ils sont le « gouvernement de vichy » façon 21ème siècle avec soumission à l’envahisseur islamiste

  6. regardez ces immondes greluches qui brandissent le poing de la haine!
    je n oublie pas que mlp a faitelire commedepute le sale rouquin de la fi en 2017

Les commentaires sont fermés.